Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Grappillages - novembre 2007

Grappillages - novembre 2007


++++
7 novembre 2007

Tout homme a un prix

De Libération du 31/10 : [...] La scène se passe en juin 1998, au siège parisien de l’UIMM. Les partenaires sociaux sont réunis pour renégocier la convention collective des cadres. Le patronat souhaite rogner leur régime de départ en retraite [...]

D’entrée, Jean-Claude Duret, membre de la délégation CFTC, est marqué par l’ambiance au QG de l’UIMM : « La CGC donne à Denis Gautier-Sauvagnac du “mon-sieur le président” long comme le bras. Seule la CGT gueule, pour la forme. » Assis à la table des négociations, son supérieur de la CFTC lui glisse : « Tu vas faire capoter la réunion si tu poses des questions. Te casse pas la tête, on signera quand même. »

Sauf que Duret est du genre tête brûlée. Après un esclandre, il quitte brusquement la réunion, suivi par un type en costard, de la délégation de l’UIMM. qui lui pose cette question fâcheuse : « Quels sont vos besoins ? » Jean-Claude Duret s’indigne ; le type en costard ne se démonte pas : « Tout homme a son prix, un syndicaliste n’est pas incorruptible. » [...]

La révision à la baisse de la convention collective des cadres a finalement été signée dans son dos. Deux ans plus tard, il s’agit de la ratifier entreprise par entreprise. [...] Chez Thomson, Duret entend faire de la résistance locale en tant que délégué CFTC [...] Après avoir suspendu ses subventions à la CFTC, la direction de Thomson obtiendra la tête de Duret. [...]

Un an plus tard, c’est la mise à la retraite d’office. [...] Sa plainte pour discrimination syndicale vient d’être validée par la Cour de cassation. Il est désormais prêt à tout déballer devant les tribunaux.

Ndlr : l’UIMM n’a pas voulu faire de commentaires...

Victimes du franquisme

De LExpress.fr du 01/11 : Une loi visant à faire reconnaître les victimes de la guerre d’Espagne et de la dictature de Franco a été approuvée le 31 octobre aux Cortes, avec un amendement qui permet cependant à l’Église catholique de conserver des symboles franquistes.

L’Église ne sera pas tenue de faire disparaître des insignes datant de la dictature franquiste, au prétexte que des considérations « artistico-religieuses » le justifient.

La loi a été adoptée par le Congrès des députés après la béatification, le 28 octobre au Vatican, de 498 catholiques espagnols - religieux pour la plupart - tués par les milices de gauche durant la guerre civile de 1936-39. Décision qui a suscité de vifs débats sur le rôle de l’Église espagnole.

Les historiens considèrent en effet que l’Église a soutenu Franco jusqu’aux années 1960.
Le « Caudillo » est mort en 1975. [...]. La guerre d’Espagne s’est soldée par des centaines de milliers de morts et par des divisions que la société espagnole n’a pas encore complètement surmontées.

Ma cellule bien aimée

De Reuters du 31/10 : Graeme Alford, qui dans les années 1970 a passé plusieurs années dans l’ancienne prison de Pentridge pour détournement de fonds et vol à main armée, va acheter son ancienne cellule, la numéro 43, dans le cadre d’un projet commercial de réhabilitation de l’établissement.

Pentridge, l’une des prisons les plus connues d’Australie, va être transformée en un site où seront entreposés des vins rares. Alford, avocat, s’était fortement endetté par amour du jeu et de l’alcool et s’était mis à détourner de l’argent dans des fonds d’investissement avant de se livrer, armé, à une tentative de hold-up dans une banque.

A sa sortie de prison en 1980, Alford s’est rangé, arrêtant l’alcool et écrivant des livres sur son expérience.

Traque des étrangers

De Libération du 01/11 : Comment accroître son quota d’expulsés quand on est préfet d’une région où les sans-papiers sont peu nombreux ? Dominique Schmitt, préfet du Puy-de-Dôme où le ministre de l’Immigration, Brice Hortefeux, est conseiller régional, détient peut-être la solution.

Convoqué pour ses mauvais chiffres le 12 septembre avec 18 autres collègues, il a décidé de rayer de la liste des experts [...] trois psychiatres et consultants de Médecins sans frontières.

« Notre connaissance du terrain explique que la Ligue des droits de l’homme, la Cimade [Comité inter mouvements auprès des évacués ], et autres associations, nous envoient de manière prioritaire des étrangers », affirme l’un des psychiatres.

En rayant les experts, le préfet ne risque pas d’atteindre magiquement son quota... « Mais aujourd’hui, tout est bon à prendre », souligne l’un des psychiatres. « Cette décision va toucher les plus fragiles, souvent des personnes ou familles complètement isolées et en danger de mort dans leur pays, dont les troubles psychiatriques nécessitent une autorisation temporaire de séjour afin qu’ils accèdent à des soins. » Tous trois s’inquiètent d’« un passage d’une démocratie ouverte à des tentations totalitaires ».

Rancuniers

Du Canard enchaîné du 31/10 : dans son autobiographie, Simone Veil raconte qu’elle a été empêchée de prendre la parole aux obsèques du cardinal Lustiger, mal-

gré le souhait de ce dernier. Pour elle, les raisons de cette censure sont « peut-être une entrave au dialogue entre les religions. A moins que la hiérarchie de l’Église ne voie en moi la femme qui a légalisé l’avortement... »

Ndlr : la pilule ne passe toujours pas !

Marié et expulsé

De L’Express.fr du 01/11 : Un sans-papiers nigérian de 25 ans a été interpellé le 11 octobre, puis placé en rétention et expulsé, alors qu’il s’était rendu à la préfecture de l’Essonne pour répondre à une convocation de délivrance d’autorisation provisoire de séjour.

Marié à une Française depuis novembre 2006, le jeune homme était entré en France avec un visa court séjour en mars 2004. Il faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français de mars 2007 car ne disposant pas du visa long séjour requis pour être régularisé en qualité de conjoint de Française. Mais un mois plus tard, il aurait pu demander un visa long séjour en France car il vivait depuis plus de six mois avec son épouse. [...]

Alors qu’il venait retirer cette autorisation provisoire de séjour, il a été interpellé, sous les yeux de son épouse, puis expulsé moins de 48 heures après par avion vers Lagos, capitale du Nigeria.

Le préfet de l’Essonne a déclaré sur RMC que le Nigérian s’était « présenté de lui-même » à la préfecture, et a affirmé ne pas avoir eu connaissance de l’existence de cette convocation.

La LDH œuvre qu’il puisse revenir en France. Elle dénonce une « convocation piège », et invoque un arrêté du 6 février 2007 déclarant ce type de pratiques contraire à la Convention européenne des Droits de l’Homme.

++++
14 novembre

Mée-disances du 14 novembre 2007

Arche de Zoé : Du mensonge à la faute

Le Monde du 04/11 : L’importance prise par l’affaire de L’Arche de Zoé et l’extrême confusion qui l’entoure ne tiennent pas seulement aux errements de ses membres, amateurs armés de simplismes, fourvoyés dans une situation complexe. Elles sont également liées à la question du sens donné aux événements qui se déroulent dans le cadre de la guerre civile au Darfour, menée par le gouvernement soudanais et ses milices contre des groupes rebelles et la population.

En affirmant vouloir sauver des « orphelins du Darfour », bien que les enfants qu’elle s’apprêtait à embarquer à bord d’un avion fussent majoritairement dotés d’un parent et plutôt originaires du Tchad que du Soudan, L’Arche de Zoé a fait la démonstration qu’elle estimait pouvoir s’affranchir du respect de la vérité. [...]

Les responsables de L’Arche de Zoé sont allés très loin dans la prise de liberté avec les faits. L’association avait « emprunté » des cartes de l’ONU en travestissant leurs légendes. Elle a cité des chiffres de mortalité infantile présentés comme des informations du Comité international de la Croix-Rouge - en leur faisant subir une « inflation » qui les rendait « grossièrement faux », selon une source du CICR. [...]

Le rôle de l’Etat français reste trouble : l’arche de Zoé a bénéficié des avions Transall de l’armée française pour transporter son matériel de N’Djamena à Abéché. Mieux encore : les services du ministère français de la défense, présents sur place, connaissaient le plan de vol du Boeing affrété par l’association.

Bienvenue au Guide suprême

Du Canard enchaîné du 7/11 : le colonel Kadhafi sera en France la première semaine de décembre pour une visite officielle. On se réjouit déjà de voir sur les Champs Élysées les lunettes noires et la crinière frisée de ce grand démocrate. Et on espère que tout sera fait pour le loger dignement, c’est-à-dire sous sa tente personnelle. Car le chef de l’état libyen ne se déplace jamais autrement. Où l’installer ? au bord du canal Saint Martin ? En tout cas, il faudra bien la chauffer. Autrement le Guide pourrait prendre froid, et il faudrait alors lui envoyer des infirmières. D’ici à ce qu’il exige des Bulgares ...

S’enrichir en luttant contre la famine

Du Courrier International du 8/11 : En août dernier, CARE, l’une des principales organisations humanitaires du monde, a choqué les observateurs en refusant 45 millions de dollars d’aide alimentaire américaine. Elle entendait ainsi braquer les projecteurs sur une pratique qui, selon elle, est plus préjudiciable que bénéfique aux populations frappées par la famine. L’organisation estime que la politique américaine d’aide alimentaire est inefficace, non viable, voire contre-productive.

Premier donateur d’aide alimentaire internationale, les États-Unis fournissent plus de la moitié de toute l’aide destinée à combattre la faim dans le monde, soit 4 millions de tonnes par an.

Mais, tel qu’il est conçu, le système remplit surtout les poches des groupes agroalimentaires et des compagnies maritimes du pays. Selon la législation en vigueur, au moins 75 % de l’aide alimentaire doit être produite et conditionnée
aux États-Unis et achemi-
née par des navires
battant pavillon américain.

Un dessert au chocolat à 25.000 dollars

De Actualité.free.fr du 8/11 : Un restaurateur new-yorkais a dévoilé un dessert au chocolat à 25.000 dollars, aussitôt enregistré par le Guinness comme le plus cher au monde.

Le « Frrozen Haute Chocolate » (Haut Chocolat Glacé), est un mélange de 28 cacaos, dont 14 des plus chers et des plus exotiques. La crème glacée contient cinq grammes d’or 23 carats comestible et est servie dans une coupe en or également consommable. La coupe est ornée d’un bracelet en or 18 carats avec un carat de diamants blancs. [...] La gourmandise est proposée avec une cuillère en or décorée de diamants blancs ou peints avec du chocolat, qui peut être emportée chez soi.

« Cela nous a pris beaucoup de temps avec tous les ingrédients et toutes les saveurs, et plus de trois mois ont été nécessaires pour la seule conception de la cuillère dorée », a déclaré le restaurateur.

Ndlr : qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour éradiquer la faim dans le monde !

États d’âme

Du JDD.fr du8/11 : sur Europe 1, après avoir annoncé que le gouvernement avait formulé une ultime proposition aux syndicats concernant la réforme des régimes spéciaux de retraite, le Premier ministre François Fillon s’est livré à une drôle de confidence, mise en ligne sur le site internet de la radio. La séquence, « off », filmée dans les couloirs de la station, visiblement sans qu’il s’en aperçoive (ce qui semble toutefois difficile à croire...), montre le locataire de Matignon en dire un peu plus long sur la réalité de sa collaboration avec Nicolas Sarkozy.

Benoit Dusquesne, le directeur de la rédaction d’Europe 1, lui demande si « quelque fois, vous n’avez pas envie d’y aller vous-même sur le terrain ». Et François Fillon de se laisser aller à la confidence. « La réponse est double », explique-t-il dans un sourire. « Une fois sur deux, j’ai envie d’y aller moi-même, et c’est trop tard, ce qui était le cas des pêcheurs. » « Et puis souvent, c’est que lui ne veut pas », ajoute-t-il, « lui » désignant bien évidemment Nicolas Sarkozy. Loin des discours de façade annonçant un couple exécutif marchant main dans la main, le Premier ministre apporte ici un étonnant éclairage sur la fameuse « omniprésence » du président de la République, ultra-réactif sur les l’ensemble des sujets qui font l’actualité et qui, de facto, place souvent le Premier ministre et le gouvernement au second plan de l’action politique.

Ndlr : le collaborateur semble agacé...

Tirelirerelire

Du Courrier international du 8/11 : Les bambins venaient au guichet munis de leur tirelire. Elle versait leurs petites économies sur leur compte d’épargne - enfin, une partie de leurs économies. Une employée de banque d’Augsbourg, en Allemagne, a été condamnée pour avoir dérobé l’argent de poche d’enfants âgés de 1 à 9 ans.

Qualifiant ces agissements de « profondément immoraux », la justice l’a condamnée à 6 mois avec sursis. La confiance des petits Allemands en la banque est gravement ébranlée, a estimé le procureur.

Enc....

De l’Humanité du 9/11 : les marins-pêcheurs ont repris la mer, entre attengte et scepticisme, parce que, du côté de l’Europe, la suppression des charges et « la garantie d’un salaire minimum » sont considérés comme une forme indirecte de subvention de la profession. Les 6 premiers mois de règne de Sarkozy se terminent sous les épithètes mal sommantes et sous les huées des pêcheurs, des magistrats et bientôt des gendarmes !

++++
21 novembre

Mée-disances du 21 novembre 2007

Ticket modérateur et judiciaire

Le Parisien du 15/11 : La ministre de la Justice, Rachida Dati, a évoqué à l’Assemblée nationale les conclusions d’un rapport sénatorial préconisant l’instauration d’un « ticket modérateur justice » à la charge des personnes à bas revenus bénéficiant de l’aide juridictionnelle (AJ).

Devant le tollé, y compris dans la majorité, l’entourage de la Ministre a déclaré : « C’est une piste évoquée dans un rapport, ce n’est pas une proposition du gouvernement, le dossier n’est pas ouvert ». C’est sans doute un ballon d’essai …

Ndlr : et si on privatisait la justice ?

Portrait social 2007

De l’Express.fr du 15/11 : selon l’Institut national de statistiques, la baisse des inégalités de niveau de vie et de la pauvreté, régulière depuis les années 70, a ralenti depuis 2002. La pauvreté a même légèrement augmenté en 2005, tandis que les inégalités de patrimoine se sont, elles, renforcées entre 1997 et 2003.

En 2005, on dénombrait 7,1 millions de personnes pauvres, si l’on prend en compte le seuil de 60% du niveau de vie médian (817 euros par mois, par personne seule) et 3,7 millions de pauvres au seuil de 50% (681 euros). Selon le seuil considéré, ces taux de pauvreté touchaient donc en 2005 : 12,1% et 6,3% de la population, contre 12,2% et 6% en 2002 ( mais 17,9% et 12% en 1970).

Le Haut commissaire aux Solidarités actives, Martin Hirsch, qui est chargé d’une mission de réduction d’un tiers de la pauvreté en France en cinq ans, a estimé cette hausse inquiétante. Elle correspond à « 260 000 pauvres supplémentaires ».

Entre 2002 à 2005, les 10% d’individus les plus modestes avaient en 2005 un revenu inférieur à 780 € mensuels, les 10% les plus aisés un revenu supérieur à 2.450 €.

De plus, entre 1996 et 2006, la baisse globale du poids des prélèvements, en particulier de l’impôt sur le revenu, a profité davantage aux plus aisés, alors que les prestations, qui bénéficient aux ménages les plus modestes ont peu évolué. […]

Ndlr : la révolution sociale est en marche !

Bug informatique

Selon Le Parisien, « un logiciel déficient a provoqué des remboursements indus de soins de 10 millions d’euros en faveur de cliniques privées et au détriment de caisses d’assurance maladie »

« Ce cafouillage est la conséquence de la mise en place en 2001 d’un logiciel destiné à remplacer le format papier des demandes de remboursement ». Face à la complexité de la tâche, le logiciel a totalement pataugé... et les caisses ont remboursé deux, voire trois fois de suite des factures de soins qui leur étaient adressées par les cliniques ! .
Selon Pierre Fender, de la répression des fraudes de la Sécurité sociale, « la plupart des cliniques ont maintenant accepté de rembourser ».

Mais « il reste au minimum un million d’euros d’argent non récupéré par les caisses ». « La Cour des comptes travaille sur ce sujet. Certaines cliniques privées n’ont-elles pas réussi à passer à travers les mailles du filet, en oubliant de rembourser le trop-perçu ? ».

Ndlr : des cliniques privées qui fraudent ? Certainement pas avec N.S… !

Suicides américains

De 20 minutes.fr du 15/11 : au moins 6.256 personnes ayant servi dans l’armée américaine ont mis fin à leurs jours en 2005 - soit une moyenne de 17 par jour.

Alors que le taux de suicide dans la population est de 8,9 pour 100.000, la proportion chez les anciens militaires est de 18,7 à 20,8 pour 100.000.

Chez les jeunes âgés de 20 à 24 ans, c’est quatre fois le taux de suicide enregistré chez les non militaires pour cette tranche d’âge. […]

« Ces chiffres montrent clairement une épidémie de problèmes de santé mentale », estime un militant des droits des anciens combattants.

« Tout le monde ne revient pas de la guerre blessé, mais au bout du compte personne ne revient égal à lui même », souligne Paul Rieckhoff, un ancien combattant dans les Marines, fondateur de l’association « Anciens Combattants en Irak et Afghanistan pour l’Amérique ».

Au nom du Père et du fisc

De Libération du 16/11 : Palaces, Rolls-Royce, gardes du corps, jets privés…

Nombre de télévangélistes américains mènent un train de vie royal. Ils ne paient pas d’impôts car les organisations religieuses en sont dispensées. La loi ne les oblige pas non plus à ouvrir leurs livres de comptes. Certains perçoivent des subventions accordées par l’administration Bush aux « actions sociales basées sur la foi », en sus des sommes impressionnantes, estimées à 2,5 milliards de dollars par an, que leur versent leurs fervents donateurs.

« D’abord, je n’ai pas deux Rolls-Royce, je n’en ai qu’une, s’est défendu l’un des télévangélistes accusés, dont le nom (ça ne s’invente pas) est Creflo Dollar. […]

Kenneth Copeland, prêche, lui, la « théologie de la prospérité », en vogue dans le Sud profond. La logique est simple : plus vous priez, plus Dieu vous rendra riche. Et si vous donnez votre argent à Dieu, c’est-à-dire à l’église, il vous le rendra au centuple. […]

Le culte de l’argent, commun aux centaines de télévangélistes, se double d’une croyance dans le pouvoir de guérisseur du prêtre de la télévision. Au cours de spectaculaires mises en scène, le vicaire cathodique impose les mains sur le front des malades, en affirmant les guérir du cancer ou du sida…

Les 500 télévangélistes et 750 radio-évangélistes américains se disputent les porte-monnaie d’un « groupe de personnes relativement restreint de 5 millions de personnes ». Il s’agirait pour la majorité de « femmes âgées ». « Les autres sont les personnes les plus pauvres et les plus désespérées de la société » .

Ndlr : Dieu reconnaîtra les chiens.

Mort au Taser

Selon Canadian-Press du 15 novembre, une vidéo fait scandale : on y voit en direct la mort d’un immigrant polonais sous les décharges de 50 000 volts des pistolets TASER des agents de la Gendarmerie royale du Canada, à l’aéroport de Vancouver. Le film, tourné par un vidéaste amateur, montre que les policiers n’étaient pas menacés quand ils ont tiré. Le film a été examiné par la police. Contraint de déposer une plainte pour le récupérer, le vidéaste a décidé de le communiquer à la presse !

La firme Taser International affirme que son arme est sans danger « sur les individus en bonne santé », concédant toutefois qu’elle peut être létale chez des personnes droguées ou ayant des problèmes médicaux. L’autopsie de l’immigrant a révélé qu’il n’avait consommé ni drogue ni alcool.

Depuis juillet 2003, dix-huit personnes sont mortes au Canada suite à une décharge électrique de Taser. Selon Amnesty International, il y aurait eu 280 décès aux USA pour la même raison. La police française est également dotée de ce jouet

++++
28 novembre

Mée-disances du 28 novembre 2007

Il est interdit de mourir à Cugnaux

De Libération du 22/11 : Par arrêté municipal du 16 novembre, le maire de Cugnaux « interdit à toute personne ne disposant pas de caveau dans le cimetière existant » de mourir sur le territoire de la commune.

Réponse par l’absurde au ministère de la Défense qui vient de donner avis défavorable à l’installation d’un nouveau cimetière sur cette commune de la banlieue toulousaine au motif que celui-ci se trouverait dans le « polygone d’isolement induit par la présence du dépôt de munitions de la base aérienne 101 de Francazal ».

Le maire, tenu par la loi d’inhumer décemment toute personne décédée, n’a fait que prendre les devants : avec une moyenne de 60 inhumations par an et ne disposant plus que de 200 places dans les deux cimetières existants, il ne pourra bientôt plus enterrer ses administrés.

[...« On me refuse la construction d’un cimetière, s’étonne le maire. Alors que, plus anciennement mais sur la même zone, la construction d’un supermarché a, elle, été autorisée ».

Ndlr : les morts ne consomment plus !

Identité

De 20Minutes.fr, éditions du 21/11 : Les coordonnées fiscales de millions de contribuables britanniques se baladent dans la nature. Elles comprenaient les dossiers d’allocations pour enfants de quelque 7,2 millions de ménages, soit 25 millions de personnes au total, et incluaient leurs nom, adresse et coordonnées bancaires. Elles étaient contenues sur deux cédéroms, envoyés par les services fiscaux à un organisme officiel de contrôle, le National Audit Office, via la société privée de transport de colis TNT.

Mais ces données ne sont jamais arrivées à leur destinataire, a expliqué Alistair Darling, le ministre britannique des Finances. Il a assuré que rien jusqu’ici ne prouvait que ces données soient « entre de mauvaises mains », que la police et les services fiscaux continuaient activement leur recherche, […], alors que le fisc britannique a déjà laissé échapper les données de milliers de contribuables à plusieurs reprises.

Le ministre des Finances a néanmoins appelé les contribuables à vérifier leurs relevés bancaires et à signaler « toute opération suspecte » à leur banque.

Cité du Vatican

De Bétapolitique.fr du21/11 : Le pape Benoît XVI a dénoncé le rôle des organisations internationales dans la promotion de l’avortement en Afrique et a en partie imputé le développement des maladies sexuelles à des « notions faussées » du mariage et de la famille.

« La culture laïque mondialisée exerce une influence croissante sur les communautés locales, résultat des campagnes menées en faveur de l’avortement » en Afrique, a-t-il dit aux évêques kényans au Vatican.

« Cette destruction de vies innocentes ne peut trouver de justification, quelles que soient les circonstances », a-t-il ajouté.

Par le passé, le Saint-Siège a notamment critiqué Amnesty International, qui a défendu dans les zones de guerre le droit à l’avortement en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère, notamment dans le cas du Darfour.

« Trop souvent, les maux qui frappent certains secteurs de la société africaine, la promiscuité sexuelle, la polygamie, la diffusion des maladies sexuelles, peuvent être directement associés à des notions faussées du mariage et de la vie de famille », a ajouté Benoît XVI.

Près de 40 millions de personnes sont porteuses du virus VIH, qui provoque le sida, en Afrique.

Le Saint Père ignore sans doute le cas de 110 Eskimos qui ont subi les agressions sexuelles de missionnaires jésuites, qui viennent d’être condamnés (cf Los Angeles-Times) à leur reverser la somme non négligeable de 50 millions d’euros à la suite d’un procès qui n’a laissé aucun doute sur leurs actes de pédophilie.

Famine à New-York

D’Ouest-France du 22/11 : « La ville de New-York compte 8,25 millions d’habitants et 1,3 millions d’entre eux souffrent de la faim », révèle le rapport de la « Coalition contre la faim ». Dans les soupes populaires, la demande a augmenté de 20 % depuis 2006. Les quartiers les plus touchés par la pauvreté sont le Bronx et Brooklyn.

D’après la Coalition, « le gouvernement a réduit considérablement les dons alimentaires aux associations ».

Ndlr : vive le modèle américain !

Enfin une preuve de vie

De Désinformation.com du 21/11 : Depuis que l’ancien Président de la République a été enlevé à l’affection de sa famille politique en mai 2007, nous n’avions plus aucun signe de vie. C’est la juge d’instruction Xavière Siméoni qui apporte, par sa mise en examen, une preuve irréfutable que Jacques Chirac est encore vivant. […]

Le Président Ubiquitaire Mégalomane Polymorphe, Nicolas Sarkozy aurait rejeté toute idée de négociation avec les ravisseurs tant qu’il ne serait pas rassuré sur la vie de Jacques Chirac. C’est maintenant chose faite et les négociations vont pouvoir s’engager « dans un esprit de dialogue et d’ouverture ».

Méritocratie

D’Ouest-France du 22/11 : Nicolas Sarkozy a remis à son premier ministre François Fillon les insignes de grand-croix de l’Ordre National du Mérite. […] . Cette remise de décoration est automatique pour tout premier ministre en fonction depuis six mois.

Ouf ! On comprend enfin pourquoi.

Manif apolitique

De TéléLibre.fr du 21/11 : Sans avoir eu besoin de manifester, le point de vue des antigrèves a largement été développé dans vos journaux télévisés normaux.

La dernière manif de droite, qui se disait « apolitique » était quand même organisée par le parti « alternative libérale », comme si le libéralisme n’était pas une option politique. Ils étaient donc 3000 (selon la police et 10 000 selon les organisateurs) à défiler dimanche 18 novembre,.

Camino 999

De l’Express du 21/11 : L’Opus Dei a été débouté de sa plainte pour diffamation contre le roman de Catherine Fradier, Camino 999. […]

L’Opus Dei se voit donc condamné à verser 2000 euros pour frais de justice à la romancière et à son éditeur, […

A noter que l’Opus Dei n’a pas réagi au témoignage récent de Véronique Duborgel, Dans l’enfer de l’Opus Dei (Albin-Michel), prétextant « ne pas attaquer les personnes qui souffrent ».

Le polar de Catherine Fradier a été publié en mars dernier. Une femme flic de Lyon enquête sur des meurtres liés à l’Opus Dei. El Camino - composée de 999 maximes spirituelles - est précisément l’œuvre phare du fondateur de cette puissante organisation, José Maria Escriva de Balaguer. Le livre revient sur l’affaire Matesa, ce scandale politico-financier espagnol qui éclaboussa la famille Giscard d’Estaing dans les années 1970.