Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Grappillages - février 2008

Grappillages - février 2008


++++

Mée-disances du 6 février 2008

Emmaüs   : « On se moque de nous »

LeJDD.fr du 31/01 : Le collectif d’associations de défense des mal-logés et des sans-abri, auteur d’un plan en 13 axes, a été reçu, le 29/01 par le Premier ministre François Fillon qui a annoncé une enveloppe de 250 millions d’euros, bien loin du milliard et demi d’euros demandé.

Concrètement, il s’est engagé à débloquer une enveloppe « nouvelle » de 250 millions d’euros. Un plan pluriannuel doit être mis en place, incluant la création d’un poste de « superpréfet » chargé de superviser et coordonner l’action en faveur des sans-abris. Il devrait également comprendre un volet de « prévention des expulsions locatives » […]. Le plan prévoit en outre de « résorber l’habitat indigne » et de « donner les moyens d’appliquer le droit au logement opposable ». François Fillon a enfin évoqué l’objectif de construction de 20 000 logements à loyer accessible par an d’ici 2012, et 9000 places en maisons-relais. Insuffisant, selon les associations, et loin des chiffres avancés par le précédent gouvernement.

Aussi le collectif a-t-il fait part de sa déception. « Nous n’avons pas été entendus », a estimé Patrick Doutreligne. « On pensait qu’une fois la logique acceptée par tous, il nous fallait un grand saut tant qualitatif que quantitatif, et c’est un saut de puce », a ajouté le secrétaire général de la Fondation Abbé-Pierre, relevant que le plan est « un peu mou » et que le gouvernement « cherche des excuses pour minorer ses propositions ». […]. Didier Cusserne, d’Emmaüs  , estime même que le gouvernement, après avoir cherché à gagner du temps, se « moque » des associations. […]

Le comité a prévu d’amplifier la mobilisation. « Nous allons organiser une journée d’actions le 21 février avec des choses diverses, mais qui vont converger. Nous réfléchissons à des actions spectaculaires, comme une grève des hébergements ou la mise en place de campements ».

Ndlr : encore des promesses non tenues.

Rémunération des stagiaires

Le Point.fr du 31/01 : Le collectif Génération Précaire juge la rémunération plancher, annoncée par le ministre Xavier Bertrand, insuffisante, voire insultante. Elle s’élèverait à 30 % du Smic - soit 380 euros par mois - « à partir de leur première journée » dans le cas de « stages de plus de trois mois ».

Le ministre a précisé qu’il y aurait pour les entreprises une franchise des cotisations à hauteur de 30 % du SMIC. « C’est-à-dire que l’entreprise qui va rémunérer ce jeune n’aura pas de charges à payer, c’est l’État qui en fera la compensation », a-t-il expliqué. Pour endiguer les abus, le gouvernement prévoit également la tenue d’un registre dans l’entreprise « pour qu’on sache qui est stagiaire et qui ne l’est pas ».

Le collectif juge cette rémunération parfaitement insuffisante. « Le gouvernement traite les stagiaires par le mépris », a estimé l’association. « On se moque de la jeunesse, on la dégoûte, on provoque sa fuite à l’étranger », a ajouté le collectif. « L’usage des 30 % est entériné et rend stériles les discours sur la valeur du travail ou le pouvoir d’achat. »

Pour le président de la Fage (deuxième organisation étudiante), le gouvernement ne va pas assez loin. « Des franchises de cotisations sociales jusqu’à 50 % du Smic auraient pu inciter les entreprises à payer 50 % du Smic ».

Racines chrétiennes

Du nouvelobs.com du 30/01 : […] « Ce fut une erreur de tourner le dos à notre passé et de renier d’une certaine façon des racines qui sont évidentes », a déclaré Nicolas Sarkozy, qui intervenait après un discours de la chancelière allemande Angela Merkel. « Et qu’on ne vienne pas me dire qu’on remet en cause la laïcité, il suffit de survoler la France pour voir ce long manteau d’églises. Et quand même, dire qu’en Europe il y a des racines chrétiennes, c’est tout simplement faire preuve de bon sens, renoncer à le dire c’est tourner le dos à une réalité historique », a ajouté le chef de l’Etat. « Si on renie son histoire, on ne prépare pas son avenir », a-t-il conclu.

Les positions du président de la République sur la religion et la laïcité ont suscité la polémique ces dernières semaines, d’abord en vantant en décembre les « racines chrétiennes de la France » à Rome, puis en exaltant à la mi-janvier en Arabie saoudite l’héritage « civilisateur » des religions, dans des termes inédits pour le chef d’un État laïque.

L’opposition de gauche a notamment accusé Nicolas Sarkozy de vouloir remettre en cause la loi sur la séparation de l’Église et de l’État de 1905, ce que le chef de l’État et son gouvernement ont fermement démenti...

Ndlr : le chanoine de Latran prend la position du missionnaire !

Cliniques : aux bons soins de l’Etat

Du Canard enchaîné du 30/01 : de bonnes fées veillent sur les cliniques. La plus belle histoire du genre, c’est celle de la Générale de santé, qui avait perçu 4 millions de l’Agence régionale de l’hospitalisation du Pas de Calais pour participer à une réorganisation des secteurs public et privé à Arras.

Le groupe a finalement fait sa petite cuisine tout seul, racheté les deux cliniques du coin, sans pour autant rendre ces jolis 4 millions. Évidemment, les pouvoirs publics n’ont pas eu la grossièreté de les réclamer. Mieux, l’Agence de l’hospitalisation vient d’accorder à la Générale de santé 30 places d’hôpital de jour pour la radiothérapie au lieu des 10 où se succèdent déjà chaque jour 3 patients.

« le jackpot », rigole un médecin.

Ndlr : ça rapporte : en 2006 les dépassements d’honoraires en clinique ont atteint 470 millions.

En congé maladie... d’amour

De free.fr du 28/01 : Les employés d’une compagnie japonaise victimes d’un chagrin d’amour peuvent prendre des jours de congés payés après une rupture difficile, le nombre de journées pour maladie d’amour proposées progressant avec l’âge du salarié.

Hime & Company, société basée à Tokyo, explique que son initiative   permet aux salariés en proie à un chagrin d’amour de se remettre avant de reprendre le travail plus détendus... et donc plus efficaces.

Les employées âgées de moins de 24 ans peuvent prendre une journée de congé de « maladie d’amour » par an, celles âgées de 25 à 29 ans s’en voient proposer deux cependant que les salariées plus âgées disposent de trois journées chaque année.
Hime & Company propose également à son personnel deux matinées de congés payés chaque année pour aller faire les magasins pendant la période des soldes.

Allègrement

Du Canard enchaîné du 30/01 : Bernard Accoyer recevait, le 24/01, à déjeuner à l’hôtel de Lassay une délégation du groupe PS conduite par Jean-Marc Ayrault

Entre poire et fromage, la question de l’ouverture est abordée. Accoyer : « la base des députés UMP ne veut pas entendre parler d’une arrivée de Lang au gouvernement. En revanche, une nomination de Claude Allègre serait très bien accueillie ».

Réponse d’Ayrault tout sourire : « Allez-y, prenez-le ; nous, on n’en veut pas, on vous le donne ». Et gratuitement même ?

Ndlr : tu parles d’un cadeau ! Encombrant, le mammouth !

++++

Mée-disances du 13 février 2008

La Maison Blanche légalise la torture

Rezo.net du 06/02 : La CIA, qui a avoué avoir détruit des enregistrements d’interrogatoires « musclés », est soupçonnée de pratiquer le « waterboarding ». « Le prisonnier est attaché à une planche inclinée, les jambes levées et la tête légèrement plus basse que les pieds. On lui enveloppe la tête de cellophane et de l’eau lui est versée dessus. Inévitablement, les réflexes de suffocation s’enclenchent et une peur panique de la noyade force le prisonnier à supplier que l’on arrête le traitement. […] ».

Torture ou pas ? « La personne croit qu’elle est en train de se faire tuer, ce qui équivaut à un simulacre d’exécution, illégal d’après les lois internationales », répond John Sifton de l’organisation Human Rights Watch. Michael Hayden, directeur de la CIA, a reconnu devant une commission parlementaire que la « simulation de noyade » a bien été infligée à « Khaled Cheikh Mohammed, cerveau présumé des attentats du 11 Septembre, ainsi qu’à deux autres responsables présumés du réseau islamiste ».

Le sénateur Ted Kennedy, a interpellé le ministre de la Justice Michael Mukasey devant la Commission parlementaire le 30 janvier : « Est-ce que la simulation de noyade serait considérée comme de la torture si elle vous était appliquée ? »

Réponse de Mukasey : « Je pense que je le ressentirais comme cela ». Torture, alors ? Eh bien non, ça dépend des cas, selon lui : « Dans certaines circonstances, la législation actuelle interdirait clairement l’utilisation de la simulation de noyade. Dans d’autres circonstances, la question serait beaucoup plus serrée ». Position moralement intenable ! […]

Rappelons que Bush prétend toujours que la mission des États-Unis est de promouvoir dans le monde entier la civilisation, la démocratie et les droits de l’Homme.

Le Président Soleil

Du Canard enchaîné du 06/02 : Le jour même de ses noces avec Mlle Bruni-Tedeschi, Sarkozy a ironisé sur sa nouvelle situation : « si on montre notre couple, on va dire que nous sommes bling-bling. Si on ne le montre pas, il y aura bientôt des rumeurs de divorce. On va donc faire ce que l’on veut ».

Puis il a ajouté, aux anges : « ça me fait marrer que les gens soient obsédés par mon histoire avec Carla et par notre mariage. C’est un signe supplémentaire que tout tourne autour de moi. D’un côté on ne parle que de ma vie privée. De l’autre, c’est moi qui lance tous les débats, politiques, économiques ou sociaux ».

Comme celui sur le pouvoir d’achat, par exemple. Ou la non-indexation du SMIC ou le grignotage des allocat° familiales ?
Traduire du muet ?

De Courrier international du 07/02 : Vingt-sept acteurs interprètent 450 personnages – sans prononcer un seul mot pendant une heure et quarante minutes. L’Heure où nous ne savions rien l’un de l’autre, œuvre théâtrale du dramaturge autrichien Peter Handke, est la plus longue pièce muette du monde. Le spectacle est présenté dans « une nouvelle traduction » … !

Les plaintes des consommateurs

Le Figaro du 07/02 : Selon le premier baromètre des plaintes établi par la Répression des Fraudes, entre 2006 et 2007, les réclamations de consommateurs mécontents ont progressé de 46%, passant de 75 050 plaintes à 109 532 plaintes. « Cinq secteurs concentrent 80% des réclamations des consommateurs », souligne ce rapport. Celui de la communication et de la téléphonie arrive largement en tête avec 28.1% de plaintes enregistrées. Arrivent ensuite les produits non alimentaires (23.5%), les services à domicile et autres services (11.9%), le transport et véhicules (10.7%) et l’immobilier (5.7%). Parmi les griefs des consommateurs, l’inexécution de la prestation, la publicité mensongère, les problèmes de livraison ou encore de facturation. Les plaintes relatives au prix sont aussi en hausse de 36% en un an.

Parmi les 10 entreprises qui comptabilisent 20% des plaintes, les sept premières sont issues du secteur des télécoms et d’Internet. « Je vais écrire à ces dix entreprises », a réagi timidement Luc Chatel, secrétaire d’État à la Consommation, qui n’a cependant pas dénoncé nommément ces mauvais élèves. Il a bon espoir que les choses s’améliorent grâce à la loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs, promulguée début janvier. Parmi ses « plans d’actions », le ministère évoque des « concertations sectorielles » avec les consommateurs. […] « Cependant, la concertation a ses limites ; parfois il est utile de passer par la voie législative », estime l’UFC (Union Fédérale des Consommateurs)

Fœtus mort-né

Le Point.fr du 07/02 : D’après les magistrats, un fœtus né sans vie peut être déclaré à l’état civil, quel que soit son niveau de développement. Les trois arrêts pris par la Cour de cassation devraient réconforter les associations de parents endeuillés suite à un décès durant la grossesse. Depuis plusieurs années, elles demandent que soit comblé le vide juridique, en France, pour les fœtus de 16 à 22 semaines nés sans vie après une mort in utero ou une interruption médicale de grossesse.

En obtenant le droit d’inscrire leur bébé sur les registres de l’état civil, les parents obtiennent du même coup la possibilité de donner un nom à leur enfant, de bénéficier de certains droits sociaux comme le droit au congé maternité, ou encore celui de récupérer son corps afin d’organiser ses obsèques et de faire leur deuil.

D’un grand réconfort pour les familles, ces arrêts « risquent de provoquer une grande anarchie », souligne une source judiciaire. On peut en effet imaginer que des mères qui décident d’interrompre volontairement leur grossesse après quatre semaines profitent de la nouvelle donne pour déclarer leur enfant et ainsi bénéficier des avantages sociaux qui y sont liés.

D’après le NouvelObs, la secrétaire générale du Mouvement français pour le planning familial s’est déclarée « scandalisée » par la décision de la Cour de cassation. « On va finir par déclarer un embryon dès la conception. On monte quelque chose qui à la longue peut mettre en cause l’avortement ». « Tout cela est lié à des forces qui luttent pour revenir en arrière dans l’acquis des droits des femmes ». dit-elle.

Voyage coûteux

Lefigaro.fr du 07/02 : Le secrétaire d’État à l’Outre-mer Christian Estrosi a présenté « toutes ses excuses » pour le coût de son déplacement à Washington, où il était allé le 23 janvier défendre l’inscription du récif corallien de Nouvelle-Calédonie au patrimoine mondial de l’Unesco.

En effet les services de Christian Estrosi ont modifié au dernier moment l’organisation du déplacement du secrétaire d’Etat. Selon le Canard Enchaîné, il aurait tenu à participer à un « pot » à l’Élysée réunissant les sarkozystes de la première heure. Ses services ont alors loué en catastrophe un jet privé de la Société Dassault qui est parti du Bourget, et au retour, a fait un arrêt à Nice où Estrosi avait un rendez-vous électoral. Coût de la plaisanterie : 138.000 euros.

Ndlr : ça fait cher de la coupe de champagne, surtout quand les caisses sont vides !