Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > USA > USA - La guerre de l’espace

USA - La guerre de l’espace

(écrit le 21 mars 2001)

Le contrôle de l’espace

Les États-Unis cherchent à « avoir le contrôle de l’espace », et, à partir de l’espace, à « dominer » la Terre.

« Contrôler » et « dominer »sont des mots fréquemment utilisés dans les documents militaires américains. La nouvelle administration Bush, va-t-en guerre, s’enthousiasme pour le projet américain de développer sa puissance militaire spatiale. Comme on peut le lire dans le rapport du mois dernier de la « Commission Spatiale », présidée par le nouveau Secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld : « Dans un avenir proche, les États-Unis vont mener des opérations en direction de, à partir de, et dans l’espace, pour défendre ses intérêts nationaux, sur la Terre et dans l’espace. » C’est le retour de la Guerre des Étoiles.

Au service de l’hégémonie américaine

Mais il y a une différence par rapport à la Guerre des Étoiles lancée sous Ronald Reagan en 1983. Il était alors prétendu qu’elle était nécessaire pour contrer ce que Reagan appelait « l’empire du mal », l’Union Soviétique. Il n’y a plus d’Union Soviétique. Maintenant, la justification des militaires américains, c’est l’économie mondialisée dont les États-Unis sont le moteur. Ceux-ci voudraient, à partir du « terrain le plus haut placé » qu’est l’espace, « dominer » la planète au-dessous, entre autres pour maintenir l’économie mondiale sur ses rails.

Comme le dit le rapport « Vision pour 2020 » du Commandement Spatial américain : « La mondialisation de l’économie mondiale va également se poursuivre avec un écart de plus en plus grand entre les « possédants », et les « exclus » ». À partir de l’espace, les Etats-Unis pourraient maintenir les « exclus » dans le rang. Le U.S. Space Command (Commandement Spatial américain), instauré par le Pentagone en 1985, se décrit ainsi lui-même dans « Vision pour 2020 » : « Le Commandement Spatial américain contrôle la dimension spatiale des opérations militaires dans le but de protéger les intérêts et les investissements américains ».

Mater les exclus

Toujours selon le Commandement Spatial américain. « Les États-Unis demeureront une puissance mondiale et auront un pouvoir de décision mondial », dit-il. « Le développement des communications va mettre en évidence les inégalités en terme de ressources et de qualité de vie, entraînant des troubles dans les pays en voie de développement. L’écart entre nations « possédantes » et « exclues » va se creuser, créant des troubles régionaux. L’un des avantages des plates-formes spatiales communément admis depuis longtemps est de pouvoir survoler une nation depuis l’espace sans restriction et sans autorisation préalable. »

Ainsi le Commandement Spatial américain cherche-t-il à devenir "« le bras armé de l’économie mondiale » (ou plutôt américaine)

Faire énormément de morts

Un rapport du bureau de l’Air Force, l’affirme : « Au cours des deux prochaines décennies, de nouvelles technologies vont permettre d’utiliser l’arsenal des armes basées dans l’espace, d’une efficacité dévastatrice, pour donner de l’énergie et du poids à un déploiement de forces dans un conflit tactique et stratégique. Ces avancées vont permettre à des lasers de poids et de coût raisonnables de faire énormément de morts. »

Les citoyens américains ne sont pas conscients des vastes plans militaires des Etats-Unis concernant l’espace, à cause de la bonne politique de Relations Publiques qui entoure la nouvelle Guerre des Etoiles et à cause des média qui sont trop paresseux, voire pire. Mais les autres pays, eux, comprennent.

C’est pourquoi le 20 novembre dernier, aux Nations Unies, a été proposée une résolution pour la « Prévention d’une course aux armements dans l’espace », pour laquelle 163 pays ont voté oui. Elle réaffirmait le Traité sur l’Espace de 1967, et particulièrement la clause selon laquelle l’espace doit être réservé pour des « objectifs pacifiques ».

Les États-Unis se sont abstenus, car ils pensent qu’ils peuvent être les « Maîtres de l’Espace », comme le dit la devise du Air Force Space Command (Commandement Spatial des Forces Aériennes). « Maîtres de l’Espace ». C’est écrit en lettres de un mètre de haut à l’entrée de la cinquantième Aile Spatiale des Forces Aériennes. Cela résume fort bien la position des États-Unis envers l’espace. Des entreprises aérospatiales importantes travaillent en lien étroit avec l’armée américaine pour atteindre cet objectif, 75 entreprises dont Aerojet, Boeing, Lockheed Martin, Raytheon et Sparta Corp, jusqu’à TRW et Vista Technologies. Il ne faut pas oublier qu’il y a, dans l’entourage de Bush, un certain Cheney lui-même ancien membre dirigeant de TRW, sa femme Lynn une ancienne dirigeante de Lockheed Martin

Contrairement aux armes lancées depuis des avions, des forces terrestres ou des bateaux, des missions spatiales lancées depuis la terre ou l’espace pourraient être menées avec très peu de délai dû aux conditions météo, aux temps de transit et de transfert d’informations.

Pouvoir disposer de ceci donnerait aux Etats-Unis un pouvoir de dissuasion beaucoup plus fort et, dans un conflit, un extraordinaire avantage militaire.

Tout comme l’Europe a répandu la guerre et sa puissance sur les océans du globe, les Etats-Unis veulent répandre la guerre et leur puissance dans l’espace. Tout comme l’Europe a façonné le monde pendant un demi millénaire, les Etats-Unis veulent aussi façonner le monde pendant au moins aussi longtemps. Pour le meilleur ou pour le pire, l’Amérique tient maintenant dans ses mains l’avenir de la guerre, et avec lui pour un temps l’avenir de l’humanité.

Le reste du monde ne va pas rester assis sans rien faire et accepter la « domination américaine du monde » depuis l’espace. Si les Etats-unis progressent dans ce programme astro-impérialiste, déploient des armes dans l’espace, d’autres nations, la Chine et la Russie les premières, se mesureront aux États-Unis sur ce terrain. Il y aura une course aux armements et inévitablement une guerre dans l’espace.

Le Traité sur l’Espace est un document visionnaire. C’est un pacte pour garder la guerre hors de l’espace. Les États-Unis, furent un des premiers à le promulguer. Il est maintenant signé par la plupart des pays du monde. Basé sur le Traité sur l’Antarctique, il réclame une « exploration et un usage de l’espace pour le bénéfice et dans l’intérêt de tous les pays » et interdit le « placement en orbite autour de la Terre de tout objet portant des armes nucléaires ou tout autre type d’armes de destruction de masse. » Pendant près de quatre décennies, il a gardé l’espace à l’écart de la guerre. Quel héritage va-t-on laisser à nos enfants et à leurs enfants à l’aube d’un nouveau siècle, d’un nouveau millénaire, si les Etats-unis parviennent à s’asseoir sur le Traité sur l’Espace et font de l’espace un nouveau terrain de guerre ? Personne n’en profitera à part Boeing, Lockheed Martin et Raytheon et TRW, etc.

La marge est étroite pour garder l’espace en paix, pour renforcer le Traité sur l’Espace et interdire toutes les armes dans l’espace.

(extrait d’une conférence de Karl Grossman, professeur de journalisme à l’Université d’État de NewYork/College, le 24 février 2001).

Communiqué par le journal électronique « Le Grain de Sable »

guerre dans nos assiettes

guerre nucléaire, guerre chimique

La Terre, vue de l’espace