Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > USA > USA : l’attentat, l’avis d’autres pays

USA : l’attentat, l’avis d’autres pays

 Qu’en pense l’Amérique ... latine

(écrit le 30 septembre 2001)

Il y a un phénomène linguistique révélateur : quand on parle d’un habitant du Chili, on dit un Chilien. On parle de même des Colombiens, des Argentins, des Brésiliens, des Canadiens ... Mais quand on parle des habitants des USA on dit ... les Américains.

Que pensent les « Américains » du Sud, de l’attentat du 11 septembre 2001. ? (collecte de textes faite par Denise Mendez).

La presse occidentale pense volontiers que tous les peuples de la planète portent le même jugement sur les attentats de New York et Washington et sur la réponse militaire qu’ils appellent. Elle exclut de cet unanimisme une partie des peuples musulmans, mais elle ignore aussi totalement l’opinion des autres peuples de la terre.

Pourtant, en Amérique Latine , des voix se sont fait entendre, qui, tout en dénonçant le terrorisme, rappellent leur longue et douloureuse expérience du terrorisme.

Chili : C’était aussi un
11 septembre

Tous les latino-américains ont remarqué que ces frappes sur le territoire des Etats-Unis se sont produites le mardi 11 septembre, et que ce même jour en 1973, à Santiago du Chili, la CIA des Etats-Unis participait au renversement de Salvador Allende et l’instauration de la terreur de Augusto Pinochet.

Dans leur ensemble les messages des Américains du Sud se solidarisent avec le peuple nord-américain, et en même temps ils l’invitent à se remémorer la longue liste des préjudices et des maux dont les peuples, en particulier d’Amérique du Sud, ont souffert du fait des décisions du gouvernement des Etats-Unis.

La plupart de ces réactions invitent à ne pas céder à des interprétations simplistes par lesquelles on se range trop vite dans le camp du bien. Enfin presque tous les commentaires dénoncent les dangers de placer le monde dans une spirale de guerre qui fasse triompher l’irrationnel et recouvre d’un nouveau voile la réalité des oppressions et des luttes sociales, compromettant le combat légitime contre le néolibéralisme.

Chili

l’ ALIANZA CHILENA POR UN COMERCIO JUSTO Y RESPONSABLE (qui rassemble une dizaine d’organisations chiliennes et latino américaines ) condamne les attentats, mais rappelle qu’à Santiago le 11 septembre 1973, on attaquait aussi un symbole car le palais de LA MONEDA en flammes symbolisait l’espoir d’un régime social démocratique et juste. Le message se consacre davantage à l’analyse : il incite à la réflexion sur les lieux choisis symbolisant l’un le commerce international et l’autre le siège de l’inspiration militaire . En tant qu’organisation qui milite pour un commerce juste et responsable, l’Alianza Chilena rappelle que le système économique incarné par les organisations financières siégeant au WTC (World Trade Center) a contribué à une globalisation inhumaine et prédatrice. Elle conclut : « au lieu de l’hégémonie économique et militaire, il est urgent d’avancer dans un processus de paix mondiale qui permette le développement et l’intégration des nations marginalisées par le système »

Argentine

De son côté l’évêque protestant FedericoPAGURA qui fait partie d’un mouvement œcuménique à Rosario en Argentine écrit que « le fait que les objectifs visés soient le cœur du capitalisme mondial d’une part et le cœur du militarisme le plus sophistiqué, nous incitent à réfléchir sur le sens de tant de violence et tant de morts, pour éviter d’aggraver cette spirale sans fin ». En citant la formule biblique « celui qui sème le vent récolte la tempête », il rappelle ensuite, avec l’écrivain Mempo Giardinelli : « les nord-américains devraient savoir que leur gouvernement est toujours intervenu durant ce siècle en Amérique Latine comme gendarme, interrompant des processus de libération, protégeant les pires dictateurs, entraînant les tortionnaires et assassins ».

Le vent glacé

L’évêque invite le peuple nord-américain à reconnaître cette pénible réalité afin de se libérer de son aveuglement et de sa suffisance. Il rapporte en conclusion le discours prononcé par un autre membre de la conférence oecuménique Jim Wallis à Séoul en 1990, juste après la chute du mur de Berlin : « aujourd’hui souffle de l’est un vent de démocratie, demain viendra du Sud un vent chargé de l’espérance des pauvres du monde, il amènera une tempête glacée sur les centres de pouvoir du Nord qui gèrent le système mondial d’apartheid économique »

Brésil

Frei BETTO, religieux brésilien bien connu pour la constance de son engagement aux côtés des dominés, regrette que cet attentat terroriste ait permis de réintroduire le manichéisme dans la culture occidentale. Il s’interroge sur la validité de l’identification des Etats-Unis avec le bien, et il rappelle que depuis la doctrine de Monroe, en 1832 , les Etats-Unis ont annexé Puerto , envahi Cuba, occupé Panama, implanté des dictatures militaires, fomenté le terrorisme contre le Nicaragua sandiniste, entraîné des tortionnaires dans leurs écoles militaires etc.

Frei Betto relève le goût du président Bush pour les références bibliques, et il lui rappelle que, par la loi du talion, l’agressé devient semblable à l’agresseur lorsqu’il se venge en employant les mêmes méthodes. Il rappelle que le cardinal brésilien ARNS vient de demander au président Cardoso de refuser d’appuyer les Etats Unis dans toute mesure de rétorsion qui sacrifierait les populations civiles innocentes.

De son côté, Emir SADER, sociologue brésilien, membre du Comité organisateur du Forum Social Mondial de Porto Alegre, a écrit dans le Jornal do Brasil un article intitulé « L’empire contre-attaque ? contre qui ? ». Il estime que le désastre peut d’une part renforcer la tendance des Etats-Unis à résoudre militairement tous les conflits idéologiques internationaux (il se réfère au Nicaragua, Angola etc). Il pense également que la réponse militaire à cette attaque terroriste sera utilisée pour compenser les effets négatifs de la défaite du Vietnam qui avait fait douter une partie de la population des Etats-Unis de la légitimité de cette guerre .

L’agence ALAI publie sous la signature de Kinto Lucas, une analyse de la réponse militaire décidée par le gouvernement des Etats-Unis qui pose la question : « et si Ben Laden était un bouc émissaire ? ». Il écrit « la croisade de l’Empire ne se limitera pas à faire la chasse à Ben Laden et ses adeptes. Le fait de nommer l’opération « Justice infinie » permettra au gouvernement nord-américain de mettre en œuvre d’autres objectifs militaires et économiques pour renforcer leur emprise »

Mexique

Au Mexique, le journal La Jornada du 17 septembre écrit « le bâton de l’oncle Sam menace tout pays qui ne soutient pas les Etats-Unis dans leur croisade contre le terrorisme ». Le journaliste Octavio Rodriguez écrit : « les Etats-Unis méprisent la souveraineté des autres Etats, ils dictent leurs conditions comme s’ils étaient les maîtres du monde. La vieille doctrine Monroe « l’Amérique aux Américains » est devenue la doctrine Bush « le monde pour les Américains » ». Le journaliste ajoute : « La guerre est déclarée et le plus grave est que ses promoteurs ignorent l’opinion mondiale qui y est opposée ; pire , ils menacent : « celui qui n’est pas avec nous est contre nous et il en souffrira les conséquences » . Nous avons commis l’erreur de ne pas voir le danger lorsque Hitler a provoqué la guerre mondiale, nous devons aujourd’hui le comprendre et nous dresser contre cette nouvelle guerre »

Textes présentés par Denise Mendez groupe-americas@attac.org


Une autre opinion intéressante émane du sociologue André Monjardet qui explique que le monde occidental véhicule une idéologie totalitaire, un intégrisme, celui qui vise à soumettre l’homme à l’économie au nom du dieu-argent.

Les milliers de victimes innocentes new-yorkaises ne seront peut-être pas mortes pour rien : elles auront peut-être réussi à réveiller la petite minorité des nantis de ce monde, ce que n’avaient pu faire les millions de morts victimes de l’impérialisme ultra libéral occidental .

La certitude d’avoir la vérité
a toujours rendu les hommes cruels


Note du 11 septembre 2006 :

  Et si ce n’était qu’une horrible machination ?

Il y a des éléments troublants

Une autre vidéo pose des questions

Si vous préfèrez la version originale en anglais, c’est ici :

http://video.google.fr/videoplay?docid=1336167662031629480&q=Painful+Deception