Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > USA > USA : 11 septembre, faut-il cesser de manifester ?

USA : 11 septembre, faut-il cesser de manifester ?

30 septembre 2001 :

 Faut-il cesser les manifestations
contre la mondialisation libérale ?

Dans la foulée des attentats perpétrés aux Etats-Unis, et spéculant sur une émotion légitime, plusieurs commentateurs avancent quelques thèmes de campagnes et « testent » une argumentation selon laquelle le prétendu « anti-américanisme », porté par les « mouvements antimondialisation », aurait nourri, voire préparé les violences terroristes de ces derniers jours.

Face à cette pseudo argumentation, il faut d’abord rappeler que, loin d’être anti-américains, nous agissons avec des associations et organisations américaines pour combattre la mondialisation libérale. À Seattle et Washington, dans leur énorme majorité, les manifestants étaient Américains. Le mouvement que nous sommes en train de construire est international.

Il faut ensuite rappeler que les peuples ne sont pas réductibles aux politiques menées par leur gouvernement. Nous sommes solidaires du peuple américain, victime d’attentats terroristes. Nous ne sommes pas solidaires de la politique d’un gouvernement américain qui est au service des multinationales américaines.

La Sainte Alliance

La politique et la géostratégie reprenant assez vite leurs droits, on voit se dessiner les termes d’une Sainte Alliance du « bien contre le mal », pour reprendre la formule du président des Etats-Unis, formule polie signifiant que quiconque ne se range pas du côté du « bien » se retrouvera du côté du « mal ». Les mêmes commentateurs nous poussent à « sortir des situations ambiguës pour choisir notre camp : celui de la démocratie et du marché » (propos entendus sur France Inter).

Répétons-le, nous luttons pour que les peuples du monde puissent avoir prise sur leur vie, nous luttons donc pour plus de démocratie, pour que les décisions n’échappent pas aux citoyens. Cela implique qu’ils ne soient plus soumis aux forces économiques dominantes, ni aux lois du marché. Le capitalisme, laissé à lui-même, est incompatible avec la démocratie.

Amalgames

On pourrait rire du simplisme consternant de ces commentaires, s’il n’y avait pas le côté dramatique et dangereux de la situation présente et de ses possibles développements, tant au plan militaire qu’à celui des libertés publiques d’expression et de manifestation. (NDLR : déjà de nombreux journalistes demandent aux anti-mondialisation libérale, s’ils vont continuer à manifester « maintenant ». Cette question sous entendant que la décence l’interdirait au regard de la situation nouvellement créée.)

Dans ce contexte, plusieurs comités locaux ATTAC s’interrogent sur l’attitude à adopter quant aux manifestations qu’ils avaient programmées pour le week-end des 22 et 23 septembre autour du Conseil Européen Ecofin (Réunion des ministres européens de l’Economie et des finances). Doivent-ils renoncer à ces manifestations au prétexte de « deuil », ou de décalage possible avec un contexte profondément renouvelé ?

Le terrorisme se nourrit du désespoir

D’évidence, la pire des attitudes serait d’annuler purement et simplement les initiatives, justifiant ainsi en quelque sorte les amalgames qui pointent et les suspensions d’activité citoyenne qui pourraient les suivre.

Le conseil Ecofin se tient, Wall Street recommence à fonctionner, les raisons qui nous ont amenés à nous mobiliser restent valables et ne sont nullement invalidées par les derniers événements, si tragiques qu’ils soient.

Par ailleurs, il nous faut revenir sur la toile de fond sur laquelle ce crime est intervenu, : l’état du monde et de ses dysfonctionnements majeurs. Comme de nombreux commentateurs l’ont noté, il ne peut y avoir de réponse strictement répressive au terrorisme. Le terrorisme se nourrit du désespoir et de la souffrance des peuples, qui se transforme en haine chez certains individus.

Combattre le terrorisme, c’est aussi combattre pour plus de justice ; c’est combattre la misère qui touche les trois cinquièmes de l’humanité.

En ce sens, notre lutte contre la mondialisation libérale participe de ce combat.

Le Bureau d’Attac.


Ecrit le 30 septembre 2001 :

 L’attitude des médias : Appel à la guerre

Le ’’Journal du Dimanche’’ du 16 septembre 2001 a annoncé qu’une majorité écrasante de citoyens français approuverait des sanctions américaines, éventuellement contre des populations arabo-musulmanes innocentes. C’est aussi ce que laissaient entendre toutes les télévisions de samedi soir 15 septembre 2001, « Ceci ne peut que préformater l’opinion publique française, nous écrit Luc Douillard de Nantes, et empêcher la classe politique de conserver son sang-froid, et son indépendance intellectuelle face aux vertiges démagogiques et populistes. »

Luc Douillard, dans sa lettre au Journal du Dimanche, poursuit : « Messieurs les journalistes, avez-vous vraiment mesuré votre responsabilité ? Il est absolument anormal et indigne que le 4e pouvoir s’instaure en ’’prescripteur’’ de la 3e guerre mondiale. Déjà mardi 11 septembre au soir, le soir même des attentats, des milliards de personnes ont été trompées par les médias qui leur ont laissé entendre que des représailles aériennes américaines avaient déjà eu lieu à Kaboul. (Au risque de déclencher des fièvres irréparables dans toutes les banlieues du monde).

Nous avions déjà les logiciels qui automatisent la dictature des marchés financiers, voici venu l’emballement médiatique dépourvu de toute distanciation critique. Plaignons les citoyens américains mille fois trompés par leur gouvernement, mille fois trompés par leurs médias, traumatisés à juste titre par la catastrophe terroriste, et abreuvés en boucle par des manipulations telles que les mises en scène télévisées de ’’réjouissances’’ venues de Palestine, grossies par un effet de loupe destiné à favoriser les tueries intercommunautaires, et par la propagande insidieuse d’experts médiatiques auto-proclamés ’’de type CNN’’ (ceux qu’on a subi durant la guerre du Golfe, glorifiée en son temps par les principaux commentateurs français, et désormais critiquée par les mêmes commentateurs autorisés). (...)

Ce type de pratique médiatique, pousse-au-crime, exerce une véritable torture sur les sociétés civiles du monde entier, en utilisant des procédés tels que les sondages pré-formatés, dans le but de ’’dicter’’ désormais la suite du ’’Spectacle’’ aux décideurs politiques débordés, en décrétant souverainement que le show continue, vers plus d’images, vers plus de violences. Jusqu’où ? Camarades journalistes, encore un effort, et vous provoquerez une guerre mondiale.

Je vous prie de remarquer que le gouvernement des Etats-Unis est directement complice des attentats de mardi, par au moins un fait matériel avéré : par sa complaisance juridique à empêcher tout contrôle politique et démocratique des flux financiers spéculatifs. Il s’avère que ces flux financiers spéculatifs, dont une grande partie séjourne aux Etats-Unis ou dans les paradis fiscaux protégés par les Etats-Unis, sont le siège fonctionnel des avoirs criminels des trafics d’armes et de drogues, dont il n’est pas besoin d’être très éclairé pour comprendre que le dénommé Ben Laden et son réseau, ne sont que des supplétifs recrutés pour donner une image ’’islamique’’ à des intérêts dépourvus d’idéologie religieuse, mais ayant besoin de se masquer derrière une idéologie, n’importe laquelle.

Croyez bien messieurs, que ma sympathie va au petit peuple new-yorkais - ces Noirs, Juifs, Latinos, Irlandais, Polonais, Italiens, Tchèques, employés Philippins massacrés en masse dans l’attentat du World Trade Center -, ces New-yorkais dont les pères sont venus mourir sur les côtes de Normandie en 1944, ce petit peuple du Manhattan cosmopolite qui avait réservé un accueil triomphal au Général de Gaulle alors qu’il n’était que représentant des ’’Free French’’, on les aime. Mais puisqu’on les aime, on sait bien différencier la société civile américaine de son premier adversaire : la société politique (et médiatique) qui l’opprime et qui la trompe honteusement.

Luc DOUILLARD, Nantes


Note du 11 septembre 2006 :

  Et si ce n’était qu’une horrible machination ?

Il y a des éléments troublants

Une autre vidéo pose des questions

Si vous préfèrez la version originale en anglais, c’est ici :

http://video.google.fr/videoplay?docid=1336167662031629480&q=Painful+Deception