Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCC - Com Com de Châteaubriant > CCC - 2002-2003 > CCC septembre 2003

CCC septembre 2003

Ecrit le 2 septembre 2003 -

Une tête tombe à la Communauté de Communes

L’état de grâce a-t-il une fin ? La lettre envoyée aux maires de la Communauté de Communes du Castelbriantais, à la mi-août 2003, a déclenché des sourires : le Directeur Général, André Ribéra, partira début novembre 2003. Il avait pourtant ici une rémunération très confortable, assortie d’importantes indemnités, d’un logement de fonction (4000 F par mois), avec fourniture gratuite de l’eau, de l’électricité et du fuel, d’une voiture de fonction (en location 2500 F par mois), etc. On s’interroge sur les raisons profondes de ce départ : les difficultés relationnelles avec le « petit » personnel et avec de nombreux élus, n’expliquent pas tout.

Comme dit un élu : « A mon avis, il n’a jamais pu s’entendre avec la Hunauterie, qui a un mépris tellement invétéré des fonctionnaires, que même lorsqu’elle a besoin de ces derniers, elle ne peut s’empêcher de le laisser transparaître... Et comme M. Ribéra est très sûr et fier de ses compétences, conflit d’orgueils... ».

M. Ribéra s’est fait remarquer, dès son arrivée, par les bons conseils qu’il a donnés : c’est ainsi qu’il s’est fait nommer « Directeur Général des Services », ce qui n’était pas légal. Un élu ayant contesté, (le Sous-Préfet aussi), la Communauté de Communes a dû faire appel à un cabinet d’avocats ce qui a coûté 24 192,69 F TTC. Et, par la suite, M.Ribéra est redevenu simple « Directeur Général ». La loi c’est la loi.

En attendant, il va falloir trouver quelqu’un pour le remplacer, ce qui ne va pas manquer de créer des flottements dans la gestion des dossiers.


Ecrit le 24 septembre 2003 :

Engueulades

L’avis de recrutement d’un nouveau directeur pour la Communauté de Communes du Castelbriantais est paru le 15 septembre 2003 dans la Gazette des Communes. Les candidatures sont demandées pour le 15 octobre. Compte-tenu du fait que M. Ribéra part début novembre, le recrutement a peu de chances d’être fait à temps(à moins qu’il n’y ait déjà un candidat dans la manche !) et la continuité des dossiers va se faire dans la douleur.

Il va falloir aussi trouver quelqu’un qui ait la même puissance de travail de M. Ribéra et qui accepte de faire autant d’heures !

Selon nos informations, le départ de M. Ribéra n’a pas surpris le personnel de la Communauté de Communes qui sentait bien, depuis quelques mois, qu’il y avait de l’eau dans le gaz et des engueulades fréquentes entre M. Ribéra et M. Hunault.

Ce dernier n’est pas très apprécié du personnel pour une raison toute simple : quand il vient dans les bureaux de la Communauté de Communes, il est fort rare qu’il salue le personnel. Ces « gens » ne sont sans doute pas dignes de son bonjour.

M. Ribéra a raison de partir. Dans quelques années, quand le public aura ouvert les yeux sur les dérives financières prévisibles, ce n’est pas le Président qui en prendra la responsabilité : il la rejettera sur le Directeur Général de la Communauté de Communes et dira, comme M. Mattéi à propos de la canicule : « je n’ai pas été prévenu ».

(note : M. Stéphane ADNOT, ancien secrétaire général de la Sous-Préfecture de Châteaubriant, est le nouveau directeur de la CCC   depuis le 2 mai 2004)


Ecrit le 24 septembre 2003 :

Hôtel d’entreprises

Il y a quelques années que la Communauté de Communes de l’Est-Castelbriantais (qui n’était pas encore réunie à celle de Châteaubriant), a élaboré un projet d’hôtel d’entreprises, avec deux ateliers de 300 m2 et un local commun, et possibilité d’extension pour un troisième atelier. L’évaluation financière se montait à quelque 300 000 € HT   et le Conseil Général, saisi du dossier, accordait une subvention de 75 000 € par arrêté en date du 2 février 2000. (2000 !) (cf réunion de la CCC   du 9 juillet 2002)

La réunion des deux communautés de communes a retardé le projet puisqu’on ne le voit réapparaître lors d’un conseil communautaire que le 9 juillet 2002 avec décision de principe de lancer un appel d’offres relatif aux travaux de construction.

Et puis, plus rien

Jusqu’à ce 9 septembre 2003 où on apprend qu’un appel d’offres a été lancé et que des entreprises ont été choisies pour faire les travaux. (du moins en partie). Les choses ont quelque peu traîné, semble-t-il. Plus de trois ans !