Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Proche orient, Israël, Palestine > Proche Orient : la solution finale ?

Proche Orient : la solution finale ?

  Sommaire  

Ecrit le 15 novembre 2006 :

« Nuages d’automne » : un nom poétique couvre un bain de sang. Israël a une nouvelle fois attaqué les Palestiniens dans la Bande de Gaza. « Un commandant de régiment dit à ses hommes, qui ont tué 12 hommes en un jour : « Vous avez gagné 12-0 » et les soldats répondent par un large sourire. » raconte Gidéon Lévy dans le journal Ha’aretz du 6 novembre [http://www.haaretz.com/hasen/spages/783711.html].

Le 9 novembre on a vu pire : 18 civils palestiniens tués à Beit-Hanoun. Pour rien. Israël ne peut mettre fin à l’installation de roquettes palestiniennes et n’a pas pu non plus libérer le soldat israélien tenu prisonnier.

Nombre de

Beit Hanoun : des civils, encore des civils. Israël prétend que c’est une grave erreur.

Allons allons, pas de sensiblerie ! Gidéon Lévy raconte : « le général de division Elazar Stern a déclaré : Un excès de sensibilité à la vie humaine dans l’armée israélienne explique une partie des échecs de la guerre du Liban... Et ça ne doit pas se passer ». C’était sur Canal 7, télévision israélienne.

A part cette bavure de Beit Hanoun, « les tueries quotidiennes à Gaza n’ont quasiment droit à aucune mention dans la presse internationale. Des opérations inutiles destinées à restaurer l’honneur perdu de l’armée israélienne ne soulèvent aucune discussion quant à leurs objectifs, leur moralité, leurs chances de succès. Personne ne s’interroge sur le rapport existant entre d’un côté, les dégâts occasionnés par les roquettes palestiniennes et de l’autre, le nombre de morts et l’ampleur des destructions, dont le bombardement de la centrale électrique, à Gaza, un territoire où sont emprisonnés un million et demi de personnes, appauvries et affamées » dit encore Gidéon Lévy.

Et s’il n’y avait pas les roquettes palestiniennes, qui prêterait attention encore à ce peuple qui meurt ?
Résultats : l’escalade. « Si Israël veut la paix et la sécurité, la voie du sang palestinien n’est pas celle qu’elle doit suivre », a déclaré M. Mahmoud Abbas (Fatah) appelant à la reprise des attentats-suicide. Le Hamas, qui avait suspendu ces attentats depuis janvier 2005 (presque deux ans), appelle aussi à une intensification de la résistance.

Que fera l’opinion publique internationale ? Le massacre de Beit Hanoun a provoqué une forte émotion. Mais après ? Les médias internationaux, qui façonnent l’opinion, continueront-ils à mettre sur un pied d’égalité l’occupant arrogant et surarmé et l’occupé qui défend sa dignité ou ce qui lui en reste ?

 Cocotte-minute

Mettez une batterie de volailles dans un espace clos et voyez ce qui va se passer. L’expérimentation est en cours. Belle opération !

L’expérimentation a été un succès : Les Palestiniens se tuent entre eux. Ils se comportent comme il était prévu à la fin de l’expérimentation étendue appelée « ce qui arrive lorsque vous emprisonnez, comme une batterie de volailles, 1,3 millions d’êtres humains dans un espace clos ».

Voici les étapes de cette expérimentation : Emprisonnez (depuis 1991) ; Supprimez les moyens d’existence habituels des prisonniers ; Fermez les débouchés vers le monde extérieur, presque hermétiquement ; Détruisez le gagne-pain existant en empêchant l’entrée de matières premières et la vente des biens et des productions ; Empêchez l’entrée régulière des médicaments et des fournitures hospitalières ; Ne faites pas entrer de produits frais pendant des semaines ; Empêchez pendant des années l’entrée des parents, des professionnels, des amis et autres ; Et faites en sorte que des milliers de personnes - les malades, les chefs de familles, les professionnels, les enfants - restent coincées aux portes fermées du seul passage d’entrée et de sortie de la Bande de Gaza.

Volez des centaines de millions de dollars (droits de douanes et taxes collectés par Israël qui appartiennent au Trésor palestinien), afin d’obliger à ne pas payer, pendant des mois, les salaires déjà bas de la plupart des fonctionnaires ; Présentez les tirs des roquettes artisanales Kassam comme une menace stratégique qui ne peut être stoppée qu’en s’en prenant physiquement aux femmes, aux enfants et aux vieillards ; Tirez sur des zones résidentielles surpeuplées par voie aérienne et terrestre ; Détruisez les vergers, les bosquets et les champs.

Envoyez des avions pour effrayer la population avec des déflagrations sonores ; Détruisez la nouvelle centrale électrique et forcez les habitants de la Bande bouclée à vivre sans électricité pendant la plus grande partie de la journée, durant une période de quatre mois, qui deviendra probablement à une année entière - en d’autres termes, une année sans réfrigération, sans ventilateurs, sans télévision, sans lumière pour étudier et lire ; Forcez-les à se débrouiller sans un approvisionnement régulier en eau, qui dépend de la fourniture d’électricité.

C’est la bonne vieille expérimentation israélienne appelée « mettez-les dans une cocotte-minute et observez ce qui se passe ».

Le succès de cette expérimentation peut se voir dans les miasmes du désespoir qui planent au-dessus de la Bande de Gaza et dans les querelles claniques qui explosent ici pratiquement tous les jours, encore plus que dans les batailles entre les militants du Fatah et du Hamas. La seule chose que l’on peut se demander est pourquoi ces querelles ne sont pas plus fréquentes et que certains liens de solidarité ont été maintenus, ce qui sauve les gens de la famine.

(extrait du journal israélien Ha’aretz,
4 octobre 2006)

Provocation au Liban : à deux secondes près

Lors de son intervention à l’Assemblée Nationale, le 8 novembre 2006, Mme Alliot-Marie, ministre de la défense, a relaté un incident qui s’est produit le 31 octobre dans le sud du Liban : « Une catastrophe a été évitée de justesse par nos militaires. Des F15 israéliens, se sont présentés en piqué puis redressement immédiat ce qui est, d’une façon extrêmement claire, une posture d’attaque », a-t-elle dit.

Elle a qualifié ce comportement de « agressif et provocateur » vis-à-vis des forces françaises de la FINUL (forces d’interposition des Nations Unies)

Mais c’était sûrement, encore, une regrettable erreur des Israéliens..


Ecrit le 26 novembre 2006 :

 Communiqué

Le comité Palestine-Israël du Pays de Châteaubriant   a écrit à la plateforme des ONG en souhaitant être tenu informé des initiatives récentes mises en place, notamment auprès du Gouvernement français, et des instances politiques européennes « L’Etat d’Israël en développant des actes de guerre à Gaza provoque en écho des appels à la violence, aux attentats, de la part des Palestiniens et alimente la spirale représailles/vengeances.

Nous souhaitons que l’ONU, l’Europe et la France se réfèrent sans ambiguïté et sans faiblesses aux diverses résolutions de l’ONU pour stopper l’escalade meurtrière et suicidaire des deux peuples. Ne restons pas sourds, aveugles et muets »(16.11.06)

Source : http://tokborni.blogspot.com/2006/11/lassassinat-sous-forme-de-tableau-excel.html