Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Proche orient, Israël, Palestine > Proche-Orient - Gazaouis : la grande évasion

Proche-Orient - Gazaouis : la grande évasion

Ecrit le 30 janvier 2008

Gaza : 360 km2, 1 500 000 habitants, soit 3900 habitants au km2.
Si Châteaubriant avait une telle densité, cela lui ferait 140 000 habitants.

JPEG - 17.9 ko
carte-gaza

Gaza, étroite bande de terre
où sont captifs ces 1 500 000 habitants.
dont 70 % de réfugiés vivant dans des camps de regroupement.

N’oublions jamais l’origine du conflit : une terre, la Palestine, attribuée arbitrairement aux descendants juifs qui ont chassé les Palestiniens de leur terre, et qui ne cessent de grignoter le territoire palestinien.

Si je m’en retournais un jour vivre dans le pays de mon arrière-grand-mère, en chassant les occupants actuels de la maison, que diraient-ils ?

Les Palestiniens sont dans cette situation-là. Que faire alors ? Laisser Israël continuer à grignoter leurs terres ? Faire appel à des instances internationales qui se gardent bien de bouger ? Ou envoyer des roquettes vers Israël, histoire de dire : on est là, on veut vivre encore, sur notre territoire. Nous mourrons sans doute, mais pas sans nous battre.

 L’étouffoir

La bande de Gaza est bouclée.
– Pas de sortie vers Israël : le mur
– Pas de sortie vers l’Egypte : le mur
– Pas de sortie par la mer : côte interdite.
– Une vaste prison qui subit depuis des mois le blocus criminel de la part d’Israël : tous les produits de première nécessité (lait, farine, médicaments, sous-vête-ments, carburant, électricité…) qui ne passaient plus qu’au compte-goutte, sont bloqués. La sécurité alimentaire et médicale n’est plus assurée. Il y a pénurie d’eau potable, et même de cercueils… Même les convois des Nations Unies ne passent plus.

JPEG - 59.5 ko
gaza

Depuis la « réunion de paix d’Annapolis »
(27 novembre 2007), 150 Palestiniens ont été assassinés par l’armée d’occupation, la plupart dans la bande de Gaza et parmi eux de nombreux civils et des enfants (50%). Chiffres auxquels il faut ajouter les malades - 72 – décédés parce qu’empêchés de franchir les barrages, en violation du droit humanitaire.

Le blocus absolu de Gaza a été décrété par Israël le 17 janvier 2008. Même l’électricité a été coupée. Sous la pression internationale Israël a dû lever un peu la punition collective.

Et mercredi 23 janvier 2008, des Gazaouis ont détruit à l’explosif les deux-tiers du mur les séparant de l’Egypte (mur de métal de six mètres de haut qu’Israël a érigé en 2004 pour séparer les deux territoires)

 De nombreuses questions

700 000 Palestiniens s’y sont engouffrés en deux jours pour aller chercher de la nourriture, du carburant (et des cigarettes !), des médicaments, des bonbonnes de gaz. « Nous allons au paradis », crie un adolescent. Un boucher est rentré à pied en menant par une corde une belle vache blanche et noire. Un paysan a acheté six moutons noirs à longs poils et deux sacs d’engrais. D’autres ont ramené des sacs de ce ciment blanc que les familles utilisent pour couler des dalles sur la tombe des défunts.
– cet afflux de Palestiniens vers l’Egypte est-il une manifestation de force du Hamas ? A-t-il seulement pour but de ravitailler la population ?
– est-il le résultat d’une manœuvre israélienne visant à imposer à l’Egypte la gestion d’un million et demi de Palestiniens ?
Le vice-ministre de la justice israélienne, Matan Vilnaï, a déclaré : « Du moment que Gaza est ouverte de l’autre côté, nous en perdons la responsabilité ». « Nous voulons arrêter de leur fournir de l’électricité, de l’eau et des médicaments, pour que cela vienne d’ailleurs ».
En somme, « régler » le problème palestinien en exportant le conflit, en renvoyant les habitants vers l’Egypte (nourriture, fermeture de la frontière, etc).

Pour Israël, les Palestiniens sont une nuisance. Maintenant que le mur vers l’Egypte a été démoli, le problème lui semble résolu.

– Au Conseil de l’ONU, le 25 janvier, aucun accord n’a été possible. Y aura-t-il un jour un espoir de solution ? Georges Bush a parlé récemment d’un Etat Palestinien avec continuité des territoires, Paroles en l’air ? Dans l’immédiat les Etats-Unis se sont de nouveau opposés à l’adoption d’un texte appelant à la fin du blocus de la bande de Gaza imposé par Israël et à l’arrêt des tirs de roquette contre l’Etat hébreu.

Le Comité Palestine Israël Méditerranée du pays de Châteaubriant   suit attentivement la situation dans la poudrière israélo-palestinienne.