Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Crise 2008 à 2015 > Crise : Palaces et tristesses

Crise : Palaces et tristesses

Ecrit le 18 mars 2009

 Palaces

Les palaces parisiens subissent aussi la crise. Les recettes du cercle très fermé des grands hôtels (Ritz, Bristol, Crillon, Meurice, Plaza-Athénée, George V, Fouquet’s Barrière) ont plongé en février, de 30 à 60 %. Les revenus des hôtels 4 étoiles et 4 étoiles-luxe de la capitale se sont également effondrés en février (- 15 à - 30 %). Alors, si même les riches plongent ...

 Tristesse en milliards

793 : c’est le nombre de milliardaires dans le monde, contre 1.125 l’an dernier, selon le classement 2009 du magazine Forbes. A la date du 13 février 2009, la valeur nette totale des membres du classement 2009 ne s’élevait plus qu’à 2.400 milliards de dollars contre 4.400 milliards de dollars en 2008. Leur fortune a fondu de 2 000 milliards de dollars depuis mars 2008. Il leur reste en moyenne 2400 milliards de dollars soit un peu plus de 3 milliards chacun … en moyenne ! Mais, comme dit le directeur du magazine Forbes : « Cette crise pourrait s’arrêter si l’on décidait de ne plus compter les actifs à la valeur de marché. Ce ne sont que des pertes de papier » . Seuls les salariés au bas de l’échelle ont, eux, de vraies pertes (emploi, salaire, etc)

Que ceux qui ont amassé des fortunes voient aujourd’hui fondre une partie de cette richesse virtuelle, il n’y a pas de quoi s’affoler mais le problème c’est qu’ils veulent perdre le moins possible. Des gens font les frais de cette crise, tout en ayant toujours travaillé honnêtement ...

 Croissance négative

Le FMI (Fonds Monétaire International) prévoit « une croissance mondiale en dessous de zéro cette année, la pire performance que la plupart d’entre nous aient jamais vue », a déclaré Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, le 10 mars 2009. La dégradation continue de l’environnement financier mondial « associée à un effondrement de la confiance des ménages et des milieux d’affaires mine la demande intérieure à travers le monde », a-t-il ajouté.

 Afrique en perdition

La crise financière menace de précipiter à brève échéance des millions d’Africains dans la misère et d’attiser les conflits sur le continent.

En Europe la Banque Centrale est prête à encore « baisser ses taux, également jusqu’à zéro »

La production industrielle française, tirée à la baisse notamment par la production d’équipements et de matériels de transport, a diminué de 3,1 % en janvier après une baisse de 1,5 % en décembre (chiffre révisé à la hausse), a indiqué l’Insee.

Le ralentissement est encore plus marqué pour la seule production manufacturière, avec un recul de 8,9 % par rapport au trimestre précédent et de 12,7 % par rapport à la même période de l’année précédente.

 Emplois : la chute

2009 s’annonce mal. L’assurance chômage prévoit entre 375 000 et 454 000 chômeurs supplémentaires en France cette année, selon deux nouveaux scénarios fondés sur des hypothèses de recul du PIB de respectivement 1,5 % et 1,8 %. Et à Châteaubriant, RBL, la FMGC et d’autres plus cachées …

En Allemagne, la situation n’est pas meilleure. Le nombre de demandeurs d’emploi pourrait atteindre 3,7 millions en 2009, prévient une étude de l’office fédéral du travail. 430 000 personnes pourraient perdre leur emploi cette année.

Et en Europe, quelque 4,5 millions de personnes devraient perdre leur emploi en 2009, selon les prévisions de l’organisation patronale européenne Business-Europe.
A la rue

11 300 familles ont été expulsées de leur logement en 2008, selon le Ministère du logement. Le 15 mars reprend la saison des expulsions. Beau printemps ! Quand on sait le manque de logements sociaux, on se doute des catastrophes à venir, d’autant plus que les loyers ont augmenté de 40 % en 10 ans, plus que les aides au logement. Mme Christine Boutin, communication oblige !, promet « pas d’expulsion sans solution de relogement ou d’hébergement ». Mais dans l’instruction donnée aux préfets, elle n’évoque qu’« une proposition au moins d’hébergement provisoire », type foyer, résidence sociale, centre d’accueil pour sans-abri ou hôtel.

De nos jours l’hypocrisie est florissante. Selon Emmaüs  , quelque 500.000 personnes seraient en situation d’impayés de loyers. Car un salaire ne permet pas toujours de payer un loyer. Les petits logements, eux mêmes, restent chers.