Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Crise 2008 à 2015 > Crise : les banquiers vont bien ! On s’est fait avoir.

Crise : les banquiers vont bien ! On s’est fait avoir.

Ecrit le 29 avril 2009

 On s’est fait avoir

Toutes les banques américaines sont dans le vert au premier trimestre 2009 ! Merveille ? Ou tromperie ?

En fait, en criant au loup très tôt, en brandissant bien haut le tableau d’un capitalisme à l’agonie, les banques ont obtenu ce qu’elles voulaient :
d’abord 500 milliards de dollars d’aides de l’État américain (puisés dans la poche des contribuables).

Mais, surtout, des taux du crédit historiquement bas de la part de la banque centrale américaine, la Fed. Elles ont ainsi pu, dans un premier temps, emprunter pour trois fois rien auprès d’elle. Et se remettre à prêter aux particuliers et aux entreprises avec une marge confortable.

 Manœuvres

Et on apprend que les grandes banques sont tentées de rembourser au plus vite possible l’Etat pour reprendre leurs marges de manœuvre, notamment en matière de rémunération. En somme ce sont les mêmes dirigeants qui s’en sont mis plein les poches, puis qui ont fait chuter les banques, tout en maintenant leurs primes et salaires, puis qui ont récupéré de l’argent public, pour faire de nouveaux bénéfices, et continuer à percevoir de belles rémunérations.

Et pendant ce temps 260 000 salariés des banques ont été licienciés, des milliers d’entreprises se sont cassé la figure (ou ont saisi le prétexte de la crise pour délocaliser). Des millions de petits salariés sont réduits au chômage. Aux USA, les soupes populaires font recette !

 Qui croire ?

Axel Miller, 45 ans, patron de la banque Dexia (renflouée par la France et la Belgi-

que et sauvée de la faillite à hauteur de 6.400.000.0000 €) , avait affirmé qu’il partirait avec rien... enfin qu’il faisait confiance au conseil d’administration pour évaluer le montant de sa prime de départ....

Finalement il partira avec 825.000 euros. Outre cette somme, il a perçu 636.500 euros en 2008, au titre de son salaire fixe sur 9 mois. Mais, le pôvre, il a dû renoncer à un parachute de 3 400 000 €.

Ah ! A propos : Dexia va supprimer 900 emplois dont 250 en France.

 Et allez donc !

Mais faut pas croire : les banquiers subissent la crise. Selon Les Echos du 24 avril, Frédéric Oudéa, successeur de Daniel Bouton au poste de directeur général de la Société Générale, a perçu un salaire de 612.742 euros en 2008, sans bonus. Le directeur général du Crédit Agricole, Georges Pauget, a touché 920.000 euros tandis que Baudoin Prot, directeur général de BNP Paribas, a vu sa rémunération chuter de 70,2% en un an et malgré cela, il a dû se contenter de 945.000 euros

Les grands patrons du CAC 40 ont connu aussi une baisse de salaire, chaque patron n’ayant empoché « que » 1,96 million d’euros, en moyenne, soit une baisse de 13 % par rapport à 2007.

Les plus chanceux ont maintenu leurs émoluments, ou même les ont fait progresser, comme le patron d’Essilor International, qui affiche une hausse de 26,1 % de ses revenus !

 Victime de son ami

Le chanteur Enrico Macias, grand ami de M. Sarkozy, a suivi les conseils de son ami en faisant un prêt hypothécaire : il a hypothéqué une belle villa qu’il possède dans le sud de la France, pour obtenir un prêt de la banque Landsbanki, plusieurs dizaines de millions d’euros.

Une partie des fonds a ensuite été investie dans des produits financiers de banques islandaises qui, avec la crise financière, ne valent quasiment plus rien.

La banque Landsbanki, en liquidation, veut récupérer ses fonds. Mais les fonds ont fondu et la villa d’Enrico est menacée de saisie. Et dans les jardins de l’Elysée on entend pleurer :

Les gens du Nord
Y z’ont piqué tout mon trésor ….

Une lectrice écrit à ce sujet : « la moralisation du fonctionnement des banques, c’est du pipeau. Les grands patrons ne peuvent revenir en arrière tant ils sont cupides. Le cas d’Enrico Macias, j’espère que cela fera réfléchir tous ces gens de gauche qui ont fait confiance à Sarkozy ».

 Folzement drôle !

Le président de l’Association française des entreprises privées, Jean-Martin Folz, touche 300 000 euros de jetons de présence par an pour participer à 5 conseils d’administration … en plus de son salaire.

Ah, à propos, sauvons les riches ! http://sauvonslesriches.fr/

Sauvons les riches : voir page suivante

11 banques condamnées pour entente bancaire : http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=367&id_article=1471

Lire aussi : http://www.lepoint.fr/economie/entente-onze-banques-francaises-condamnees-a-384-9-millions-d-euros-d-amende-20-09-2010-1238540_28.php

Une vidéo cruelle : sauvons les riches

Octobre 2009 : les banques remboursent l’Etat