Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > Règne de Sarko Premier > Sarkozy : l’homme qui rêve au pied du mur

Sarkozy : l’homme qui rêve au pied du mur

Ecrit le 18 novembre 2009

 Où étiez-vous le 9 novembre 1989

Où était M. Sarkozy, le 9 novembre 1989 ? « J‘étais à Berlin, au pied du mur » dit-il (on ne lui avait rien demandé !) sur sa page Facebook à la veille de son déplacement à Berlin pour les cérémonies du 20e anniversaire de la chute du Mur. Nul ne prouve la véracité de cette affirmation alors qu’il est certain qu’il était à Berlin le 16 novembre 1989. Dans Le Monde daté du 21 novembre 1989, la journaliste Claude Sarraute évoquait d’ailleurs « la ruée de nos politiciens et de nos intellos en mal de pub, amenés là par charters entiers, qui se pavanent en travelling arrière devant les caméras. Juppé, Madelin etc ».

Oui mais Alain Juppé dit qu’il était à Berlin le 9 novembre avec Sarkozy. Puis, peu de temps après, il jette : « 9 novembre ou quelques jours plus tard ? Quelle affaire ! ». Problème : dans sa biographie Le Joker (retrouvée par Lefigaro.fr) et dans son livre La Tentation de Venise, c’est la date du 16 novembre qui est évoquée et pas celle du 9.

 Oubliquité

Windows Media Video - 3.8 Mo
Ecoutez : Ferna
se souvient bien de Sarkozy

Où étiez-vous M. Fillon, le 9 novembre 1989 ? « J‘étais à Berlin, au pied du mur », dit-il. « depuis le 7 novembre ». Il l’a répété dans l’info-lettre du gouvernement le 12 novembre 2009. Mais les archives de l’Assemblée nationale disent le contraire : Fillon, alors député membre de la commission de la Défense, intervient le mardi 8 novembre 1989 dans l’hémicycle.

Alors, une certitude s’impose : nos grands hommes ont le don d’ubiquité ! …
ou plutôt d’oubliquité.

Mais quel intérêt a Sarkozy de dire qu’ils était à Berlin le 9 novembre 1989 ? « C’est cohérent avec sa stratégie d’être sur le terrain tout le temps et son intention de communication très forte », analyse François Jost, spécialiste de communication politique. Et d’ajouter : « Ce n’est pas pour autant qu’il est acteur de l’Histoire dans ce cas de figure précis ».

Récrire l’histoire, pour redorer son image : voilà une grande ambition de notre président qui est au plus bas dans les sondages. Mais avec toutes ces histoires à répétition, les Français rigolent. Sans reprendre confiance en l’avenir.


Ecrit le 25 novembre 2009

 Air Sarko

C’est passé assez inaperçu : dans la nuit du 5 au 6 novembre, l’Assemblée nationale a voté 185 millions d’euros pour l’achat et l’aménagement d’un avion A330 réservé aux voyages présidentiels. Un vrai petit Elysée volant avec un espace privatif destiné au chef de l’Etat (chambre à coucher, bureau, salle de bain) et à son entourage 60 places + salle de réunion pouvant accueillir 12 personnes, salle médicalisée, moyens de reproduction et communication cryptés, un système de leurres antimissiles, etc.

Et l’heure de vol passera à 20.000 euros en moyenne (contre 12.000 sur A319).”

La majorité UMP se réjouit : “en pleine mondialisation, notre président voyage comme d’autres présidents de grandes nations. Ce choix très raisonnable est à l’honneur de la France qui a la fierté de soutenir sa filière aéronautique”, a indiqué le rapporteur Jean-Michel Fourgous lors des débats.

La dépense représente 28% de l’aide accordée aux agriculteurs !


Ecrit le 10 février 2010

 Sarkosette

Nathalie Perriot était sur le plateau de « Paroles de Français » le 25 janvier dernier sur TF1. Elle a interrogé le président Sarkozy sur les difficultés des jeunes diplômés à trouver un emploi

Deux entreprises l’ont contactée ensuite pour lui proposer des postes de responsable communication.

Encore 1 500 000 émissions avec Sarko et le problème du chômage est résolu !