Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > Les agriculteurs > Agriculture et élections

Agriculture et élections


Ecrit le 20 décembre 2006

 Les élections font tourner le lait ...

C’est formidable comme les élections font monter le prix du lait ... Les vaches doivent en meugler de surprise !

Depuis 5 ans .....

Dans un communiqué de presse la Confédération Paysanne remarque que : « Depuis 5 ans, le prix du lait à la production n’a cessé de chuter, faisant baisser le revenu des éleveurs. Depuis 5 ans, la Confédération paysanne, exclue des interprofessions, se bat pour que le revenu des producteurs remonte.... »

Depuis 5 ans, la Fédération Nationale des Producteurs de lait a signé tous les accords à la baisse du prix, montrant ainsi qu’elle porte le même projet libéral de restructuration de la filière laitière que les transformateurs de l’interprofession, en totale collusion avec les pouvoirs publics.

Depuis 5 ans, la FNSEA a rencontré la grande distribution à plusieurs reprises avec un point culminant le 17 juin 2004, et la signature de l’ « Accord Sarkozy » qui devait changer la donne entre la grande distribution et les filières agricoles. « On s’est beaucoup congratulé ce jour là devant les photographes, mais avec quel résultat pour les paysans ? »

... mais dans un mois ....

Mais ... « Dans 1 mois, le prix du lait va sûrement remonter un peu ; c’est le prix à payer par des industriels soucieux de garder un syndicat unique à leurs ordres.
Dans 1 mois, le prix du lait va sûrement remonter un peu pour que la FNSEA tente de rester majoritaire et qu’elle puisse continuer d’éliminer les 40 000 producteurs « de trop » ».

Le constat est amer ... « Dans les mois à venir, la Confédération paysanne continuera de lutter pour que le prix du lait redevienne rémunérateur, pour que la production soit répartie sur tout le territoire, pour que de vrais moyens soient mis en œuvre pour stopper l’hémorragie de paysans. ».

 ... et les têtes

Il y a en Loire-Atlantique deux tendances dans le syndicalisme agricole :

L’UDSEA-FNSEA - très proche de la très conservatrice FNSEA nationale (fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) qui est favorable aux très grosses « entreprises » agricoles, même si elles détruisent des emplois.

Et la FDSEA-TP (travailleurs paysans) qu’on appelle aussi « Confédération paysanne » : elle défend tous les agriculteurs, les petits comme les gros, et est favorable à une agriculture nombreuse avec beaucoup d’actifs et beaucoup de productions.

Des élections à la Chambre d’Agriculture vont avoir lieu d’ici quelques semaines. Qui aura la majorité départementale ? Il faut pour cela remporter la victoire dans le collège des exploitants, et si possible consolider avec des sièges dans le collège des retraités et dans le collège syndical.

C’est tout l’enjeu de la bagarre qui se déroule actuellement. Une Chambre d’agriculture (45 membres) est composée de 11 collèges et 4 d’entre eux sont élus avec un système de grands électeurs. Normalement la Confédération Paysanne devrait remporter, notamment, les 2 sièges du collège syndical.

Mais, voyant qu’elle ne peut pas gagner démocratiquement cette élection, la FNSEA tente une manœuvre : elle a déposé un recours juridique au tribunal d’Instance de Nantes.

La Confédération paysanne a dû fournir en 2 jours des pièces justificatives de chaque syndicat local : compte-rendu d’activité, bilan financier, etc.

Deux jours, mission impossible ! Ce que comprennent aisément tous les responsables d’associations !
Faute de ces documents, le juge a considéré que les preuves fournies n’étaient pas suffisantes pour prouver l’existence de la Confédération Paysanne dans les syndicats de base !!! ! De ce fait, il a rayé tous les « grands électeurs » de la tendance FDSEA - TP. On peut en conclure que la FNSEA, seule à voter, va rafler les 2 sièges du collège syndical ! Belle démocratie.

Les agriculteurs de la Confédération paysanne FDSEA -TP se sentent bafoués au regard de l’action syndicale efficace qu’ils mènent au quotidien sur le terrain dans les syndicats de base.

 La Conf en cass’

Devant l’injustice de cette décision, ils ont décidé de former un pourvoi en cassation.

Et ils appellent à voter, partout où c’est possible, pour la liste Confédération paysanne « seule garante de maintenir le débat, le pluralisme et l’indépendance de tous les paysans et de toutes les organisations professionnelles agricoles de notre département. »

Contact : 06 85 55 17 90