Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > maison de l’emploi > Maison de l’Emploi 2004-2006

Maison de l’Emploi 2004-2006


Décembre 2004
Octobre 2005
21 décembre 2005
Mars 2006
Pourquoi faire ?
le bus de l’emploi

Ecrit le 1er décembre 2004 :

  Maisons de l’emploi

Les députés ont adopté le 25 novembre 2004 l’article 1er du projet de loi de cohésion sociale, qui crée les maisons de l’emploi. Elles seront chargées de coordonner l’action des différents services de l’emploi (Unedic, ANPE...).

Le vote institue la fin du monopole de l’ANPE pour le placement des demandeurs d’emploi. Entreprises de travail temporaire et agences de placement privées viendront désormais l’épauler. Les demandeurs d’emploi resteront obligés de s’inscrire à l’ANPE mais les offres d’emploi n’auront plus à lui être obligatoirement notifiées. Le gouvernement souhaite mettre en place 300 maisons de l’emploi d’ici à 2006.voir : Pays de Châteaubriant

----------

Ecrit le 5 octobre 2005 :

 Maison de l’emploi : un machin de plus ?

La Maison de l’Emploi est
accordée pour le Pays de Châteaubriant  .

Cela résulte d’une décision prise le 20 septembre par la « Commission Nationale des Maisons de l’Emploi ». Un « truc » nouveau créé par le ministre Jean-Louis Borloo le 25 novembre 2004. Quinze Maisons ont été retenues dont Châteaubriant, Bordeaux, Bayonne, Loudéac, etc

Quel est le contenu de cette maison ? Un dossier de candidature a été voté par Le Syndicat Mixte du Pays de Châteaubriant   le 5 juillet 2005

Il élargit ce qui est noté dans le Contrat de Pays (signé avec l’Etat en décembre 2004) : « optimiser les services pour l’emploi sur le Pays et d’élaborer de nouveaux dispositifs d’accès à l’emploi ... afin de pouvoir intervenir auprès des personnes qui, dans le cadre des cellules de reclassement, rencontrent des difficultés »

Le projet de Maison de l’Emploi parie sur le rapprochement géographique de structures diverses (ANPE, Mission Locale, ADIC, Conseil de Développement, etc) sur le site des Vauzelles à Châteaubriant . Il prévoit de coordonner ces différents services et d’intégrer le service-emploi de Nozay (existant) et l’antenne-emploi de Derval (à créer)

Fiches-action et bâtiments

Pour coordonner tout cela, les membres de la Maison de l’Emploi ont élaboré des « fiches-action » :
– Observation, anticipation et adaptation au territoire
– Accès et retour à l’emploi
– Développement de l’emploi et création d’entreprise

Pour ce faire il est prévu :
– La construction d’un bâtiment à Châteaubriant (comme ça au moins, la Maison de l’emploi se verra, à défaut d’être efficace)
– L’aménagement de locaux à Derval
– Une équipe d’animation (un directeur, un assistant, deux animateurs) et du personnel supplémentaire pour Nozay et Derval (2 + 2) sans qu’on sache très bien s’il s’agit d’emplois nouveaux ou de « reconversion » d’emplois actuels qui passeraient de la casquette « service-emploi de Nozay » à la casquette « Maison de l’emploi »

Le financement de cette Maison de l’Emploi sera de 1 700 000 euros sur 4 ans, dont

– 465 000 € pour construire et aménager des locaux, et équiper (bureaux, site internet)
– 1 020 000 € de frais de personnel
– (le reste en divers, notamment location de bureaux)

Attention, la Maison de l’Emploi ce n’est pas pareil que l’Agence pour l’Emploi (ANPE) ou la Maison de l’Economie.
Observations :

En lisant l’exposé des motifs, on peut s’étonner du ciblage sur « les personnes ... dans le cadre des cellules de reclassement » : cela semble limiter le dispositif à quelques cas particuliers. Mais ce n’est que la reprise de ce qui figure dans le Contrat de Pays de décembre 2004. La Maison de l’Emploi s’élargira sans doute à tous les demandeurs d’emploi.

Pour les publics « en difficulté » « rencontrant des difficultés récurrentes par rapport à la recherche d’emploi », il est prévu
– de « maintenir et développer le réseau d’employeurs solidaires » (rien de nouveau, ça existe déjà : le médiateur emploi s’en occupe)
– de mettre en place un dispositif : approche globale, resocialisation, redynamisation, accès à l’emploi (rien de nouveau sauf cette approche globale qui ne veut pas dire grand chose)

Visiodialog

Comme on le voit sur l’exemple précédent, les fiches action sont parfois belles mais creuses. Comme celle qui s’intitule « Forum permanent d’information et de communication » qui parle de « favoriser une communication ascendante et descendante » et de « mettre en œuvre des techniques de communication facilitantes ».

Un outil est proposé pour les demandeurs d’emploi : le visiodialog (coût 40 000 euros) qui « rend possible les échanges simultanés de voix, de données et d’images. Il intègre de ce fait la panoplie des moyens de communication existant : le guichet traditionnel, le téléphone, le minitel et le courrier ».. C’est bien beau tout ça sur le papier .... Et ça ronfle le mot « visiodialog » et ça coûte cher ! Et c’est rigolo quand on voit les ASSEDIC supprimer l’accueil au guichet pour renvoyer les gens sur le téléphone.

Pas de sous

La future Maison de l’Emploi se propose « d’adapter les publics aux mutations économiques » et de « favoriser la mobilité professionnelle à l’échelle des perspectives d’emploi du Pays ». Mais aucune action précise n’est envisagée, ni sans doute envisageable puisqu’aucun financement n’a été prévu. Il est à craindre que l’on restera au niveau des grandes idées.

Il faudrait une politique plus volontariste pour organiser des formations spécifiques sur place et pour aider à la mobilité des personnes.

Il est prévu cependant un « fonds de soutien » pour aider à la formation des personnes privées d’emploi. Mais ce fonds, non chiffré , est restrictif puisque « il n’a pas pour objet d’aider au financement de formations qui ne correspondraient pas aux besoins d’emploi sur le bassin ».

Inquiétudes

Deux fiches action, intéressantes, posent question :

a).- celle qui parle de « reconfigurer l’outil d’observation à l’échelle du territoire ». Piloté par la Maison de l’emploi, cet outil d’observation n’est-il pas destiné à concurrencer celui du Conseil de Développement ? ou, sans le concurrencer, de le mettre sous tutelle ?

b).- celle qui parle de « anticiper et accompagner les mutations économiques » est intéressante mais très théorique, voire inadaptée à la situation. En effet, s’il est évident qu’il y a des implantations d’entreprises dans la région de Nozay, il est tout aussi évident que le secteur de Châteaubriant est du genre « inactif ». On peut bien faire toutes les formations que l’on veut : quand il n’y a pas d’emploi c’est difficile de placer des gens !

Il est difficile aussi de faire bouger les choses quand on ne met pas de financement sur des projets précis : formations sur place, projets en faveur du travail des femmes, aide concrète à la mobilité ... rien n’est prévu. Aucun appel à projet n’est lancé.

Avec un bureau qui se réunira tous les trimestres, avec un Directeur qui n’est pas près d’être recruté, avec un projet emploi plutôt flou-flou-flou, la Maison de l’Emploi ne fera pas des miracles du côté de Châteaubriant . Si elle peut coordonner le travail des acteurs de terrain, ce sera déjà bien (quoique : cette coordination se fait déjà !)

Du côté de Derval, on se réjouit de voir se rapprocher les structures qui peuvent aider à l’emploi.

Du coté de Nozay on dit : « Châteaubriant aura son bâtiment, cela leur fait bien plaisir. Pour nous, nous espérons continuer à faire le bon travail que nous avons commencé avec notre service emploi »

D’un point de vue plus global, il va falloir voir si la Maison de l’Emploi, telle qu’elle a été prévue début juillet, va être « fermée à clef », ou s’il sera encore possible d’améliorer son contenu et son fonctionnement en tenant compte du travail de terrain des élus et des associations.

BP  

Ecrit le 21 décembre 2005 :

 Maison de l’Emploi : en petit comité

Il a été question de la Maison de l’Emploi à la Communauté de Communes de la région de Nozay, le 14 décembre 2005. On a appris que les réunions se poursuivent à un rythme accéléré, mais qu’il est surtout question de construire une « Maison » en dur, sans qu’on s’inquiète de savoir ce qu’on en fera. « On s’intéresse plus au béton qu’aux hommes » a-t-il été dit.

On a appris aussi que ces réunions se tiennent en petit comité, sans inviter Nozay ou Derval mais quand un technicien de ces deux Communautés de Communes apprend, par hasard, la tenue de ces réunions, et qu’il vient sans être invité, il finit quand même par obtenir le droit de rester ! La Communauté de Communes du Castelbriantais est très cachottière !

On a appris enfin que les membres fondateurs de la Maison de l’Emploi (c’est-à-dire Etat, ANPE, ASSEDIC et Pays de Châteaubriant  ), vont bientôt agréer des « membres associés ». Une réunion est prévue à ce sujet le 22 décembre. Qui ? qui sera associé ? Et à côté il y aura les non-membres- exécutants et priés-d’obéir ?


Ecrit le 8 mars 2006

 Pas encore construite la Maison de l’Emploi a pris 20 % en 6 mois

Dire qu’il faut aller à 30 km de Châteaubriant pour savoir ce qui se passe à Châteaubriant ! La dernière réunion du « Pays de Châteaubriant  , le 17 février, n’a donné publiquement que des clopinettes et ne permet pas de savoir où on va.

Lors d’une réunion de la Communauté de Communes de la région de Nozay (CCRN  ) il a été fait le point sur la future « Maison de l’Emploi ». François Favry et Jean Blandin ont présenté l’aspect financier disant en substance :

Lors de la réunion du bureau du Pays de Châteaubriant  , il a été présenté le futur bâtiment qui s’appellera « Maison de l’emploi ». Il comportera quatre espaces :
– Un accueil commun
– La Mission Locale
– L’ASSEDIC
– La Maison de l’emploi proprement dite

Ce bâtiment pourrait être construit d’ici la fin de l’année 2006.

JPEG - 1 octets
Maison-emploi

Le budget de la Maison de l’Emploi est établi pour 4 ans (de 2006 à 2009 inclus). Il comprend
– la construction du bâtiment à Châteaubriant,
– la mise en place d’un service décentralisé à Derval,
– la location des locaux du service-emploi existant à Nozay,
– et des frais de fonctionnement.
« On a fait le bilan de ce que coûtent actuellement les services des partenaires et envisagé des dépenses nouvelles, on arrive à un total de 830 000 € pour 2006 en année pleine ».

Pour l’année 2006 la participation du Pays de Châteaubriant  , c’est-à-dire des trois Communauté de Communes, serait de 74 101 €

Sur ces bases (qui peuvent encore changer !) la participation de la Communauté de Communes de Nozay serait environ de
– 19 406 € en 2006 (soit 26,19 % de 74 101)
– 19 800 € en 2007
– 20 200 € en 2008
– 33 000 € en 2009

« On constate une importante progression des dépenses en 2009, parce qu’à cette date le FSE (Fonds social européen) n’apportera plus rien. Et on ne sait pas ce qui va se passer à partir de 2010. On ne sait pas si on aura les moyens de payer ».

Note de la rédaction

Dans cette Maison de l’Emploi on n’y comprend plus rien. Le budget prévisionnel établi en juillet 2005 est totalement bouleversé. Il s’est enrichi : il a pris + 18 à +20 % et tous les modes de financement sont changés. Voyons un peu.

Investissements pour l’année 2006 :
Prévu en juillet 2005 : 464 500
Prévus en février 2006 : 547 930
(soit + 18 %)

Financement pour 2006 :
Etat (50 %)  : 273 965
Région (via CTU)  : 78 000
Pays de Châteaubriant    : 53 965
CC Châteaubriant  : 40 000
CC Derval  : 102 000
total :547 930

Fonctionnement pour l’année 2006 :
Prévu en juillet 2005 : 308 300
Prévu en février 2006 370 503
(soit + 20 %)

Financement pour 2006 :
Etat (13 %)  : 248 782
Europe FSE (67 %)  : 47 620
Pays de Châteaubriant    : 74 101
total :370 503

Pour financer les 370 503 € , et selon les dernières nouvelles :
– L’Etat participe : 80 % des dépenses nouvelles (dans la limite de 30 % du budget global) ... ce qui fera en réalité 67 % soit 248 782 €.
– Le Syndicat Mixte du Pays de Châteaubriant   participe obligatoirement à hauteur de 20 % soit 74 101 €
– Le reste sera pris en charge par le Fonds Social Européen (FSE) qui va apporter 47 620 €


Ecrit le 8 mars 2006

La Maison de quoi ?

Pendant qu’on parle les plans du bâtiment, on ne parle pas de ce qu’on va y faire.

Bien sûr on va y « accueillir les demandeurs d’emploi ». Mais c’est déjà fait par l’ANPE, l’ASSEDIC et divers organismes. Qu’est-ce que La Maison de l’Emploi va apporter de plus ?

Bien sûr on va « favoriser l’adéquation entre l’offre et la demande ». Mais au delà des mots il y a un réel travail à faire pour l’adaptation des demandeurs d’emploi, mais aussi pour l’adaptation des entreprises, pour l’aide à la mobilité des salariés. Qu’est-ce que La Maison de l’Emploi va apporter de plus ?

Bien sûr on va « accorder une attention particulière aux publics les plus éloignés de l’emploi ». Mais au-delà des mots il y a un réel travail à faire pour offrir des emplois à ces personnes qui semblent en difficulté. C’est ce que font déjà l’agent d’insertion du Conseil Général, le médiateur-emploi, et les associations d’insertion comme l’ACPM  , Aire, Espoir, Cap Emploi et d’autres.
Qu’est-ce que La Maison de l’Emploi va apporter de plus ?

Bien sûr on va « développer l’emploi et la création d’entreprises ». C’est déjà ce que fait « Pays-de-Châteaubriant-Initiative   ».
Qu’est-ce que La Maison de l’Emploi va apporter de plus ?

Bien sûr on va développer « l’observation, l’anticipation et l’adaptation aux territoires » mais c’est déjà ce que fait le Conseil de Développement. Qu’est-ce que La Maison de l’Emploi va apporter de plus ?

Il y a un réel travail à faire sur la mobilité des salariés (des cyclos ! des autos !), sur l’insertion professionnelle des femmes, sur la mise en place d’un groupement d’employeurs prêts à participer à l’insertion.
Ce n’est pas une « maison » en parpaings ou en béton qui peut remplacer ce travail de terrain.

Or, dans les projets de la Maison de l’Emploi à Châteaubriant on ne voit pas cet aspect social et économique du problème.

Si rien n’est fait dans ce sens, nous aurons peut-être un beau bâtiment mais ce sera une coquille vide !

BP  


Ecrit le 8 mars 2006 :

 L’emploi-bus

En Belgique il existe déjà des Maisons de l’Emploi. Depuis septembre 2004, existent deux « Bus de l’Emploi » qui sillonnent les routes des Provinces de Namur et du Luxembourg et offrent tous les services normalement offerts par une Maison de l’Emploi, dans près de 20 petites communes. Il s’agit là d’une politique de proximité.

Ces deux Bus de l’Emploi sont généralement présents une demi journée toutes les 2 semaines dans chacune des 20 communes identifiées. Les bus sont de véritables Maison de l’Emploi itinérantes, offrant toute l’aide nécessaire pour dénicher un job, démarrer ou redémarrer une carrière ou pour se perfectionner dans de nombreux domaines. Chaque bus est équipé de trois ordinateurs et d’une imprimante. Deux ordinateurs sont mis à la disposition des visiteurs de manière à leur offrir un accès à l’Internet pour satisfaire leurs recherches où leur permettre de poster leur CV, par exemple. Un PC est réservé au Conseiller-emploi

Les responsables locaux ont constaté un taux de visite élevé de ces bus.


Ecrit le 8 novembre 2006 :

JPEG - 1 octets
Maison de l’em

Pour la Maison de l’Emploi à Châteaubriant, l’appel d’offres a été en partie infructueux puisque 7 lots sur 17 n’ont pas été attribués. Il va falloir procéder par marchés négociés. Les travaux sont commencés quand même.

Dossier sur les maisons de l’emploi : http://www.travail-solidarite.gouv.fr/spip.php?page=sous-dossiers&id_mot=379

La brochure gouvernementale sur les maisons de l’emploi :
– http://www.travail-solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/DP_Maisons_de_l_emploi.pdf

Un article critique, janvier 2009 :
– http://plabbe.wordpress.com/2009/01/13/maisons-de-lemploi-probleme-de-plus-ou-debut-de-la-reponse-%E2%80%A6/