Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > France-Télécom : Orange stressée

France-Télécom : Orange stressée

Ecrit le 7 octobre 2009

 Orange Stressée

Voici un livre qui tombe à point nommé, mis en chantier par Yvan du Roy, suite au suicide d’un technicien de Troyes, en mai 2008. Ce dernier mettait clairement en cause le « management par le stress » de l’entreprise.

Deux organisations syndicales de France Télécom Orange ont alors créé un Observatoire du stress, à partir d’enquêtes auprès des salariés. C’est à partir de ces faits qu’Yvan du Roy a bâti cet impressionnant retour en arrière pour rechercher les racines du mal dans les évolutions de l’entreprise durant ces trente dernières années.

L’ouvrage détaille les étapes de la privatisation : 1996 et la loi qui autorise l’ouverture du capital avec l’Etat gardant une part majoritaire, la motion de censure de la gauche contre cette privatisation, les promesses du candidat Jospin de ne pas procéder à l’ouverture du capital et la trahison en rase campagne quand, moins de deux mois après son élection, il procède à la première ouverture du capital sous l’égide de Strauss Kahn, avec le silence complice des ministres Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon.

Impitoyable aussi l’analyse que l’auteur fait des vertiges de la Bourse, de la bulle spéculative, de l’endettement colossal, de la chute de l’entreprise et de sa privatisation totale. 

Il démontre à quel point ces choix politiques ultralibéraux ont tourné clairement le dos à toute notion de service public, en s’accompagnant de conditions de travail en rupture totale pour les salariés : rupture des valeurs de service public et de service rendu à l’usager, rupture des liens noués dans les équipes et du savoir faire du travailleur au profit d’un individualisme forcené et d’un infantilisme généralisé, obligation de changer sans cesse de site, de poste, de métier, stress et désespoir quotidien, harcèlement moral encouragé voire érigé comme règle.

Entre découragement et répression anti-syndicale, la disparition progressive des formes de résistance collectives a largement contribué au caractère désespérément individuel des réactions actuelles : on compte actuellement 24 suicides à France Télécom, en 18 mois

Source : l’article d’Hélène Viken
Sur le site : http://www.npa2009.org/

Orange pressée, par Yvan du Roy, Editions La découverte

Orange pressée : Dessin de E
06 23 785 905
Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ; 
(…) l’Espoir, vaincu, pleure, 
et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir

Baudelaire


Ecrit le 14 octobre 2009

 France Télécom : une récompense en 2009

Vingt entreprises implantées en France ont reçu le label « Top employeur », le 26 mars 2009. Ce label a été décerné, pour la première fois en France, par CRF, société multinationale « spécialisée dans la recherche des meilleures pratiques managériales ». Il récompense l’implication des entreprises « dans la mise en place d’outils de gestion des ressources humaines modernes ».

L’octroi du label est fondé sur un questionnaire adressé directement aux DRH. Les critères d’évaluation portent sur la stratégie d’entreprise, le rôle des ressources humaines dans l’entreprise, la communication, la gestion de la diversité, la responsabilité sociale de l’entreprise, la gestion des connaissances, la gestion des talents, l’évolution professionnelle, la gestion des performances et la rémunération. « Les réponses obtenues sont analysées, et comparées sur un tableau national et européen, permettant de distinguer les organisations qui se démarquent par leur implication dans la mise en place de conditions de travail optimales dont leurs collaborateurs sont les premiers bénéficiaires. »

Parmi les vingt entreprises « France » sont récompensées : Adecco France, France Télécom-Orange, le groupe Caisse d’Épargne, le groupe Carrefour, le groupe La Poste, le groupe Soparind Bongrain, Heineken, McDonald’s France, etc.

Evidemment si l’on interroge les DRH ils diront que leur gestion des ressources humaines est la meilleure. Mais qu’en pensent les salariés ??


Ecrit le 24 mars 2010

 Harcèlement aux Telecom

L’inspection du travail a transmis à la justice un rapport de 82 pages sur les suicides à France Télécom, révèle samedi 13 mars le Parisien/Aujourd’hui en France. L’inspection du travail y dénonce une « mise en danger d’autrui » et un « harcèlement moral » liés aux méthodes de l’entreprise.

Selon ce rapport, la souffrance à France Télécom provient de la mise en place du plan Next en 2006, qui visait à « améliorer le rendement, l’efficacité et la productivité du groupe » en supprimant 22 000 emplois en trois ans et en mutant 10 000 personnes de métier. Mais surtout, il fallait aller vite pour améliorer les résultats. « J’aurai échoué si on ne fait pas les 22 000 départs. Pour le groupe, c’est 7 milliards de cash-flow » », déclarait Olivier Barberot, DRH, devant des cadres en 2006, comme le rapporte l’enquête.

Détail aggravant : les cadres savaient que, lors des mutations, les salariés succombaient à « la phase de décompression qui se caractérise par la tristesse, l’absence de ressort, le désespoir, la dépression ».

A France-Télécom les suicides continuent.