Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Politique économique, soutien à l’emploi > Emploi- situation locale > Situation locale - 2005

Situation locale - 2005

Ecrit le 16 février 2005 :

Assurance-chômage

Selon le Conseil Economique et Social des Pays de Loire, les demandeurs d’emplois indemnisés par l’ASSEDIC étaient :
100 093 en décembre 2001
122 638 en décembre 2003
Soit une hausse de 23 %.

Ces demandeurs d’emploi ont perçu des indemnités :
1 million d’euros en 2001
1,3 million en 2003
un montant quasiment identique aux cotisations ASSEDIC encaissées. Equilibre.


Ecrit le 16 mars 2005 :

 Chômage, Janvier 2005
Ca vient de sortir

Voici les chiffres du chômage sur la zone de Châteaubriant (qui n’est pas la même zone que celle de l’ANPE de Châteaubriant !)

En décembre 2004, le nombre de chômeurs était en baisse (catégorie 1) avec forte augmentation du travail précaire (catégorie 6).

En janvier 2005, les choses ne s’arrangent pas !

Date catégorie 1 catégorie 6
déc.2003 2953 837
déc.2004 2855 1005
Date catégorie 1 catégorie 6
janv.2003 2782 903
janv.2004 3058 726
janv.2005 3066 831

Ecrit le 6 avril 2005 :

 Chômage en hausse

Après une hausse de 0,7% en janvier, le chômage a augmenté en France de 0,5% en février 2005 avec 12.800 demandeurs d’emplois de catégorie 1 supplémentaires, selon les données corrigées des variations saisonnières publiées par le ministère de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale.

Fin février, la France comptait 2.481.100 demandeurs d’emploi de catégorie 1 (immédiatement disponibles). Le taux de chômage restait stable, à 10,1% de la population active.

Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie 1 a augmenté de 2,1%. La hausse de février touche davantage les hommes (+0,8 %) que les femmes (+0,2%).


Ecrit le 21 juin 2006

  Charges sociales : le patronat veut des cadeaux

Laurence Parisot, Présidente du Medef, a encore des idées : elle propose de transformer les cotisations patronales en supplément de salaire.

C’est oublier que les cotisations « patronales » ne sont en fait que du salaire différé, c’est-à-dire du salaire versé par l’employeur, non pas au salarié, mais aux organismes sociaux. Une sorte de retenue à la source.

La proposition patronale serait de « fusionner les cotisations de Sécurité sociale employeurs et salariés en faisant peser l’ensemble sur le salarié dont le salaire brut serait parallèlement relevé pour compenser le transfert ». Dans un premier temps cela ne changerait rien pour les salariés. Mais la mesure est porteuse de grands dangers quand on sait toutes les pressions faites sur les salariés pour accepter des salaires de plus en plus réduits.

Pour la CGT « Le but est clair : dégager l’entreprise de ses responsabilités en renvoyant le salarié à un arbitrage personnel entre ses revenus directs et ses choix personnels en terme d’assurance. »

La CFE-CGC, que la proposition du MEDEF laisse « pantois et dubitatif », estime que « le salarié s’investit dans son entreprise parfois au péril de sa vie ou de sa santé, il est logique que l’entreprise participe aux dépenses de santé et de retraite du salarié ».

Chirac : une vidéo contre le chômage


NOTES:

(a) Catégories de demandeurs d’emploi
Demandeurs d’emploi immédiatement
disponibles, à la recherche d’un emploi :.

– à durée indéterminée et à temps plein (catégorie 1)
– à durée indéterminée, à temps partiel (catégorie 2)
– à durée déterminée, temporaire ou saisonnier (catégorie 3)

(b) Demandeurs d’emploi non immédiatement disponibles (ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois) à la recherche d’un autre emploi :

– . à durée indéterminée et à temps plein (catégorie 6)
– . à durée indéterminée, à temps partiel (catégorie 7)
– . à durée déterminée, temporaire ou saisonnier (catégorie 8).

Nous ne disposons malheureusement pas du nombre de chômeurs des catégories 2,3,7,8.