Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > OGM et bio-diversité > OGM : M. Grosdidier (UMP) accuse

OGM : M. Grosdidier (UMP) accuse

Ecrit le 16 avril 2008

 OGM : M. Grosdidier accuse

OGM

La Droite est divisée en ce qui concerne les OGM. Le député de Moselle, François Grosdidier, a lancé une mise en garde à ses collègues. Il ne conteste pas la recherche médicale utilisant des OGM mais s’inquiète des cultures strictement commerciales « qui ont quadruplé en France en un an. 99 % des OGM sont cultivés pour produire eux-mêmes ou pour tolérer et absorber des pesticides. On les dit sans risque parce qu’on n’est pas immédiatement malade en les mangeant.

 Amiante

Mais l’épidémiologie ne donne jamais de résultat immédiat. Dans ma circonscription, des centaines d’anciens sidérurgistes sont morts ou sont en train de mourir de l’amiante. On n’était pas immédiatement malade en enfilant un vêtement d’amiante. On en meurt aujourd’hui pour en avoir régulièrement porté. Il a fallu un siècle pour se convaincre de sa nocivité, comme de l’effet cancérigène du tabac ».

« Nous ne savons pas si le maïs GM (Mon 810) est dangereux. Nous savons juste que Monsanto refuse à la communauté scientifique de fournir les résultats des tests faits sur les rats en ayant absorbé alors qu’ils présentaient des anomalies des reins, du foie et du métabolisme sanguin » (…)

 Ir-ré-ver-si-bles !

« Il n‘y avait pas de certitude sur l’amiante, le plomb, le tabac ou les farines animales. On a sacrifié des milliers de personnes avant de savoir, puis de faire marche arrière.

La grande différence entre les OGM et les risques épidémiologiques maintenant connus, c’est que les OGM sont irréversibles. Cela justifie, plus que pour tout autre risque, la mise en œuvre du principe de précaution ».

Cette mise en garde, de même que l’attitude de NKM (Nathalie Kosciusko-Morizet ) ont fortement déplu aux députés UMP. Le projet de loi sur les OGM a été adopté le 9 avril 2008 avec une courte majorité : 249 pour, 228 contre.

A propos, qu’a fait le Député du Coin ? Il n’a pas voté pour, pour ne pas déplaire aux Contre-OGM. Il n’a pas voté contre non, plus, pour ne pas déplaire aux Pour-OGM. C’est ce qui s’appelle : avoir le courage de ses idées.


Note du 18 avril 2008

 NKM et le concours de lâcheté

Voici le texte de l’article paru dans « Le Monde » du 9 avril 2008

OGM : Mme Kosciusko-Morizet dénonce un « concours de lâcheté » dans la majorité

« J’en ai marre d’être confrontée à une armée de lâches. » Alors qu’elle s’apprête à reprendre sa place sur le banc du gouvernement, mardi 8 avril, pour la fin de la discussion à l’Assemblée nationale du projet de loi sur les OGM, Nathalie Kosciusko-Morizet fait part au Monde de son exaspération.

Le matin, lors de la réunion hebdomadaire des députés UMP, la secrétaire d’Etat à l’écologie a été directement mise en cause après l’adoption de plusieurs amendements proposés par l’opposition. Pour Jean-François Copé, le président du groupe, elle est « à l’origine des problèmes ». « Lorsqu’un gouvernement s’en remet à la sagesse de l’Assemblée sur un amendement venant de la gauche, ça veut dire qu’en réalité il l’approuve », estime-t-il.

Depuis que, dans la nuit du mercredi 22 avril, a été adopté un amendement défendu par André Chassaigne (PCF, Puy-de-Dôme) limitant la culture des OGM, les esprits se sont échauffés dans la majorité, au sein de laquelle coexistent deux positions contradictoires.

L’« amendement 252 », accusé de « déséquilibrer le texte » par les partisans des OGM, est en fait identique à celui qu’avait soutenu Louis Giscard d’Estaing (UMP, Puy-de-Dôme), sur lequel la secrétaire d’Etat s’en était remis à la « sagesse » de l’Assemblée mais qui avait ensuite été retiré à la demande du rapporteur, Antoine Herth (UMP, Bas-Rhin).

La gauche, elle, n’avait pas retiré le sien, et trois élus de l’UMP ainsi que le député du Nouveau Centre Philippe Folliot avaient joint leurs voix à celles de l’opposition, faisant ainsi basculer la majorité.

« BORLOO, QUAND IL VEUT, IL VIENT »

L’« affaire » a pris de telles proportions qu’elle a occupé la quasi-totalité du petit déjeuner de la majorité du mardi matin. Obligeant François Fillon à un ferme « recadrage » lors de la réunion du groupe, à laquelle Mme Kosciusko-Morizet était absente.

« L’amendement Chassaigne n’aurait pas dû être voté », a précisé le chef du gouvernement, s’engageant à faire en sorte qu’il soit supprimé en deuxième lecture au Sénat. Tour à tour, Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie, et Valérie Pécresse, ministre de la recherche, l’ont approuvé. Et Michel Barnier, ministre de l’agriculture, a pu se féliciter « qu’il y ait une parole du gouvernement unique, vraiment unique ».

Fauchée par ses collègues, la secrétaire d’Etat ne décolère pas. « J’appelle chacun à prendre ses responsabilités, répond-elle à ceux qui l’ont mise en cause. Il y a un concours de lâcheté et d’inélégance entre Jean-François Copé, qui essaie de détourner l’attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe, et Jean-Louis Borloo, qui se contente d’assurer le minimum. Si le travail de préparation préalable avait été fait dans le groupe, cela ne se serait pas produit. Ce n’est pas normal qu’il y ait eu si peu de députés de la majorité en séance. Manifestement, Copé n’arrive pas à tenir le groupe. Quant à Jean-Louis [Borloo], j’attends avec impatience qu’il vienne exprimer la parole unique du gouvernement dans l’Hémicycle. Quand il veut, il vient. »

Mme Kosciusko-Morizet a reçu le soutien de Greenpeace et de France Nature Environnement, qui dénoncent le « procès en sorcellerie » instruit contre elle par l’UMP.

Gaëlle Dupont et Patrick Roger
http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2008/04/09/ogm-mme-kosciusko-morizet-denonce-un-concours-de-lachete-dans-la-majorite_1032500_3244.html

Commentaires de La Mée :

 Le courage est féminin

Au gouvernement, le courage est féminin. En effet, il n’y a que des femmes, parmi les ministres, pour remettre en cause la bonne parole élyséenne : Rama Yade qui ose critiquer la venue de Khadafi en France, Fadela Amara qui ose critiquer les tests ADN et tout récemment Nathalie Kosciusco-Moriset qui ose critiquer le comportement de Jean François Copé et de Jean Louis Borloo sur le projet de loi OGM.

Malheureusement, la répression est terrible, ainsi NKM est privée de voyage au Japon avec le premier ministre, cela lui apprendra à tenir sa langue. Ces messieurs ne vont pas se laisser marcher dessus par des femmes tout de même !

 

Florent Chauveau

 

Monsanto, le grand semencieu diseu qu’il faut faire des OGM (pour sa bourse !) et les UMeuPeu voteu contre la NKM (1) qu’a laisseu passeu un amendement coco. Ça pagaille dur et nos machos ne mâcheu plus leurs mots : les fom-mes doivent s’humilieu, demandeu pardon de défendre la santé de nos keuniauws et la queunelle de l’environnement.

 

Le Herveu Deulouard de Conquereu

 

 Punie

La secrétaire d’État à l’Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet n’a pas accompagné François Fillon lors de sa visite au Japon, sa présence n’étant « pas souhaitable » après la polémique sur ses propos publiés dans Le Monde. Elle y dénonçait un « concours de lâcheté et d’inélégance » dans son camp au sujet du projet de loi OGM, incluant dans sa critique Borloo et Copé. Le patron du groupe UMP, Jean-François Copé, s’est déclaré « profon-dément attristé » par « l’injure » proférée contre lui par la secrétaire d’État à l’Écologie, ajoutant qu’il appartient au chef de l’État « d’apprécier » si elle doit quitter le gouvernement. […]

Obéissant à une injonction du premier ministre, la secrétaire d’Etat a présenté des « excuses » à Jean-Louis Borloo, son ministre de tutelle, et Jean-François Copé, chef de file des députés UMP, tout en affirmant que les propos qui lui sont prêtés dans le Monde daté de jeudi avaient été « déformés ».


Ecrit le 14 mai 2008

 Michel Hunault : je suis oiseau, voyez mes ailes

Je suis oiseau, Voyez mes ailes
Je suis souris, vivent les rats !

… écrit Jean de La Fontaine dans une de ses fables, « La chauve-souris et les deux belettes ».

La citation pourrait s’appliquer à Michel Hunault. Dans Ouest-France du 3 mai, il répond à M. Alphonse Pageaud, au sujet des OGM, en lui disant qu’il n’a pas voté l’amendement « Chassaigne » . Il a raison, il ne l’a pas voté, pour la bonne raison qu’il n’a voté ni pour, ni contre. Il s’est abstenu une nouvelle fois, comme il le fait très souvent. Cela lui permet de contenter tout le monde. « Je n’ai pas dit oui » peut-il dire aux uns. « Je n’ai pas dit non » peut-il dire aux autres.

Un groupe de 5-6 personnes opposées aux OGM est allé lui rendre visite à sa permanence du 5 mai 2008. Ah mais ! C’est que cela ne lui a pas plu   ! Il n’aime pas les manifs a-t-il dit. « Il a été dédaigneux à notre égard. Il nous a coupé la parole. Il nous a dit que nous attaquions les parlementaires en venant contester leurs prises de position. Bref, il nous a pris de haut. Je ne l’avais jamais rencontré, j’ai été déçu de son manque de dialogue » a dit un participant

Voir aussi le dessin de Placide : http://www.leplacide.com/archive.php

Ecrit le 11 février 2009

 Le saumon carnivore, transgéniquement vôtre

L’année 2008 fut celle du Rat. 2009 sera l’année du saumon transgénique.

Une étude publiée par « Environnemental Science & Policy » raconte que la firme Aqua Bounty Technologies a eu la bonne idée de modifier l’ADN du saumon en y introduisant un gène piqué à un poisson d’eau froide (lequel a le don de fabriquer une protéine « antigel » ). C’est que, savez-vous, le saumon cesse de grandir en hiver. Quel temps perdu ! Tandis qu’avec cette petite modification génétique, il ne sent plus le froid, alors il grandit, il grandit, et atteint son poids de vente deux fois plus vite.

On se demande d’abord si les gènes de ce saumon pourraient tendre à modifier les gènes du consommateur….

Une certitude en tout cas : ce poisson « frankenfish », comme l’appellent les écolos, est élevé dans des cages en haute mer et pourrait s’échapper — ça arrive souvent dans les élevages —, avec le risque de refiler ses gènes aux saumons sauvages (personne n’a encore réussi à rendre stériles à cent pour cent les poissons génétiquement bidouillés).

Et les auteurs de l’étude de rappeler cette amusante simulation : si vous plongez 60 saumons transgéniques au milieu de 60 000 sauvages, ces derniers disparaissent en 40 générations. Ajoutez à cela que la bestiole est agressive et vorace jusqu’à en être cannibale. Cela n’empêche en rien Aqua Bounty Technologies d’annoncer qu’elle pourrait commercialiser dès cette année aux Etats-Unis, avec le feu vert des autorités sanitaires, son saumon transgénique.

Les risques, on s’en fish ! Bon appétit. (source : Canard Enchaîné du 7.01.2009)

Voir aussi :
– http://www.spectrosciences.com/spip.php?breve277
– http://mesmotscourts.canalblog.com/

Risque de dissémination : voir au Mexique


NOTES:

NKM = Nathalie Kociusko-Morizet, Secrétaire d’Etat à l’environnement