Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > humour > Humour-Humeur : ignobel et mon chef adoré

Humour-Humeur : ignobel et mon chef adoré

La rue
Les capucins
Les Ig-Nobel
Lieux burlesques
Le climat du Non
Le mystère de la place Ernest Bréant
François Hollande au Paradis
Mon chef adoré
Star Wars
Petites annonces
Mintenan kes kon fe
Raffarinades
Perversité
Faux pas

_ Ecrit le 11 juin 2003

 Lettre de la « France d’en bas »
à Jean Pierre Raffarin :

La rue

« Ce n’est pas la rue qui gouverne » a dit le premier ministre, mais...

C’est la rue qui essuie la morve de tes gamins, qui s’efforce de leur apprendre à lire, à écrire et à compter. C’est la rue qui se déplace cinq fois la nuit pour amener le bassin à ta vieille maman, qui change ses pansements. C’est la rue qui conduit le train qui t’emmène en vacances, le bus et le métro que tu ne dois pas prendre souvent. C’est la rue qui fait le planton des heures devant le restaurant où tu déjeunes de quelques bons plats, préparés par la rue. C’est la rue qui achemine ton courrier, qui répare ou installe ces câbles et ces tuyaux qui font que tu peux prendre un bon bain chaud. La rue, qui se lève tôt pour que tu aies du pain frais, un café et un journal. La rue, qui ramasse tes poubelles, nettoie tes bureaux, fabrique ta prochaine voiture de fonction, installe ton matelas et ton parasol, répond au téléphone, approvisionne les rayons, tape tes discours, taille la haie, photocopie, balaye, ausculte, assemble, épluche, emballe, graisse, faxe, repasse, arrose.

C’est la rue qui paie ton salaire de ministre, augmentation de 70 % comprise, la rue qui cotisera pour ta retraite de ministre. Et des fois, c’est la rue qui vote.

Avec une grande humanité, avec une grande fermeté, je te le dis : je suis dans la rue, j’y suis bien. Salut.


Ecrit le 15 octobre 2003 :

Les capucins

L’Américaine Sarah Brosnan et son collègue néerlandais Frans de Waal, du Centre national de primatologie Yerkes de l’Université d’Atlanta (Géorgie), ont entraîné dix singes capucins (cinq femelles adultes, trois mâles adultes et deux adolescents) à échanger des cailloux contre de la nourriture.

Le principe une fois acquis, les singes, placés dans deux cages contiguës pour pouvoir se voir et s’entendre, mettent sans hésiter leurs « pièces de monnaie » dans la main de l’expérimentateur en échange de tranches de concombre. Mais lorsque l’un d’eux remarque que son voisin reçoit non pas un morceau de vulgaire concombre, mais un savoureux grain de raisin, il se met aussitôt en colère. Certains capucins refusent de « payer », d’autres paient, mais en refusant ostensiblement de manger le concombre.

En répondant négativement à la distribution inégale de récompense, commentent les chercheurs, ces singes ont montré qu’ils ont un sens de l’égalité, basé autant sur les aspects émotionnels que sur des considérations rationnelles et qui semblait jusqu’ici réservé à l’homme.

Le capucin ou « sapajou apelle » (Cebus apella) est un petit primate social d’Amérique tropicale, connu depuis longtemps pour son intelligence, notamment pour sa capacité à employer des outils. Des capucins ont par ailleurs pu être entraînés pour aider des personnes tétraplégiques

L’identification des réactions semblables chez les singes et chez l’homme fournit une nouvelle perspective de recherches de psychologie pour comprendre comment les humains prennent des décisions par rapport à l’effort, au gain et à la perte. Brosnan et de Waal poursuivent leurs travaux avec une étude semblable sur des « cousins » de l’homme, les chimpanzés.


Les Ig-Nobel

Au moment où sont décernés les prix Nobel, le journal humoristique « Annals of Improbable Research » (Les Annales de la recherche improbable) et l’université de Harvard décernent depuis 13 ans leurs prix Ig-Nobel.

« Les gagnants ont tous fait des choses qui font d’abord rire les gens, et ensuite les font penser », explique le journal sur son site web. Gerbes d’humour rafraîchissantes sur le thème de recherches farfelues, faîtes par des scientifiques - professionnels ou amateurs, illuminés, ignares, téméraires ou naïfs -. Mais qui ne risque rien n’a rien ....

Trois chercheurs de l’université de Stockholm ont été récompensés pour leur rapport sur : « les poulets préfèrent les gens beaux ». Le Japonais Yukio Hirose de l’université Kanazawa a reçu un prix pour son étude chimique d’une statue de bronze qui n’attire pas les pigeons.

En médecine, sept chercheurs londoniens ont été récompensés pour leurs travaux prouvant que les cerveaux des chauffeurs de taxi à Londres sont nettement plus développés que ceux de leurs concitoyens, . En biologie, un Néerlandais a reçu un prix pour avoir étudié le premier cas scientifiquement prouvé de nécrophilie homosexuelle chez le canard colvert (il n’a pas étudié les mantes religieuses).

En littérature, John Trinkaus, de la Zicklin School of Business, à New York, a été récompensé pour avoir relevé toute une série d’anomalies de la vie quotidienne : le pourcentage de gens qui portent des casquettes avec la visière tournée vers l’arrière ou celui de gens qui dépassent le nombre d’articles autorisés à la caisse express dans un supermarché.


Burlesque

Saligos, Montcuq, Trécon, Rebirrechioulet... Les habitants d’une quinzaine de communes aux « noms burlesques et chantants, ou dont la musicalité est porteuse de pittoresque et de folklore » ont décidé de tenir, les 4 et 5 octobre 2003, leurs premières rencontres   officielles à Mengesèbes, petit hameau de la commune de Saint-Lys (Haute-Garonne) dont le nom signifie « Mange-oignons » en occitan. Ici, le burlesque bannit la grossièreté. Il suffit d’avoir le sens de l’humour.

L’an prochain à Soulvache ?


Ecrit le 30 mars 2005 :

 Les conséquences climatiques du NON au référendum

Les chercheurs de l’Institut National Polémique d’Etude du Climat (INPEC) ont eu récemment l’idée d’introduire, dans leur modèle informatique de simulation des températures sur la planète, les effets du résultat du référendum sur le projet de Constitution Européenne. Cet effet, modélisé en partenariat avec les chercheurs de l’IFOU, a permis de mener des simulations numériques intégrant deux options : la France adopte la Constitution, ou ne l’adopte pas.

Si la Constitution est adoptée. Le modèle a montré qu’en raison d’une politique agricole permettant une con-currence libre et non faussée, les fluctuations du climat de la Terre seraient alors annihilées par l’adéquation du marché agricole européen aux variations optimisées des besoins incompressibles des populations. Ces besoins variant suivant les fluctuations climatiques, et en raison des relations d’interdépendance entre les cultures et le climat, cette mutation du marché aurait pour effet de minimiser l’ampleur des errements clima-tiques. En bref, le dam dû au réchauffement du climat, en corrélation avec l’hypertrophie de l’industrie planétaire serait compensé par les effets naturels de l’adaptation de l’agriculture européenne à la demande mondiale, dans un marché libre et non faussé.

Les simulations des chercheurs de l’INPEC ont montré, par contre, que le refus de la France (ou de l’Angleterre) d’adhérer à la Constitution aurait l’effet inverse, pouvant entraîner une hausse de la température moyenne mondiale d’environ dix degrés au cours des dix prochaines années. La onzième année une pluie de grenouilles n’est pas à exclure. L’augmentation de température des eaux pourrait provo-quer la mort de poissons, comme dans le Rollard le 22 mars 2005.

Selon Allan-John Goodchoice, conseiller auprès de la Commission Européenne sur les questions climatiques, le verdict est sans appel : « les Français ont le choix, au référendum, entre la Constitution, ou la désertification rapide ». Avec une augmentation de dix degrés induirait une montée du niveau des océans. La superficie de l’Union Européenne diminuerait de l’équivalent de la surface de la Belgique et du Luxembourg réunis. L’Ile de France serait transformée en savane semi-aride ; l’Italie et l’Espagne auraient le climat du Nevada. Les Espagnols, souligne A.L.Goodchoice ne s’y sont pas trompés en votant OUI. Les Français seront-ils aussi écologistes que les Espagnols ?

Les astronomes du Fonds Européen pour la Recherche Astronomique (FERA), dans un rapport intitulé « Précession des équinoxes induite par un « non » à la Constitution », ont montré quant à eux qu’un « non » au projet de constitution provoquerait une déviation de l’axe de la Terre de plus de trente degrés par rapport à son inclinaison actuelle, en moins de 50 ans. D’après Allan-John Goodchoice, il en résulterait un déséquilibre des maisons et surtout des monuments, la Tour Eiffel par exemple donnant un gîte de mauvais aloi

« L’heure est grave. Il faut tirer la sonnette d’alarme ». Les observateurs en appellent tous, au référendum, à la responsabilité des Français.

Plus d’infos : www.desinformations.com

 Le mystère de la Place Ernest Bréant
Prévoyance est maire de sûreté

Cette enquête scientifique montre toute sa pertinence depuis la semaine dernière : n’avez-vous en effet pas remarqué une hausse anormale des températures, au sein des partis politiques, depuis l’annonce des premiers sondages annonçant une probable victoire du Non au référendum ? Dans les radios et sur les étranges lucarnes, des vibrions tragiques multiplient les mises en garde dramatiques.

Mais dans le Pays de la Mée, grâce au bon avisoir du maire UMP, la population est préparée à affronter le réchauffement annoncé !

Selon des informations exclusives, venues des pépiniéristes et paysagistes, le réchauffement climatique risque de faire des ravages dans la rivière de Chère.

Du fait du réchauffement des eaux, des plantes exotiques (la jussie) et des poissons exotiques (le mérou, le silure) se développent déjà. Des solutions sont en expérimentation pour pallier ces inconvénients.

Pour le mérou, pas trop de problème puisque la peau de mérou se tond. En revanche, pour la jussie et le silure, qui ne connaissent aucun prédateur local, il est envisagé très sérieusement d’importer deux espèces pour les contrôler : l’hippopotame nain de Tanzanie qui se nourrit de jussie et l’alligator de Floride qui bouffe les silures . Ces deux animaux sont déjà acclimatés à nos régions, grâce aux bons soins de « La Ferme Delors ». Il est bien connu que, de par son volume, la présence d’un hippopotame dans la rivière permet une opportune montée des eaux, ce qui ne peut que favoriser l’irrigation des plantes poussant en bordure des rives. Il sera sans doute nécessaire d’étudier l’introduction de ce mammifère ongulé amphibie, dans les eaux de la Chère, lors des périodes de sécheresse qui requièrent une masse d’eau suffisante pour les compétitions de canoë. Quant au reptile crocodilien, son museau large et court fait merveille pour la cueillette des plantes parasites qui provoquent l’eutrophisation des lacs et réservoirs. [on dit que l’hippopotame et l’allligator se sont engagés à ne pas demander l’application de la Règle du Pays d’Origine]

Voilà pour les rivières et maintenant la ville de Châteaubriant. Je suis certain que nombre d’entre vous s’offusquent de ce que la politique environnementale de la ville semble quasi-nulle (ou absente dirons-nous !).

Eh bien, détrompez-vous, la Mée est aujourd’hui en mesure de vous révéler, après une enquête de 15 mois, que la mairie de Châteaubriant, dans sa sagesse, a anticipé un éventuel futur réchauffement climatique.

Vous vous souvenez des travaux de la place Ernest Bréant (ou place de la Mairie, à Châteaubriant) ? De nombreux citoyens se sont émus du coût de cette place qui ne sert à rien et qui en plus est froide.

Effectivement, elle est froide. Et pour cause : la mairie a fait installer dans le sous-sol 1000 m3 de glace auto-réfrigérante destinée à prévenir les dérèglements climatiques en équilibrant la chaleur extérieure par des émanations glaciales.

Cette information nous a été donnée par un ouvrier qui a participé au chantier. Plusieurs signes nous avaient auparavant alertés : peu de gens se promènent sur cette place, les gens la traversent seulement mais n’y restent pas et dernièrement, de nombreux employés de la mairie se sont plaints de “rafraîchissement intempes- tif des extrémités ". Ils sont allés consulter des médecins qui n’ont rien compris à leur problème. Un de nos colla-borateurs a attrapé un rhume de fesses pour être resté assis deux heures à contempler le symbole du vide que représente cette place.

Notre enquête aura au moins permis de résoudre ce problème. Mais les révélations ne sont pas finies : nous avons enquêté aussi sur les parkings et rond-points en hausse sur Châteaubriant pour savoir s’il y avait un lien.

La réponse est oui : chaque chantier pour rond-point ou parking sert à entasser de la glace auto-glaçante dans le sol, la production de celle-ci est commandée par un système électronique actionné directement par le maire, lors des nombreux vins d’honneur. On dit même, mais nous ne l’avons pas encore vérifié, que les horodateurs sont munis d’un mini-climatiseur qui se déclenche à chaque pression du bouton vert

Les scientifiques contactés sur cette méthode de prévention des hausses de température nous ont affirmé que « ces dispositions permettent de faire baisser d’environ 1,5 degrés la température en ville ». Le seul inconvénient est qu’il faut multiplier les zones de stockage aux différents coins de la ville.

Chers concitoyens, si le NON passe, vous n’en aurez donc pas fini avec les rond-points et les parkings. Et les concerts qui seront organisés, tous les soirs d’été sur la Place Ernest Bréant, n’auront pour but ultime que le rafraîchissement de vos ripatons pour que, en toute circonstance, vous sachiez garder la tête froide et reconnaître un ..... (1)


Ecrit le 30 mars 2005

 François Hollande au Paradis :
Faut pas croire !

Au cours d’un dur combat à l’Assemblée Nationale, où la bataille de boules de neige a succédé aux joutes oratoires, François Hollande meurt accidentellement...

Il est accueilli au paradis par Saint Pierre qui lui dit : Bienvenue. Cependant, nous devons régler un petit problème. Nous voyons si rarement des chefs de parti, ici, que nous ne sommes pas certains de ce que nous devons faire de toi. Le grand patron veut que tu passes un jour en enfer et un jour au paradis. Tu devras ensuite choisir l’endroit où tu voudras passer l’éternité.
– Mais j’ai déjà décidé, je veux rester au paradis.
– Je regrette, mais nous avons nos règlements.

Saint-Pierre conduit François Hollande vers un ascenseur qui le conduit en enfer. Quand la porte s’ouvre, il se retrouve sur un magnifique terrain de golf tout vert, le soleil brille dans un ciel sans nuages et il y fait un parfait 25 degrés. Devant un superbe club house se trouvent Guy Mollet, Charles Hernu et le promeneur du Champ de Mars. Une grande partie de la droite est là aussi ; tous ces beaux personnages s’amusent, heureux et habillés de façon élégante mais décontractée (Dior, Versace, Armani, etc...). Ils accourent à sa rencontre, l’embrassent et se mettent à brasser leurs souvenirs d’antan et leurs débats homériques (ha ! ha !). Ils jouent une partie de golf amicale et dînent au homard et au caviar. Le diable offre même une consommation glacée.
– Bois donc ce Margarita et relaxe-toi un peu, François !
– Euh, ben, je ne peux plus boire, j’ai fait un serment.
– Voyons, mon garçon, c’est l’enfer ici. Tu peux boire et manger tout ce que tu veux sans t’inquiéter. À partir de maintenant, ça ne peut qu’aller de mieux en mieux !

François Hollande boit son cocktail et commence à trouver le diable sympathique. Il est gentil, raconte de bonnes blagues, aime aussi jouer de bons tours, etc... Il s’amuse tellement qu’il ne voit pas le temps passer

Paradis

Arrive pourtant l’heure de partir. Tous ses amis le serrent dans leurs bras et François Hollande prend l’ascenseur qui monte au ciel. Saint-Pierre l’attend à la sortie.
– C’est maintenant le temps de visiter le Ciel, lui dit le vieil homme.

Pendant 24 heures, François Hollande doit frayer avec Jean Moulin, Jean Jaurès, De Gaulle Mendès-France et toute une confrérie de gens bienveillants qui conversent de sujets beaucoup plus intéressants que l’argent et qui se traitent l’un l’autre avec courtoisie.

Pas un seul mauvais coup ou une seule blague cochonne ; pas de « club house » mirobolant mais un resto ordinaire.

Etant donné que ces gens sont modestes, il ne rencontre aucune connaissance, et il n’est pas reconnu comme quelqu’un d’important ou de spécial !

Pire ! Jésus est une espèce de hippie, un hurluberlu qui ne parle que de « paix éternelle » et ne cesse de répéter ses insipides rengaines :
– Chassez les marchands du Temple, il sera plus difficile à un riche d’entrer dans mon royaume qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille, etc...

La journée terminée, Saint Pierre revient.
– Alors, François, tu dois maintenant choisir.
François Hollande réfléchit pendant une minute et répond :
Hum ? Bon, je trouve le paradis « intéressant », mais néanmoins je crois que je serais plus à l’aise en enfer avec mes amis. Saint-Pierre l’escorte alors jusqu’à l’ascenseur qui redescend aux enfers.

Quand les portes s’ouvrent, il se retrouve au beau milieu d’une grande plaine brûlée et stérile, couverte de vidanges et de déchets toxiques industriels.

Il est horrifié d’apercevoir tous ses amis, en guenilles et enchaînés tous ensemble, qui ramassent des déchets pour les mettre dans des grands sacs noirs. Ils gémissent de douleur, se plaignant de leur supplice, leurs mains et leurs visages noirs de saleté. Le diable s’amène, mettant son bras velu et puant autour des épaules du nouveau.

– Je ne comprends pas, balbutie François Hollande en état de choc, lorsque j’étais ici hier, il y avait un terrain de golf et un « club house » ; nous avons mangé du homard et du caviar et nous nous sommes soûlés. On s’est envoyés en l’air comme des lapins et on s’est tous follement amusés. Maintenant, je ne vois qu’un désert rempli d’immondices et tout le monde a l’air misérable.

Le diable le regarde, lui sourit sournoisement et lui susurre à l’oreille :

– Oui mais hier, nous étions en campagne électorale ; aujourd’hui, tu as voté pour nous !


Ecrit le 27 avril 2005 :

 Mon chef adoré

Mon chef, est toujours en train de
travailler à son bureau avec assiduité et diligence, sans jamais
perdre son temps en jasant avec ses collègues. Jamais il ne
refuse de passer du temps pour aider les autres et malgré cela, il
termine ses projets à temps. Très souvent, il rallonge
ses heures pour terminer son travail, parfois même en sautant
les pauses café. C’est une personne qui n’a absolument aucune
vanité en dépit de ses accomplissements remarquables et de sa grande
compétence en informatique. C’est le genre d’employé de qui on
parle avec grande estime et respect, le genre de personne dont on ne
peut se passer. Je crois fermement qu’il est prêt pour la
promotion qu’il demande, considérant tout ce qu’il nous ap-
porte. L’entreprise en sortira grande gagnante

C’est beau, non ?
Maintenant, relisez ... en passant une ligne sur deux !!


Ecrit le 18 mai 2005 :

 Star Wars

Aujourd’hui 18 mai, c’est la sortie du dernier opus Star Wars intitulé « La revanche des Sith ». Pour ceux qui n’auraient pas suivi, c’est le dernier épisode de la trilogie qui se passe avant la trilogie que vous connaissez ou pour faire plus simple, le sixième épisode tourné mais le troisième dans l’ordre de l’histoire. Je vois que certains parmi vous font la moue dans le fond de la salle et ne semblent pas avoir tout compris.

Je vais donc vous faire un résumé rapide de l’histoire de cet épisode que je n’ai pas vu mais dont tout le monde connaît l’histoire.
Anakin Skywalker (le marcheur du ciel) est un gentil Jedi qui va épouser la jolie princesse Amidala dont il était le garde du corps. Mais le méchant Sénateur Palatine qui veut devenir l’Empereur va montrer au jeune Anakin le côté obscur de la Force et celui-ci va devenir le célèbre Dark Vador. Anakin va tout de même avoir deux enfants de la princesse : ils seront cachés et sauveront le monde dans les épisodes que vous connaissez déjà.

Pour ceux qui n’auraient toujours pas compris, allez voir le film puis louez ou achetez les cinq autres et vous me remercierez ensuite.

Mais je n’ai pas fini : les Sith, qui sont-ils ?
Plusieurs propositions du petit Robert qui se cache au dernier rang : les Saltimbanques Inutiles Très Hétérogènes, les Soudoyeurs Infinis Toutefois Hétéros, les Soupes Infâmes Touillées à l’Hogéhème, les Souillons Impies Terriblement Hypocondriaques ...

Petit Robert, arrêtez là sinon vous
allez avoir un contrôle de THC !!!
THC : Totalement Homo et Concupiscent, Trou d’Hozone Collectif, Tank Hydroptérien à Cils, Toutou Hors Constitution.....

Bon ça suffit maintenant, faut rentrer chez vous et vous coucher, Petit Robert !! Lulu Topie

 Star Wars 2 au Conseil Municipal

Comme les conseils municipaux ont disparu de Châteaubriant, je vous propose le jeu du mois :

Vous qui connaissez les différents personnages de Star Wars (Guerre des étoiles) et qui connaissez aussi le conseil municipal de Châteaubriant, vous avez un challenge :

Reliez-les !

Qui parmi le conseil local incarne le mieux l’empereur, Dark Vador, Chewbacca, Maître Yoda et les autres ?

Réalisez chez vous un trombinoscope
et faites des flèches reliant ceux qui vous semblent correspondre le mieux,
Envoyez-nous tout ça à la rédaction et nous ferons paraître les résultats prochainement !
Lulu Topie


Ecrit le 1er juin 2005

Petites annonces :

Particulier JPR cherche petit boulot à partir du 30 mai loin de tout tapage médiatique. Contact : jpr@poitou.com

Particulier recherche place de parking gratuite à Châteaubriant , faire offre à citoyen@chateaubriant.com

Particulier loue appartement en carton de 7 m2, tout confort, vue imprenable, proche commodités et commerces si vous le placez bien. Contact : jveudupeze@gouv.com

Particulier recherche petit boulot mal payé, avec conditions de travail lamentables car veut s’habituer à ce qui l’attend si ça continue comme ça mais ça peut pas durer non plus, fô arrêter les conneries. Contact : jenaimarredetrepripouruncon@citoyendumonde.net

Particulier recherche crotte de chien abandonnée sur la place de la mairie le 26/05 et qui aurait disparu entre 22h33 et 23h36 alors que je venais la rechercher car j’aime pas laisser traîner ça derrière moi mais toutou voulait absolument voir la fin du débat sur l’europe, il a pas trouvé mieux pour s’endormir. Contact : jaimeleschiensmaipalescrottes@chateaubriant.com

Particulier recherche lieu pour vivre tranquille loin des agitations du monde. Châteaubriant lui a été conseillé, « il ne se passe jamais rien » qu’on lui a dit ! Faire proposition à loindubruijevimieux@lulutopie.com
Lulu Topie

--------------

Ecrit le 1er juin 2005 :

 Mintenan, kes kon fe ?

APRÈS LA MONNAIE UNIQUE, UNE LANGUE UNIQUE ? La Commission européenne planche sur la question. Elle a sollicité l’avis d’éminents spécialistes et pourrait trancher en faveur du français.

Trois langues sont en compétition :
– Le Français (parlé par le plus grand nombre de pays de l’Union, la France, la Belgique et le Luxembourg),
– L’Allemand (parlé par le plus grand nombre d’habitants de l’Union),
– L’Anglais (langue internationale par excellence).(et par défaut).

L’Anglais a été vite éliminé, pour deux raisons : l’Anglais aurait été le « cheval de Troie » économique des Etats-Unis. De plus les Britanniques ont vu leur influence limitée par le couple franco/allemand, en raison de leur légendaire réticence à s’impliquer dans la construction européenne.

Un plan en 5 ans

Le choix ferait l’objet d’un compromis, les Allemands ayant obtenu que l’orthographe du français, particulièrement délicate à maîtriser, soit réformée dans le cadre d’un plan de cinq ans, afin d’aboutir à une sorte « d’eurofrançais ».

La première année, tous les accents seraient supprimés et les sons actuellement distribués entre « s », « z’’, »c« , »k« et »q« seraient répartis entre »z« et »k",
ze ki permettra de zupprimer beaukoup de la konfuzion aktuelle.

La deuzieme anner, on remplazera le « ph   » par ’f ’,
ze ki aura pour effet de rakourzir un mot comme "fotograf’ de kelke vingt pour zent.

La troizieme anner, des modifikations plus draztikes, notamment ne plus redoubler les lettres ki l’etaient.
Touz ont auzi admi le prinzip de la zuprezion des « e » muets, en efet zourz eternel de konfuzion, toukom d’autr letr muet.

La katriem aner, les gen zeron devenu rezeptif a des changemant majeur tel ke remplazer « g » zoi par « ch », zoi par « j », zoi par « k » zelon ler ka,
ze ki zimplifira davantach l’ekritur de touz.

Duran la zinkiem aner, le « b » zera remplazer par le « p » et le « v » zera lui auzi apandoner au profi du ’ f ’.
Efidamen, on kagnera inzi pluzieur touch zur le klafier.

Une foi ze plan de zink an achefer, l’ortokraf zera defenu lochik, et les chen pouron ze komprendr et komuniker.
Le ref de l’Uniter kulturel de l’Europ zera defenu realiter !
Er les zenfan oront rekagner le tan perdu a aprandr l’ortokraf du passer

La rechion la mieu preparer en Europ est .... l’Alzaz. 90% de la populazion le pratik dercha kouraman.

Pour le zotr .... de mezur OTORITAIR zeron priz dan les zerkol ou on fera rerziter la konztituzion o zanfan. Apre koi un referandom zera orkanizer pour foter OUI a la nouvel fazon de cozer

On poura abattre la Tour de Babel


Ecrit le 8 juin 2005 :

 Raffarinades choisies :

En trois ans, Jean-Pierre Raffarin, l’homme de « la France d’en bas », s’est rendu célèbre par des formules dont certaines sont déjà passées à la postérité. Ces raffarinades, comme les lapalissades, impliquent une certaine dose d’absurdité. Elles ont contribué à donner à M. Raffarin une image pas toujours flatteuse.

A propos de la vie

– « Notre route est droite, mais la pente est forte »

– « Les jeunes sont destinés à devenir des adultes »

– « Les veuves vivent plus longtemps que leurs conjoints »

Sur la politique

– « La Marseillaise sera d’autant moins sifflée qu’elle sera entonnée par tous »

– « Le citoyen est un piéton de la République »

– « Un peuple qui doute n’est pas un peuple qui marche »

– « A force de penser au pluriel la politique, certains ont oublié le singulier de la France »

– « Merci (à Bernadette Chirac) de nous montrer que la victoire n’est pas facile, qu’elle se gagne étable par étable, commune par commune »
– « La rue doit s’exprimer mais ce n’est pas la rue qui gouverne »

– « Il faut mettre en place la République du bon sens »

– « Il y avait un projet de loi qu’on a arrêté à temps. C’était : quand on ne travaillera plus le lendemain du jour de repos, la fatigue sera vaincue »

– « C’est promis, l’année prochaine je viendrai avec des allègements d’impôts. Je ne prends pas de risque puisque le voisin d’en face l’a annoncé »

Europe et référendum :

– « L’Europe à laquelle nous devons penser demain, ce n’est pas l’Europe d’hier »

– « The yes needs the no to win against the no » (« le oui a besoin du non pour gagner contre le non »)

– « Ne soyons pas frileux, ne soyons pas frigides » avec l’Europe

– « Mon oui est plus qu’un non au non »

– « Un non qui s’abstient est un bon non. Un oui qui vote c’est un bon vote » (22 mai)

Sur lui-même :

– « Je n’aime pas beaucoup ne pas être dans le logiciel central de moi-même »

------------

Ecrit le 13 juillet 2005 :

 C’est en grandissant qu’on devient ... pervers

A la fin de l’année scolaire, le petit Thomas demande à parler à sa maîtresse après la classe ; elle accepte.
– Quel est ton problème Thomas ?
– Je pense être trop intelligent pour rester dans cette classe, je veux passer directement au Lycée !

La prof, un peu surprise par l’initiative   de son élève, surtout qu’il n’a pas des notes extraordinaires, décide d’aller consulter le directeur de l’établissement. Celui-ci propose de lui faire passer un test qui à coup sûr sera trop difficile pour Thomas et qui le fera revenir sur sa décision. Thomas accepte sans hésiter et le directeur commence le test.
– VoyonsThomas : 3 X 4 ?
- Douze
– Et 6 X 6 ?
– Trente six, M. le directeur
– Capitale du Japon ?
– Tokyo

Et le test continue pendant une demi-heure, Thomas ne fait aucune erreur ! Au bout du test, le directeur ne voit pas d’issue, et la prof demande si elle peut à son tour lui poser des questions. Tous les deux acceptent, la prof commence.
– Bon, Thomas, la vache en a 4 et moi j’en ai 2, qu’est ce que c’est ?
- Les jambes, madame !
- Correct, qu’est-ce qu’on trouve dans tes pantalons et pas dans les miens ?

Le directeur s’étonne de la question...
- Les poches, madame.
- Bien Thomas, qu’est-ce qu’il y a au centre des hommes et des femmes et qui est en double ?

Le directeur se prépare à intervenir lorsque Thomas répond :
- Les deux m.
- Et c’est où que les femmes ont les poils les plus frisés ?
- En Afrique ! Madame ! Répond le gamin sans hésiter !
- Qu’est-ce qui est mou mais qui dans les mains d’une femme devient dur ?

Le directeur ouvre grands les yeux mais avant de parler, Thomas répond
- Le vernis des ongles !
– Qu’est-ce que les hommes et nous avons en plein milieu des jambes ?
– Les genoux
– Bien et qu’est-ce qu’une femme mariée a de plus large qu’une femme célibataire ?

Le directeur n’en croit pas ses oreilles !
– Le lit, madame.
– Quelle est la partie de mon corps qui est souvent le plus humide ?
– La langue, madame.
– Quel mot commençant par la lettre C... désigne quelque chose qui peut-être clair ou obscur, humide ou sec, ouvert ou fermé, noir, bleu ou rose ?
– Le ciel ! Affirme Thomas.

Le directeur soufflant, transpirant comme un sauvage décide d’arrêter le test et s’exclame :
– Ce n’est pas au lycée que je vais l’envoyer mais directement à la Fac ! Même moi je l’aurais tout raté ce test !

Morale de l’histoire :
c’est avec l’âge que l’on devient
... pervers !!!!!!

----------------

Ecrit le 14 décembre 2005 :

 Faux pas .......

Selon le Président de la Communauté de Communes du Castelbriantais, certaines personnes ou associations de la région castelbriantaise ont « un goût excessif pour l’auto-critique ». Il vise explicitement les propos tenus par des industriels de l’ADIC lors de l’enquête menée par la Région Pays de Loire, et un article paru il y a quelques temps dans le gratuit « 20 minutes » à Nantes.

« Faux pas » ...... dire que les industriels regrettent l’enclavement de Châteaubriant.

« Faux pas » ..... dire que des entreprises licencient.

« Faux pas » ... dire que des entreprises pratiquent le harcèlement moral et le dépôt de bilan-punition.

« Faux pas » ... donner un avis personnel : ni sur les entreprises, ni sur la municipalité, ni sur les Communautés de Communes, .......

Ni sur l’Eglise, ni sur les Syndicats, ni sur l’Education Nationale, ni sur la Poste ....ni sur le Téléthon ... Ni, ni. « Faux pas » ,
« Faux pas » : vous portez atteinte à la réputation de ces institutions, vous leur faites du mal.

Hein ? C’est vous qui avez mal ? Mais taisez-vous bon sang, ne le dîtes pas !

Climat

voir aussi page 1997


NOTES:

(1) un poisson d’avril