Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Santé : qui plombe les comptes de la Sécu ?

Santé : qui plombe les comptes de la Sécu ?

Ecrit le 3 octobre 2007

Qui plombe les comptes ?

Au terme d’une longue analyse, l’UFC-Que Choisir a réussi à retracer, très finement, l’évolution des dépenses de médicaments par classe thérapeutique depuis 2002. Les premiers résultats montrent l’existence d’un immense gâchis qui résulte de prescriptions médicales manifestement irrationnelles.

– Dans la classe des « IPP » (problèmes gastro-oesophagiens), dès 2001, les laboratoires ont contourné l’arrivée des génériques en incitant les médecins à prescrire un nouveau médicament (l’Inexium) dont les ventes se sont fortement accélérées. Or, ce médicament non génériquable, non innovant et pas plus efficace, est plus coûteux pour la collectivité. Gâchis : 303 millions d’ euro entre 2002 et 2006.

– Dans la classe des « AINS » (problèmes d’arthrose), les médecins ont préféré prescrire en masse l’ART 50 alors même que son efficacité est jugée inférieure à d’autres médicaments pourtant plus efficaces et moins coûteux. Gâchis : 222 millions d’euros entre 2002 et 2006.

– Dans les classes « Sartans » et « IEC » (problèmes d’hypertension), la prescription est doublement irrationnelle : les dépenses progressent de 54 % entre 2002 et 2006 alors que rien n’indique une augmentation de la population cible, ou une meilleure prise en charge des malades. Enfin, les médecins ont préféré prescrire les « Sartans » au détriment des « IEC » alors même qu’ils sont, selon deux études de référence, moins efficaces et plus coûteux. Gâchis : 125 millions d’ euros entre 2002 et 2006.

Entre 2002 et 2006, sur seulement trois classes thérapeutiques, soit 14 % des prescriptions annuelles, ce gâchis aura coûté au minimum 650 millions d’euro à la Sécurité Sociale !

L’emprise quasi exclusive des laboratoires pharmaceutiques sur les médecins de ville est un secret de polichinelle. Les médecins ont perdu le contrôle de la prescription. Cette démission est aujourd’hui payée cash par tous les usagers du système de santé. L’information produite par les autorités de santé en direction des médecins ne leur parvient pas. Logiquement, les laboratoires pharmaceutiques ont, notamment par leurs visiteurs médicaux, façonné l’information des médecins.

C’est pourquoi, l’UFC-Que Choisir propose la création d’un corps de 1.700 visiteurs médicaux (en remplacement des délégués de l’assurance maladie) sous la responsabilité de la Haute Autorité de Santé et financés pour moitié par les laboratoires. (communiqué)