Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Bâtiment > Recrutement de maçons VRD

Recrutement de maçons VRD

Recrutement : 7 et 70

Mercredi 12 novembre 2003, trois entreprises du bâtiment, sous l’impulsion de l’ADIC (association des industriels) avaient organisé une réunion information-découverte des métiers de « maçon VRD ». Sept personnes se sont présentées….. Faut croire que les gens ne veulent point travailler, penserez-vous peut-être. Eh bien non, c’est que l’information avait été mal faite.

Mercredi 19 novembre 2003, les mêmes entreprises renouvelaient cette réunion. Cette fois il y avait eu des communiqués de presse. Du coup …. 70 personnes (des hommes et quelques femmes) étaient présentes ! Les responsables de la réunion ont été débordés. La réunion n’a pas commencé à l’heure, l’ordinateur ne marchait pas, le micro non plus …. Mais ce ne sont là que des détails.

Car en réalité des contacts fructueux ont été noués et, les jours suivants, des salariés ont été rappelés par les entreprises pour une pré-sélection. Il est question en effet d’un recrutement de 10 stagiaires, pour un stage en alternance qui va durer 21 semaines et qui doit déboucher sur un diplôme et une embauche.

L’initiative   est intéressante car il s’agit de la décentralisation d’un stage qui habituellement se passe à Doué-la-Fontaine et qui, cette fois, se passera à Nozay (du moins pour deux des quatre modules que comporte cette formation qualifiante).

Une observation quand même : quand on veut recruter des salariés, il ne faut pas commencer par les envoyer aux pelotes ! L’entreprise Hervé était représentée par « un jeune loup » qui, recevant un salarié lui a dit de but en blanc : « Vous n’avez pas le permis de conduire, vous ne m’intéressez pas ». Or ce salarié est en cours de préparation du permis. Le renvoyer ainsi dans les cordes c’était le dévaloriser, le décourager ! Heureusement ce salarié a pu être « récupéré » par un encadrant présent dans la salle : il a été ensuite bien accueilli et écouté par les représentants de la société Sauvager.

Espérons que les « jeunes loups » n’auront pas un jour à se casser les dents et à subir le mépris qu’ils ont fait subir aux autres. B.Poiraud