Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Enfance jeunesse > Inauguration ... fictive à Moisdon

Moisdon - suite

Inauguration ... fictive à Moisdon


Inauguration fictive
Rencontre avec les élus
Manif le 7 avril 2006
Victoire le 31 mai 2006

15 octobre 2005, les parents d’élèves sont là, le service d’ordre est assuré par les gendarmes, sur les tables il y a des gâteaux et de la boisson, le ciel est bleu, le soleil tendre, les élèves sont sages derrière les tables. Madame le Maire de Moisdon-la-Rivière, revêtue d’une écharpe colorée, prend la parole, très émue.

 Mes chers concitoyens,

En cette année 2005 qui marque le centenaire des lois de séparation des églises et de l’État, c’est une grande joie pour moi d’inaugurer l’école publique de Moisdon la Rivière sur le pôle scolaire et pas ailleurs.

Quand je pense qu’on m’a prêté des intentions malignes dans la gestion de cette affaire....

Vous savez tous que je suis un homme de paroles.

N’avais-je pas déclaré lors de la réunion publique du 30 janvier 2004 qu’il y aurait une école publique à Moisdon la Rivière en 2005 ?

Je tiens parole.

On me reprochait de vouloir exiler les élèves de cette école et leurs parents sur un lieu excentré du pôle scolaire. Certes, j’ai dû batailler ferme lors des conseils municipaux face à certains de mes collègues qui avaient cette funeste intention, tout le monde peut en témoigner.

Comment peut-on imaginer que j’aurais accepté que les élèves de l’école publique et leurs parents ne bénéficient pas de la proximité des installations sportives et des infrastructures de grande qualité présentes sur le pôle scolaire (comme la cantine et l’accueil périscolaire) qui ont été financées par des fonds publics .

Non ça jamais je ne l’aurais cautionné, moi un élu de la République.

Et puis réfléchissez. Aurait-il été envisageable de faire traverser la route à nos bambins avec les risques potentiels pour leur sécurité alors que mon Premier Adjoint a déclaré lors du dernier conseil municipal, au sujet de la vétusté des vestiaires du foot, qu’il était hors de question que les footballeurs traversent la route pour se préparer dans la salle des sports ? On aurait ainsi été attentifs à la sécurité des footballeurs et pas à celle des élèves.

Ah non, non, je vous le dis.

Et que dire des coûts si d’aventure l’école publique avait été installée dans l’ancienne école St Jean. Savez-vous mes chers concitoyens qu’une rénovation de qualité coûte aussi cher sinon plus qu’une construction neuve ?

Moi qui suis garant de la bonne gestion des recettes financières de la commune, jamais je n’aurais permis un tel gâchis. Et puis cette école St Jean n’a-t-elle pas un meilleur usage, comme par exemple :
– un foyer-logement pour les anciens Moisdonnais tout près des services de la Maison de Retraite
– un foyer des jeunes
– une maison des associations ... - etc.

  Droit... ure

Non, non vraiment, on m’a prêté de mauvaises intentions, de fausses intentions et je prouve aujourd’hui ma droiture.
Enfin est-ce que Moisdon la Rivière aurait pu rester en retrait du train qui porte les écoles publiques aujourd’hui quand on pense :
– qu’à la Meilleraye de Bretagne c’est une construction avec 3 magnifiques classes qui a été ouverte, en septembre 2004
– qu’à Rougé c’est une école publique à 3 classes puis 4 aujourd’hui qui est ouverte,
- qu’à Abbaretz une école maternelle de 3 classes vient d’ouvrir,
– qu’à Vay le Maire s’était engagé à ouvrir l’école publique en 2006 et il vient de le faire avec un an d’avance tout en maintenant le projet d’une construction neuve pour cette date,
– qu’à Erbray le maire va donner des moyens exceptionnels à ses deux écoles publiques en les fusionnant dans un seul groupe scolaire ultramoderne

Non, Moisdon ne pouvait pas rester à côté de cet élan porteur de dynamisme et de modernité. Et le développement futur de notre école publique sur le pôle scolaire ne pourra que contribuer à l’attractivité de notre si belle commune

Mes Chers Administrés je le répète je suis heureux d’inaugurer cette école publique, notre école publique sur le pôle scolaire que j’ai toujours désiré et pour lequel j’ai toujours souhaité pour ses utilisateurs les meilleures conditions.

 VIVE L’ECOLE PUBLIQUE SUR LE POLE SCOLAIRE
VIVE L’ECOLE COMMUNALE
VIVE L’ECOLE LAÏQUE
VIVE LES MOISDONNAISES ET LES MOISDONNAIS
VIVE LA REPUBLIQUE

(ndlr : Cette inauguration est, bien entendu, fictive ! Hélas).

Moisdon 15.10.

 Le Président de l’association pour une école publique à Moisdon a rappelé l’importance de la laïcité :

Pour Philippe RAUTE, historiquement ; l’enseignement était sous l’emprise d’un système à caractère religieux. L’enseignement laïque prône avant tout la liberté de conscience et une indépendance vis à vis d’une domination idéologique ou religieuse. Depuis deux ans, notre demande d’école publique se heurte à une volonté délibérée de la municipalité de servir en priorité les intérêts de l’établissement privé.

Divers propos d’élus le font apparaître :

En conseil municipal : Un ancien adjoint a déclaré : « Je ne me souviens pas de problèmes particuliers lors de la fermeture de l’école publique ».
Des témoignages des anciens instituteurs avant la fermeture semblent indiquer le contraire. Certains allant même à confier, les larmes aux yeux, des agissements relevant du harcèlement.

En privé :
Une conseillère :« Finalement, vous êtes jaloux de l’école privée ! ». Mais non, nous ne demandons qu’un traitement équitable dans la gestion de ce dossier.
Un conseiller : « un coup de barbouille à l’école St Jean et ce sera bien ! »
Une mère d’élève répond à une question de son enfant : ‘C’est vrai, papa et moi nous sommes allés à l’école publique autrefois, mais c’est parce que nos parents n’avaient pas d’argent »

 Combien d’enfants ?

A l’automne 2004, lors de la présentation de son étude, le cabinet d’urbanisme a déclaré au comité de réflexion : « Vu l’évolution démographique de la commune, on peut compter sur 200 à 210 enfants d’ici trois à cinq ans ». Bon prétexte pour la commune pour différer les travaux.

En fait toutes les prévisions sont dépassées puisqu’étaient inscrits en septembre 2005 à l’école privée 211 enfants moisdonnais, plus une vingtaine d’extérieurs.

« Rappelons que 54 enfants étaient inscrits sur le registre et avaient été retenus en avril 2004 » . L’association signale que le maire souhaite refaire ces inscriptions et demande « une attestation de demande de résiliation de l’école fréquentée aujourd’hui ».

Comment des parents voyant le flou artistique entourant ce projet peuvent-ils entamer cette démarche alors que rien n’est convenablement acté aujourd’hui.

L’association demande aux parents de ne pas refaire ces inscriptions. Elle signale par ailleurs qu’elle a engagé un recours auprès du tribunal administratif pour motif de discrimination. Et que son appel financier (pour aider à payer l’avocat), a reçu un franc succès.


Ecrit le 5 avril 2006

 Courtoisie mais fermeté

Le feuilleton « Ecole Publique » continue à Moisdon-la-Rivière. On se souvient qu’existe depuis décembre 2003 une association demandant la création de cette école. Manœuvres dilatoires des élus, ouverture d’un registre d’inscription par le Sous-Préfet (JB. Bobin) : 42 élèves potentiels reconnus par l’Académie. Ouverture promise pour septembre 2005. Mais conflit sur le choix de l’emplacement de l’école.

L’association fait valoir qu’il existe à Moisdon un pôle enfance comprenant l’école privée, l’accueil péri-scolaire communal et la cantine associative. Et qu’il existe un terrain... communal... permettant de construire, à côté, l’école publique. Mais d’aucuns craignent cette proximité école publique-école privée. Concurrence ?

D’où l’idée d’exiler l’école publique, plus loin, dans l’ancienne école St Jean que la municipalité achète en janvier 2005 en disant que, non non, elle n’a pas prévu d’y mettre l’école publique.

Et puis, en avril 2005, la municipalité dit ouvertement qu’elle va mettre l’école publique dans ce bâtiment, ... puisqu’elle en est propriétaire !

L’association multiplie les manifs et les présences-avec-pancartes lors de cérémonies officielles. L’Académie annonce deux enseignants pour septembre 2006. Sous la pression, la municipalité décide d’aménager trois classes et une salle de motricité dans l’ancienne école St Jean.

Vendredi 31 mars 2006 : la municipalité de Moisdon-la-Rivière invite les parents à la présentation des travaux, du moins certains parents mais pas d’autres. Une importante délégation se rend quand même à la réunion et l’adjoint, Patrick Galivel, les accepte puis présente le projet municipal : 200 000 € pour bricoler deux salles de classe et des sanitaires dans l’ancienne école (le projet initial est donc revu à la baisse !) . « Et s’il y a assez d’élèves pour faire 3 classes ? » - « Eh bien nous ferons un bâtiment modulaire, et nous aménagerons définitivement l’école St Jean pour 3 classes, par la suite ».

Des parents nouvellement arrivés n’ayant aucun lien avec l’association refusent de mettre leur(s) enfants sur le site Saint Jean dans ces conditions d’éloignement et avec deux classes seulement. Pourquoi ?

    • 1- il existe un terrain (communal) mieux placé, juste à côté du pôle enfance
    • 2 - la construction provisoire, ajoutée aux travaux définitifs, fera aussi cher qu’une construction neuve. Construction qui sera nécessaire de toutes façons parce que le nombre d’enfants est en augmentation à Moisdon, et que l’école privée ne pourra pas les accueillir tous.
    • 3 - le site de l’école St Jean présente de nombreuses difficultés.
Ecole-Moisdon

Ces difficultés, la municipalité moisdonnaise a fini par en prendre conscience. Il faut aménager la voirie d’accès à l’école, il faut prévoir le déplacement des enfants entre le local d’accueil péri-scolaire et l’école, puis entre l’école et la cantine. Ce qui suppose l’aménagement du sentier existant, un aménagement de voirie sécurisé, du personnel en nombre suffisant pour accompagner les enfants sur un trajet de 500 mètres (aller-retour). Ces dépenses de personnel seront ainsi à renouveler tous les ans.

La réunion du 31 mars, qui s’est déroulée dans une atmosphère tout à fait courtoise, a permis une discussion qui a duré 3 heures et qui a bien montré aux élus moisdonnais que leur choix « école St Jean » n’était pas acceptable (au moins d’un point de vue technique). On peut dire qu’ils ont été ébranlés et qu’ils sont prêts à en rediscuter en Conseil Municipal. Selon les parents présents, l’état d’esprit des Moisdonnais a changé (sans doute par suite d’arrivée de nouveaux habitants) : ils sont prêts désormais à accepter d’une part la création d’une école publique et d’autre part sa place sur le pôle enfance

Il importe maintenant d’obtenir des élus moisdonnais un choix judicieux : faire en sorte que les deux écoles, privée et publique, se situent sur le pôle enfance et bénéficient, à égalité, des équipements existants (accueil péri-scolaire, cantine, terrains de sports, proximité de la bibliothèque municipale et de la salle de sports). Tout « bricolage » se révèlera, à terme, plus onéreux.

Dans cet esprit, les parents présents ont déclaré être prêts à attendre un an de plus (jusqu’à septembre 2007) pour obtenir un ensemble scolaire cohérent.


Ecrit le 19 avril 2006

 Moisdon ne désarme pas

Ecole-Moisdon-2

L’Association pour la création d’une Ecole Publique à Moisdon, est toujours présente « sur le terrain » quand il y a une manifestation officielle, ce qui a le don d’exaspérer le maire de la commune.

« Honte à la municipalité de Moisdon qui, pour protéger l’école catholique, veut éloigner l’école républicaine du pôle scolaire existant » disait la banderole, le 7 avril 2006, lors de la présence du Président du Conseil Général et du Président du Conseil Régional.


ManifMoisdon

Samedi 13 mai 2006, les partisans d’une école publique à Moisdon ont continué à peser sur les choix futurs de la municipalité, jusqu’à obtenir de celle-ci une décision de bon sens— : l’implantation de la future école sur un terrain disponible situé sur le pôle scolaire où se trouve déjà l’école privée, l’accueil péri-scolaire, la cantine scolaire et les terrains de sports. Réussiront-ils ?


Le 31 mai 2006

le conseil municipal de Moisdon la Rivière s’est réuni et a voté pour la construction d’une école sur le pôle scolaire (terrain de Basket).

– Pour : 10
– Contre : 7
– Abstention : 1

L’association remercie celles et ceux qui ont soutenu ce projet


Ecrit le 14 juin 2006 :

 Moisdon a gagné

Ecole-Moisdon-3

La commune de Moisdon a fait un choix judicieux pour l’avenir : le Conseil Municipal, lors de sa réunion du 31 mai 2006, est revenu sur sa décision antérieure (aménager l’ancienne école St Jean en école publique).
Par 10 voix pour, contre 7 et 1 abstention, il a retenu le terrain de basket (très peu utilisé) pour construire une école neuve, exactement sur le pôle scolaire existant. Le coût ne serait guère supérieur à celui de la réhabilitation de l’ancienne école. Les tensions devraient pouvoir retomber désormais.

Même Saint Jean était pour ! (voir photo)


Ecrit le 20 décembre 2006 :

Un peu envieux, les parents de Moisdon, en visitant l’école d’Erbray. Ils s’étonnent de ne pas être associés aux réflexions sur la future école publique de Moisdon et soupçonnent une stratégie délibérée de la municipalité pour retarder la construction de la nouvelle école sur le pôle scolaire.

Ils évoquent le peu d’enthousiasme de la municipalité à démarrer les travaux alors que le projet a été adopté, dans son principe, au conseil municipal du mois de mai dernier ! « Depuis sept mois que le vote a eu lieu au conseil municipal pour une ouverture à la rentrée 2007 sur le pôle scolaire, aucun projet ne nous a été présenté », dit un parent d’élève, « pourtant, avec la pluie qui tombe tous les jours en ce moment, nos enfants sont trempés tous les midis en faisant les trois cent mètres à pied qui les séparent de la cantine, ce qui prouve, si besoin est, le mauvais choix de la mairie, d’avoir voulu un temps expatrier l’école publique loin du pôle scolaire ».

Les parents parlent de reprendre le combat public avec banderoles.

Gouttes gouttelettes de pluie
Les enfants se mouillent ...