Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enseignement, formation > b. Ecoles primaires > Grand Auverné : une école publique ?

Grand Auverné : une école publique ?

Ecrit le 4 juillet 2007

Mon dieu ! Mon dieu ! Qu’c’est ennuyeux ! Voilà qu’un habitant du Grand Auverné (l’Grand Bourg comme on dit) s’est mis en tête de réclamer une école publique !

Franck Bellahcène explique : « Une école catholique privée, cela ne me dérange pas. Mais je suis pour la séparation de l’Eglise et de l’Etat et je souhaite une école publique au Grand Auverné pour que les familles aient le choix ».

L’école privée déborde : 94 élèves, ce qui est important : 13 % de la population. Si Châteaubriant en avait autant cela lui ferait 1600 élèves en primaire (alors qu’à la rentrée 2006 il n’y en avait que 1433). A noter que le Grand Auverné ne comptait que 45 élèves il y a 10 ans et que l’école publique a fermé en 1993.

Franck Bellah

Dans l’école privée du Grand Auverné il a fallu installer des préfabriqués pour y loger les CM2. Un lotissement de 60 maisons est en cours de réalisation. Pourquoi ne pas en profiter pour rouvrir l’école publique ? « Je m’en suis entretenu avec Monsieur le Maire » dit F Bellahcène qui a le sentiment que le maire ne mesure ni l’importance de la gratuité d’une éducation « ni la mission républicaine d’une école publique dans un petit bourg ».

« J’ai demandé au Maire de faire lui-même une enquête auprès des familles de la commune. Il a refusé en me disant que cela coûterait trop cher. Je lui ai demandé d’en parler au Conseil Municipal. Il m’a répondu qu’un Conseil ne se réunit pas comme ça. Alors je suis allé voir les familles, notamment dans le lotissement de la rue des Jonquilles : j’ai déjà des signatures de familles qui correspondent à 24 enfants, dont 20 sont scolarisés dans le privé, prêts à s’inscrire dans une école publique s’il y en a une » dit-il encore.

L’école privée coûte aux familles, malgré l’aide de la commune. Quand les jeunes ménages installés dans le lotissement ont acheté du terrain pour faire construire, le maire leur a dit qu’il y aurait une école publique .... « Moi je souhaite qu’une négociation s’engage avec le maire. La réouverture est possible dès qu’il y a assez d’élèves. Ici il y a des locaux libres. J’ai engagé des démarches auprès du Préfet, du Sous-Préfet, de l’Inspection Académique. Rougé (en 2003) et Moisdon (en 2006) ont ouvert une école publique, pourquoi pas ici ? ».

Ouest-France 16 juin 2007

L’article L 212-12 du code de l’éducation dit que « Toute commune doit être pourvue au moins d’une école élémentaire publique ». « Je demande au maire de bien vouloir respecter la loi et, pour commencer, d’engager une concertation au niveau de la commune » dit Franck Bellahcene que l’on peut joindre au 06 62 01 50 38.

Note du 11 juillet 2007 : finalement le Conseil Municipal en a parlé !