Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Condition ouvrière et/ou salariale > Santé et travail > Santé : la double peine des ouvriers

Santé : la double peine des ouvriers

Ecrit le 20 février 2008

 Vivre moins longtemps et en moins bonne santé

On s’étonne qu’en France la plupart des jeunes se détournent des métiers manuels. Les entreprises font de gros efforts pour développer leur attractivité. Il n’empêche que les réalités sont têtues : les ouvriers vivent moins longtemps que les cadres et passent plus de temps qu’eux avec des incapacités et des handicaps. Cela résulte d’une dernière étude publiée par l’INED (Population et sociétés) et intitulée : la double peine des ouvriers. (janvier 2008).

Source : http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1341/publi_pdf1_441.pdf

L’INED a étudié :
– l’espérance de vie
– l’espérance de vie en bonne santé

 Espérance de vie

A 35 ans, un homme peut espérer vivre :
– 47 ans s’il est cadre supérieur
– 41 ans s’il est ouvrier

 Incapacités

L’Ined distingue trois sortes d’incapacités :

Type I : difficulté à voir de près ou de loin, à entendre, à marcher, à se pencher ou à utiliser ses mains et ses doigts ; la plupart n’engendrent aucune gêne particulière dans les activités du quotidien mais nécessitent aides techniques ou aménagement du domicile ou du poste de travail ;

Type II : les personnes se déclarent limitées depuis plus de 6 mois dans les activités du quotidien. Elles évoquent une gêne ressentie, dans leur activité professionnelle et leurs tâches domestiques ;

Type III : difficultés pour faire sa toilette, s’habiller, se nourrir. On parle alors de dépendance.

 Espérance de vie en santé

A 35 ans, un homme peut vivre encore,
– 34 ans sans incapacité, s’il est cadre
– 24 ans sans incapacité, s’il est ouvrier
(pour les femmes l’écart est de 8 ans)

Les différences d’exposition aux risques de maladie et d’accident, liées aux conditions de vie et de travail, ainsi que les différences dans les modes de recours aux systèmes de soins, expliquent ces écarts.
Différences que ne répare pas la rémunération. En refusant les métiers manuels, les jeunes manifestent leur désir de vivre bien. Peut-on le leur reprocher ?

Source : http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1341/publi_pdf1_441.pdf

Santé et restructurations : le rapport de l’Hires, 2009