Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > Nourriture > Yaourts et bactéries : Un pavé dans le pot

Yaourts et bactéries : Un pavé dans le pot

Ecrit le 2 septembre 2009

 Qu’elle est verte ma vallée

Du Canard du 5/08/09 : C’est chouette la nature, l’herbe verte, les vaches dans les prés. Ce qu’on sait moins c’est que, avec notre pot d’échappement, nous polluons tout, y compris le contenu du notre assiette. A Nancy, des chercheurs de l’école supérieure d’agronomie sont allés regarder ce qu’on trouvait dans l’herbe le long des routes. Parmi leurs délicieuses trouvailles : des HAP, hydrocarbures aromatiques polycycliques, classés cancérigènes. Et pas qu’un peu : jusqu’à 150 m de la route, les champs en sont farcis et 10 fois plus qu’ailleurs. On y trouve aussi du platine, du palladium, du rhodium. Et les vaches broutent l’herbe et produisent du lait. Celui-ci contient donc des composés réputés toxiques. Et quand la vache est réformée, après quelque 10 ans de bons et loyaux services, sa viande est consommée, bien riche en produits dangereux.

Ndlr : étonnez-vous du développement important des cancers. Mais on fait moins d’histoires que pour la grippe H1N1 !

 La malédiction du cadmium

Du Canard, du 29/07/09 : c’est l’histoire de 74 000 vaches qu’on voulait requinquer en leur faisant avaler un complément alimentaire à base de sulfate de zinc. Sauf que ce dernier, venu de Chine, était farci de cadmium, un métal lourd qui vous zigouille en moins de deux le foie et les reins. Au total 4764 élevages français ont été touchés : les cochons, canards, poulets en ayant bénéficié aussi. La société Symbiopole, spécialiste du complément alimentaire, commercialisait une mixture contenant jusqu’à 300 fois la limite à ne pas dépasser. La chose a été constatée en décembre 2005 par le service de répression des fraudes. Mais, 10 mois avant, les trois sociétés distributrices, se rendant compte de la chose, ont fait une déclaration de sinistre auprès de leur assureur mais deux seulement ont pensé à prévenir les éleveurs. Ceux-ci constatant le dépérissement de leurs animaux et la naissance de veaux rachitiques, ont porté plainte. On estime que 35 346 vaches plombées au cadmium ont fini dans nos assiettes sans compter les cochons, les volailles et les produits laitiers.

Ndlr : étonnez-vous du développement important des cancers ! Les deux sociétés ont été condamnées le 30 juillet 2009 par le tribunal correctionnel de St Brieuc.

 Un pavé dans le pot

Toujours du Canard Enchaïné, du 12/08/09 : c’est un pavé dans le pot de yaourt que lance un chercheur français dans la prestigieuse revue scientifique « Nature » de septembre 2009. Pour Didier Raoult, patron du labo de virologie de la Timone à Marseille, les yaourts et autres boissons lactées farcis aux probiotiques, que l’on nous fait avaler depuis près de vingt ans, auraient leur part de responsabilité dans l’épidémie d’obésité qui frappe les enfants.

Les probiotiques, vous savez, ce sont ces bactéries censées booster nos défenses immunitaires que Danone ajoute à la pelle dans certains yaourts. On en trouve plus d’un milliard par pot d’Activia ou d’Actimel.

Le hic est que « ces bonnes bactéries actives et vivantes », dixit Danone, sont les mêmes que celles utilisées depuis belle lurette dans les élevages industriels comme activateurs de croissance. En clair, pour faire grossir à vue d’œil cochons et poulets. Un porc gavé de probiotiques, c’est au moins 10 % de plus sur la balance. Apparemment, ça marche aussi fort chez les humains.

Et Didier Raoult de rappeler cette étude plutôt flippante. En début d’année, des chercheurs ont comparé la flore intestinale des obèses et des non-obèses. Et là, surprise, les premiers étaient bourrés de probiotiques, ceux qu’on trouve justement dans les yaourts « santé ». « On a autorisé pour l’alimentation humaine des activateurs de croissance utilisés dans les élevages, sans chercher à savoir quel serait l’effet sur les enfants », s’étonne le professeur.

Et celui-ci de réclamer dare-dare des études pour connaître le rôle précis de tous ces produits lactés dans l’épidémie d’obésité infantile. D’autant que les enfants ont droit aux mêmes concentrations de probiotiques dans leurs yaourts que les cochons et poulets. Faudrait peut-être que Danone cesse de tourner autour du pot…