Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > 2009 - agriculture : la Chrysomèle

2009 - agriculture : la Chrysomèle

Ecrit le 16 décembre 2009

 La Chrysomèle

C’est un petit coléoptère qui s’attaque aux racines du maïs. Originaire d’Amérique Centrale, il a progressivement envahi l’Amérique du Nord, où il est devenu le principal ravageur du maïs (1). Il a été signalé pour la première fois en Europe en 1992 en Serbie, puis a progressivement atteint les pays voisins (la France en 2002).

GIF - 5.1 ko
Chryso

La lutte la plus efficace contre ce parasite
du maïs consiste simplement à appliquer la rotation des cultures (comme l’attestent l’exemple de l’Ile de France et le bon sens paysan.

Mais un arrêté ministériel institue le prélèvement d’une cotisation volontaire obligatoire (C.V.O.) sur l’ensemble des semences de maïs pour indemniser les dégâts occasionnés par la chrysomèle.

La Confédération Paysanne proteste : « La FNSEA démontre une nouvelle fois combien le productivisme constitue son seul credo ; son association spécialisée, l’AGPM (2), ardente promotrice de la monoculture et de l’intensification, n’a eu de cesse, au cours des réunions au ministère cet automne, que de préserver les intérêts d’une poignée de producteurs de la plaine d’Alsace et de Rhône-Alpes touchés par l’insecte, qui s’est reproduit uniquement à cause de ces pratiques ultra-intensives » .

En signant cet arrêté, Bruno Le Maire (ministre) se révèle au grand jour, plus apte à privilégier les « amis » que l’intérêt général, mis en danger par :
– Le principe de mutualisation des pertes pour préserver les intérêts de quelques-uns
– L’exposition de la population aux traitements pesticides à grande échelle dans le cadre du plan de lutte actuelle.

Chacun analysera le fossé entre la rhétorique verdissante du discours et la réalité des actes.


Ecrit le 16 décembre 2009

 Produits alimentaires

Payée 2.11 € au producteur, l’escalope de poulet est vendue 11.87 € en moyenne. De même pour le porc : 1.34 € au producteur et 6.54 € au consommateur. S’agissant du lait, entre septembre 2007 et septembre 2009, le prix payé à l’éleveur a baissé de 7%, mais pour le consommateur, les relevés effectués par UFC-Que-Choisir démontrent que le prix de la brique de lait Candia a augmenté de 5 %. Le lien entre prix agricole et prix en rayon n’existe donc qu’à la hausse, jamais à la baisse !

Alors que le pouvoir d’achat des Français est en berne, ces pratiques de prix inadmissibles des industriels et de la grande distribution sont d’autant plus préjudiciables que le budget de l’alimentaire représente, en moyenne, pas moins de 15,5% du budget des consommateurs..

L’UFC-Que Choisir propose une mesure concrète : l’extension du coefficient multiplicateur (déjà applicable aux fruits et légumes), à tous les produits bruts ou peu transformés, et au minimum pour les viandes fraîches de bœuf et de porc - et a saisi les députés pour obtenir la mise en place de ce coefficient.


NOTES:

(1) L’insecte adulte, ravageur des racines du maïs, mesure de 5 à 6 mm de long. Il est reconnaissable aux longues antennes sur le front.

(2) Association de producteurs de maïs