Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Divers > Racisme (01)

Racisme (01)

(écrit le 19 mars 2002)

Pas d’histoires !

Onze associations castelbriantaises (1) ont organisé une soirée cinéma, le jeudi 21 mars 2002 à 20h30 au cinéma LE LEM à Châteaubriant . ENTREE GRATUITE

12 regards

Il s’agit de 12 court-métrages sur le racisme au quotidien

CYRANO, de Vincent Lindon

Marie, jeune fille de bonne famille, habite dans les beaux quartiers. Elle reçoit quotidiennement les lettres enflammées d’un talentueux écrivain anonyme. Vient le jour du premier rendez-vous ...

LETTRES à ABOU, d’Emilie Deleuze

C’est la rentrée pour le jeune Ahmed qui vient d’arriver en France avec sa mère. Les discussions pleines de préjugés de sa famille lui font craindre le pire ! Comment se passera la confrontation avec ses camarades d’école ?

MAMAN, REGARDE ! de Paul Boujenah

Perdu dans ses rêves un petit garçon joue seul dans les rayons d’une supérette. Tombant nez à nez avec une jeune femme noire, il court informer se mère de sa « découverte » ...

MOHAMED de Catherine Corsini

A la suite d’une injure raciste, Mohamed réalise qu’il est noir. Il ne comprend ni n’accepte cette différence et désire soudainement changer d’identité afin d’être « comme tout le monde »

PAS D’HISTOIRE de Philippe Lioret

Ali, au volant de sa voiture, discute tranquillement avec son petit fils Mourad. Un accident survient, sans gravité. Se faire petit, ne pas faire d’histoires, semblent pour Ali la meilleure solution. Mourad n’accepte pas que son grand-père n’ait rien osé dire alors qu’il était dans son droit ...

PETITS RIENS, de Xavier Durringer

Lors d’un entretien d’embauche, Mohammed est mis en concurrence avec une dénommée Mlle Dubois. Le DRH (directeur des ressources humaines) en profite pour jouer sur « la différence » ... on ne confie pas à n’importe qui le rayon littérature française dans une librairie. Reviennent à l’esprit de Mohammed des situations dans lesquelles à chaque instant tout peut basculer ...

PIMPRENELLE de Yamina Benguigui

Sonia doit animer un anniversaire d’enfants, déguisée en Pimprenelle. Elle est froidement reçue par la maîtresse de maison pour qui une fée ne peut être que blonde ...

RELOU de Fanta Régina Nacro

Dans un bus, Dalila, jeune kabyle blonde, se fait draguer par trois adolescents d’origine maghrébine. Ils l’insultent dans une langue qu’ils pensent incompréhensible pour elle : l’arabe ...

POITIERS, VOITURE II
d’Yves Angelo et François Duprevron

Un homme prend le train. Une famille de Maghrébins s’est installée à sa place. Malgré les efforts de courtoisie du père maghrébin, l’homme est désagréable et tient des propos racistes. Il finit par s’assoupir. Ses cauchemars vont devenir réalité ...

SANS AUTRE, T’ES RIEN de Ph  . Jullien

Quatre individus d’origines différentes sont intrigués par la présence d’une étrange sphère en suspension. Approches, convoitise, tentatives d’appropriation. Arriveront-ils à s’entendre ?

TADEUS de Philippe Jullien
et Jean Pierre Lemouland

Dans une classe de CM1 débarque un nouveau venu : Tadeus vient de Tchétchénie et intrigue les élèves. Il mange tout ce qu’on lui donne à la cantine, il est nul au foot mais se fait une copine. ...

LE VIGNERON de Chr. Otzenberger

Peut-il y avoir un Arabe dans l’entreprise « Au Vigneron Français » ?


(écrit le 24 mars 2002)

Jeudi 21 mars 2002 à Châteaubriant : à l’invitation de onze associations (1), 200 personnes se pressent dans la salle du cinéma Le Lem, 150 ont dû rester à la porte, faute de place. Les gens sont venus d’un peu partout, y compris d’Erbray, Jans, Louisfert, pour « porter un regard sur la différence » à travers 12 petits films, douze regards sur le racisme au quotidien. Aucune morale dans chacun d’eux, « une fin ouverte, chaque spectateur était libre d’imaginer la suite, espoir ou colère ». La discussion, très riche, a duré deux heures, et aurait bien duré encore si minuit n’était pas arrivé. On a senti une demande des gens présents de renouveler ces contacts. Une idée a même été lancée : organiser une fête pour le 30e anniversaire de l’arrivée de la communauté turque en France.

Imbéciles

Ceci montre bien qu’à Châteaubriant les esprits évoluent . Une dame : « Cela fait des années que nous demandions, au niveau de la paroisse   catholique, une rencontre chrétiens-musulmans. Pendant longtemps ce nous fut refusé, au prétexte que ces gens-là ne sont pas comme nous. Mais depuis deux ans, cela fonctionne » -

Un homme : « le racisme ici repose sur des rumeurs. Dans les petits pays autour de Châteaubriant on raconte des horreurs sur la ville. Pourtant, les deux ou trois rares crimes qui se sont produits ici n’étaient pas le fait de Turcs ».

Un autre homme : « Ce qui est gênant ce sont les incivilités de quelques jeunes, Turcs et Français d’ailleurs » - La réponse est venue de l’animateur du débat : « Des Turcs ? des Français, ou simplement de jeunes imbéciles ? ».

Bien

« Racisme ? Racisme ? il nous faut regarder ce qui se passe dans d’autres villes que Châteaubriant » a dit un représentant de la communauté turque. « Ici, à la Ville aux Roses, il n’y a pas de saleté, pas de portes brisées ; ici nous nous sentons bien intégrés, c’est notre ville, on s’y sent bien, même que maintenant nous achetons des terrains pour y faire construire une maison ».

Il n’en reste pas moins que les deux communautés se côtoient mais ne s’interpénètrent pas. D’où, une fois de plus, le désir exprimé de nouvelles rencontres   comme celle-ci. Pourquoi pas autour d’un repas, ou d’un apéritif ? « Oui mais nous, les musulmans, nous ne buvons pas d’alcool ». « Pas de problème ! L’apéritif c’est une invitation à des amis, et cela peut se faire sans alcool » a-t-il été répondu.

Sale Turc !

Au cours de la discussion, quelqu’un a dit que les plus jeunes ne sont pas spontanément racistes, à l’image de ce petit garçon qui disait à sa maman un soir : « J’ai deux copines, une noire et une jaune »(la jaune était blonde !). Alors dans la salle un gamin de 10 ans s’est levé : « Oui mais moi, à l’école aujourd’hui, on m’a traité de sale Turc ». Comme quoi ...

Manifestement les gens présents étaient hostiles au racisme : « mais il faut faire attention à l’angélisme. Le racisme existe. Nous pouvons être tous Français ou Européens, mais nous n’avons pas tous la même peau. Le racisme peut naître par peur de celui qui a une peau bronzée ».

A propos d’éventuelles rencontres   autour d’un verre, le débat a dévié sur les religions, touchant des choses plus profondes : « Pour nous, musulmans, notre religion interdit de mélanger hommes et femmes » - « La religion catholique interdisait beaucoup de choses autrefois, nous nous en sommes dégagés » - « Oui mais il y a plus de divorces et de maladies vénériennes chez les chrétiens que chez les musulmans. Les jeunes chez vous ont perdu la notion du bien et du mal » - Le débat aurait pu durer longtemps comme ça, sur les bienfaits et les méfaits liés aux religions et aux traditions des uns et des autres. Mais il était minuit, le débat, qui a duré 2 heures, a été trop court. Sera-t-il repris ? C’est semble-t-il le souhait général de ceux qui se sont déplacés et d’autres qui auraient voulu venir.


Sentiment de racisme

A l’aube du XXIe siècle, le racisme comme idéologie est mort. Scientifiquement réfuté depuis les découvertes de la génétique, il a aussi été mis hors la loi par un arsenal pénal de plus en plus complet. De plus, grâce à la sortie de la crise économique qui avait favorisé l’ascension de l’extrême droite, son expression politique, est en net déclin, et ses thèmes favoris n’occupent plus le centre de la vie politique.

Mais tout cela n’empêche pas le sentiment raciste de perdurer dans la population française. Un sondage réalisé fin 1999 pour le compte de la Commission nationale consultative des droits de l’homme révèle que près de sept personnes sur dix se jugent plus ou moins racistes, et que seuls 29 % des Français s’estiment « pas racistes du tout », soit le pourcentage le plus faible depuis la création de ce baromètre, il y a dix ans.

Et si les statistiques n’enregistrent pas une augmentation sensible du nombre de délits et de crimes racistes, le « succès » du 114, numéro vert contre les discriminations ouvert en mai dernier par le gouvernement, dresse un tableau inquiétant des ravages du racisme ordinaire.

J’étais Miss de France et j’ai subi le racisme

’Hygiène raciale’ : les méfaits de l’eugénisme


NOTES:

(1) Rencontres, Comité Catholique contre la faim et pour le développement, Association culturelle turque, Amnesty International, CIFOR, Amicale Portugaise, Confédération syndicale des Familles, Comité Palestine, Comité Roumanie, Châteaubriant-Athlone, Châteaubriant-Radevormwald.