Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Libertés, justice, Droits Homme > Laïcité : pour mieux vivre ensemble

Laïcité : pour mieux vivre ensemble

Ecrit le 15 décembre 2010

Il est réconfortant de voir qu’il peut encore y avoir des soirées de réflexion autour d’un thème de société : le 9 décembre la salle de conférences du la Maison des Métiers à Rennes était pleine : 250 personnes pour écouter Patrick Kessel parler de la laïcité, « pivot essentiel des valeurs de liberté, égalité, fraternité ». L’orateur a rappelé deux textes fondamentaux :

9 décembre 1905 : Aristide Briand faisait voter la loi de séparation des églises et de l’Etat. « Article 1 : La République assure la liberté de conscience. Article 2 : La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

10 décembre 1948, déclaration universelle des droits de l’homme : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».

« Cela veut dire que l’idée fondamentale est celle d’un homme debout, libre, destiné à comprendre le monde, à le maîtriser ; qu’il n’y a plus de castes, plus d’hommes esclaves, mais des citoyens. On peut se demander si ces principes ont encore une portée à notre époque » a dit P.Kessel en s’interrogeant notamment sur l’école « Est elle capable de poursuivre son objectif : apprendre aux jeunes à vivre en société, former des citoyens aptes à penser par eux-mêmes ».

Les pressions du religieux

« La Laïcité n’est pas une opinion. C’est la liberté d’en avoir une. Il s’agit de ne pas formater les esprits, de donner à chacun le moyen de choisir sa vie, dans le respect de la liberté de l’autre » a-t-il dit encore en expliquant qu’il y a toujours de nouvelles libertés à gagner : par exemple celle qui autorise les mariages homosexuels, et celle qui autorise les mères-porteuses.

P.Kessel a énuméré tous les pays où on assiste à une montée des enfermements religieux, qu’il s’agisse de l’idéologie islamiste (Iran, Afghanistan, Soudan, Algérie, Arabie Saoudite), catholique (pressions en Espagne, en Italie, sur les choix du gouvernement ou même sur les votes à la Présidentielle au Brésil), ou protestant (rôle des évangélistes aux USA), ou juive (voir les religieux intégristes à Jérusalem), ou orthodoxe (par exemple à Moscou), etc. Il s’inquiète du retour du moralisme religieux en politique et des pressions sur les Etats. Tout en rappelant que la laïcité n’est pas l’anti-religion. « On est libre de croire en un dieu, ou pas. Chaque famille spirituelle a toute légitimité pour participer aux débats de société et proposer des règles de comportement à ses fidèles, dès lors qu’ils sont libres de les adopter ou de les refuser » mais il n’est pas question de les imposer à tous les citoyens.

JPEG - 96.3 ko
Dessin de
06 87 32 77 47

Communautarismes

En 1980 a été adoptée une « charte africaine des droits de l’homme ». Même chose en 1984 : une charte arabe. Même chose en 1990 : la Déclaration des droits de l’homme en islam qui peut être vue comme une volonté de relecture des droits de l’homme dans un cadre compatible avec la charia. Patrick Kessel s’indigne : « Avons-nous besoin de chartes différentes ? Que fait-on de la déclaration universelle des Droits de l’Homme ? ». Il constate que les idées universalistes sont de plus en plus contestées et il rejette toutes les tentatives de communautarisme qui se manifestent par la demande d’horaires spécifiques dans les piscines voire de quartiers séparés dans les hôpitaux pour soigner les hommes d’un côté, les femmes de l’autre, par exemple, ou par le port du voile : « On ne peut pas accepter le port de la burqa au nom de la misère »

Et quand le ministre parle de « culture pour chacun », P. Kessel rappelle son désir d’une « culture pour tous ». « Le droit à la différence, dit-il, peut déboucher sur la différence des droits ».

P. Kessel estime qu’il y a un risque de consumérisme, d’individualisme. « Cha-cun se dit : je ne peux rien faire. Et on arrive alors à la recherche de solutions individuelles, à la résignation devant toutes les régressions ». Il soutient la proposition du Grand Orient de France de faire du 9 décembre la journée nationale de la laïcité.


Laïcité
LA LAÏCITÉ C’EST COMME UNE CLEF POUR MIEUX VIVRE ENSEMBLE, UNE CLEF QUI OUVRE TOUTES LES PORTES VERS :

– La liberté de conscience
– L’égalité de toutes les options spirituelles et la neutralité de l’Etat en la matière
– L’égalité de tous devant la loi, c’est l’universalité de la loi commune
– La séparation de la sphère publique et de la sphère privée
– La recherche de l’émancipation de l’individu et la formation du citoyen grâce à l’école laïque gratuite pour tous.

Source : www.godf.fr

Faire société

Réunie en congrès à Toulouse, en juin dernier, la Ligue de l’Enseignement s’est prononcée pour un nouveau pacte civique et social, « Pour faire société », manifeste qu’elle s’engage solennellement à faire vivre pour « imaginer demain et redécouvrir ensemble le goût de l’avenir ».

C’est aussi l’engagement de l’Amicale Laïque de Châteaubriant (ALC) à travers ses sections sportives, son club des supporters et le soutien aux écoles publiques. « Faisons prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers, ce qui donne à la fraternité son sens profond » déclare le Président Roland Feuvrais.

« Mobilisons-nous pour contribuer à faire une société laïque plus juste, plus solidaire et plus fraternelle.
– En recomposant l’action publique par des services publics adaptés aux enjeux actuels
– En renouvelant les pratiques démocratiques par la participation citoyenne
– En repensant les solidarités pour plus de justice sociale
– En reconnaissant la dignité des personnes dans leur diversité »

« Il nous faut faire société, dit-il, voire refaire société, contre la désaffection civique, contre les suppression de postes dans l’enseignement, contre le mal-logement, pour donner aux jeunes un beau métier, pour défendre un mode de vie fondé sur l’échange et la gratuité, sur la justice sociale, la créativité, la laïcité. Il nous faut trouver les ressources indispensables pour changer cette société, pour faire reculer le sentiment d’une société brutale, pour vivre ensemble avec plaisir »

L’ALC souhaite « s’engager à devenir une association du vivre ensemble avec les adhérents, les sympathisants, les partenaires de la société, … les citoyens » dit-il encore en insistant, comme Jean Macé « on ne naît pas citoyen, on le devient » « notamment grâce à une éducation, dans une société laïque, qui désencombre l’horizon pour que les enfants et les jeunes ne soient pas des cœurs de cible pour les fabricants de pensées-toutes-faites et des parts de marché pour la publicité, pour qu’ils puissent penser par eux-mêmes, avec et pour les autres ».

L’ALC a eu un budget déficitaire en 2010 tout en continuant à défendre et aider les écoles publiques, à financer son local, à soutenir ses différentes sections. A noter : son site internet tout neuf, en cours de réalisation :

www.amicale-laique-chateaubriant.fr

http://www.dailymotion.com/video/xbyrlo_patrick-kessel-comite-laicite-repub_news