Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Culture, expositions, livres, loisirs, spectacles, sports > Théâtre de Verre

Théâtre de Verre

 Le Théâtre de verre   ... c’est pas pour nous ?

Frédéric Pithois est le directeur du Théâtre de Verre  . Maintes fois il a entendu dire : « Le Théâtre de Verre   c’est pas pour nous ». Son objectif, en construisant la saison culturelle 2004-2005, c’est justement d’attirer le public le plus varié possible, en offrant une programmation très ouverte (divertissements, danse, théâtre) aussi bien classique que contemporaine. « Les artistes très connus, on ne peut pas y couper, le public les voit à la télévision, il les réclame. Je souhaite satisfaire son attente. Mais par ailleurs je propose la découverte d’artistes moins connus du grand public, tout en étant de qualité »

Garder les abonnés traditionnels et, en même temps, attirer un nouveau public, c’est ce que souhaite Frédéric Pithois. « Le public commence à évoluer. Il y a les habitués, et puis les nouveaux, et ceux qui viennent de Nantes, Rennes, Angers. Ceux-ci sont moins sensibles au qu’en-dira-t-on, ils osent davantage s’exprimer, rire ou même danser, et la salle se fait chaleureuse, les spectateurs sont plus à l’aide ».

La démarche du Théâtre de Verre   est à la fois culturelle (offrir des spectacles d’une qualité reconnue) et sociale (tenant compte de l’âge des spectateurs, et de leurs moyens financiers).

Le Théâtre de Verre   commence à avoir une réputation à 60 km à la ronde. Cela se voit au nombre de spectateurs venant de l’extérieur, et aussi au nombre d’artistes proposant leur spectacle.

A la carte

En même temps tout est fait pour proposer des tarifs attractifs. Naguère les abonnements étaient de 4 ou 6 spectacles et les abonnés choisissaient plutôt la formule « 4 spectacles ». « Nous remarquons maintenant qu’il y a davantage d’abonnés à six spectacles. Nous proposons désormais une formule souple avec possibilité de choisir 6 spectacles, et davantage, pour 9,50 € ». Ce sont là des tarifs très avantageux par rapport à ceux que l’on peut voir ailleurs.

Il existe aussi des tarifs réduits à 7,50 € et même 5,50 € qui s’appliquent désormais aux moins de 26 ans, pour attirer les jeunes travailleurs qui sont souvent en intérim ou emplois-jeunes. Les demandeurs d’emploi peuvent en bénéficier et le Théâtre de Verre   a passé une convention avec diverses associations caritatives pour offrir des tarifs encore plus avantageux.

Enfin il est possible de ne retenir qu’un seul spectacle si on le souhaite.

Une scène, deux talents

La programmation « Une scène, deux talents » offre volontairement deux types de spectacles très différents. « Par exemple, l’an dernier, le public de « Entre deux caisses », n’était pas a priori le public de « Padam », mais le fait de proposer les deux spectacles dans la même soirée, a permis de mixer les publics, de les faire se croiser, de leur offrir une découverte qu’ils n’auraient sans doute pas faite autrement et qui les a enrichis ».

La programmation 2004-2005 a choisi le divertissement, mais aussi « le théâtre avec du sens ». Trois spectacles abordent Shakespeare « avec une approche délirante. ». Des chanteurs ou groupes locaux se produisent au Théâtre de Verre   (Matthieu Bouchet, Uztaglote), trois compagnies vont bénéficier du système de la résidence (possibilité de répéter en utilisant la scène et les équipements techniques du théâtre). « Enfin nous allons établir davantage de liens avec les associations locales » pour que ce théâtre soit vraiment un bien collectif.

Quelques chiffres :


1030 abonnés en 2002-2003, généralement pour 4 spectacles
1100 abonnés en 2003-2004, le plus souvent pour 6 spectacles
Augmentation des non-abonnés
Taux de remplissage : 78 % (au lieu de 70 % en 2002-2003)

Se renseigner au 02 40 81 19 99


Ecrit le 6 octobre 2004 :

 Maison de la Culture
Le plaisir du théâtre pour tous

« Nous sommes très présents en Loire-Atlantique » Philippe COUTANT, directeur de la Maison de la Culture de Loire-Atlantique (MCLA) explique : « sur 260 représentations que nous donnons par an, 120 sont programmées hors de Nantes ». La MCLA a changé de politique pour s’adapter au développement de salles de spectacle dans les communes. « Nous participons à la programmation de 24 salles du département. Lors de la préparation des saisons culturelles, nous proposons des spectacles et nous les prenons en charge. Châteaubriant a la chance de posséder deux outils d’excellence : le Théâtre de Verre   et la Halle de Béré  , c’est pourquoi, et pour la première fois dans le département, Châteaubriant va bénéficier d’un spectacle type « Espace 44 », avec tous ses décors et installations techniques. Normalement c’est un spectacle que Châteaubriant ne peut pas se payer. Dans le cas présent, il sera facturé au strict prix coûtant » Il s’agit des « Joyeuses commères de Windsor » proposé le 19 octobre.

Trois autres spectacles sont programmés : Yannick Jaulin (9 octobre), Le chat de Schrödinger (25 janvier) et Les histoires de Chico et Grilo (24 mai).

La MCLA intervient aussi dans les communes de Derval, La Grigonnais, Guémené Penfao etc. Mais pas encore St Vincent des Landes (qui n’a rien demandé)

De plus, les abonnés au Théâtre de Verre   peuvent bénéficier de tarifs préférentiels pour trois spectacles de Nantes : Les étourdis, Mambo mistico et Le Lac des Cygnes. « Il s’agit de spectacles très recherchés. Que les amateurs se manifestent rapidement ». (renseignements au Théâtre de Verre   - 02 40 81 19 99)

Les anciennes formules « décentralisation » vont vers leur fin : il n’y a que 11 personnes inscrites cette année.

Collège au théâtre

Pour les scolaires, la MCLA propose « Collège au Théâtre » : 26 établissements sont partenaires dont le collège de la Ville aux Roses et le lysée St Joseph à Châteaubriant : « Cela commence par un stage de trois jours pour les enseignants, puis les élèves sont invités à visiter le Théâtre de Verre   lorsqu’un décor est en place. Ils assistent ensuite au spectacle « Le commerce de pain » et bénéficient d’un débat avec les artistes » - « Nous cherchons à éliminer cette idée : le théâtre n’est pas pour nous ». En tout 2300 élèves vont bénéficier de cette formation et découvrir les métiers de régisseur son, régisseur lumières, chef de plateau. « Nous privilégions le plaisir de la pratique culturelle »

Théâtre amateur

Depuis 15 ans la MCLA organise les « Rencontres   du théâtre amateur ». Selon l’animateur Bertrand Chauveau, « Nous avons fait évoluer ces rencontres  . D’un après-midi au départ, nous sommes rendus à trois jours. Une vraie fête du théâtre, ouverte à la population, avec une librairie, 12 spectacles complets, tables rondes, rencontres   ». Ces rencontres   auront lieu les 4-5-6 juin 2005 à Châteaubriant. Une éliminatoire permettra de retenir 12 troupes parmi les 230 du département. « En leur offrant le Théâtre de Verre  , nous voulons que les amateurs soient valorisés dans des structures d’excellence » dit BertrandChauveau.

MCLA
Arnaud Cazaux, Philippe Coutant, Valérie Contet, Maurice Deniaud
Devant :
Bertrand Chauveau, Frédéric Pithois

Tournantes

Une programmation culturelle, c’est pas de la tarte : tout dépend des disponibilités des artistes et du bon vouloir des « tourneurs » c’est-à-dire de ceux qui organisent les tournées. Philippe Coutant a donné un exemple : « Si je fais venir Pierre Richard, le spectacle coûtera 15 000 €. L’artiste recevra moins de 2000 €, il y aura 1300 € de charges, 4200 € de frais divers, et il restera 7500 € pour le tourneur. C’est finalement le tourneur qui empoche le plus » (au détriment des Intermittents du spectacle). Il n’y a pas vraiment de tarif, le tourneur fixe les prix comme il veut. « Cela nous est arrivé avec Louise Attaque, dit Frédéric Pithois directeur du Théâtre de Verre  , Le spectacle devait coûter 1000 €, mais le groupe a sorti un disque avec succès : d’un seul coup le spectacle est passé à 10 000 €, nous n’avons pas pu le payer »

MCLA : 02 51 88 25 25