Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Services publics > La Poste : privatisation

La Poste : privatisation

Horaires en moins
Alice
L’Etablissement de crédit postal
Le rapport du Sénat
Châteaubriant a perdu la flamme

Ecrit le 19 novembre 2003 :

 La Poste

La Poste 44 : évolution hebdomadaire des horaires d’ouverture au public : déjà une réduction de plus de 100 heures sur seulement 15 bureaux en Loire-Atlantique. Voici la situation dans la région :

Dans la zone de Châteaubriant :

– Erbray : de 27 h à 15 h = - 12 heures
– Rougé : de 33 h à 18 h = - 15 heures
– St Aubin des Ch. : de 25 h à 15 h = - 10 h
– St Vincent des L. : de 29 h à 23 h = - 6 h

Sur la zone de St Julien de Vouvantes :

– St Julien de Vouv. : de 30 h à 21 h = - 9 h
– La Chapelle Glain : de 27 h à 15 h = - 12 h

On peut continuer ainsi la liste sur les zones de St Nicolas de Redon, Clisson, Le Pellerin.

Sur l’emploi :
Selon le syndicat Sud-PTT, les premiers chiffres de la Poste font apparaître une baisse de 6 à 7 % sur l’ensemble des établissements concernés.

Protestation des maires

La commune de St Aubin des Châteaux s’insurge, parle d’un « simulacre de concertation » - « Le Conseil Municipal déplore fortement la réduction de la présence postale dans les secteurs ruraux, allant à l’opposé de l’aménagement du territoire prôné par bon nombre d’hommes politiques et regrette que les investissements communaux mis en œuvre pour maintenir les locaux accueillants ne soient pas pris en compte »

ASt Vincent des Landes le Conseil Municipal affirme qu’il n’y a eu « aucune discussion avec les élus » - « Insidieusement les services publics de proximité déménagent du secteur rural malgré les initiatives volontaires et coûteuses des collectivités locales en faveur de leurs habitants ». Avec ironie, le Conseil Municipal explique que « la République de proximité est en danger » et il fait appel à une « Commission Départementale de Présence Totale Territoriale » (PTT !!).

bjectif

A propos de la diminution des horaires d’ouverture de La Poste, le Ministre Hervé Gaymard a parlé de « besoins subjectifs » et d’une hantise du déclin, non justifiée à ses yeux


Ecrit le 7 avril 2004 :

Alice, quel délice

Sous le joli nom de « Alice 2 », la Poste expérimente en Loire-Atlantique une « évolution » du réseau postal et du projet commercial.

Pas en reste de vocabulaire, la Poste parle de « zones de vie » et procède en réalité à des restructurations qui modifient la carte et la nature du réseau public, avec des incidences sur la présence postale.

Cette expérimentation entraîne la transformation des bureaux de poste en « agences postales communales », en points de contacts voire en « bars-épicerie-poste » au grand dam des usagers, des maires et des postiers eux-mêmes. Vay, St Vincent des Landes, Rougé et d’autres en ont déjà fait les frais. Prochainement c’est le secteur de Nozay qui est concerné par ce retrait du service public. Le syndicat départemental CGT des PTT a organisé une réunion publique à ce sujet. Renseign. au 02 40 35 51 21


Ecrit le 16 novembre 2005

  Etablissement de Crédit Postal

La Poste, on connaît. Ses facteurs, guichetiers, ses bureaux qui ferment et sont remplacés dans des agences postales en moins grand nombre, et ses « coins EDF » qui remplacent les bureaux EDF qui ont fermé. Et aussi ses services financiers dont le fameux Livret A qui sert en quelque sorte de compte courant pour les gens pas trop fortunés et qui offre même une carte de retrait 24h/24, 7j/7 et gratuitement (ce qui n’est pas le cas des banques classiques).

Mais voilà une nouveauté :

la Poste va être divisée en deux entités distinctes :

1.- le courrier et les colis (distribution par les facteurs)

2.- l’ECP : établissement de crédit postal
Celui-ci va assurer deux services
les services financiers (CRSF, centre régional des services financiers)
les guichets
Tout ceci fonctionnant avec du personnel fonctionnaire en détachement (tant qu’il en reste) et des agents contractuels de droit privé (pour les plus jeunes).

Le CRSF est une nouvelle banque en quelque sorte. Elle remplacera les CCP (chèques postaux). Mais pourquoi donc ? Tout simplement parce que l’esprit va changer. Il s’agira d’une banque de droit commun, qui pourra faire des prêts immobiliers comme les autres mais qui, comme les autres, recherchera la rentabilité, mettant ainsi fin aux missions des Services Financiers de la Poste en tant que prestataire du service bancaire de base.

Votée avec la loi postale de mai 2005, cette banque postale sera mise en service au plus tard le 1er janvier 2006 et regroupera les 10,9 millions de CCP.

 Le rapport du Sénat

Pas de quoi fouetter un chat ? Eh bien si, il suffit de lire le rapport du Sénat du 11 juin 2003 : on y lit que :

la Poste est une banque de vieux « la moitié des encours est détenue par des plus de 65 ans. Les jeunes et les catégories supérieures dédaignent La Poste ».

la Poste est une banque de pauvres : « La Poste accueille tous les publics à ses guichets, sans aucune discrimination (les interdits bancaires, qui utilisent le mandat postal comme substitut au chéquier, les allocataires du RMI (qui utilisent le Livret A comme un compte courant). Les chiffres montrent que le Livret A est « sur-utilisé » par les personnes défavorisées : 60 % des livrets ont un encours inférieur à 150 € et représentent seulement 0,7 % des encours mais plus de 40 % des opérations ».

source : http://www.senat.fr/rap/r02-344/r02-3440.html

La loi du 20 mai 2005 et notamment la création de la banque postale est le véritable cheval de Troie de la privatisation.

Soumise aux mêmes règles que les autres établissements bancaires, notamment en termes de solvabilité et rentabilité La Banque Postale devra donc sélectionner la clientèle, mener une politique tarifaire inégalitaire, une réduction et une implantation ciblée du nombre de bureaux, etc. Pour le personnel, les conséquences sont très claires. Dans les centres financiers, menacées ce sont 2 800 suppressions d’emplois d’ici à 2007 et une hausse simultanée de 50 % des objectifs commerciaux.

Enfin, l’ouverture du capital de la banque postale (c’est l’expression qui remplace le mot tabou : privatisation) est programmée dès à présent : « La Poste transfère à une filiale agréée ... l’ensemble des biens, droits et obligations de toute nature liés à ses services financiers.. La Poste détient la majorité du capital de cet établissement de crédit. »

 Rentabilité

Le gouvernement nous a déjà servi l’argument pour la privatisation de France Télécom : les capitaux privés seraient minoritaires, l’Etat resterait majoritaire et serait garant du service public.

On a vu ce que cela a donné à France Télécom : des augmentations sans précédent du prix de l’abonnement, des restructurations d’ampleur et un seul souci : la rentabilité à tout prix ! Car, là est l’essentiel : que les capitaux privés représentent 3 ou 50 % n’y change rien. Ce sont eux qui feront la politique de l’entreprise en menaçant à tout moment de se retirer si la rentabilité n’est pas là.

C’est au nom de la rentabilité que La Poste ferme des bureaux de Poste et les transforme en point-poste chez un commerçant du coin capable de vendre des produits simples mais souvent inapte à effectuer des opérations très différentes et complexes.

On nous promet un « accès à la Poste » (bureau de poste ou point-poste) de façon que « moins de 10 % de la population d’un département se trouve éloignée de plus de 5 km des plus proches accès au réseau de la Poste » . Pourquoi pas 20 % demain ?

Au début des années 90, le Crédit Agricole a installé des « points verts » chez des commerçants chargés des opérations bancaires de base. Quinze ans plus tard, il n’en reste pratiquement plus.

C’est aussi au nom de la rentabilité que les guichetiers sont fortement incités à placer des « produits à valeur ajoutée » : les enveloppes pré-timbrées, le système colissimo, et tous les autres systèmes, chronopost, chronomunition, etc.

Et par derrière un ordinateur enregistre les « performances » des guichetiers !

La mémé qui vient acheter un timbre n’aura bientôt plus aucun intérêt !

 Concurrence

Selon le même rapport du Sénat du 11 juin 2003, La Poste est particulièrement exposée à la concurrence parce que son chiffre d’affaires courrier est très concentré : les entreprises font 95 % de son chiffre d’affaire et un tiers de l’activité est réalisé avec 80 clients seulement. Ce segment est particulièrement facile à « écrémer » et à confier au privé puisqu’il s’agit souvent de courrier pré trié,

De plus ce courrier industriel, qui représente un volume important, est facile à distribuer car souvent concentré sur quelques villes.

Si La Poste perd cette clientèle, il en résultera une situation grave puisque

« c’est le trafic de ces grands déposants qui, à travers la péréquation tarifaire, compense le coût plus élevé des flux expédiés par les particuliers ou distribués en zone rurale. »

dit le rapport du Sénat. Conséquence : il faut soigner les gros clients en priorité, grâce aux contrats Tempost. Du coup le courrier des particuliers est en attente. Et Même la publicité passe avant !

 Résistez

Alors désormais, si vous allez à La Poste, sachez bien ce que vous voulez, ne vous laissez pas refiler un compte courant, une carte Adhésio, un plan d’Epargne en actions, recharge Monéo, Avisys, Prévialys, Régulys, Pactys et autres Bagoo. Sinon vous allez vous faire plumer !

Pour d’autres infos, voir : http://www.fakirpresse.info/frontoffice/main.php?rub=article.php&id=204


Ecrit le 17 mai 2006 :

 Châteaubriant a perdu la flamme

Les Postiers, à l’appel de la CGT, ne sont pas contents ! En grève, ce petit matin du 9 mai, ils parlent de PNA, de CQC, de calibrage, de relevage, de TG4,... de nor-ma-li-sa-tion, de ren-ta-bi-li-té.

1650 plis à l’heure

La PNA ... c’est la publicité non adressée, celle qui est distribuée par la Poste. Jusqu’à maintenant, les employés de la Poste devaient assurer le tri de 11 « contrats » c’est-à-dire de 11 clients. La Direction voulait les faire passer à 16.
Ils ont réussi à rester à 13.

En quoi consiste le travail ? Répartir les documents pour faire les encartages, c’est-à-dire les paquets de publicité qui seront généreusement distribués à tout le monde. Les agents de la Poste doivent faire ainsi 5 à 8 h par semaine (voire davantage) de tri de la pub, au rythme de 1650 « plis » à l’heure (un pli = un document).
Au delà de 13 clients, ils sont payés en supplément.

Mais bientôt va arriver une machine à encarter. Cela fera des postes de travail en moins !

La distribution de ces paquets de pub se fait par le facteur en zone rurale (sans rémunération supplémentaire) et par des facteurs spéciaux en ville.

 Le relevage

Le relevage du courrier, c’est le service qui consiste à aller chercher le courrier des entreprises. « Nous avons un temps record pour le faire : 3 minutes par entreprise ». Le courrier est pré-trié par l’entreprise, l’employé de la Poste doit encore faire la répartition dans sa voiture : 44 urgents, 44 non urgents, autres départements, recommandés, en-combrants. « La répartition des clients a été faite par ordinateur. Il nous faut tout reprendre pour que la même personne ne se promène pas de la zone industrielle à la route de Bain de Bretagne ». Enfin, « se promène », c’est une façon de parler, surtout quand il y a 12 ou 13 caisses de courrier à enlever chez le client. Le cafouillage vient de la réalité suivante : il y a des clients qui sont relevés à 15 h, d’autre à 16 h ou 17 h, et les tarifs postaux ne sont pas les mêmes. L’ordinateur a donc regroupé tous les clients de 15 h, puis ceux de 16 h, etc, tant pis si le même agent doit faire un long circuit d’une entreprise à l’autre ! De plus il est minuté : le relevage doit se faire dans telle entreprise à telle heure, à la minute près !

Postiers

C’est de plus en plus aux clients de faire le boulot des postiers. Z’avez-vu les nouvelles boites à lettres à deux-boites ? C’est pas écrit bien grand, mais il est demandé au client de ne pas jeter sa lettre négligemment mais de bien savoir s’il veut l’envoyer en Loire-Atlantique ou hors département.
Les repos

C’est quoi, ça, les « repos compen-sateurs » ? C’est un gros mot ! Les facteurs travaillent à flux tendu. Si un facteur est malade un matin, sa tournée est « à découvert ». La Direction dans ce cas rappelle un agent au repos. « Et bientôt nous n’aurons plus de repos dans la semaine : dans certains bureaux de poste en France il est testé CQC : cap qualité courrier. Les salariés travaillent « 6 jours sur 7 » du lundi matin au samedi midi ».

 Les tournées

« Les tournées sont trop longues, calculées au kilomètre, et au nombre de boites à lettres, avec une pénalisation, en temps, si le client n’a pas une boite à lettres normalisée ». Il y a ainsi plus de 7 heures de pénalisation au bureau de poste de Châteaubriant à cause des clients qui ont des boites à lettres non conformes.

 Boite à lettres

Vous avez une jolie boite à lettres, faite main, vernie chaque année, dotée d’une vitre judicieusement placée qui vous évite de descendre à tout bout de champ voir si quelqu’un vous a mis un papier.

Savez-vous que vous pénalisez votre facteur ? Il dispose en moyenne de 15 secondes pour une boite à lettres en ville, et de 30 secondes en campagne. Eh bien, pour toute boite non nor-ma-li-sée le facteur est pénalisé d’un tiers du temps ! Les tournées peuvent comporter 800 à 1500 « clients » en tenant compte de la longueur des trajets. S’il y a en ville 500 boites non conformes, cela fera une pénalisation de 2500 s, soit 41 minutes.

Normalement, pour les maisons construites avant 1978, il n’y a pas obligation d’avoir une boite normalisée. Mais La Poste s’en fout : elle pénalise le facteur, à défaut de pouvoir pénaliser le client !

 Calibrage

Le « calibrage » est une pratique courante : « une lettre recommandée c’est 1 min 30s, une lettre taxée aussi, un dépôt de fonds c’est 2 min 30 s. ». Tant pis pour le client qui n’ouvre pas assez vite sa porte. Tant pis pour celui qui n’est pas là. Le facteur ne peut pas attendre.
Tant pis pour les habitants de Ruffigné qui doivent aller chercher leur courrier recommandé à la poste de Rougé ... qui n’est ouverte que le matin. Le service public se fait peau de chagrin. Et comment ils font ceux qui n’ont pas de bagnole ? Et comment ils font ceux qui ne sont pas libres le matin.

Allons, qu’ils se dém.....

 Stress

Les postiers sont stressés. Il faut faire vite pour distribuer le courrier. Les facteurs sont jugés aussi sur la propreté du véhicule, sur le nombre d’accidents, sur les plaintes des clients. Et dire que les facteurs pensent à leur « rôle social » alors que ce qui compte c’est leur pro-duc-ti-vi-té.

Il faut faire vite aussi au guichet et ne pas oublier de proposer des « produits » : des enveloppes pré-timbrées, des cartons d’expédition, ce qu’on appelle des « produits à VA », produits à valeur ajoutée.

Délocalisation

Eh oui, à la Poste, on délocalise aussi.... sournoisement. « Avant », le courrier de Châteaubriant et des environs était trié à Châteaubriant, c’était parfois commode : des lettres postées avant 6 h du matin étaient distribuées dans la matinée.

Maintenant F.I.N.i ... le courrier est relevé plus tôt qu’avant, puis il est emporté jusqu’à Orvault, trié à Orvault, et il revient à Châteaubriant !! Si vous envoyez un billet doux au Président de la République, ou au Pape, votre carte sera timbrée de ... Orvault !

C’est que, il va arriver le TG4 : une machine fera la mécanisation du courrier. Allons, lecteurs ignorants, ne savez-vous point qu’il y a le TG3 (séparation du tri dans l’ordre des tournées) et qu’il y aura bientôt le TG4 (séparation du quartier par voie ou portion de voie). Aurez-vous votre courrier plus tôt ? ben ... non, mais c’est pas le but. Le but est de ren-ta-bi ... (complétez vous mêmes). La Poste pense ainsi gagner 50 minutes pour 1000 lettres.

Hybride modulaire

Voici une autre innovation : les bureaux de poste vont être équipés de « casiers hybrides modulaires » qui feront 500 cases (au lieu de 60-80 maintenant). Chaque usager aura sa case. Un agent de la Poste répartira ce courrier et les facteurs le prendront dans l’ordre de la tournée. La Poste compte ainsi gagner 20 minutes pour 1000 lettres. Et gare à vous si vous ne savez plus si M. Machin habite au 14 ou au 84 de la rue Truc. Votre courrier sera mis de côté ...

Un petit calcul :
20 min + 50 min = 70 min.
Sachant qu’il arrive 30 000 lettres par jour à Châteaubriant, le gain de temps sera de :
70 x 30 = 2100 minutes par jour,
soit 6 emplois par mois.
Chouette ! On va encore supprimer des emplois !
Et kicéti ki trouvera pas d’boulot ??
Ah, la vie est belle !


Ecrit le 4 octobre 2006

 En grève le 30 septembre 2006

Les facteurs et factrices de SUD, CGT, CFDT, se sont mis en grève le 30 septembre 2006. Ils reprochent à la direction du Courrier de mettre en place des machines pour trier le courrier « avec la volonté affirmée de supprimer des emplois à la distribution. Ces suppressions d’emplois se traduiront par une baisse de la qualité du service rendu à la population. »

La direction du courrier veut passer en force son projet « facteur d’avenir » qui lui aussi aboutirait à des suppressions d’emplois et à la flexibilisation de la distribution : les rotations sur les tournées feraient disparaître tout lien social entre le facteur et les usagers.

La direction ne se cache pour annoncer que l’objectif est de réduire de 10 % les emplois.

Communiqué :

Orvault, Nort sur erdre, Nozay, Treillières, Heric, Riaillé, La chapelle sur erdre ONT FAIT GREVE MASSIVEMENT CE SAMEDI A L’APPEL DE SUD, CGT, CFDT.

80 à 90 % des facteurs étaient grévistes.

Ils étaient plus de 150 rassemblés à 10H devant le centre courrier de Blain où le personnel était en grève à 100 %.

Le sens de cette mobilsation était de manifester notre opposition aux suppressions d’emplois que génère l’industrialisation du tri, le projet « facteur d’avenir » et les réorganisations à répétition que connaissent les centres courriers.

Ils se sont rendus en cortège devant la Poste de Blain pour alerter la population et dire leur attachement au metier de facteur au service du public.

Photos du rassemblement disponibles sur le site de sud http://www.sudptt44.org

Pour tout contact Didier Raynaud 06 74 50 00 94

tarifs presse : prohibitifset aussi 56

Un protocole signé avec La Poste en novembre 2006 : http://www.journal-la-mee.fr/spip.php?article282#poste