Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Femmes, masculin-féminin > Femmes : au travail

Femmes : au travail

Les femmes au travail

Dans les pays développés, malgré des scolarités comparables à celles des hommes, les femmes sont encore loin de l’égalité des salaires dans l’univers professionnel. En matière de pouvoir, c’est la même chose : les hommes sont d’accord pour ouvrir certaines portes mais ne vont pas jusqu’à donner aux femmes la clé du pouvoir ! (dans les pays sous-développés la situation faite aux femmes est bien pire)

On constate cependant une progression du travail salarié des femmes. Le taux d’activité des femmes de 25 à 54 ans est passé de 63,6 à 67,8 % de 1990 à 1999.

Les cinq clés

Les cinq clés du travail féminin sont les suivantes :

– L’école : l’après-Seconde Guerre Mondiale voit l’allongement de la scolarité féminine. Sorties du système scolaire les femmes se présentent naturellement sur le marché du travail.

– La montée des services : les femmes ont constitué une réserve de main d’œuvre jeune, peu syndiquée et moins bien rémunérée que les hommes. Nouvelles venues, elles étaient plus facilement « adaptables » que les salariés âgés masculins de l’industrie.

– L’élévation des niveaux de vie : deux salaires valent mieux qu’un. Ils assurent aussi une certaine garantie face au chômage. Le travail des femmes est l’un des facteurs essentiels pour comprendre les transformations de nos modes de consommation.

– L’aspiration à l’indépendance : recevoir un salaire c’est être autonome sur le plan économique. Cette autonomie constitue une liberté essentielle notamment dans le couple

– La quête de nouveaux horizons : si les emplois les moins qualifiés et parfois pénibles sont le plus souvent occupés par des femmes, il n’en est pas moins vrai que l’univers professionnel est l’un des mondes (pas le seul) où se constituent les réseaux de sociabilité indépendants de ceux du couple.

(d’après le journal Alternatives économiques
d’octobre 2000)

De nouveaux horizons pour les femmes ?

Les femmes pourront désormais s’engager dans la Légion étrangère (Armée de Terre) et dans les fusiliers marins commando, a-t-on annoncé jeudi 12 octobre au Ministère de la Défense. De même, les femmes pourront piloter des avions de l’Aéronavale puisque l’interdiction qui leur était faite de voler sur les appareils de la Marine a été levée il y a quelques mois.

Les emplois pour les femmes à bord de sous-marins restent impossibles en raison de problèmes de locaux. Les prochaines générations de sous-marins nucléaires d’attaque prévues à l’horizon 2010 devraient permettre d’accueillir des femmes dans les sous-marins nucléaires d’attaque.

De son côté, la gendarmerie va entamer des études pour examiner la possibilité d’employer les femmes dans les opérations de maintien de l’ordre dévolues aux escadrons de gendarmerie mobile.

Il ne restera plus alors aucun poste interdit aux femmes dans les Armées. Reste à savoir si la présence des femmes pourra mettre un peu d’humanité dans certaines structures traditionnellement « machistes » . L’exemple de Maggie Tatcher (Angleterre) et de Madeleine Allbright (Etats-Unis) incitent à la prudence : il y a des femmes qui sont plus va-t-en guerre que des hommes.


L’arme du viol

Le rapporteur de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en Irak, Andreas Mavrommatis, affirme que les opposants au régime irakien, résidant à l’étranger, sont victimes de pressions pour les inciter à cesser leurs activités. Il cite le cas d’un officier supérieur irakien, qui a quitté l’Irak en 1995 et réside aujourd’hui en Jordanie (où il est un opposant actif au régime du président Saddam Hussein) et qui, le 7 juin dernier, a reçu un appel téléphonique l’informant qu’un « cadeau » l’attendait dans un magasin d’Amman. « Il s’agissait d’une cassette vidéo montrant le viol d’une femme de sa famille », écrit le rapporteur qui ajoute que les services de renseignement irakiens auraient ensuite demandé au général de mettre fin à ses activités.

Si ces faits sont avérés, ils n’excusent pas le comportement des Américains et des Anglais qui continuent à faire subir à tout le peuple irakien un embargo des plus destructeurs !

Initiatives de femmes