Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2001- 15 mars 2008 > CM 2002 > 02-2002. Conseil Municipal 26 mars 2002

02-2002. Conseil Municipal 26 mars 2002

(écrit le 3 avril 2002)

Conseil Municipal à Châteaubriant le 26 mars 2002. La majorité en place sait mobiliser ses partisans : arrivés de bonne heure, ils occupent les rares places libres dans la salle. L’opposition mobilise aussi les siens : ils sont obligés de rester dans le couloir et aucun système ne leur permet de voir les « visuels » projetés. Le résultat des votes n’est même pas annoncé. Les citoyens sont laissés dans l’ignorance ...

Accessoire mais confortable

A l’ordre du jour, la rémunération « accessoire » accordée à Michel Houizot, responsable des finances de la Communauté de Communes du Castelbriantais chargé d’assister pendant UN AN la nouvelle responsable des finances de Châteaubriant, Mme Catherine Coiffé qui vient de Rougé. La dépense se monte à 243 € nets par mois, que les élus d’opposition refusent. Habituellement, dans des cas analogues, ce genre d’assistance ne se fait pas en heures supplémentaires mais est pris sur le temps de travail de l’agent.

Ecoles privées

La municipalité fait un choix très net : augmenter de 9,26 % la participation de la ville aux frais de fonctionnement des écoles élémentaires et maternelles privées.

Crédits scolaires : de même les fournitures scolaires gratuites aux écoles maternelles et primaires (publiques et privées) sont considérablement augmentées (50 %), En revanche, les bons d’achat de fournitures destinés aux enfants des collèges et lycées de moins de 16 ans sont inchangés.

Théâtre

Théâtre Messidor : la municipalité a décidé de passer une convention de partenariat avec le Théâtre Messidor, qui se traduit par le versement d’une subvention de 10 670 euros par an, et la mise à disposition de locaux administratifs (ce qui représente un avantage de 3500 € supplémen-taires environ) avec, en outre, la possibilité permanente d’utiliser la salle de répétition du Théâtre de Verre  . Cette subvention est uniquement une subvention de fonctionnement, étant entendu que toutes les actions du Théâtre Messidor feront l’objet d’un budget et d’un contrat de cession spécifiques. Par exemple : la Trilogie d’un comédien, (3 pièces jouées en novembre 2001), a été achetée 30 000 F par la ville .

Théâtre de Verre   : la municipalité actuelle, du temps où ses membres se trouvaient dans l’opposition, trouvait que le Théâtre de Verre   coûtait trop cher et que les spectacles n’étaient pas à la portée de toutes les familles. Cela ne l’a pas empêchée, maintenant, d’augmenter tous les tarifs de 2 % ce qui porte le spectacle « ordinaire » à 19,45 € (près de 97 F) et le spectacle « vedette » à 14,75 € (près de 128 F). Heureusement le système d’abonnement permet de diminuer les tarifs.

Viande et huiles usagées

Découpe de viande : M. Guerlais, demeurant à La Malorais à Châteaubriant, a souhaité acquérir un terrain de 1500 m2 pour y effectuer de la découpe de viande pour des tiers et notamment pour des éleveurs. Ce petit bout de terrain fait partie d’un ensemble plus vaste et se situera juste à côté de la société Chimirec qui fait du recyclage d’huiles et non loin d’un futur dépôt de déchets industriels (chûûût, on ne vous a rien dit). L’opposition a demandé si c’était bien l’endroit idéal, s’il n’y avait pas de risque de pollution de la part du voisinage. « On répondra à vos questions plus tard » a dit le maire. On se demande si M. Guerlais est bien au courant du voisinage de sa future unité de découpe de viande. On s’interroge aussi sur les voies d’accès à ce terrain. Dans l’immédiat il est prévu d’aménager un passage sur la propriété Chimirec. Ca manque d’un plan d’ensemble !

SADAC-RENAULT : comme nous l’avons annoncé la semaine passée, le Garage Sadac-Renault va s’installer à l’entrée de la ville, jusqu’à l’hôtel Marmotte. En face, derrière le restaurant Mac Do, va s’étendre le garage Pinard-Volkswagen. L’opposition a fait remarquer que l’entrée de la ville va être ainsi encadrée par la présence de deux garages et que les urbanistes de « l’atelier du Canal » qui travaillent sur le futur Plan local d’Urbanisme, ont souligné la nécessité de mettre en valeur l’entrée de la ville. Martine Buron a demandé que les aménagements futurs de Renault et Pinard soient vus en commission d’urbanisme. Cela lui a été accordé. La vente des terrains à Sadac et Pinard devrait rapporter 624 840 € dans les caisses de la ville.

Principe d’une nouvelle caserne de Gendarmerie : comme annoncé à Martine Buron (voir La Mée du 7 mars 2001) une nouvelle caserne de Gendarmerie devrait être construite pour loger la Compagnie et la Brigade, locaux administratifs et logements de 2 officiers , 34 sous officiers et 8 gendarmes adjoints volontaires. L’Etat et le Département couvriront intégralement le coût de cette opération. Par la suite la ville encaissera les loyers et assurera l’entretien locatif. On ne sait pas où sera construite cette caserne et ce qu’il adviendra des logements et bureaux actuellement implantés rue de Verdun.

Perdu la boule

Michel Machard a été désigné comme « conseiller municipal en charge des questions de Défense » (et personne pour l’Attaque ?). Avec lui la Patrie est sauvée.

Des appels d’offres devraient être lancés prochainement pour le nouveau terrain de foot, la réfection de la piste du vélodrome et la réalisation d’une piste de skate-board. ... mais ce ne sera fait que si les subventions attendues sont obtenues.

On a appris que, « pour la première fois », le Conseil Général allait accorder une subvention à une commune pour la réalisation d’un bowling. Il a perdu la boule ou quoi ?Il est sûr que, désormais, le Conseil Général accordera à la ville des avantages qu’il lui refusait du temps où la municipalité était à gauche. On ne peut que regretter ce manque d’égalité républicaine

Subventions aux associations : la plupart des subventions ont été augmentées de 2 % (sauf les subventions aux associations sportives qui sont augmentées de 17 % avec objectif de doubler sur 5 ans). Des subventions exceptionnelles ont été accordées par exemple aux amateurs d’oiseaux exotiques qui doivent se charger de l’animation et de la surveillance des volières qui seront installées au Parc de Radevormwald. La Croix Rouge   voit sa subvention augmentée exceptionnellement puisqu’elle veut acheter un défibrillateur pour pouvoir secourir d’urgence certaines personnes atteintes d’un arrêt cardiaque. L’Office de Tourisme   obtient aussi une subvention exceptionnelle pour ses futures « Promenades littéraires ».

L’opposition a voté pour les subventions ordinaires mais en revanche s’est abstenue sur les subventions exceptionnelles estimant que leur montant total, qui approche les 30 000 euros, ne semble pas raisonnable.

Site de Béré

Eglise de Béré : dans le cadre du futur Plan Local d’Urbanisme, il est nécessaire d’améliorer le site de l’église de Béré qui est, avec l’ancien couvent Saint Sauveur, le cœur historique de notre ville. C’était d’ailleurs un projet cher à l’ancienne municipalité.

La nouvelle municipalité a décidé de profiter de l’opportunité se présentant à elle d’acquérir les propriétés « Chais et Pauvert » pour un coût de 153 000 €. C’est une opportunité formidable ! S’il était possible de négocier avec M. Havard pour retrouver et restaurer l’ancien bâtiment du couvent qui sert actuellement de garage, cela pourrait augmenter l’attrait touristique du site. Rappelons qu’il y a un beau projet d’aménagement des abords du cimetière élaboré depuis des années par l’architecte Xavier Ménard.

Taxe d’habitation en baisse

Comme elle s’y était engagée, la nouvelle municipalité a décidé une baisse de 5 % de la taxe d’habitation et du foncier non bâti. En revanche le taux du foncier bâti reste le même. Les taux s’établissent donc ainsi :

Taux 2001 (y compris la fiscalité de la Communauté de Communes) :

– Taxe d’habitation 19,987 %
– Foncier bâti 18,199 %
– Foncier non bâti 52,31 %

Taux 2002 :

– Taxe d’habitation 18,99 %
– Foncier bâti 18,20 %
– Foncier non bâti 49,69 %

Pour une maison moyenne, cela devrait faire une baisse de 18 € pour l’année. Pour la ville, cela devrait faire une baisse de recettes de 420 000 €, ce qui n’est pas négligeable ! Et qui fait qu’on se demande comment vont être réalisées les belles promesses d’investissement. Attendons pour voir.

En tout cas, la ville n’a prévu d’emprunter que 1 300 000 € en 2002. On peut donc espérer que la dette de la ville continuera à baisser

Pour les investissements 2002, il faut noter que la municipalité a décidé de mettre le paquet sur l’entretien de la voirie (et notamment le carrefour de la Ville en Bois pour 381 000 €). Les investissements liés au Contrat Région-Ville Moyenne ne seront entrepris que sous réserve de l’obtention des subventions sollicitées.

Frais de réception

L’opposition a particulièrement relevé, dans ce budget, le doublement des frais de réceptions qui passent de 58 738 € en 2001, à 112 224 € en 2002, ce qui représente une augmentation de 53 486 € soit 350 845 F environ. Cela permettra sans doute d’offrir des vins d’honneur à tout bout de champ, sans rime ni raison. Goûtons voir si le vin est bon ! L’opposition (issue de l’ancienne équipe de Martine Buron) a voté contre ce budget.

A part ça, le budget 2002 est difficile à comparer au budget 2001 puisque des services et des personnels ont été transférés de la mairie vers la Communauté de Communes. On peut seulement relever un chiffre : la subvention de fonctionnement au CCAS   (centre communal d’action sociale) passe de 483 720 € à 407 496 € ce qui fait une baisse de 76 224 € (soit l’équivalent de 500 000 F).

Et si vous voulez vous pencher sur le budget, allez-y ! Peut-être pourrez-vous nous dire ce que sont les « ICNE n-1 contrepassés/empts ». Tout est fait (et ce n’est pas la faute de la municipalité) pour que les citoyens n’y comprennent rien. Et après on s’étonnera qu’ils manquent d’intérêt pour la chose publique !

En tout cas, le budget 2002 de la nouvelle municipalité apparaît comme un budget « sage ». On se demande simplement s’il ne va pas y avoir, comme du temps du père du maire actuel, un budget supplémentaire pléthorique qui conduirait à un dérapage de la gestion financière et à un ré-endettement rapide de la ville. Quand on voit les promesses qui sont faites à telle ou telle association, on s’inquiète. Espérons qu’on s’inquiète pour rien.