Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Condition ouvrière et/ou salariale > Premier Mai 2011

Premier Mai 2011

Ecrit le 11 mai 2011

 Un premier Mai de Tradition

Premier Mai 2011

Les traditions se perdent, c’est sûr, qu’il s’agisse des commémorations au Monument aux Morts, ou de la célébration du Premier Mai. Il reste des irréductibles, une petite centaine quand même, un dimanche, en pleine période de vacances de printemps.

Les trois syndicats, CFDT, CGT et Solidaires ont exprimé leur soutien aux peuples des pays arabes qui se soulèvent pour la dignité et la liberté. « Partout dans le monde, cette onde de choc salutaire bouscule les dictatures et porte un message d’espoir, de liberté, de démocratie et de progrès social. »

 CFDT : Yves Le Gall

Pour Yves Le Gall, CFDT, c’est dans ce contexte que s’est inscrite la journée de solidarité avec les travailleurs sans papiers, organisée le 30 avril, et réunissant plus de 1000 personnes à Nantes. De quoi marquer l’engagement de toute la CFDT autour de ses valeurs, notamment la solidarité et la justice sociale. La CFDT rappelle son attachement au droit des migrants et la nécessaire prise en compte des situations de leurs pays, qu’ils soient libyens, tunisiens, ou de tout autre pays et rappelle que les salariés doivent disposer des mêmes droits dans les entreprises, quelles que soient leurs origines.

Ce 1er mai est aussi une journée de solidarité européenne, dans un contexte de politiques d’austérité imposées par les Etats membres de l’Union et les Institutions européennes. La CFDT réaffirme que les salariés ne doivent pas payer le coût d’une crise dont ils ne sont pas responsables.

(…) Le gouvernement se félicite d’une reprise de l’emploi mais cette reprise se traduit par une forte accentuation de la précarité. On note aussi une augmentation du chômage des plus de 50 ans alors que le gouvernement à fait voter la loi sur le recul de l’âge de la retraite !

Il n’y a pas de quoi se réjouir de la situation de l’emploi sur le pays de Châteaubriant   où le taux de chômage est l’un des plus forts du département d’autant que des inquiétudes se font jour chez Focast placé en redressement judiciaire cette semaine et que des entreprises demeurent fragilisées par la crise.

« Cette journée de mobilisation doit donc aussi permettre de porter de nombreuses revendications autour de l’emploi, notamment envers les jeunes mais aussi sur une réelle politique industrielle qui réponde aux impératifs écologiques ».

La CFDT revendique également le maintien de services publics de qualité, que ce soit dans l’éducation, fortement déstabilisé par le non-renouvellement des départs à la retraite d’un fonctionnaire sur deux et auquel il faut mettre un terme, ou encore dans le secteur de la santé, bien malade aujourd’hui. Il faut améliorer les salaires, les pensions et le pouvoir d’achat pour tous mais pas par le biais de mesure en

trompe l’œil, injustes et sans lendemain.
(...) Il faut permettre à chacun de vivre de son travail dans la dignité en garantissant le droit pour toutes et tous à une protection sociale solidaire de haut niveau, et tout au long de la vie.(…) Ce 1er mai 2011 est l’occasion de rappeler qu’en ces temps difficiles, le repli sur soi et la peur de l’autre ne sont pas des solutions.

C’est la solidarité entre les salariés et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social qui feront reculer l’exclusion, le racisme et le rejet de l’autre.

 CGT : Serge Adry

Pour Serge Adry (CGT), ce premier mai est un 1er mai de lutte. « L’annonce par le gouvernement d’une prime de 1000€ en échange d’exonérations de cotisations est une mesure très contestable, car il s’agit d’une prime, alors que c’est bien d’une augmentation de salaire qu’ont besoin les salariés, les retraités, les privés d’emploi ». « D’un côté le gouvernement fait un grand battage sur cette prime que tous les salariés ne toucheront pas, et d’un autre côté, il gèle les salaires pour 2011 et 2012 de la fonction publique ».

Revenant elle aussi sur la démagogie, la xénophobie et le populisme, la CGT remarque que « à chaque instant, à chaque occasion, les responsables politiques de notre pays, la droite au pouvoir, attisent les peurs les plus irrationnelles pour tenter de se maintenir une base électorale qui s’étiole depuis que les mirages du « travailler plus pour gagner plus » ne trompent plus personne ».

« On tente de transformer l’espoir formidable des Révolutions du monde arabe en crainte d’une vague d’immigration incontrôlable alors même que tous les experts sérieux s’accordent à reconnaître que c’est un fantasme ».

Localement, si la situation d’emploi s’améliore sur notre secteur, ce ne sont pas des emplois stables ce ne sont que des emplois précaires : environ 200 intérimaires sur deux sociétés sur le castelbriantais et qui, dans les semaines à venir, retourneront à la case départ .

« Chez Focast, depuis 2003 l’entreprise subit des pertes d’emplois, aujourd’hui l’entreprise est en redressement judiciaire pour 6 mois, la CGT s’engage à faire tout pour maintenir l’emploi. Une des premières démarches a été une intervention auprès du Sous Préfet et du président de la Com Com pour obtenir une réunion qui aura lieu le 13 mai dans le cadre du comité d’animation économique et social ».

Aux ABRF les salariés attendent une reprise dans le secteur réparation wagon et fabrication de wagon. Le prêt de salariés dans d’autres entreprises est une solution, mais une solution ponctuelle.

Donnons la priorité à l’emploi par des politiques économiques et sociales prenant appui sur une réelle politique industrielle répondant aux impératifs écologiques et des services publics de qualité, favorisant la réduction des inégalités. (…) Mobilisons nous pour le vivre ensemble, la solidarité entre salariés et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix social.

C’est de cette façon que reculeront l’exclusion, les thèses du front national, le racisme, le rejet de l’autre. Ce 1er mai 2011 est aux couleurs de la France que l’on aime

 Solidaires : Gilles Barracand

Pour le syndicat Solidaires, « le patronat et les actionnaires ne connaissent pas les frontières, ils jouent de la concurrence entre les salariés, multipliant le chantage à la délocalisation et comptant leurs dividendes » (…) Plus que jamais notre syndicalisme doit combattre les discriminations et la politique de haine. Plus que jamais il doit soutenir les luttes sociales. Chaque jour il y a des grèves en France, notamment dans les entreprises privées. Les négociations annuelles obligatoires n’ont de négociation que le nom et il faut l’unité et la mobilisation des salariés pour arracher les augmentations de salaires nécessaires pour simplement maintenir le pouvoir d’achat ».

« Plus que jamais notre syndicalisme doit défendre l’avenir de la planète car c’est la soif de toujours plus de produits financiers à court terme, qui entraîne les catastrophes écologiques qui se multiplient. Refusant le productivisme effréné et le pillage des ressources naturelles, nous soutenons les luttes pour les transports écologiques, pour la sortie du nucléaire et la reconversion des industries polluantes et des industries militaires ».

Comme les autres syndicats, Solidaires s’inquiète de la situation chez Focast (en redressement judiciaire depuis le 27 avril et pour six mois), des suppressions de postes à la Sous-Préfecture, à l’hôpital, à La poste et dans l’Education Nationale …

« C’est cela qu’il faut changer, en imposant un autre partage des richesses et une société plus démocratique et plus juste, pour que chacune et chacun puisse vivre dignement. »

« Le gouvernement, au service des plus riches, prépare encore de mauvais coups contre les salariés et les retraités avec sa réforme de la dépendance. Il va falloir s’y opposer, ensemble. C’est l’engagement que nous prenons en ce 1er Mai et que le combat continue jusqu’à notre victoire »