Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2001- 15 mars 2008 > CM 2004 > 03-2004. Conseil Municipal du 2 juin 2004

03-2004. Conseil Municipal du 2 juin 2004

Ecrit le 10 juin 2004 :

Les Conseils municipaux, à Châteaubriant, se suivent, de loin en loin, et se ressemblent : des chiffres et encore des chiffres et pratiquement pas de débat. Ce fut encore le cas le 2 juin 2004.

Il y a des trucs pour éviter les débats. En voici un. En entrée de séance il est question des représentations du Conseil Municipal dans divers organismes. M. Azzouz, délégué titulaire à la CCC   (Communauté de Communes du Castelbriantais) ne souhaite plus l’être. Il est remplacé par M. Rudi Boisseau. C’est alors que Pascal Bioret (minorité) rappelle que la minorité demande depuis trois ans un siège de titulaire à la CCC  . Réponse du maire : « cela fait partie de vos questions orales. Je vous répondrai en fin de réunion. »

Pas de réponse

Donc, en fin de réunion, Pascal Bioret repose la question. Mais pas question de discussion. « Une réponse orale c’est question-réponse, pas un débat » lui dit le maire qui ajoute : « Nous ferons bientôt le bilan 2003 de l’activité de la CCC  . C’est alors que nous reparlerons de votre demande ». La réponse est donc toujours différée ......

Rappelons un peu d’histoire. Quand a été créée la première communauté de communes (qui s’appelait alors le SIDEC), du temps de la municipalité Martine Buron, la minorité d’alors (poussée par Michel Hunault, frère du maire actuel) avait voté contre et avait même manœuvré en sous-main (et avec succès) pour que les communes de l’Est-Castelbriantais ne fassent pas partie du SIDEC. En conséquence de quoi, puisqu’ils étaient contre cette structure, les élus de la minorité n’avaient pas obtenu un siège. Par la suite celui-ci leur fut accordé. Maintenant les choses sont totalement opposées et, comme disent les élus minoritaires « les règles démocratiques voudraient que tous les groupes d’opinion soient représentés dans les institutions républicaines » surtout quand celles-ci ne sont pas élues au suffrage universel mais désignées par le Conseil Municipal. Rappelons aussi que le maire de Châteaubriant a dit publiquement, à un Conseil Municipal, « Vous n’attendrez pas trois ans ». Les trois ans sont passés, monsieur le maire.

Cornet acoustique : quand le maire ne sait pas répondre à une question, il a à côté de lui son « cornet acoustique » : le secrétaire de mairie lui chuchote à l’oreille. Est-ce pour cela qu’il a obtenu l’ordre national du mérite ?

Abdelcadère : il appartient au secrétaire de mairie de suivre l’ensemble des opérations de la mairie, y compris les compte-rendus de Conseil Municipal. C‘est donc avec amusement ( !) qu’on a lu que le Duc d’Aumale était le vainqueur d’Abdelcadère. Le pauvre Abd El Kader, savant, lettré, d’une intelligence vive, d’un charisme indéniable, il a dû se retourner dans sa tombe. Adversaire célèbre de la France en Algérie, il s’est rendu le 23 décembre 1847. Emprisonné, il a retrouvé la liberté en 1853 et s’est consacré à la philosophie et à la théologie. Protecteur des chrétiens de Damas lors des massacres de Syrie en 1860, il fut fait Grand-Croix de la Légion d’Honneur par Napoléon III.

Subvention-récompense

Subventions : les histoires de fric, c’est plus passionnant. Voilà-t-il pas que l’équipe de football des Voltigeurs vient de clôturer la saison par une accession au Championnat de France Amateur 2. C’est pourquoi la municipalité a décidé de lui accorder une récompense financière : 15 000 €. « parce que c’est un chiffre symbolique » a dit l’adjoint aux finances. (ndlr : ça fait cher pour jouer à la baballe !). Cette subvention s’ajoute aux 9001 € de subvention de fonctionnement, et à la mise à disposition de terrains de foot. La minorité a reposé une vieille question : « est-il vrai que des joueurs sont embauchés à la mairie de Châteaubriant ? ». La municipalité a reconnu enfin que c’était vrai, du moins pour l’un des joueurs. « Oui, nous avions besoin de créer un poste, et cette personne avait les qualifications requises, alors nous l’avons embauchée ». De plus « C’est un bon butteur ». Petite histoire : la veille des matches, le joueur a droit à un jour de repos. Pour les nécessités du service municipal ?

A part ça la minorité s’est réjouie des succès des Voltigeurs. « Nous aurions aimé être invités à la petite fête organisée à cette occasion » - « Ah oui, leur a-t-on répondu, mais ça s’est fait dans la précipitation ». Sous-entendu : on vous a oubliés. (Mais on n’a pas oublié d’inviter la presse). Lot de consolation : la minorité va se voir attribuer ... un T-Shirt.

Compte administratif : on se souvient qu’il était annoncé, depuis des années, que beaucoup d’emprunts seraient finis en 2002. Et, de fait, la dette de la ville qui était de 1213 € en 2001, est tombée à 932 € en 2002 (par habitant)

Mais elle a remonté tout de suite :
– 932 € par habitant au 31.12.2002
– 1000 € par habitant au 31.12.2003
cela fait donc une progression de 7,3 % en un an. Et ça ne peut que continuer, au vu des travaux réalisés à tort et à travers.

E
Rond point rue du 8 mai (dessin satirique de Eliby, Tél 02 40 94 35 32)

Carrefour giratoire
rue du 8 mai

L’ancienne station Shell, démolie, et le carrefour à feux, voisin, vont être remplacés par un carrefour giratoire, ce qui va être bénéfique pour la circulation. Coût du carrefour : 257 061 € HT   (soit 1 686 000 F). A déduire vraisemblablement une petite subvention du Conseil Général.

Ce carrefour va être complété par un « aménagement paysager ». En fait on n’a pas beaucoup entendu parler d’arbres et de fleurs, mais plutôt d’une « composition dans laquelle seront associés la pierre et le métal » avec « un dispositif d’éclairage » et la « présence de l’eau sous forme d’une fontaine ». Il pourrait y avoir une dizaine de jets d’eau. Le coût est quasiment aussi élevé que celui du carrefour lui-même : 204 368 € HT   (1 341 000 F). Il est vrai qu’il importe de mettre en valeur le petit monument qui rappelle la mémoire des soldats américains qui ont donné leur vie pour la libération de notre cité. Mais tout de même l’aménagement est onéreux (plus de 3 millions de francs !)

A Châteaubriant la municipalité aime bien ce qui se voit (et tant pis si c’est au détriment du travail de fond, sur l’emploi en particulier). La minorité a demandé qu’un programme pluri-annuel de réalisation soit établi plutôt que de continuer à faire comme maintenant : du coup par coup.

Restructuration du
Centre Municipal des Sports

Le cabinet AMOFI a été sollicité par la SELA pour mettre au point un programme de travaux de restructuration du Centre Municipal des Sports. Il a travaillé depuis des mois sans que la minorité ait été appelée à envoyer un représentant au groupe de travail (c’est contraire à tout ce qui se faisait auparavant !). Le projet pourrait se faire en trois phases et coûter globalement 3150 000 € HT   (soit 20,6 millions de francs), en incluant travaux, études préalables, honoraires de maîtrise d’œuvre, etc . Début des travaux : 2006 ?

Verniss
Salle de la Vernisserie, affectée eu Club de Billard

Vernisserie

Les travaux de rénovation du bâtiment situé rue de la Vernisserie sont annoncés pour 146 811 € HT   . Le local était prévu pour des activités artistiques, puis pour des activités jeunesse. Maintenant la municipalité ne se mouille plus : elle parle d’activités polyvalentes. C’est beau la richesse ... de vocabulaire.

Il était prévu d’y permettre la pratique de différents sports tels que danse, billard, tennis de table et musique puisqu’il y a au rez de chaussée une salle de 141 m2 et au dessus une mezzanine de 54,6 m2. Mais pour l’instant c’est le club de billard qui a été mis là. Et comme cette activité demande de la place, il a fallu supprimer des piliers qui soutenaient la mezzanine. Coût supplémentaire 19 967 €.

La minorité a demandé : « Que faites-vous de l’immeuble du 3 rue Guy Môquet , où se trouvaient les meubles Métayer ? » La ville a acheté les 974 m2 d’entrepôts pour 126 500 € soit 830 000,00 F. Au début on devait y mettre le club de billard (qui initialement était prévu avec le bowling). Finalement, on ne sait pas ce qu’il va y avoir là. « Ce terrain intéresse un privé » a dit le maire. Ceci est encore l’histoire d’une acquisition faite, au coup par coup, et sans avoir de projet à long terme.

Poneys

Dans la ligne de ce qu’avait organisé Jean-Claude Orrière en 1991, des épreuves de la Coupe de France 2004 de Poney doivent avoir lieu au Parc François Mitterrand les 2-3 octobre prochains. L’association Castel Poney Complet demande au minimum une carrière de dressage, un terrain pour le concours de saut d’obstacles, un paddock de détente dressage, et diverses installations techniques (élec-tricité, sanitaires, etc). Un crédit de 100 000 € a été mis au Budget Primitif 2004. Des aides financières sont demandées au Conseil Général et au Conseil Régional

Future_Maison_quar
Futur Maison de Quartier, près de l’hippodrome

Salle de Quartier

Une salle de quartier va être édifiée dans le secteur de Renac  . Elle sera sûrement à vocation sportive puisqu’elle comprendra deux grands vestiaires, des sanitaires et une salle centrale de 99 m2. Poteaux bois teinte naturelle, auvent, garde-corps métallique teinte chocolat, véranda alu teinte chocolat ... l’architecte est le Cabinet Brunet à Nantes (tiens, le cabinet Cousin est en disgrâce ? et ne parlons pas des architectes locaux). Coût total 210 000 € HT   . il est espéré 55 % de subventions

Ragondin et rat Musqué

C’est M. Ermine (!) qui a lu la délibération concernant la lutte contre le ragondin et le rat musqué. Afin d’encourager les piégeurs, il est prévu une prime de 1,50 € par animal capturé.

Menuiseries

Le remplacement des menuiseries extérieures de l’école élémentaire de Béré sera effectuée pour un montant de 80 390 €.. A ce sujet la minorité s’est étonnée de l’absence de réunion de commission « affaires scolaires ». Mme Bombray en a promis une « avant la fin juin »

Espaces verts

La ville de Châteaubriant a renoué avec le passé : alors qu’elle avait réduit le marché de 50 %, les années précédentes, elle a consenti à accorder, de nouveau, un marché d’entretien des espaces verts et ruisseaux de la ville, au CAT, pour un montant total de 72 200 €. Voilà du travail bien venu pour les adultes handicapés.

Au Parc François Mitterrand, des lisses en bois traités et des clôtures diverses vont être construites pour une somme comprise entre 25 000 et 50 000 €. Et un drainage va être fait pour 32 383 €. A noter que la municipalité se refuse à l’appellation « Parc François Mitterrand » : qu’elle ait donc le courage de prendre une délibération pour changer la dénomination !

Houppiers

Enfin du bois sur pied et des houppiers sont vendus à diverses personnes au prix de 15,24 € (châtaignier) ou de 17 € (chêne) le stère sur pied. La scierie Boulé, pour sa part, achète 41 châtaigniers pour 1677 €, 16 chênes pour 610 € et 61 châtaigniers pour 1121 €

Salles mises à disposition

La salle principale de l’ex-bâtiment des bains-douches, rue des Déportés Résistants, est mise à disposition de la Sous-Préfecture pour y stocker des archives

L’association des Randonneurs du Pays de la Mée obtient un local au 4 rue Jacquard (à la place de l’ancienne conciergerie de la propriété de la Trinité qui va être démolie dans le cadre de la construction d’un programme de logements pour personnes âgées). Pour la même raison l’association St Patern obtient un local au 3 bis rue Pasteur

L’association SOS femmes   est relogée au 2 rue de la Gare, à la place du 8 rue Anna de Noailles

Questions diverses de la minorité

En fin de réunion, la minorité a posé quatre questions (le maire précisant bien qu’il ne voulait pas de débat à ce sujet).

Deux questions concernaient la représentation de la minorité à la Communauté de Communes, et la réunion d’une commission « Affaires scolaires » (voir plus haut).

Plus globalement, la minorité a regretté que ne soient réunies « que les commissions dont les travaux sont l’objet d’une délibération en Conseil Municipal » et que le contenu de ces commissions « se résume de plus en plus au seul examen des aspects financiers ». Elle souhaite des réunions plus régulières pour que les commissions « deviennent un lieu de proposition et de débat sur les politiques municipales ainsi qu’une occasion de suivre les dossiers en cours ». Il lui a été répondu que la minorité aurait le droit de mettre des questions à l’ordre du jour.
Enfin la minorité a demandé où en est la démarche de SCOT   (schéma de cohérence territoriale), en rappelant que, à l’unanimité, le Conseil de Développement a adopté un vœu à ce sujet le 13 mai 2004. Il a été répondu qu’il fallait attendre que les communes aient élaboré leur PLU   (plan local d’urbanisme). En aparté M. Garnier a reconnu qu’il avait voté POUR le vœu proposé, parce qu’il n’avait pas osé voter contre ou s’abstenir.

Nouvelles brèves

Le permis de construire d’une nouvelle maison de retraite, rue de Maumusson, 48 lits, a été déposé le 1er juin 2004.

Le laboratoire d’analyses médicales, situé place de l’église à Châteaubriant, a déposé un permis de construire, le 28 avril 2004, pour s’installer 9 rue de Verdun, à proximité du futur pôle Hôpital-Clinique.

M. Pizzala a déposé, le 14 avril, un permis de construire d’un immeuble de 19 logements, rue de la Vannerie.

La Communauté de Communes du Castelbriantais n’a déposé que le 28 avril le permis de construire afférent à la future école Pigier (coiffure, esthétique)

Les travaux d’aménagement d’une salle à manger correcte pour les personnes dépendantes du « Long séjour » à la Mapa, rue Denieul et Gastineau, ont commencé le 7 juin 2004, en principe ....

ASSEDIC

La ville de Châteaubriant adhèrera à l’ASSEDIC, pour ses agents non titulaires, à partir du 1er juillet 2004. Voilà une bonne chose qui aurait dû être faite depuis bien longtemps

Canicule

Dans le cadre du plan « Canicule » le centre Communal d’Action Sociale recense les personnes âgées qui vivent seules ou sont isolées familialement, géographiquement, affectivement ...

Les personnes qui le souhaitent doivent se faire connaître auprès du Centre Communal d’Action Sociale dès maintenant - 25 rue du Château - 02 40 81 52 40 en communiquant les données nominatives permettant de les identifier et de les joindre (nom, prénom, date de naissance, adresse, téléphone et personne de l’entourage à prévenir en cas d’urgence)