Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2008- 15 mars 2014 > CM 2008-suite > 03-2008. Conseil Municipal du 26 mars 2008

03-2008. Conseil Municipal du 26 mars 2008

Ecrit le 2 avril 2008

 Délégations et commissions

Conseil Municipal mercredi 26 mars à Châteaubriant : eh oui, c’est reparti. Comme avant, sans rien changer. On désigne d’abord les représentants du Conseil Municipal dans 33 organismes divers : conseils d’administration des écoles, des établissements hospitaliers, des comités de jumelage, du syndicat d’électricité, du syndicat de la Chère, etc.

Pour la commission des listes électorales par exemple, il y a 6 représentants de la majorité et aucun de l’opposition. Danièle Catala demande pourquoi . Réponse du maire « parce qu’on a fait comme en 2001. Et en 2001 on a repris ce qui se faisait avant ». Ah bon. Tout est -donc immuable ? C’est ça le conservatisme. Y compris pour cette commision où, à dire vrai, il n’y a pas grand chose à faire !

Les 25 conseillers majoritaires (en plus du maire), se sont répartis dans les commissions.

JPEG - 65.1 ko
Maire et Adjoints -

 Les adjoints :

Georges Garnier, premier adjoint, chargé de l’économie, des transports et de l’intercommunalité, n’a choisi qu’une seule commission. Le comité de la Foire de Béré. Mais il sera souvent amené à remplacer le maire.

Marie Jo Havard, deuxième adjointe, chargée des affaires sociales et de la solidarité, a pris 13 organismes. Ca porte bonheur ?

Maurice Deniaud, troisième adjoint, culture, sports, loisirs, animations, a pris 4 organismes

Jacqueline Bombray, quatrième adjointe, affaires scolaires, formation, jeunesse, a pris 6 organismes,

Michel Machard, cinquième adjoint, personnel et sécurité (CLSPD) a pris 7 organismes.

Monique Bigot, sixième adjointe, affaires internationales et communication, a pris 8 organismes.

Rudy Boisseau, septième adjoint, finances, a pris 5 organismes.

Catherine Ciron, huitième adjointe, développement durable, urbanisme, patrimoine a pris 4 organismes.

Yvon Gicquel, neuvième adjoint, insertion et handicap, a pris 7 organismes.

Il ne faut pas en déduire que le travail est proportionnel au nombre d’organismes ! Pour la plupart c’est du temps passé en réunions, et il y a des organismes qui se réunissent peu tandis que d’autres ….

En dehors des 9 adjoints, voilà ce que ça donne :

– Un conseiller n’a rien pris. (Devinez qui ?)
– Un seul organisme a été choisi par Christel Pourias, Damien Carette, Elisabeth Richet, Caroline Chevalier
– Deux organismes ont été choisis par Danielle Boulay, Christine Bourdel, Marie-Amélie Rouxel
– Trois organismes ont été choisis par Rachid Ben Haddou, Dominique Flatet, Francisco Duraes, Marie Orain, Arnaud Laverne.
– Quatre organismes ont été choisis par Jacqueline Durand
– Cinq organismes ont été choisis par Claudie Sonnet
– Sept organismes ont été choisis par Christophe Hamon
– et neuf par François Laurent.

François Laurent, qui était adjoint précédemment, ne l’est plus, pour cause de parité. Mais il continuera sans doute à faire un travail considérable. Quant aux deux autres ex-adjoints, Rachid Azzouz et Dominique Flatet, on en pense ce qu’on veut.

Une portion congrue a été laissée à l’opposition.

 Indemnités des élus

Le maire et les adjoints ont droit à des indemnités, prévues par la loi, pour couvrir leurs nombreux frais de mision. Le Conseil Municipal de Châteaubriant a décidé d’accorder :

– 2769 €/mois au maire
– 903 €/mois aux adjoints
Et jusqu’à 731 € aux conseillers délégués (dont on ne connaît pas encore les noms)

 Articulation

Les élus majoritaires se sont ensuite répartis dans les 10 commissions municipales où une place été faite aux élus minoritaires. « C’est gentil de notre part » a dit le maire. Danièle Catala s’est inquiétée : « l’action sociale est éclatée en trois commissions , affaires sociales, sécurité, insertion. Qui va coordonner l’ensemble ? ». Pas de réponse.

 Intercom’

En 2014, en principe, les conseillers communautaires seront désignés à la proportionnelle. Actuellement on en est loin. Alors que Martine Buron, entre 1995 et 2001, avait donné un siège à la minorité, le maire Alain Hunault s’y refuse absolument. Danièle Catala a déclaré :

« Evidement, nous ne pouvons rien exiger car c’est vous qui décidez de ne pas nous donner de siège ! Mais la démocratie, et vos promesses, elles, l’exigeraient !

Je vous rappelle vos propres paroles, lors de votre prise de fonction à la suite de votre élection le 15 mars dernier. Vous avez dit : « au-delà des convictions propres à chacun, on peut se retrouver sur des projets utiles à tous » . Vous avez dit « Je pense à ceux qui n’ont pas voté pour nous… » . Quel geste ferez-vous pour leur réserver un espace d’opinion si vous ne respectez même pas le résultat des urnes en donnant un siège à leurs représentants ? »

« J’en appelle à quelques élus du groupe majoritaire dont j’ai pu mesurer en d’autres lieux l’esprit de dialogue et la volonté de travailler au service de tous… Comment pouvez-vous approuver ce déni de démocratie ? Quant à vous, M. le Maire, quel chemin allez-vous parcourir de la parole aux actes ? ».

En vain. Le maire n’a même pas demandé « Qui est candidat ? ». Il a fait voter sur une liste bloquée et pré-imprimée. Il y a pourtant eu six bulletins portants les noms « Danièle Catala, Pascal Bioret ». Mais le maire a annoncé : six nuls. Bizarrrrre !

A propos de cette non-attribution de siège à la Com’Com’   Danièle Catala commente : « J’en ai appelé à quelques élus de l’équipe du maire dont je connais la volonté de dialogue. Comment peuvent-ils laisser faire ce déni de démocratie ? Personne n’a bronché. C’est dur de les voir déjà soumis. L’un d’entre eux m’avait déclaré il y a quelques mois qu’il pourrait mieux les « démolir de l’intérieur ». Désormais, il est adjoint et n’est pas venu à notre secours. Nous attendons des nouvelles de son travail de sape dans les années à venir ».

 Tennis

A part ça le Conseil Municipal a attribué les marchés pour la construction de tennis couverts. Montant total : 1 237 374 € HT   alors que 650 000 € étaient prévus. Cela fait du + 90,4 %. Les panneaux solaires qui avaient été demandés par l’opposition le 27 novembre 2007, ne sont pas encore prévus.

Même chose : extension de l’école maternelle RG.Cadou : Montant total : 271 600 € HT   alors que 220 000 € étaient prévus. Cela fait du + 23.5 %

Enfin une convention est signée pour l’extension du réseau assainissement, rue des Anciens Combattants.