Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Bretagne et Corse > 50 ans de Bretagne vivante

50 ans de Bretagne vivante

Ecrit le 13 mai 2009

 Les 50 ans de Bretagne Vivante

JPEG - 64.5 ko
Bretagne Vivante (SE

A l’occasion de ses 50 ans d’existence, l’association Bretagne Vivante organise une manifestation festive sur le thème de la biodiversité le 17 mai sur le site de la Forge à Moisdon.

– De 9 h 30 à 13 h 00 : Marché Paysan. Découvrez les étals des Producteurs bio du Pays de la Mée.
– 10 h 00 : Départ des sorties naturalistes

Tout au long de la journée, profitez des sorties et découvrez les plantes, les oiseaux, les reptiles, les insectes (libellules, papillons et abeilles)... qui vivent sur le site.

– 10 h 00 : Sortie frayère - la Brême du Don
– 11 h 00 : « Les chevaux, Liens entre la nature et les forges »
Gisèle Piton, Présidente des Amis de la Forge
– 12 h 00 : Accueil du Maire de Moisdon la Rivière et du Président de Bretagne Vivante
– 12 h 30 : Temps musical avec Patrick Bardoul

Repas bio, 10 €. à réserver au 02.40.07.76.85,
le 12 mai dernier délai

– 13 h 30 : Les insectes pollinisateurs - par Gilles Mahé
de Bretagne Vivante
– 14 h 30 : Présentation des repas bio distribués à la cantine
de St Julien de Vouvantes par Marie RalisonYon
– 15 h 00 : Respiration musicale - Patrick Bardoul
– 15 h 15 : Entretien écologique des haies - par Mme Rallut, commune de Bonneuvre
Et Les haies champêtres - par M. Le Bouler, Directeur du Conservatoire   National de la biodiversité forestière
– 16 h 15 : Vers le Zéro pesticide - par un agent Nantes Métropole
– 16 h 45 : Installation de phyto-épuration - par Christian Têtard, habitant de Pannecé
– 17 h 30 : La maison écologique - par Patrick Baronnet, habitant de Moisdon la Rivière

Stands découvertes et expositions de Bretagne Vivante, LPO, ERB, Randonnées ADT  , Atlas entomologique régional, CIVAM, GAB BIO, Expo photos de la Brême du Don, initiation naturaliste, loupes binoculaires pour observer en détail la faune et la flore....
Et pour les enfants : jeu de l’oie Gaspido, musique et danse avec Patrick Bardoul

– A 18 h 15, la troupe du Failli Gueurzillon présente « La Fontaine au gallo » ne manquez pas les fables de la Fontaine en version gallo. Et bonne journée à tous.


Note complémentaire

« BRETAGNE VIVANTE – SEPNB fête ses 50 ans » 

 Historique

La SEPNB (Société pour l’Etude et la Protection de la Nature en Bretagne) a été fondée en 1958 par quelques pionniers du Finistère : Michel-Hervé Julien, Albert Lucas, Marcel Gautier, géographe, premier président de la SEPNB. Ces naturalistes de terrain ont alors pris conscience des excès et des dangers de l’aménagement du territoire, de la nécessité d’inventorier le patrimoine naturel et, déjà, de l’urgence d’une politique concrète de la protection de la nature. « Connaître pour protéger » était le slogan d’Albert Lucas dans les années soixante.

Dès 1958, la SEPNB avait créé quatre réserves naturelles en Bretagne : ce fut le point de départ d’un réseau régional de près de 100 sites existant en 2009, sur l’ensemble de la Bretagne historique. En 1959, paraissaient les premiers numéros de la revue « Penn ar Bed » (« Finistère » ). La réserve naturelle de Goulien - Cap Sizun fut la première réserve française à être ouverte au public dès sa création en 1959. Il paraissait évident déjà qu’œuvrer pour la protection de la nature ne pouvait s’inscrire dans la durée qu’en y associant une action éducative.

On peut penser aujourd’hui que le Parc Naturel Régional d’Armorique, le Conservatoire   botanique national de Brest, le Centre ornithologique d’Ouessant sont des réalisations dont les racines ont été nourries au terreau fertile de Bretagne Vivante – SEPNB. L’association est animée actuellement par une équipe de 48 salariés.

Cinquante ans de « Bretagne vivante » : Fête de la Bio-diversité !

Le Golfe du Morbihan sera le lieu d’un grand événement du 5 au 7 juin prochain : « Le Défi pour la Biodiversité », dont l’épicentre se situera à Séné, près de Vannes. L’objectif sera de réunir en un grand Festival les naturalistes, les associations de protection de la nature et le grand public. Le défi scientifique proprement dit consistera à recenser le plus grand nombre d’espèces faisant la richesse naturelle du Golfe du Morbihan. Autour d’un « Village de la Nature » seront proposées des animations-découvertes pour petits et grands, des conférences-débats avec la participation des partenaires de « Bretagne Vivante ».

Par ailleurs, les sections de l’association couvrant les 5 départements de la Bretagne historique( 3000 adhérents) proposeront, quant à elles, cinquante manifestations sur tout le territoire, reconnaissables au label : « cinquante ans de protection de la nature en Bretagne » !

 BRETAGNE VIVANTE EN LOIRE-ATLANTIQUE

En Loire- Atlantique

Le professeur Pierre Dupont crée la première section en 1967. Une des actions principales consiste à établir une liste des sites naturels à protéger en L.A. et à la communiquer à la préfecture : ce sera une préfiguration des « ZNIEFF ». Jean-Claude Demaure prend la suite en 1974, année où se développe une action d’envergure contre le projet de rocade à La Baule et où la SEPNB saisit pour la première fois le tribunal administratif.

En 2009, « Bretagne Vivante » gère, entretient 12 sites naturels protégés. Le département comprend 3 sections : celles du Pays nantais, de l’Estuaire (ELO) et du Pays de Châteaubriant  . Les naturalistes, amateurs ou professionnels, bénévoles ou salariés, sont présents, comme dans les autres départements bretons, dans les commissions diverses, aux côtés d’autres associations de défense de l’environnement. Ils effectuent un travail de fond, bien souvent méconnu du public (comités de pilotage Natura 2000, SAGE … ).

« Bretagne Vivante 44 » organise, trois semaines avant le grand rassemblement du Morbihan, deux évènements départementaux :

Le Samedi 16 Mai à Orvault : la section nantaise propose une sortie botanique dans la vallée du Cens : rendez-vous devant l’église d’Orvault à 9 heures ! ( voir aussi la rubrique « Loisirs et associations / Loisirs et balades » sur le site www.orvault.fr .

Le dimanche 17 mai, sur le site de la Forge en Moisdon la Rivière ( au sud de Châteaubriant), l’association invite le public à une manifestation naturaliste et festive. Il sera proposé, le matin à partir de 10 heures, des « explorations-inventaires » de la flore et de la faune, des stands d’observations diverses et un marché paysan assuré par les producteurs bio du Pays de Châteaubriant  . L’après-midi verra différentes interventions suivies de débats, autour de réalisations contribuant à la bio-diversité : phyto-épuration, entretien écologique des haies, cantines bio, maison autonome   et écologique…Des animations, des temps musicaux et festifs, à destination des petits et des grands, ponctueront aussi la journée grâce à la présence dynamique et inspirée de Patrick Bardoul, aidé de son accordéon diatonique, et de la troupe du « Failli Gueurzillon », qui clôturera la Fête par une mise en scène de La Fontaine en parler « Gallo ».
Renseignements : Bretagne Vivante Nantes 02 40 50 13 44 .


 Si le site des Forges m’était conté…

C’est en 1668 que le Prince de Condé fit construire la Forge de Moisdon-la-Rivière afin de rentabiliser le bois de ses forêts. Grâce à un barrage sur la rivière du Don, l’étang de la forge Neuve constitua la force d’énergie indispensable à l’alimentation des Roues. L’exploitation de carrières de schiste au XIXe siècle contribua à façonner le paysage.

Le village des Forges, l’étang et les cours d’eau, les coteaux schisteux, les prairies et cultures créent un paysage unique grâce à une mosaïque de milieux : landes, pelouses sèches et amphibies, fourrés, boisements, mares temporaires,…propices à une grande diversité d’espèces.

Dans les années 1965-70, les étudiants en maîtrise ou licence de sciences naturelles, visitaient ce site au cours de leurs études avec le Professeur Dupont et Lionel Visset, alors assistant au laboratoire de botanique. Les enseignants mettaient en évidence l’intérêt botanique tant dans les mares temporaires (renoncules à f leurs nodales, ololeucos,..) que sur la lande (cistes en ombelles, plantain holosté, …), et les risques de banalisation du site ( par fermeture des espaces à cistes, comblement des mares, évolution vers le boisement..).

Jusque dans les années 60, l’entretien de la lande était assuré par les agriculteurs qui coupaient les genêts, ajoncs, saules… Les techniques agricoles vont complètement se modifier. Les tracteurs vont remplacer les chevaux.. Il sera difficile d’aller dans les endroits escarpés où c’était possible avec des chevaux. Rapidement, les agriculteurs n’utiliseront plus cette ressource (litière de lande, bois…).

En 1998, à l’initiative   de la toute jeune association « les Amis de la Forge, un projet global de mise en valeur du site est lancé, qui va fédérer les énergies de différents acteurs locaux : Brème du Don, communes de Moisdon et Grand Auverné, Communauté de Communes. Dès l’origine du projet, Bretagne Vivante s’y associe avec notamment Isabelle Paillusson et Jean-Pierre Gouret ce qui permettra de prendre en compte la valorisation et la réhabilitation de milieux naturels.
Ainsi, un sentier pédestre est créé , une frayère à brochets restaurée, des travaux de restauration de la lande et de mares temporaires sont réalisés.

Dix ans plus tard, l’absence de gestion pérenne compromet aujourd’hui le maintien d’un équilibre favorable aux nombreuses espèces végétales à valeur patrimoniale. Des chantiers de débroussaillage sont réalisés par la section BV de Châteaubriant fin 2008 et début 2009 en partenariat avec les associations « des Amis de la Forge », de « l’Amicale laïque » et du « Conservatoire   National Botanique de Brest » ; mais tout ne peut pas se faire avec les chantiers. Une réflexion s’engage actuellement avec tous les acteurs dans l’objectif de favoriser la biodiversité du site. Des habitants, des associations, des élus souhaitent se mobiliser.

Les 50 ans de Bretagne Vivante sont l’occasion de faire découvrir ce site exceptionnel et de mettre en lumière diverses actions permettant de contribuer au maintien de la biodiversité.

L’existence du partenariat local a permis l’organisation de cet évènement sur le site des Forges à Moisdon : Bretagne Vivante et ses associations amies : Amis de la Forge, Producteurs bio du Pays de la Mée, Brème du Don, Amicale laïque, avec le soutien de la commune de Moisdon sont à pied d’œuvre pour réussir cette journée ; de nombreuses tâches (certaines un peu ingrates) sont nécessaires à la réussite de la journée. Partagées par le plus grand nombre, elles seront légères et permettront le plaisir de tous. Aussi, nous comptons sur le concours de tous les adhérents pour donner un peu de leur temps avant, après et le jour de la fête.


Ecrit le 4 février 2015

 L’écologie en Bretagne

JPEG - 17.2 ko
Tudi Kernalegenn

Samedi 7 Février 2015 au café La Charrue à Châteaubriant (rue de Couëré), à partir de 17h, le collectif castelbriantais contre le projet d’aéroport invite Tudi Kernalegenn, chercheur en sciences politiques et journaliste. Il présentera son nouvel ouvrage « Histoire de l’écologie en Bretagne ». Des luttes antinucléaires de Plogoff et du Carnet, aux combats contre les marées noires et vertes, en passant par le refus des grands projets inutiles (dont l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes), la Bretagne se manifeste comme une terre d’engagement écologiste où fleurissent de nombreuses alternatives. En replaçant l’opposition au projet d’aéroport dans cette filiation aux luttes qui traversent et construisent notre histoire, le collectif proposera un débat avec l’auteur. 02 44 05 11 72


Ecrit le 7 septembre 2016

 Hommage à Jean-Claude Demaure

PNG - 162.7 ko
Jean-Claude Demaure

Le mouvement Bretagne Vivante a souhaité rendre un dernier hommage à Jean-Claude Demaure : « Ce n’est pas le courage qui t’a manqué, tu en as fait preuve tout au long de ta vie militante : Il t’en a fallu dans les années 1970 et 80, quand tu t‘opposais dans les réunions publiques ou les manifestations, aux politiques et ingénieurs de l’EDF qui prônaient la construction de la centrale nucléaire du Pellerin puis de celle du Carnet. Aller à contre courant de la pensée dominante ne va jamais de soi mais encore plus à cette époque où l’écologie n’était pas encore entrée dans les mœurs. Mais, avec toi nous avons gagné et cela été ton titre de gloire. Il en a fallu aussi quand tu as pris la présidence de la SEPNB (…). Dans notre Loire Atlantique industrialisée et promise à de grands aménagements touristiques, ton nom est devenu vite synonyme de pionnier de l’écologie, la tête de file de ces jeunes contestataires qui préconisaient un mode de développement plus respectueux des équilibres naturels. Tu as consacré l’essentiel de ton temps à cette cause et, par ton approche raisonnée de bon scientifique, elle a fini par convaincre et s’imposer à tous les niveaux. De « marqué à l’encre rouge » dans les administrations ton nom a fini par devenir une référence ».

Jean-Claude Demaure devint par la suite adjoint au maire de Nantes, puis président du Conseil d’Administration de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne. « Une vie pleine d’une généreuse humanité, bouillonnante d’idées et impatiente de les réaliser, toujours prête s’investir dans de nouveaux projets : un flot vif et limpide ne se mêlant jamais aux eaux troubles de la compromission et de la médiocrité ».

Télécharger le document : Hommage , format pdf de 78.6 kilo octets