Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Grappillages 10.03.2004

Grappillages 10.03.2004

Grappillages et Mée-disances du 10 mars 2004

 Justice : aveugle, borgne ou malade ?

Selon le Canard : « La fameuse loi dite « PERBEN II » qui vient d’être adoptée n’est jamais qu’un bout de l’énorme projet de loi SARKOZY directement inspiré l’été 2002 par le Syndicat des Commissaires, loi censée adapter la justice aux évolutions de la criminalité, et qui l’adapte surtout aux exigences des policiers, qui, avec les procureurs, tenus par la Chancellerie, auront désormais les pleins pouvoirs. Fallait-il attendre mieux d’un ancien Sous-Préfet qui se voyait déjà Ministre de la Sécurité Intérieure pendant la campagne de 2002 (...) Dernières lubies de PERBEN : Faire juger les fous ; créer un devoir de réserve syndical pour les magistrats ; vitupérer les rapports grotesques ( ! ) ou approximatifs ( !) sur l’état déplorable des prisons françaises.... Ou bien encore renier les engagements de la France en extradant vingt ans après les ex-militants d’extrême-gauche italiens réfugiés chez nous (PERSI-CHETTI en 2002, aujourd’hui BATTISTI) ». CHIRAC aurait dit de lui (toujours d’après le Canard), après la condamnation de JUPPE le 30 janvier : « Je n’ai jamais vu un Garde des Sceaux aussi sot ! ». S’il n’était que sot, mais en plus il est dangereux !

Service compris !

Du Canard Enchaîné enfin : « André DAGUIN, le Président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, s’est félicité sur Europe 1, de la décision de Berlin de ne plus s’opposer à la baisse de la T.V.A. française sur la restauration : CHIRAC ayant tenu sa promesse, a-t-il déclaré nous ne serons pas ingrats aux Régionales. Au moins c’est franc. DAGUIN aussi bien que CHIRAC paraissent oublier un détail : trois autres gouvernements, le Suédois, le Danois et l’Autrichien, sont encore opposés à une telle mesure. Or, pour l’instant, l’unanimité est nécessaire pour toute baisse de T.VA. En attendant rappelons que le même DAGUIN est le Chef de l’Opposition U.M.P. au maire socialiste d’Auch, Claude BETAILLE. Mais les débats sur la T. V. A. n’ont évidemment rien à voir avec les élections régionales ». De toutes façons cet engagement n’est applicable (éven-tuellement) qu’à partir de 2006 et il est bien connu que les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

 Pas les enfants

Relevé dans Marianne du 23 au 29 février : « Le parti de BERLUSCONI a décidé de faire interdire la participation des enfants de moins de 12 ans aux manifestations politiques et syndicales protestataires. Ce qui revient également à interdire de manifs les mères de famille qui ne peuvent faire garder leur progéniture. Ensuite les vieillards seront sans doute à leur tour et pour leur bien) invités à rester chez eux. En revanche aux manifestations religieuses, même les bébés auront le droit de participer, d’autant que les manifs en faveur de BERLUSCONI ressemblent de plus en plus à des manifestations religieuses ».

De Marianne encore : « Le Grand Mufti d’Arabie Saoudite a rappelé l’interdiction totale de célébrer la Saint-Valentin, fête chrétienne et païenne selon lui. Or le même gus avait précédemment protesté contre la loi française anti-voile islamique au nom de ... la liberté religieuse ». La liberté religieuse a ceci de particulier qu’elle comprend généralement de nombreux interdits.

 Tourisme   négrier

De Marianne (et de Libération du 16 février) : « Que se cache-t-il derrière les paysages paradisiaques de certains voyages enchanteurs ? Un business pas clair d’exploitation à vil prix de la main-d’œuvre locale. Dans tel site du Sénégal, Moussa est payé 75 euros par mois pour travailler 18 heures par jour, contre 1500 euros mensuels pour un animateur français. Les femmes de chambre, elles, perçoivent 15 euros par mois, avec une rallonge de 40 euros si elles acceptent de subir le harcèlement permanent de touristes blancs en mal d’aventures exotiques ». Les négriers modernes ont maintenant pignon sur rue mais ils n’en sont pas moins négriers et trafiquent toujours du bois d’ébène.

Selon Marianne : « 30 000 emplois salariés ont disparu en France au cours de l’année 2003. En recul de 0,2 % sur l’année, ce chiffre confirme la mauvaise santé de l’économie française qui détruit des emplois en période de faible croissance. L’industrie est le secteur le plus touché. Le nombre de salariés sans emploi dans l’industrie est passé sous la barre des 4 millions. En un an les effectifs dans ce secteur ont baissé de 2,4 %, soit 100 000 en moins. La principale responsable est l’industrie manufacturière, victime des délocalisations (- 3 %) ». Ne le dites pas à RAFFARIN ; il croit, ou fait semblant de croire que tout va bien.

 Laïcité.

Toujours de Marianne : « En plus des cours sur l’histoire des religions, les écoliers britanniques du secteur public vont bénéficier d’une initiation à l’athéisme et à l’agnosticisme. C’est en tous cas ce que recommande la Qualification And Curriculum Authority, l’instance chargée de déterminer les programmes scolaires. Aujour-d’hui, explique Ben ROGERS, auteur du rapport sur la question, le système est déséquilibré. Il avantage les religions, car tout est fait pour que les enfants adhèrent à l’une d’entre elles. A noter, néanmoins, que cet apprentissage du doute, tout comme les cours de religion, sera facultatif ». Mais la Reine d’Angleterre demeure le Chef de la religion anglicane ; il est vrai qu’elle se borne à faire de la figuration et que les Britanniques ne sont pas à un paradoxe près.

 Démo-light

Relevé dans Bastille-République-Nations du 26 février : « La Commission de Bruxelles a récemment sermonné les États en retard dans leurs obligations européennes. La France est mise à l’index pour n’avoir pas encore « transposé » dans son droit interne un certain nombre de directives. Le gouvernement a donc choisi d’accélérer le mouvement en légiférant à la place du Parlement, selon la procédure dite des Ordonnances. (Pas de débat parlementaire public, pas d’amendement, pas de vote texte par texte. Une démocratie allégée en quelque sorte, qui permet d’accélérer la transposition des directives européennes. ) Cette procédure (qui avait déjà été utilisée par Lionel JOSPIN),évitant tout débat par la représentation nationale, illustre jusqu’à la caricature la pression antidémocratique qu’exerce l’intégration européenne ! » La France est-elle en train de devenir une république coloniale, voire un vulgaire protectorat ?

 Mieux vaut être riche et en bonne santé

Relevé également dans BRN sous la signature de Nicole DELEPINE, chef de service d’oncologie pédiatrique et Membre de la direction de l’Association médicale de défense de la déontologie et des droits des malades : « Pour imposer l’euro et son « pacte de stabilité », les gouvernements français ont affaibli notre système de soins en affirmant qu’il coûtait trop cher. Or les dépenses de santé con-tribuent positivement à la croissance du PIB. Les restrictions des dépenses publiques imposées par le carcan européen ont des conséquences dramatiques sur le système de santé français, naguère considéré comme l’un des meilleurs au monde. Ces effets risquent de s’amplifier du fait notamment de la limitation ou de l’abandon de certaines formations médicales. Pour mener à bien la réforme de la Sécur-ité sociale, préconisée par Bruxelles et prévue pour cet été, le gouvernement tente de culpabiliser les Français en évoquant un déficit considérable, mais qui est en réalité largement provoqué par les exonérations de cotisations patronales. Un constat qui n’est pourtant pas évoqué dans le « diagnostic partagé » rédigé par les experts syndicaux, patronaux et gouvernementaux ». Le chômage contribue aussi largement à creuser le déficit.

Faut-il rappeler que les dépenses de santé contribuent à l’emploi par l’intermédiaire des marchés qu’elles créent (plus de 10 points du PIB d’après le CREDES) et que le coût de la médecine française ne représente que 8,9 % du PIB alors que la médecine américaine, qui laisse plus de 20 millions de personnes de côté, revient à plus de 14 % du PIB.

Toujours de B. R. N, sous la signature de Christian EYSCHEN, Président de la Mutuelle Générale des Employés et Cadres (MGEC), qui couvre les agents des Caisses de Sécu : « Pour Bruxelles, les mutuelles doivent être mises en concurrence avec les assurances privées et obéir aux normes de ces dernières. Dans le même temps le gouvernement prépare une réforme de la Sécu qui renforcerait notamment les transferts de charges vers les institutions mutualistes et c’est tout le système de l’assurance maladie, conquête des grandes luttes sociales, qui est menacé ». D’autre part, pour les dirigeants européens, il faut un nombre restreint de mutuelles de grande taille pour que le modèle ressemble de plus en plus aux grands groupes financiers ... dont les administrateurs se partageraient jetons de présence et stock-options ? !

Service public

De Bastille-République-Nations enfin :
« Le concept de « service public » est par nature étranger à la Communauté Européenne, dès la fondation de cette dernière. Au motif de donner des repères juridiques aux « services d’intérêt général » auxquels ne s’appliquerait que partiellement le droit de la concurrence, le Parlement Européen, le 13 janvier dernier, a amendé et adopté le rapport HERZOG. Au final, ce texte s’avère être une charge contre les services publics tels qu’on les conçoit en France : Le Parlement européen a invité la Commission et les États membres à mettre le holà à toutes les tentatives pour laisser le champ libre à un nouveau « nationalisme économique » ! ». Et Éric GARCIA, élu C.G.T., pointe la contradiction entre un syndicalisme de lutte, lucide sur l’origine réelle des menaces, et l’intégration de son propre syndicat dans les structures de la Confédération des Syndicats, partie prenante de la construction européenne : Décidément, le traité de Maastricht, fondateur de ce type d’Europe libérale et intégrée, a été le marché de dupes du siècle, et les Peuples ne sont pas prêts d’être consultés de nouveau !

Pollueur-payeur ?

Selon Alternatives économiques de mars 2004 : « L’agriculture est responsable d’une part importante, et croissante, de la pollution des nappes phréatiques, du fait du recours massif aux engrais et autres produits phytosanitaires, mais aussi à cause des rejets des élevages industriels. Or, les agriculteurs paient moins de 1 % des redevances collectées par les agences de bassin qui servent à financer les actions d’amélioration de la qualité des eaux. Les ménages, au contraire, y contribuent à hauteur de 84 %. Dans son rapport 2003, la Cour des Comptes a critiqué cette entorse au principe pollueur-payeur ». Reste à savoir, à propos du projet élaboré par le Ministère de l’Environnement (taxe sur l’azote utilisée), comment CHIRAC arbitrera entre sa conversion récente à la protection de l’environnement et sa défense traditionnelle des agriculteurs : ce n’est d’ailleurs pas une affaire de conviction, mais un banal calcul d’incidence électorale.

Lanterne rouge ?

Selon Alternatives Économiques également : « les prévisions de croissance du PIB (Produit Intérieur Brut) pour 2004 (source OCDE, décembre 2003) sont pour la France de 1,7 %, devant l’Allemagne (1,4), l’Italie (1,6), mais derrière Le Royaume-Uni (2,7), les États-Unis (4,2), le Japon (1,8), la Russie (5,0), la Chine (7,8) et le Brésil (3,0 %). Ces prévisions sont aussi au dessous de la moyenne de la zone euro (1,8) malgré l’Allemagne et malgré l’Italie ». Autrement dit, la France n’est pas la lanterne rouge, mais c’est tout juste !

Au secours Police

D’après Alternatives Économiques encore : « Insécurité : la violence (de la police) augmente. Les saisines de la « police des polices » se sont accrues de 9,1 % l’an dernier pour s’élever à 611 contre 560 en 2002. C’est la 6è année consécutive que ce type de violences augmente. Ce phénomène s’inscrit dans un contexte global de montée en puissance de la police et de culture du résultat exigée des policiers. Cette montée traduit probablement aussi un meilleur suivi de ce type de violence ». On risque de rétorquer qu’on ne fait pas d’omelette sans casser les œufs ; seulement, les œufs ça peut être vous ou moi.

GATT

Toujours selon Alternatives Économiques : « L’économiste Andrew ROSE s’est fait une spécialité : montrer que l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et son prédécesseur, l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) n’exercent absolument aucune influence sur les flux commerciaux mondiaux. En 2002, il avait démontré que le niveau des échanges entre les pays n’était pas influencé par leur appartenance ou non à l’OMC.

En clair : le niveau de libéralisation du commerce international (baisse des tarifs douaniers et des barrières non tarifaires) ne joue pas sur le niveau des échanges. (.. ) Contrairement à une intuition répandue, la part des financements internationaux des entreprises a diminué au cours des années 90. Elle est passée de 31,7 % de leur financement total en 1990 à 18 % en 2001 ». Autrement dit, la mondialisation-globalisation, c’est du vent ? !

Vieux.

D’Alternatives Économiques enfin : « Sauf catastrophe, on continuera à vivre de plus en plus âgé. Un phénomène heureux qui va modifier l’articulation des âges. Contrairement à une idée répandue, l’âge n’est pas un concept figé. Il évolue avec le temps : le sexagénaire de 2004 n’a rien à voir avec celui de 1904 et il y a de grandes chances pour qu’en 2104 il paraisse encore beaucoup plus jeune ! Contrairement aux idées reçues, le vieillissement n’entraîne pas la sclérose de nos sociétés, comme le démontre l’histoire passée de l’humanité et la comparaison internationale entre les sociétés à forte proportion de jeunes et de personnes âgées. Toutefois nos sociétés devront s’habituer à voir cohabiter davantage de générations. (voir l’âge de la vieillesse par Patrice BOURDELAIS, éditions Odile JACOB, 1994) ». Le jeunisme est une mode dépassée ; le nouveau slogan est : place aux vieux !

Façade

Et enfin pour terminer du Courrier International du 26 février au 3 mars (et de la Républica : « Le ravalement de façade de Silvio BERLUSCONI fait des émules. Les membres du Conseil Municipal de la petite ville de Mulazzo en Toscane, se sont octroyé une indemnité de lifting, indique le correspondant du Temps en Italie. A l’initiative   du Maire démocrate de gauche Sandro DONATI, les élus ont débloqué 3000 euros pour améliorer leur aspect physique. Tous les Conseillers, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, pourront bénéficier de ce budget, inscrit au chapitre « frais de représentation » ». Bizarre ! L’équipe municipale de Châteaubriant n’a pas pensé à ça lors du vote du budget : pourtant gouverner, c’est prévoir !

Échos cueillis par Jean Gilois


Cesare Battisti

Beaucoup d’agitation le 3 mars 2004 aux alentours du Palais de justice de Paris où la cour d’appel devait se prononcer sur la demande de mise en liberté de Cesare Battisti, arrêté à la demande des autorités italiennes et mis sous écrou extraditionnel depuis le 10 février dernier.

Après l’interrogatoire d’identité, Cesare Battisti, qui refuse de signer sa demande d’extradition, a pris la parole. « Je trouve inconcevable ce qui m’arrive, je ne comprends pas. Jamais je n’ai tenté de fuir la justice française. Tout ce qui m’arrive est absurde... »

Pour Graziella Mascia, députée italienne de Rifondazione comunista : « Voilà que l’arbitraire justice italienne, dénoncée partout depuis des décennies, risque de devenir la norme dans une Europe où l’espace judiciaire en construction efface les libertés fondamentales contenues dans les meilleures constitutions. C’est pourquoi l’opposition à l’extradition de Cesare Battisti devient une bataille de la démocratie, en France comme en Italie ».

La Cour a décidé la mise en liberté conditionnelle. Elle a remis au 7 avril sa décision sur la demande d’extradition.
(d’après l’Humanité du 4 mars)