Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Grappillages 14.04.2004

Grappillages 14.04.2004

Grappillages et Mée-disances du 14 avril 2004

M. le Duc est servi

Relevé sur le Canard Enchaîné du 31 mars 2004 : « Sévèrement battu en Bretagne, le Sénateur et Président sortant Josselin, Charles, Louis de ROHAN-CHABOT, 14 e duc du nom, a usé comme il se doit, du pluriel de majesté pour évoquer sa défaite devant les caméras de télé : « Nous avons été fiers de servir la Bretagne » » qui l’a chassé comme un simple valet : les manants n’ont décidément aucun savoir-vivre !

Purin

Du Canard également : « RAFFARIN, en meeting à Limoges entre les deux tours, qui voulait féliciter Bernadette CHIRAC pour son succès cantonal, s’est exclamé ; « Merci, madame, de ce bel exemple de victoire que vous nous avez donné. Merci de nous montrer que la victoire se gagne étable par étable ! » Elle sent le purin, Bernadette ou quoi ? s’interroge le Canard ». Ladite Bernadette, de son côté, a trouvé que Claudie HAIGNERE : « est un formidable emblème. C’est la première femme qui est allée dans la lune ». Dans l’espace seulement, corrige le Canard ; mais elle appartient à un gouvernement qui a explosé en vol ! Et CHIRAC, le raccommodeur de faïences et de porcelaines, a fabriqué un RAFFARIN III avec les débris.

Anesthésie

Toujours du Canard (et de la Tribune du 29/3) : « Le trou de la Sécurité Sociale, va atteindre les 13,6 milliards d’euros (89 milliards de francs) en juin 2004, d’après les experts de l’Accos ». Le Docteur MATTEI prétendait opérer sans anesthésie ; mais le bon docteur DOUSTE-BLAZY, redevenu enfin ministre, va tenter, lui, de nous endormir... de belles paroles, avant de tenter de nous faire ingurgiter sa potion.

Transfert de compétences

Toujours selon le Canard, sous le titre « Les pièges qui attendent la gauche dans ses régions » : « Les deux tiers des recettes des Régions et la moitié de celles des départements proviennent de l’État. Aujourd’hui, moins que jamais l’État ne sera disposé à augmenter son écot pour des collectivités territoriales passées à l’ennemi. Celles-ci devront donc compter sur leurs seuls moyens. Or, souligne Martin MALVY, une augmentation de 1 % de la fiscalité locale ne rapporte que 50 millions d’euros à une Région de taille moyenne (...) En Île-de-France, le transfert à la Région en 2005 de la gestion des transports sera d’abord celui d’un déficit de 200 millions d’euros. (...) Le transfert des TOS (les personnels d’entretien des lycées) de l’Education Nationale aux Régions est vécu comme un cadeau empoisonné. Résultat : Jean-Paul HUCHON, Président d’Ile-de-France, qui emploie actuellement 1100 fonctionnaires se retrouve patron de 12500 nouveaux salariés. La Région Midi-Pyrénées (actuellement 500 agents) en récupérera 2500 (...). Nous allons atteindre très rapidement la limite de nos capacités de financement, commente René DOSIERE, spécialiste des finances locales au P.S. ».

Oui, mais CHIRAC a tout compris et on pourra dorénavant compter sur la générosité de RAFFARIN III et le cœur grand comme ça de SARKOZY, le nouveau préposé de la pompe à phynances.

Du beau monde

Du Canard Enchaîné encore : « Le Groupe CARLYLE est l’un des géants parmi les fonds d’investissements américains. Outre sa puissance financière (17 MILLIARDS de dollars d’actifs), CARLYLE compte parmi ses dirigeants et administrateurs une impressionnante galerie de grands de ce monde : Son Président d’honneur, Franck CARLUCCI, a été directeur adjoint de la C.I.A., puis secrétaire à la défense. Et son Président européen n’est autre que l’ex Premier Ministre britannique John MAJOR. Autres noms illustres : : le prince et milliardaire saoudien Al WALEED, l’ancien Secrétaire d’Etat U.S. James BAKER, DES P.D.G. retraités comme Lou GARSTNER (I.B.M.) ou Henri MARTRE (Aérospatiale) et deux grandes vedettes les George BUSH père et fils (ce dernier entre 1990 et 1994) ». Il y a quelques mois, Carlyle s’est offert un siège au Conseil d’Administration d’ARIANESPACE, après avoir envisagé une reprise partielle de GIAT (chars LECLERC et canons) : comme ça, on reste en famille !

Affaires et morale

Du Canard enfin : « Dans ‘’ France-Etats-Unis, 50 ans de coups tordus’’ récemment paru chez Albin Michel, les journalistes Fabrizio CALVI et Frédéric LAURENT décrivent une scène inouïe : le 11 septembre 2001, à l’heure où s’écroulait le World Trade Center, CARLYLE recevait, au Ritz Carlton de Washington, les investisseurs et dirigeants du groupe, parmi lesquels George BUSH et BEN LADEN. Il s’agissait du père de l’actuel Président et du demi-frère d’Oussama, Shafiq, représentant les intérêts de sa famille, brouillée avec le grand chef d’Al-Qaîda. Mais cet éloquent rapprochement a choqué la presse américaine, qui confond parfois les affaires avec la morale ». Pourquoi ? A ce niveau, y a-t-il une différence ? En tous cas, la presse américaine (comme la presse européenne et la presse française d’ailleurs), généralement si promptes à traquer le scoop, semblent être restées bien discrètes sur cette affaire.

Leçons

Relevé dans Marianne du 29 mars au 4 avril, cet extrait de l’éditorial de Jean-François KAHN : « La droite s’est radicalement trompée sur ce qu’elle appelle les leçons du 21 avril 2002. Ce jour là, les Français n’ont pas, en sanctionnant une politique « socialiste », appelé de leurs vœux une politique conservatrice libérale. Ce fut exactement le contraire. Ils sanctionnèrent une orientation qu’ils jugeaient - déjà - trop néo-libérale et appelèrent de leurs vœux une action plus ferme dirigée contre toutes les formes d’insécurité, y compris et surtout les insécurités et les précarités sociales ! Faut-il rappeler les chiffres du premier tour de l’élection présidentielle : jamais un président sortant n’avait atteint un score aussi lamentable, moins de 2 %. Jamais le candidat « flamboyant et moderne »’ du libéralisme, Alain MADELIN, n’avait affiché un résultat aussi ridicule, moins de 4 %, malgré un fort mouvement en sa faveur de la communauté juive. Jamais la droite n’avait globalement réuni aussi peu de suffrages, 26 %. Jamais, surtout, depuis quarante ans, les partis qui se situent « à la gauche de la gauche » n’avaient réalisé une telle performance, 25 %. Jamais, enfin, le Front National n’avait recueilli autant de voix d’ouvriers et de chômeurs. Or la disqualification de JOSPIN a occulté cette réalité : la droite a voulu se convaincre que ce furent ses idées qui avaient été ‘‘plébiscitées". Elle a surtout refusé de prendre en compte ce fait patent : la majorité des 80 % de voix obtenues par Jacques CHIRAC provenaient de la gauche et du centre. Quatre-vingts pour cent ! Le pays rassemblé ! Jamais une telle occasion n’avait été offerte de renouer avec un volontarisme gaullien susceptible de transcender les clivages partisans en mobilisant les énergies populaires en faveur d’une action de transformation sociale. En fonction de quoi, jamais un ratage ne fut aussi rapide et aussi spectaculaire. La preuve en fut donnée, mais a contrario, quand CHIRAC reconstitua presque cette majorité du deuxième tour en osant s’opposer à la guerre de BUSH, au grand dam des députés conservateurs libéraux (...) D’où ce triomphe d’un P.S. qui en est le premier surpris, mais dont les barons sont généralement les mêmes qu’il y a quinze ans et qui n’ont pas réellement changé. Qu’on ne s’y trompe pas : la révolution qui balaiera demain le gouvernement U.M.P., il faudra aussi l’imposer au P.S. ». Ainsi qu’à l’ensemble de la gauche, satellite ou non du P.S. Il est grand temps de se mettre à l’ouvrage, si possible dans la concertation et sans ostracisme aucun !

Débat

De Marianne : « En meeting à Lille, SARKOZY a lancé à Jean-Louis Borloo : « Le débat à venir n’est pas entre plus de libéralisme ou plus de socialisme, mais entre l’immobilisme et l’innovation (le bougisme) ». On connaît des dictateurs qui se plaisaient à déclarer : « Le débat à venir n’est plus entre la démocratie et l’autocratie, mais entre l’archaïsme et la modernité ». Discours décidément increvable ».

Le député U.M.P. Jacques DOMERGUE a regretté de son côté sur France 3 que « ceux qui ne se lèvent pas le matin pour aller bosser se soient levés pour aller voter ». Ces deux spécimens ont une conception plutôt totalitaire du débat républicain et du suffrage universel.

Parité

De Marianne : « Pascale SAUVAGE, dans le Figaro, en lance une bien bonne : « Si Ségolène ROYAL battait la candidate de RAFFARIN en Poitou-Charentes [c’est fait] elle pourrait devenir une meilleure candidate socialiste à la présidentielle que François HOLLANDE !’ » ». Et les quotas n’y pourraient rien. Encore un coup à provoquer une N ième révision de la Constitution.

Morale et politique

Toujours de Marianne : « Au meeting d’Hervé GAYMARD à Lyon, il y avait au premier rang trois élus U.M.P. particulièrement enthousiastes : le député Richard CAZENAVE, condamné à un an de prison ferme pour délit financier ; le sénateur Jean FAURE, mis en examen pour viols ; et Alain CARIGNON qui n’ignore rien de la vie carcérale ». Mais il y avait aussi des gens qui n’étaient pas inculpés : malgré PERBEN et SARKOZY, il en reste encore quelques-uns en France.

Manif

De même source : « Une manif organisée contre la guerre d’Irak à l’occasion de son premier anniversaire a réuni 1 million de manifestants en Italie, 400 000 en Espagne, 100 000 à Sydney et ... 1000 à Paris ! Cherchez l’erreur : A Paris, c’est l’extrême gauche qui l’organisait ! »
Il y a sans doute plusieurs sortes de guerres d’Irak.

Sociologie

Toujours selon Marianne : « Le parti gouvernemental n’est plus réellement dominant que dans les espaces dévolus à la concentration de la richesse (Neuilly, Levallois, XVIe arrondissement, La Celle-Saint-Cloud, Chatou, Antibes, Fréjus, Saint-Tropez, etc.) (...) En fait ce que démontre, et de façon spectaculaire, ce scrutin régional, c’est que sociologiquement et même « idéologiquement », en ce qui concerne les questions économiques et sociales, la France est durablement, et en profondeur passée à gauche, tout en se reconnaissant mieux dans le discours de droite en matière de sécurité, d’autorité et de mœurs. La droite ne peut donc l’emporter désormais que si elle parvient à faire oublier qui elle est, et ce qu’elle représente. En revanche, affublée du masque du baron SEILLIERE, elle est foutue, forcément ! »

Le meilleur service que SEILLIERE puisse donc rendre aux Françaises et aux Français, c’est de persévérer dans ses déclarations tonitruantes.

Prévention

De Marianne encore : « Allié de George BUSH en Irak, le Premier Ministre danois, Anders Fogh RASMUSSEN, a justifié les interventions militaires préventives pour faire face aux menaces du terrorisme international. Selon lui, le terrorisme a créé une situation entièrement nouvelle qui fait que les gouvernements ne peuvent plus se permettre d’avoir des preuves sûres ou un mandat de l’O.N.U. pour réagir. Reste à savoir si, en vertu du même principe, les « Etats voyous » ne seront pas eux-mêmes tentés de multiplier les attentats ‘‘préventifs’’, dès l’instant qu’ils seront sûrs d’être attaqués ».

Si on laisse faire ces va-t-en guerre, dont BUSH est un magnifique spécimen, et dont MADELIN et KOUCHNER sont des variétés locales, la planète sera vite à feu et à sang. On a déclenché des guerres mondiales pour moins que ça.

Réformes

Relevé dans le Courrier International du 1er au 7 avril (en provenance du Corriere della Sera : « En retrouvant un discours basique les socialistes ont su contourner le discours consensuel de CHIRAC et remobiliser leurs électeurs. (...) Les socialistes (français) disent que les réformes ne peuvent se faire sans justice sociale, au détriment des plus faibles, en détruisant un système de protection et un modèle de valeurs solidement établis. Si ce message vaut pour la France - qui, pour ce qui est de la conservation de son modèle étatique, ne craint la comparaison avec aucun autre pays au monde - IL VAUT AUSSI POUR L’EUROPE. Dans deux mois les Français ne seront pas seuls à dire ce qui doit être conservé face aux défis de la compétitivité internationale et des déficits publics ».
Il n’y a rien à ajouter.

Malaise

Du Courrier International (et de Süddeutsche Zeitung de Munich) : « La prochaine fois que les chefs d’État et de gouvernement européens se réuniront, ils devraient créer un groupe d’entraide qu’ils pourraient appeler "Victimes de la colère des électeurs’’. (...)
La défaite retentissante de la droite aux élections régionales et cantonales françaises est le dernier exemple en date de ce malaise européen ». Y aurait-il enfin quelque chose qui bouge sous la belle quiétude de l’Europe libérale ?

Indemnités

Du Courrier International enfin (et de News de Vienne) : « 7200 cas « litigieux » ont été recensés par Hans-Peter MARTIN, député autrichien au Parlement Européen, qui mène une croisade contre la fraude dans les instances européennes. M. MARTIN dénonce les eurodéputés qui s’inscrivent sur des listes de présence ouvrant droit à des indemnités « sans justificatif ni justification ». Vivement contesté par ses collègues et exclu du groupe parlementaire socialiste (PSE), il persiste et signe : « Rien que pour moi, la différence entre les frais remboursés et les frais réels varie entre 5300 et 41338 euros par an » ». Loin des yeux, loin des électeurs et loin du contrôle populaire (une fois élus, on ne sait pas très bien ce qu’ils font), et près des indemnités occultes. C’est peut-être pour toutes ces raisons que les mandats d’eurodéputés sont si convoités ?

Échos cueillis par Jean Gilois