Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Grappillages 12.05.2004

Grappillages 12.05.2004

Grappillages et Mée-disances du 12 mai 2004 :

Licenciement doré

Relevé dans le Canard Enchaîné du 3 mai 2004 :
« En moins de 3 mois, SANOFI et son patron, Jean-François DEHECQ sont parvenus à mettre la main sur AVENTIS et à pousser vers la sortie son pédégé Igor LANDAU. Il suffit de lire les documents sociaux d’AVENTIS pour apprendre que Igor LANDAU s’était fait accorder un contrat de travail qui vaut de l’or.
En guise d’indemnités, il va d’abord encaisser un chèque de 12,2 millions d’euros (près de 80 millions de francs), puis 9 millions d’euros de plus-values sur les 600 000 stock-options attribuées en 2002 et 2003...

Il conserve aussi ses droits à toucher une retraite égale à près de 60 % de son salaire annuel soit 2 778 327 euros en 2003.

Au total le coût du licenciement de LANDAU s’élèvera, pour le nouveau groupe pharmaceutique à 24,6 millions d’euros
(162,37 millions de francs) ».

Et on s’étonnera, après ça, que la Sécurité Sociale soit en déficit !

Prémonitoire

Relevé dans le Canard également ces deux extraits du journal l’Humanité repris du livre de Roland LEROY, l’un de ses anciens Directeurs, à l’occasion du centenaire de ce journal :

« Extrait d’un article de Jean JAURES, publié en 1912, après le naufrage du Titanic : « Mais il paraît bien certain que les habitudes développées par une concurrence tapageuse sont la vraie cause du désastre. Avant tout il faut aller vite, non seulement pour se prêter à l’impatience d’une humanité fébrile et énervée, qui ne sait même plus jouir de quelques heures de relâche, mais pour éblouir la badauderie du monde des sports, et pour humilier des rivaux dans la course de vitesse. »

Et extrait d’un article prémonitoire écrit dans l’Humanité du 16 juin 1926 :
« La disposition de l’île de Manhattan où le terrain est excessivement cher et rare explique ces énormes poussées en hauteur... Elles sont d’ailleurs absurdes. Avec les moyens de destruction que l’impérialisme a développé, de pareils immeubles sont avec leurs millions de vies humaines à la merci d’une bombe d’avion » ».

UN SIECLE D’HUMANITE 1904 - 2004, sous la direction de Roland LEROY (éditions du Cherche midi).

Irak d’en BAAS

Du Canard enfin (et du Monde des 25 - 26 avril) :
« Administrateur civil de l’Irak jusqu’au 30 juin prochain, Paul BREMER vient de donner un coup de frein à la « débaasification » du pays (du nom du Parti Baas, Parti de Saddam HUSSEIN). Des milliers de fonctionnaires, et notamment de professeurs et d’instits qui avaient été virés des services de l’État pour leur seule appartenance à l’ex parti unique, le Baas, vont pouvoir réintégrer leurs anciens emplois. Mieux encore : la mesure s’appliquera jusqu’aux grades supérieurs à d’anciens officiers de l’armée dissoute, lesquels pourront donc rejoindre « la nouvelle armée irakienne » en cours progressif de constitution. Qui sait, commente le Canard, « dans le grand chaos qu’on voit, c’est peut-être à Saddam HUSSEIN que BUSH s’apprête à rendre le pouvoir dans deux mois » ».
Même s’il se refuse à le dire, il n’en pense pas moins, comme Petit Gibus :

« Si j’aurais su, j’aurais pas v’nu ». Seulement là, il ne s’agissait que de la « guerre des boutons » !

Commissaires

De l’éditorial de Bastille République Nations du 29 avril 2004 :
« Au lendemain des élections régionales, le Président de la Commission Européenne a tenu à faire savoir qu’il compte bien que la politique sur laquelle Paris s’est engagée soit poursuivie et le 8 avril La Commission a fait parvenir « ses recommandations » : Accélération des efforts d’assainissement budgétaire, réduction du coût de la main d’œuvre, simplification de la mise en œuvre de la protection de l’emploi, poursuite des réformes complètes des systèmes de retraites, enraiement de la spirale des dépenses de santé, concurrence effective sur les marchés de l’énergie, notamment ceux du gaz et de l’électricité ...
Exactement la feuille de route de RAFFARIN III :

Ainsi le verdict des électeurs n’a aucune importance, et les citoyens des pays de l’Union Européenne, qu’il soient gouvernés par la gauche ou par la droite se heurtent au même carcan ! »
A noter que Pedro SOLBES qui était encore, il y a un mois, Commissaire Européen en charge des Affaires Économiques, est devenu le nouveau Ministre des Finances espagnol, et que Michel BARNIER, hier Commissaire en charge des Régions d’Europe a quitté Bruxelles pour devenir le nouveau Ministre des Affaires Étrangères français.

Délocalisations

De B.R.N. également (à propos de l’élargissement :
« L’Économiste en Chef de la Banque européenne de Reconstruction et de Développement (BERD) affirme que les travailleurs « doivent être prêts à se déplacer et à ne plus croire qu’un travail c’est pour toute la vie » : SIEMENS prévoit, par exemple, de délocaliser 10 000 emplois vers l’Est, le groupe français P.S.A. aura une usine flambant neuve en Slovaquie où devraient travailler 3500 personnes.

VOLSWAGEN, pour sa part produit déjà dans ce pays 300 000 véhicules, en payant ses ouvriers 5 euros de l’heure, soit 5 fois moins qu’en Allemagne.

Les pouvoirs publics de Bratislava proposent des ponts d’or aux industriels de l’Ouest pour qu’ils investissent dans le pays.
La Pologne n’est pas en reste. La ville de Lotz va par exemple accueillir les services de comptabilité de PHILIPS (500 emplois), une unité installée en Irlande, où une première délocalisation l’avait conduite il y a 10 ans :

L’État polonais prend à sa charge les cotisations sociales et les frais de formation professionnelle et un informaticien polonais « coûte » 4 fois moins cher qu’à l’Ouest, et enfin le groupe américain GENCORP, propriétaire du sous-traitant automobile SNAPPON, a d’abord usé du chantage à l’emploi pour faire accepter un premier plan social.

Trois ans plus tard, il décide de délocaliser totalement la production en Tchéquie et de fermer l’usine de Chartres et de son côté JAEGER-CONTROLE (fabrication de thermostats notamment) est un passe de délocaliser une part de ses activités en Pologne ».

Et ce n’est que le début : Ce n’est pas l’Europe paradisiaque dont on nous rebat les oreilles à longueur de jours (et à longueur de colonnes), mais c’est l’Europe des exploités et des laissés pour compte. qui se met en place peu à peu.

Privatisations

De B.R.N. toujours : « Selon le Commissaire Européen Pedro SOLBES (devenu depuis le nouveau Ministre des Finances espagnol), « les pressions qui s’exercent pour limiter les traumatismes sociaux à court terme, et les lourdes procédures de consultation avec les partenaires sociaux, ralentissent le rythme des privatisations en Pologne. Dans ces conditions, les investisseurs potentiels sont souvent découragés » ! »

Qu’en termes diplomatiques ces choses là sont dites : Pedro SOLBES doit être un socialiste à la Pascal LAMY, et, dans ce cas, nous souhaitons bien du plaisir aux travailleurs espagnols !

Souveraineté

De Bastille République Nations toujours :
« Alors que la Constitution Française énonce que « la souveraineté appartient au Peuple » le projet de « constitution européenne » (sic) ne contient aucune référence à la souveraineté collective des citoyens. Et pour cause : on ne peut créer « le peuple européen » par décret ! ! »

Et CHIRAC de son côté est en train de rechercher les astuces pour ne pas soumettre ce fameux traité constitutionnel créant un super-état européen au vote référendaire des français.

Forcing

De B.R.N. enfin :

« Bruxelles souhaite faire passer la conquête spatiale dans les compétences communautaires. Alors que l’agence spatiale européenne (que la France finance à plus de 50 %) connaît aujourd’hui de réels succès scientifiques, ce forcing va de pair avec un suivisme technologique par rapport aux choix américains. Sur de nombreux dossiers, comme le système GALILEO, les U.S.A. imposent leur volonté ». Et par dessus le marché l’Europe ne serait en somme qu’une succursale américaine ? !

Redistribution

Relevé dans Marianne du 26 avril au 2 mai :

« Selon la vulgate qui tient lieu de prêt-à-penser, il est de bon ton de considérer que la mondialisation est la valeur la mieux partagée du monde...

Or, que dit François BOURGUIGNON, économiste en Chef de la Banque Mondiale, dans Libération : « L’augmentation des inégalités a coïncidé avec la mondialisation et l’ouverture » ou encore : "On a pensé que la croissance et l’efficacité pouvaient être poursuivies indépendamment d’une redistribution des richesses. Par le biais, par exemple, des privatisations.

Or il y a des cas où elles se sont révélées catastrophiques. Une nouvelle phase s’ouvre : on reconnaît qu’une part d’état est nécessaire" ».

Oui, mais allez donc expliquer ça aux gens bardés de certitudes comme les princes qui nous gouvernent et aux technocrates de Bruxelles sans compter ceux qui se foutent du tiers comme du quart de la redistribution des richesses, même à titre d’efficacité économique, comme l’UNICE, le MEDEF et leurs paroissiens ?

Cynisme

De même source :

« Thierry DESMAREST, P.D.G. du Groupe TOTAL, a été nommé officier de la Légion d’honneur en récompense de son apport à la propreté des plages en France ».

Aujourd’hui, les décorations c’est comme l’argent, ça n’a pas d’odeur.

Principes

De Marianne encore :

« La Sous-Commission des Droits de l’Homme des Nations-Unies avait adopté, en 2003, des normes sur « les responsabilités des entreprises transnationales en matière sociale et environnementale ».
Mais leur ratification par l’Assemblée Générale de l’O.N.U. a été bloquée sur pression des milieux patronaux. Explication du MEDEF « On n’est pas contre les principes, mais contre leur application ». Feu MUSSOLINI disait la même chose : il n’était pas contre les principes démocratiques, mais contre leur application ! »

Autrement dit les pollueurs sont les payeurs, sauf s’il s’agit des patrons : c’est sans doute pour ça qu’on a décoré le P.D.G. de TOTAL.

Bourse

De Marianne et des Échos du 16 avril :

« Tout le monde croit que la Bourse a pour vocation de fournir aux entreprises l’argent nécessaire pour assurer leur développement. En vérité, c’est l’inverse.

En 2003, les Groupes qui composent le CAC 40 ont versé 22,5 milliards d’euros à leurs actionnaires, alors qu’ils n’ont collecté que 14 milliards d’euros sur le marché boursier. Le même phénomène se reproduit depuis plusieurs années. Mais tout le monde continue à croire le contraire ».

Ce qui n’empêche nullement que le credo officiel de nos gouvernants est la priorité aux investissements des entreprises et les gens du MEDEF de verser d’abondantes larmes de crocodile.

Talibans

De Marianne :

« La télévision de Jalalabad, ville principale de l’Est de l’Afghanistan, a décidé de bannir toute image de femmes sur ses écrans. Explication officielle :
« Les images de femmes sont par nature anti-islamiques ».

C’est ce que disaient les talibans lorsqu’ils ont été mis à la porte. Rentreraient-ils par la fenêtre ? »
A moins qu’ils n’aient jamais quitté ce pays, ce qui est encore plus simple

Corruption

De Marianne enfin :

« 270 personnalités politiques de 22 pays et au moins 3 hauts responsables de l’O.N.U. seraient impliqués dans les allégations de corruption liées au programme « Pétrole contre nourriture pour l’Irak », révèle A.B.C. News. Sur la base de documents du Ministère irakien du pétrole, la chaîne de télévision américaine affirme que le chef du programme Benon SEVAN, aurait reçu 3,5 millions de dollars de revenus illicites provenant du brut irakien. Quant à Saddam HUSSEIN, il aurait détourné 5 milliards de dollars. Une Commission d’enquête onusienne a été mise en place »
Il faut bien que les hauts dirigeants de l’O.N.U. mangent aussi !

Assurance sociale

Pour terminer, du Courrier International du 29 avril au 5 mai (et du Mail & Guardian de Johannesburg) :

« Une mère de 7 enfants est retenue enfermée dans un hôpital kenyan depuis un an parce qu’elle ne peut pas payer sa note. Celle-ci s’élevait initialement à 6000 shillings (65 euros). L’établissement qui facture sa réclusion forcée lui réclame désormais 103 000 shillings (1100 euros). Ce genre de cas n’est pas rare au Kenya.

Le gouvernement kenyan a promis d’introduire un système d’assurance sociale garantissant la gratuité des soins médicaux ; mais on ne sait pas comment il entend financer ce projet ».

Il pourrait peut-être demander conseil à MATTEI ou à DOUSTE-BLAZY ? !

Échos cueillis par Jean Gilois