Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2008- 15 mars 2014 > CM 2009 > 1.2009. Conseil Municipal : le maire décode

1.2009. Conseil Municipal : le maire décode

Ecrit le 21 janvier 2009

 Courbettes et salamalecs

Ma pauv’ dame ! Qu’est-ce qui n’faut pas faire pour faire parler de soi !

Rendez-vous compte ! Not’Premier Ministre va v’nir à Châteaubriant. Pour quoi faire ? Un discours, bien sûr ! Comme not’président, y s’promène, il va de ci, de là, comme le vent le pousse, cherchant un point de chute, une ville accueillante, calme, susceptible d’accueillir sa grande péroraison d’ampleur nationale.

Et à part ça, faut bien l’occuper cet homme, donner à la presse l’occasion de faire une photo d’importance na-tio-nale ! Alors supputons, supputons ...

 Une subvention ?

Comme dit Monsieur Huno III, il va apporter une subvention. Supplémentaire ? Point n’y pensez ! Les caisses de l’Etat sont vides sauf pour arroser quelques banquiers.

Alors une subvention ordinaire ? Supputons. Figurez-vous que la gare de Châteaubriant va s’appeler « plateforme multimodale » et qu’il y a un financement de l’Etat prévu. Donc il va venir solennellement signer ce financement. Quelle chance ! Accorder une subvention déjà accordée !

 Une convention ?

Ça s’agite dans le bocal municipal : le premier ministre va venir signer une convention. C’est quoi ça ?

Cela fait longtemps que l’Etat reverse aux communes la TVA qu’elles paient. D’habitude le délai est de 2 ans. Dans le cadre de son plan de relance, le gouvernement va réduire ça à un an, à condition que les collectivités investissent. Vite. Et beaucoup. Plus que la moyenne des années 2005, 2006, 2007.

Le coût ponctuel de cette mesure s’établirait à 2,5 milliards d’euros (annoncés sur les 26 milliards du plan de relance). Pour Châteaubriant cela pourra faire 900 000 euros. Une vraie bouffée d’oxygène pour 2009 qui verra ainsi le remboursement de TVA de 2007 et de 2008.

Encore faut-il que cette somme soit inscrite au budget de la ville, habituellement voté en février ou mars.

Mais F.Fillon vient le 23 janvier, Faut bien lui donner du grain à moudre et des papiers à signer.

 Une réunion ?

La municipalité de Châteaubriant a donc décidé de provoquer une réunion de Conseil Municipal le 22 janvier. Mais le temps presse ! Le détail légal de convocation est de 5 jours francs. Vite Vite. Et il faut réunir la commission finances, avant le Conseil. Vite Vite. Et ne point laisser aux élus le temps d’examiner les chiffres. Vite Vite ! Et qu’importe si les élus d’opposition protestent contre ce musellement : le temps presse, vous dis-je ! Vite, vite. Fillon arrive le 23 janvier.

Enfin … peut-être ….

 Une union ?

F.Fillon viendrait aussi signer le « guichet unique » ANPE-Assedic, qu’on appelle maintenant « Pôle Emploi ». On n’avait donc pas un guichet unique ? Pourtant, rappelez-vous, depuis le 23 avril 2007 Châteaubriant est passée au « Guichet unique » : c’est ce qu’ont expliqué Marie Melot (directrice ANPE) et Joël Thareault (directeur Assedic).

Peut-être qu’on avait un guichet partiellement unique, maintenant on va avoir un guichet uniquement unique. Avec l’ASSEDIC d’un côté de la rue et l’ANPE de l’autre, il ne sera pas géographiquement unique mais il sera moralement unique et avec l’onction fillonesque il sera politiquement unique ! Ca chan-ge-tout .. toutou toutou
A moins qu’on ne change la configuration des lieux d’ici le 23 janvier ?

Taxi

Avant de réunir le Conseil Municipal, faut réunir « la conférence des présidents de groupe » (le groupe majoritaire et le groupe minoritaire). La réunion a eu lieu vendredi 16 janvier 2009. Mais Danièle Catala s’est cassé la jambe et ne peut plus conduire. « Venez me chercher » a-t-elle dit. A l’heure dite, elle a vu venir … un taxi car la municipalité préférait payer un taxi que d’aller la chercher (P’tête qu’elle est politiquement contagieuse ??). Tout de même un adjoint a accepté de la reconduire.

Repérage

Jeudi 15 janvier, un homme est allé reconnaître les lieux à l’aérodrome de Pouancé. Il avait une carte barrée de tricolore.

Vendredi 16 janvier, une cohorte d’une cinquantaine de personnes a déminé le parcours à la Maison de l’Emploi et à l’usine Huard. Le parcours que fera le Vice-Empereur. Il y avait le Sous-Préfet et la gendarmerie et Huno II et Huno III.

Comme dit un haut responsable de l’usine : comme ça on voit bien où passent nos impôts.

SMS

L’horaire exact de la visite de F. Fillon n’est pas connu (et c’est pas à La Mée que des confidences seront faites). Et il peut changer au dernier moment, le Vice-Empereur essayant d’éviter les éventuels manifestants.

Alors la CGT en est réduite à prévenir ses militants par messagerie internet, ou par SMS, comme de vulgaires gauchistes ! Mon Dieu, v’là que l’Fillon vient foutre le bordel en pays castelbriantais !


Ecrit le 28 janvier 2009

 Un maire qui décode ou le foutage de gueule

Dessin de Eliby 06 23 789

Notre Premier Ministre est venu à Châteaubriant le 23 janvier 2009. Nous parlerons plus loin du dispositif policier mis en place. On a l’impression qu’Obama en avait moins le jour de son intronisation.

Mais voyons ce qui s’est passé avant la venue de ce cher homme (Fillon, pas Obama).

 Convention ?

Mme la Présidente de la Com’Com’   de la Région de Nozay ayant appris qu’une convention allait être signée entre l’Etat (M. Fillon) et la Maison de l’Emploi (MdE  ), s’est étonnée : « Je suis membre du bureau de la MdE   et je ne suis pas au courant ? ». Elle a donc envoyé une demande d’explication par message électronique en sollicitant copie de cette convention.

« Je m’attendais à recevoir un texte de 3 pages. Or il en fait 17 ! (1) Avec des précisions incroyables comme le nombre d’ordinateurs en consultation libre et même l’emplacement du téléphone » - « De plus il a été réalisé par copié-collé, et dans un langage approximatif du niveau d’une classe de Troisième » commente-t-elle. Renseignements pris, le rédacteur de cette note, trouvant que 3 pages ça ne faisait pas assez sérieux, a chargé la barque avec des phrases hétéroclites.
Foutage de gueule !

 Popôle-emploi

Vous savez que l’ANPE et l’ASSEDIC ont fusionné pour faire « pôle emploi ». Le Premier Ministre venant, il ne fallait pas un « pôle unique » avec un pied d’un côté de la rue et l’autre de l’autre côté.

Donc, en catastrophe, tout a été regroupé dans les locaux de l’ANPE. Tous les chômeurs à qui on avait dit de s’inscrire à la Maison de l’Emploi sont désormais renvoyés de l’autre côté de la rue vers Pôle Emploi. « On peut donc faire toutes les démarches ici ? » avons-nous demandé à Pôle-Emploi ? Réponse oui. « A quoi cela sert-il alors d’aller à la Maison de l’Emploi ? » Réponse : « à rien, mais on ne le dit pas trop pour ne pas les vexer »..
Foutage de gueule

La Maison de l’Emploi a cependant remis à notre émissaire un p’tit papier expliquant comment s’inscrire à l’Assedic (ou à l’Assedic). Suivez bien .
–  Si vous avez le téléphone chez vous, faites le 39-49 - Au bout des manipulations demandées, 3 minutes 11 secondes. « tous nos conseillers sont occupés ». Le robot propose de rappeler le chômeur.

Attention, cet appel coûte 0,11 € si vous appelez d’un fixe, quelle que soit la durée. Le même appel, depuis un téléphone portable à carte prépayée, revient à 3,11 euros TTC avec Mobicarte, entre 1,61 et 2,86 euros TTC avec une carte SFR et 2,61 euros TTC avec une carte Bouygues Telecom, ont indiqué les trois opérateurs.

Foutage de gueule

–  si vous avez un ordinateur, vous pouvez faire http://www.pole-emploi.fr
– si vous voulez utiliser la borne Assedic, il faut aller à la Maison de l’Emploi.
– si vous voulez utiliser un ordinateur (qui n’est pas le vôtre) il faut aller à la Maison de l’Emploi ou à Pôle Emploi.

Simple, n’est-ce pas ? Quel est donc le rôle de la Maison de l’Emploi par rapport à Pôle Emploi ? Réponse qui nous a été faite : « C’est à la Maison de l’Emploi que sont nos outils ». (1)

 Hou … où ?

A propos, où est le Pôle Emploi ? D’après la lettre d’invitation des services du Premier Ministre, il se trouve au 31 rue des Vauzelles à Châteaubriand (avec un d), tandis que la Maison de l’Emploi est au 16 rue Delatour.
On vous dit, c’est simple.

 Convention ... TVA

La loi de Finances rectificative (notez bien : rectificative) donne aux communes le droit de récupérer la TVA avec un an d’avance. C’est du moins ce qui a été dit au Conseil Municipal du 22 janvier 2009, la veille de l’arrivée de M. Fillon.

Sauf que, cette fameuse loi n’est pas votée ! En effet elle est passée en première lecture au Sénat les 21-22 janvier avec notamment des amendements de sénateurs de droite, MM. Marini et Arthuis. De ce fait elle va repartir en 2e lecture à l’Assemblée Nationale. Quand la navette sera finie, elle sera promulguée au Journal Officiel.

Mais pour l’instant elle n’est pas promulguée. On ne la trouve nulle part. Mais cela ne gêne pas le maire de Châteaubriant. « Des sénateurs, de droite, ont proposé des amendements » dit Denis Prodhomme. « Un amendement n’a jamais fait une loi » rétorque le maire en affirmant « L’association des maires de France est favorable à cette loi » - « C’est pas l’association des maires de France qui fait la loi » lui répond Denis.

« Mais pourquoi voulez vous voter ce texte aujourd’hui alors que vous avez jusqu’à la fin mars ? » interroge Françoise Gentil. « On nous a demandé de délibérer avant le 23 » répond le maire admettant ainsi que c’est à la demande de l’Etat, pour la venue de F.Fillon, que cette délibération a été rédigée. En s’appuyant sur une loi qui n’est pas votée ! Un TVA en quelque sorte : texte virtuel anticipé !

Alors notre cher maire se réfère à l’article L 1615-6 du Code Général des collectivités territoriales. Mais celui-ci, pas modifié depuis 2005, ne parle nullement d’une anticipation de reversement de la TVA.
– Le maire décode ou quoi ? Il est vrai qu’il nous a habitués aux
séances de Guignol

 La loi n’est pas votée

La délibération du 22 janvier 2009 fait référence à la moyenne des dépenses d’équipement des années 2005, 2006, 2007. Mais le Sénat a voté 2005, 2006, 2007, 2008 et d’autres modifications encore. « Si le projet de loi est modifié, nous reviendrons devant le Conseil » a dit M. Hunault. Attendons donc, mais alors, à quoi bon voter cette délibération ?

Comme quoi c’est de l’improvisation totale ! C’est un exemple local, mais c’est la même chose à tous les échelons. Le Président improvise, les échelons inférieurs bricolent ce qu’ils peuvent. En espérant qu’à la base, nul n’en saura rien !

 900 000 € bloqués

Cette convention doit apporter 900 000 euros à la ville, une somme qui nous est due à cause des investissements de 2007. C’est donc pas un cadeau, c’est juste une anticipation à condition que la ville investisse un peu plus de 3,8 millions d’euros en 2009. Mais attention, pas beaucoup plus, sinon cela ferait augmenter la moyenne et la ville serait obligée d’investir encore davantage d’année en année. L’adjoint aux finances le reconnaît : « C’est une recette qui ne doit pas être une dépense ».

Ça sert à quoi alors ? Juste à faire croire qu’il y a un plan de relance ! Alors qu’en réalité il n’y a que de la poudre aux yeux !

Nous reviendrons la semaine prochaine sur le reste du Conseil Municipal de Châteaubriant : un conseil houleux, chaud, chaud, avec une opposition combative, coordonnée, qui a réussi à déconcerter les conseillers majoritaires Qui, comme d’habitude, sont restés silencieux. L’opposition les a d’ailleurs titillés hardiment : « dans vos conseillers majoritaires, qui y comprend quelque chose ? ». Réponse désarmante de Georges Garnier : « On n’a pas le même problème que vous car on ne comprend pas la même chose ». Ah bon !

Ce 22 janvier l’opposition avait bouffé du lion … non sans une importante décharge d’énergie émotionnelle.


(1) Note du 25 avril 2009

 39-49 : nouveaux tarifs

Un changement tarifaire est effectif depuis le 15 avril 2009 pour les appels passés au 39-49 (Pôle-emploi) depuis un mobile Orange ; il est effectif depuis le 23 avril pour les appels passés depuis un mobile SFR et à partir d’aujourd’hui pour les appels depuis un mobile Bouygues Télécom.

Alors que les appels depuis un mobile étaient auparavant surtaxés et pouvaient atteindre un coût supérieur à 30 ou 40 centimes d’euros la minute, ils sont dorénavant inclus dans les forfaits ou facturés au prix d’une communication normale lorsqu’il n’y a pas de forfait, y compris pour les opérateurs de réseau mobile virtuels.

Concernant les appels passés depuis un téléphone fixe, alors que le tarif est très bas pour les appels passés depuis les opérateurs France Telecom, SFR-Neuf Cegetel et B3G, l’appel est gratuit sur le serveur vocal et de 11 centimes quelle que soit la durée pour parler à un conseiller, le coût était de 11 centimes la minute depuis les autres opérateurs.

(1) Le texte seul fait 17 pages mais avec la présentation, le slogos et tout, ça fait 22 pages. Voir ci-dessus :

Convention Pôle-Em