Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2008- 15 mars 2014 > CM 2009 > 2.2009. Conseil Municipal du 22 janvier 2009

2.2009. Conseil Municipal du 22 janvier 2009

Ecrit le 4 février 2009

Un Conseil Municipal en janvier, c’est comme la neige en juillet : très très rare à Châteaubriant mais, vous comprenez, le Premier Ministre venait le 23 janvier, alors il fallait se réunir la veille.

Chaud, chaud, ce Conseil. On les voudrait tous comme ça ! Dès l’entrée, Danièle Catala est allée rappeler à Monsieur le Maire qu’il avait reçu une lettre du Comité Palestine-Israël au sujet de la paix au Proche-Orient et lui a demandé si le projet de voeu était bien inscrit à l’ordre du jour. Le maire lui a répondu : non. Danièle a donc répliqué : je le ferai savoir. Ce dialogue, mezza voce, nul ne l’entendait. D’où la surprise en entendant le maire crier par 3 fois : « Ne venez pas me menacer ». « Vous êtes agressive, c’est dans votre nature » dit le maire. « Vous ne supportez pas la contradiction. Quelle est votre nature à vous ? » a répliqué D. Catala. Ça commençait bien !

Lors de la lecture du procès verbal de la réunion précédente, les élus de gauche ont observé « nous n’y retrouvons pas la totalité de ce que nous avons dit ». C’est pourtant facile à faire puisque les débats sont enregistrés.

 Sortez-les !

Arrive le moment de voter les 118 subventions. « Nous sommes d’accord avec 116 d’entre elles. Pouvons-nous voter à part les deux autres ? ». Eh bien non, le maire n’a pas voulu sortir ces deux subventions.

La première concerne un club sportif (Voltigeurs) qui l’an dernier, a obtenu une subvention de 15000 € à condition de rester en CFA2. Mais il a fini dernier et est descendu en Division d’Honneur donc pour la saison 2008/2009 (08/2008 à 05/2009) il joue en DH (division d’honneur) donc normalement pas de subvention de 15000 € sauf que le maire répond qu’il peut remonter en fin de saison et il attribue encore 15 918 €

La deuxième concerne le bowling « C’est pas une subvention, c’est un transfert de budget à budget » dit l’opposition.

 Bowling

Le bowling, nous avait-on dit, devait révolutionner les loisirs des jeunes tout en étant une opération rentable. Mais en 2008 il a fallu voter une subvention d’équilibre de 22 000 € (lorsque le loyer versé par l’exploitant état de 3000 €/mois). Mais la municipalité a baissé le loyer à 1000 € et, du coup, elle verse une subvention d’équilibre de 45 000 €.. Et ça va durer encore 10 ans comme ça !

 Impôts locaux

La municipalité, lors de la campagne électorale, avait promis une baisse de 10 % des impôts locaux. Ce ne sera pas pour 2009. Argument avancé par le maire « Comme ça les gens verront que les autres collectivités augmentent leurs taux ». Argument spécieux !

 FCTVA

Nous avons dit comment la municipalité a fait voter le principe d’une convention avec l’Etat au sujet du FCTVA (fonds de compensation de la TVA), s’appuyant sur la loi de finances « rectificative » pour 2009. Les élus de gauche ont bagarré bravement pour expliquer que cette loi n’était pas encore votée. Mais le maire n’a rien voulu savoir. Et les élus majoritaires, très silencieux comme d’habitude, ne savaient plus à quelle loi se fier.

Et voilà, patatras, que le lendemain F.Filon déclare : « On ne peut pas signer cette convention puisque la loi n’est pas votée » Et boum ! Qu’est-ce qu’on rigole ! Mais que de temps perdu pour rien !

 Budget primitif 2009 : Ric rac

Comme on n’allait pas réunir le Conseil Municipal simplement pour cette histoire de convention, la municipalité a fait préparer le budget primitif en accéléré. Deux mois d’avance !

Bernard Gaudin a commencé par féliciter l’adjoint Rudy Boisseau sur les explications données en commission des finances. « Néanmoins » (rires nerveux dans la salle), « Néanmoins je suis convaincu que le budget ne trouve son équilibre que grâce aux crédits antérieurs. Vous avez dit vous-mêmes que ce budget est ric-rac et que vous avez du mal à alimenter la partie investissement »

En examinant les chiffres on constate en effet en investissement :

	Recettes :
	2008		11 043 000 €
	2009		  7 154 000 € 

La baisse est sensible !

Et dans ces 7 153 000 € se trouve l’emprunt de 2 100 000 € prévu pour 2009. « On sent que vous avez serré la vis, regardé dans les recoins » a dit Bernard Gaudin.

« Vous dites que vous avez emprunté 600 000 € de moins en 2008, pour profiter de la baisse des taux. Mais n’est-ce pas dû au fait que vous avez fait moins de travaux que prévu en 2008 ? » a continué, calmement, Bernard Gaudin.

En examinant les comptes on voit en effet en « restes à réaliser » :  
	514 000 € (travaux gymnases)
	394 000 € (voirie communale)
	142 000 €  (bâtiments du culte)

Quand on voit l’état des chaussées à Châteaubriant, on s’étonne du différé des travaux. Notons cependant que le « trou » signalé dans la rue Michel Grimault a été bouché : c’est un adjoint qui nous l’a dit en ajoutant : « Ne prenez pas de photos de tous les endroits défectueux, votre journal n’y suffirait pas ».

 Le temps de l’analyse

Implacable, Bernard Gaudin a poursuivi : « Vous ne nous avez pas laissé le temps de l’analyse. Même vos conseillers majoritaires ne comprennent pas votre budget. Nous vous avons demandé un projet pluri-annuel, vous dîtes que vous en avez un, mais vous le gardez pour vous. Vous savez ce qui a été réalisé en 2008, mais vous ne nous le direz que dans quelques mois. Comment pouvons-nous voter sur des informations que nous n’avons pas ? ». Ces propos sont tombés dans un silence gêné.

 Social

« Ce qui me chagrine, dit Danièle Catala, c’est que vous annoncez des rond-points et quelques bâtiments, ce sont des équipements nécessaires. Mais rien n’est fait autour du handicap, de la sécurité, du lien social à créer entre les habitants »

« Vous baissez les charges à caractère général, notamment sur la culture. La culture est-elle la variable d’ajustement ? » ajoute Denis Prodhomme. « Comment allez-vous trouver de nouvelles recettes ? Vendre l’ancienne école de musique ? ». Pas de réponse.

« A la ligne 65.31, les indemnités des élus augmentent de 18 %. Vous ne vous êtes pas oubliés » ajoute Pascal Bioret.

En fin de débat, l’opposition porte une dernière estocade : « En 25 min nous n’avons noté aucune intervention de vos élus majoritaires ». En effet, à part la lecture (lecture !) des délibérations, et les interventions de l’opposition, le silence plane en effet au Conseil Municipal.


Ecrit le 4 février 2009

 Deuil

Une minute de silence a été observée à la mémoire de Maurice Deniaud, adjoint, décédé fin décembre 2008. Mme Elin a été appelée à le remplacer comme conseiller municipal.

Un élu d’opposition a demandé en fin de réunion, qui serait nommé adjoint à sa place. Réponse du maire : « Vous nous permettrez de respecter un délai de deuil ».

Un deuil pour l’adjoint ? Mais pas pour le conseiller ?

On prête à M. Hunault l’intention de se charger lui-même de la culture et des sports.

 Christine Boutin

Un jardin de 388 m2 a été acheté par la ville en avril 2003, au 53 rue Hoche, pour 19 383 € (frais d’acte non compris), dans le but d’agrandir l’aire de stationnement et de faire une palette de retournement, bien utile dans cette rue en cul-de-sac, au pied des HLM.

Les travaux ne sont pas commencés mais nous pouvons vous annoncer en exclusivité la visite de Christine Boutin, ministre de la ville, pour faire une inauguration !

C’est notre humble contribution à l‘honneur de la ville et de son maire adoré