Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > Conseil Municipal 15 mars 2008- 15 mars 2014 > CM 2009 > 8-2009. Conseil Municipal 9 juin 2009

8-2009. Conseil Municipal 9 juin 2009

Ecrit le 17 juin 2009

 Conseil du 9 juin 2009

A Châteaubriant, on n’est pas débordés par les Conseils Municipaux. Le dernier date du 31 mars 2009, puis du 9 juin 2009. Il y en aura un début juillet sans doute et puis … tranquilles … jusqu’à fin septembre, ou octobre ou novembre.

Après lecture des titres du compte-rendu du 31 mars, Bernard Gaudin remarque courtoisement : « Les compte-rendus me déçoivent, ils ne reflètent pas les débats que nous avons pu avoir. Serait-il possible que nous travaillions ensemble pour les améliorer ? ». Mais le maire ne veut pas. « Ils se faisaient comme ça avant ». Ca oui, ils se faisaient comme ça du temps de son père. Mais est-ce une raison ?

Du temps de Clovis, il n’y avait pas de Conseil Municipal, on se demande bien pourquoi il y en a maintenant ! Et s’il n’y en avait pas, ce serait bien : cela éviterait des désagréments à la majorité confrontée aux remarques de la minorité.

Bernard Gaudin poursuit en posant une question sur la date de construction de la chapelle de l’Ancien Hôpital : XVIIe ou XIXe siècle ? Bravement, à deux reprises, Catherine Ciron s’apprête à répondre. Mais le Maire l’en empêche. Il n’y aura donc pas de réponse !

Toujours Bernard Gaudin : « à propos de la construction du boulodrome, j’avais fait un parallèle avec le coût moyen d’un contrat aidé : 280 €/mois. Cela n’a pas été repris. De même j’avais souhaité que les contrats de travaux incluent une clause d’insertion. Cela n’a pas été repris. J’avais signalé que la commission municipale ‘insertion-handicap’ ne s’est jamais réunie. Cela n’a pas été repris ». [Ndlr : cette commission ne s’est jamais réunie depuis mars 2008].

 Eau : le prix va baisser

Dessin de Eliby 06 23 789

Rappelez-vous ! C’est au Conseil Municipal du 6 septembre 1988, du temps du père Hunault (Xavier Hunault), que le service de l’eau, qui jusque là était municipal, a été privatisé : confié à la Compagnie Générale des Eaux. On nous a dit à l’époque : le prix va baisser de 5 %. Ce fut vrai, sans doute, au départ. Et l’étude faite en 2009 a montré au contraire que le prix a grimpé considérablement.

Le contrat venait à expiration au 31 décembre 2008, il fallait donc le renouveler. Cinq sociétés se sont portées candidates, il fallait étudier leurs propositions. Une étude a été confiée à SP2000 (Service Public 2000), cabinet spécialisé qui analyse une centaine de procédures par an depuis 1995.

Deux sociétés sont restées en lice : Veolia et la Saur. Le cabinet a étudié le prix moyen facturé au consommateur (hors taxes), mais aussi les objectifs « d’indice linéaire de pertes », les moyens mis en œuvre, l’incitation à des gestes éco-citoyens. Mélangez bien dans un chapeau et le gagnant est : Veolia, la même société que maintenant. Un contrat de 10 ans. Et la merveille c’est que le prix de l’eau va baisser (du moins pour la partie : achat de l’eau et distribution) : au lieu de 1.92 €/m3, ce sera 1.6156 €/m3.

 Régie ? Pas étudiée !

Les élus d’opposition ont posé de nombreuses questions techniques montrant qu’ils avaient bien étudié le dossier. Mais ils ont surtout posé la question qui fâche : « Dans l’étude confiée à SP 2000, pourquoi n’avez-vous pas envisagé le retour à une gestion directe en régie ? ». « Mais ce n’est pas possible, a dit Georges Garnier, car il nous faudrait du personnel sept jours sur sept, 365 jours par an ». [Pour dire comme le maire : cela se faisait pourtant … avant 1988].

Pascal Bioret a alors ressorti une étude du Sénat montrant que le prix de l’eau est 29 % plus élevé dans une gestion en délégation que dans une gestion en régie. Il a demandé aussi : « Puisque la ressource en eau a la même origine dans notre région, pourquoi pas une gestion intercommunale ». Mais la majorité ne veut rien entendre. Elle n’a même pas fait étudier la possibilité d’une régie.

 Effacement des réseaux

Eglise de
à Châteaubriant

Ouf, les réseaux seront enterrés autour de l’église de Béré. Pour un coût de 96 574 € HT  , il restera 37 365 € HT   à la charge de la ville. E(r)DF participe de façon importante, mais pas France-Télécom et pas Numéricable (et pourtant, selon l‘opposition, le service rendu par ce dernier opérateur n’est pas satisfaisant).

 Saison culturelle

Les tarifs (déjà publiés depuis 15 jours dans la plaquette du Théâtre de Verre  ) ont été approuvés. La municipalité rappelle que 50 places sont réservées hors abonnement pour chaque spectacle, pour ceux qui veulent retenir leur place au dernier moment. Denis Prodhomme dit que ce n’est pas respecté.
« On va voir », dit la municipalité.

 Signalisation

Pan
à Châteaubriant

La signalisation verticale, sur la rocade Est, n’est ni réglementaire ni esthétique. A la demande du Conseil Général, elle va être améliorée.

 Compte administratif

« Les chiffres définitifs étaient connus en janvier et vous les avez utilisés pour le budget primitif. Pourquoi nous les communiquez-vous si tard » a interrogé Bernard Gaudin. « Nous aurions pu les étudier plus en détail, même s’ils n’étaient pas officiels ».

Une question a été posée sur le report de crédits de voirie : 393 888 €. C’est pas une petite somme !

[ndlr : On peut en effet s’interroger sur le très mauvais état de la voirie communale où il y a des trous partout .« Nous faisons de gros investissements » répond la municipalité. Il est vrai que la réalisation d’un rond-point ou d’un passage surélevé, cela coûte cher. Et pendant ce temps-là l’entretien courant ne se fait pas]

 Trouuuuu

Encore un
à Châteaubriant

A noter quand même que l’adjoint, François Laurent fait ce qu’il peut : quand La Mée publie la photo d’un trou … le trou est bouché rapidement. Alors voici un autre trou : il se trouve près de l’escalier menant à l’école maternelle Claude Monet. Par temps de pluie il peut servir de pédiluve.

 Trou : La rue des plaignants

Route ba
à Châteaubriant

Voilà une autre histoire. Elle se passe rue Miguel Cervantès, quartier de la Borderie.

A l’extrémité sud de cette rue, a été construit une belle rue, toute neuve, qui rejoint le rond-point de l’Europe, près du lycée Guy Môquet. Oui mais cela n’a pas plu   à quelques habitants, craignant le passage des voitures devant chez eux. Ils devraient pourtant savoir que la vie en ville, avec tous ses avantages, présente aussi quelques inconvénients : notamment le passage des véhicules des voisins. Mais le maire souhaite faire plaisir à tout le monde !

Alors des obstacles ont été placés aux extrémités de cette nouvelle rue et des travaux sont en cours pour créer une bretelle la reliant à la petite rue de Deil ! Oh, ce n’est qu’un petit bout de route, mais cela va augmenter la circulation dans la petite rue de Deil, et surtout dans le reste de la rue Miguel Cervantès, obligeant les riverains à un long détour.

Cela s’appelle : faire des travaux pour rien
Sauf pour faire plaisir à quelques plaignants.

 Bowling : Les commerçants vont très bien !

On se souvient que la ville loue le bowling à un exploitant privé, au prix de 1000 € par mois (au lieu de 3000). Danièle Catala a donc demandé que le même genre de cadeau, soit 24 000 € par an, soit fait à l’association des commerçants, pour l’aider à dynamiser le centre ville. Hou la la ! Que n’a-t-elle dit là !

M. Flatet a dit que, depuis quelques années, le chiffre d’affaires des commerçants a bien augmenté, que la ville a été dynamisée et qu’il suffit de regarder le nombre de voitures !

M. le Maire a dit que la ville (ou plutôt la Com’Com’  ) a obtenu un prix : « pôle d’excellence du cœur de ville » et que c’est merveilleux pour les commerçants. Danièle Catala a répondu que cela ne lui semble pas évident et qu’elle entend, elle, les doléances des commerçants car elle va, elle, faire ses courses à Châteaubriant.

Les commerçants jugeront, spécialement ceux qui disent : « Mon chiffre d’affaires est en baisse de 18 % » - « Le mien de 29 % mais M. Flatet ne nous demande jamais en face : comment ça va ? ». voir la démission de Christophe Hamon

Nathalie Orrière, entendant le mot bowling, a demandé s’il était vrai que les jeunes élus du Conseil Municipal de Jeunes avaient organisé une soirée au bowling mais seulement sur invitation. [Réponse : oui]

Elle a fait remarquer, par ailleurs, qu’il y a des commissions municipales qui ne se réunissent jamais !

 Subventions

Enfin il a été attribué une subvention de 2000 € à l’association «  Trois petits points de suspension  » pour le festival de poésie -
et 500 € à l’Amicale Laïque pour ses 70 ans.

Une subvention de 1305 € est attribuée à une association de Rezé qui se propose d’édifier un mémorial pour les 343 soldats de Loire-Atlantique morts lors des combats d’Algérie, Tunisie et Maroc.

Enfin une subvention de 5000 € sera versée à «  Bowling Promotion » pour que les meilleurs joueurs mondiaux viennent à Châteaubriant en mai-juin 2010. Ils y resteront 2 jours et, dit le maire, « iront porter la renommée de Châteaubriant à Dijon, Francfort, Bruxelles et Monaco ». Youpiii ! L’opposition a voté contre.

 Achats de terrain

Un terrain de 688 m2 avait été acheté rue Vieille Voie, pour faire un parking près de la Voie Verte et les travaux ont été commencés. L’opposition avait signalé la dangerosité des lieux. Finalement la majorité a bien dû le reconnaître et a abandonné les travaux …. Mais on ne l’a appris que par hasard !

Un terrain de 388 m2 a été acheté en avril 2003, rue Hoche, pour faire une palette de retournement. Elle n’est toujours pas faite.

 Hip … Hip … Hic

La municipalité de Châteaubriant va réaliser un arrosage de carrières hippiques pour 22 128 € HT  . Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?
Voilà une décision qui ne passe pas en Conseil Municipal : elle est prise par le maire, tout seul comme un grand !

L’Amicale des Chiens de Châteaubriant va disposer gracieusement d’un terrain de 2100 m2 à côté du Chenil, pour l’exercice de son activité.