Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Législatives > Bilan Législatives 2002

Bilan Législatives 2002

page 1775 -

Ecrit le 16 juin 2002 :

Bilan législatives 9-16 juin 2002

Une dizaine de personnalités de gauche ont été battues dimanche au second tour des élections législatives, dont l’ancien ministre de l’Emploi Martine Aubry, figure emblématique de la gauche socialiste et auteur de la loi sur la réforme des 35 heures,

Martine Aubry, 51 ans, une des personnalités de premier plan du Parti socialiste, avait presque tout réussi jusqu’à ce second tour des législatives qui l’a clouée au sol, battue par le candidat de droite Sébastien Huyghe avec 48,91% des suffrages contre 51,09%.

« Je prends ma part de responsabilité dans cette défaite », a déclaré, au bord des larmes, l’ancienne ministre, battue dans la 5e circonscription du Nord. « Beaucoup d’hommes et de femmes de notre circonscription se sont abstenus parce qu’ils se sont sentis abandonnés, exclus, parce qu’ils ont eu l’impression que les choses s’amélioraient plus pour d’autres que pour eux ».

Socialiste atypique, Martine Aubry avait imposé l’image d’une femme compétente, efficace mais parfois autoritaire ou cassante, au point de s’attirer les critiques acerbes et de susciter un portrait au vitriol, « La Dame des 35 heures », devenu succès de librairie.

Dominique Voynet, ancien ministre des Verts qui avait quitté son poste pour se consacrer à son mouvement, a été battu ainsi que le président socialiste de la chambre des députés Raymond Forni, l’ancien ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement et l’ancien ministre des Affaires européennes Pierre Moscovici.

Jean-Pierre Chevènement, qui avait troublé le jeu électoral en se présentant au scrutin présidentiel contre son ex-camarade et ami le Premier ministre socialiste Lionel Jospin, a été battu dans le Territoire de Belfort, un fief de l’est de la France qu’il détenait depuis 1973.

Très ému, Jean-Pierre Chevènement, a expliqué ainsi son échec à la télévision : « Une trop faible participation, puisqu’elle atteint seulement 59,50% des inscrits, des reports insuffisants au sein de la gauche, donc une dynamique qui jouait en faveur de la droite ».

Le porte-parole du Parti socialiste, Vincent Peillon, bête noire des chasseurs qui constituent un très influent groupe de pression, a également été battu. A la suite de menaces de mort et d’agressions de certains chasseurs, il avait dû se déplacer avec des gardes du corps.

L’ancien ministre socialiste de la Justice, Michel Vauzelle, a été battu dans le sud-est. L’ancien Garde des sceaux (1992-93) avait conquis la circonscription d’Arles aux législatives de 1986.

En revanche, le Premier secrétaire du PS, François Hollande, a été réélu en Corrèze, une région qui est le fief du président Jacques Chirac. Jack Lang, ancien ministre de la Culture, puis de l’Education, qui avait été parachuté dans le nord, a également retrouvé un siège de député.

Ce dernier a estimé qu’il fallait tenter comprendre « pourquoi la gauche a perdu la confiance des couches populaires et des jeunes » et il a demandé « une métamorphose profonde de la gauche trop technocratique et trop lointaine ».

L’ensemble des personnalités éliminées lors de ce second tour, du 16 juin 2002 :

Martine Aubry (PS/G) - Nord

Jean-Marie Bockel (PS/G) - Haut-Rhin

Jacques Bompard (FN  ) - Vaucluse

Jean-Pierre Chevènement (Pôle Rep/PS-PCF) - Territoire de Belfort

Raymond Forni (PS/G/Pôle Rep) - Territoire de Belfort

Guy Hascoët (Verts/G) - Nord

Eric Iorio (FN  ) - Pas-de-Calais

Marine Le Pen (FN  ) - Pas-de-Calais

Marie-Noëlle Lienemann (PS/G) - Pas-de-Calais

Claude Malhuret (UMP) - Allier

Louis Mexandeau (PS/G) - Calvados

Pierre Moscovici (PS/G) - Doubs

Vincent Peillon (PS/G) - Somme

José Rossi (UMP/D) - Corse du Sud

Francis Szpiner (UMP) - Saône-et-Loire

Alain Tourret (PRG/G) - Calvados

Dominique Voynet (Verts/G) - Jura

Kofi Yamgnane (PS/G) - Finistère

Gilbert Mitterrand (PS) - Gironde

Michel Vauzelle (PS) - Bouches-du-Rhône


(Écrit le 18 juin 2002)

Dommage ! (Communiqué de presse)

« L’élan républicain porté par les jeunes et la gauche entre les deux tours de l’élection présidentielle ne s’est pas concrétisé dimanche dernier, dans la sixième circonscription de Loire-Atlantique (celle de Châteaubriant )

La déception de ne pas avoir de second tour sur notre circonscription est grande.

Nous nous réjouissons du net recul de l’extrême droite partout dans notre pays.

La Droite est aujourd’hui victorieuse sans même avoir présenté de projets ... Sa campagne s’est réduite à des opérations spectacles, issues d’un programme fantomatique qui seront probablement sans lendemain.

Il est par ailleurs regrettable que beaucoup d’électeurs aient choisi l’abstention alors même qu’il s’agit de choix de société pour cinq ans.

Il nous faut indiscutablement reconstruire une gauche encore plus soucieuse des aspirations de nos concitoyens et proposer à nos partenaires des Etats généraux de toute la Gauche.

Je tiens à remercier chaleureusement celles et ceux qui n’ont ménagé ni leur temps ni leur peine pour rendre cette campagne active et dynamique.

Je tiens à remercier aussi celles et ceux qui nous ont manifesté leur soutien et leur sympathie lors des différentes rencontres   et réunions publiques.

Je remercie enfin celles et ceux qui nous ont accordé leur confiance dimanche dernier.

Communiqué de Geneviève Chignac, Candidate du PS