Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Législatives > Législatives 2012 - résultats du deuxième tour

Législatives 2012 - résultats du deuxième tour

Ecrit le 17 juin 2012

 50 ans qu’on attendait cela !

Donc, Yves Daniel a été élu avec 52,69 % des voix et 3363 voix de plus que son adversaire Michel Hunault. Bravo, cela fait 50 ans qu’on attendait de pouvoir sortir un peu du carcan dynastique de la famille Hunault, celle-ci par père, jumeau 1 et jumeau 2, trustant la mairie, la communauté de communes, le Pays, la députation etc.

Pour une fois, pourtant, Michel Hunault avait fait campagne, de longue date, en organisant un long défilé de ministres de tous acabits venant rendre visite à son frère le maire. Des visites ne servant à rien et dont les habitants se sont lassés. Pour le premier tour, il a fait venir des anciens ministres (MM. Méhaignerie et Arthuis), mais sans annoncer à l’avance ses réunions publiques, des fois qu’il y aurait eu des opposants. Et, de fait, les opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes sont allés régulièrement contester Yves Daniel, en délaissant Michel Hunault. Au second tour, Michel Hunault a fait donner le soutien de maires de la région d’Ancenis et a tenu un meeting à Châteaubriant au cours duquel il a taclé son adversaire en disant que « il ne s’agit pas de l’élection du maire de Mouais », voulant dire par là, sans doute, que le maire d’une très-petite commune ne pouvait pas avoir l’envergure d’un député ! « Un costume trop grand pour lui » disait-il. Mais le mépris est tombé à plat !

 Le vent a abattu la girouette

Michel Hunault (affilié au Nouveau Centre) a fait aussi dans le subliminal : une affiche de lui a été placardée à la Ville aux Roses, à côté d’une autre affiche, UMP celle-là, montrant des drapeaux tricolores. Avec ce message « choisissons la France » ! Façon d’attiser la peur de l’étranger ! Pas très joli joli ! L’équipe de campagne d’Yves Daniel, passant par là, a recouvert l’affiche tendancieuse, sans pour autant éliminer l’affiche de Michel Hunault. Voilà du fair play !

Michel Hunault, enfin, a donné à ses bulletins de vote la couleur verte de l’espérance et a, pour une fois, affiché les logos de ses soutiens politiques. Raté ! Yves Daniel a été élu, mettant fin ainsi à 50 ans de domination du père et du fils sur le siège de député de la circonscription de Châteaubriant. Nous allons pouvoir, enfin, espérer l’ouverture de la région de Châteaubriant, laissée trop longtemps sous l’éteignoir.

Les résultats sur Châteaubriant (voir tableau ci-dessus) sont sans appel. L’écart entre les deux hommes était de 437 voix au premier tour, en faveur de Michel Hunault. Il n’est plus que de 159 voix. Au deuxième tour il y a eu 104 électeurs de plus et la mobilisation a profité à Yves Daniel. Celui-ci a gagné 727 voix depuis le premier tour, quand Michel Hunault n’en a gagné que 449.

 Les résultats de la 6e circonscription :

Compartif des résultats
- 1er tour 2e tour
Suffrages exprimés 63974 62481
Yves Daniel 22252 32922
Michel Hunault 20777 29559
Autres 20945

Yves Daniel a donc gagné 10670 voix entre les deux tours (dans 51 communes sur 72) tandis que Michel Hunault n’a gagné que 8782 voix (grâce à l’apport de 21 communes essentiellement dans la région d’Ancenis). Michel Hunault avait le soutien appuyé du maire d’Ancenis et de celui de Guémené Penfao … mais les électeurs ont préféré Yves Daniel dans ces deux communes ! Pas de chance ! Allez, une dernière photo : c’est Michel Hunault, dimanche 17 juin à 8h55 au café Le BH, près de la mairie, savourant ses dernières heures de Député Ducoin. Pour nous il ne sera plus, désormais, que le Dépité Ducoin ! Le vent
venant de gauche a abattu la girouette ! Son frère, qui est encore maire de Châteaubriant, comprendra-t-il qu’il ne sert à rien de verrouiller toutes les portes et de tenter d’imposer le silence à ceux qui ne lui plaisent pas ? L’échec de Michel poussera-t-il Alain à l’ouverture ? On peut l’espérer ? On peut craindre que non !

Yves Daniel a promis de mettre en place une sorte de réseau citoyen, avec des délégués dans chacun des 13 cantons. Nous aurons enfin quelqu’un à qui parler ! Il a promis aussi de susciter, comme dans le canton de Derval, un groupe de réflexion capable de donner son avis sur les grands sujets du moment, capable aussi de faire remonter les besoins des gens d’ici ! C’est pour nous une nouveauté, un élément d’espoir supplémentaire ! Oui, enfin le changement c’est maintenant.

De plus, abandonnant le poste de Conseiller Général, Yves Daniel va laisser le poste à Viviane Lopez de Lusanger, une femme très simple, avec un bon contact auprès des personnes et des associations. Décidément, quel beau dimanche ce 17 juin 2012.

 Plus globalement

Au niveau national Claude Guéant, Nadine Morano, Michèle Alliot-Marie, Marine Le Pen (FN  ), Louis Alliot (FN  ) sont éliminés. Bravo ! En Loire-Atlantique, Philippe Boënnec, qui avait fait alliance avec le FN  , a été battu : il avait choisi le déshonneur pour éviter la défaite. Il a eu le déshonneur ET la défaite.

La Loire-Atlantique comporte désormais 9 députés de gauche sur 10. Les Pays de Loire en comptent 19 sur 30. Tous les ministres actuels qui se présentaient aux élections ont été élus. Le Parti Socialiste et ses alliés ont la majorité absolue au Parlement … cela leur confère des responsabilités pour mettre en œuvre un programme économique à l’épreuve de la crise, sans décevoir les électeurs !

« Le gouvernement pourra agir avec efficacité pour conduire le redressement du pays dans la justice », a déclaré le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. « L’objectif est de réorienter l’Europe vers la croissance et de préserver la zone euro de la spéculation », a-t-il dit.

Le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, a réaffirmé l’engagement d’assainissement des finances publiques françaises « sans politique d’austérité ». Mais ne nous voilons pas la face : les temps à venir seront difficiles !

Au même moment, en Grèce, les conservateurs de « Nouvelle Démocratie » et les socialistes du Pasok, qui soutiennent les mesures d’austérité imposées à Athènes, sont donnés vainqueurs au Parlement. Le parti Syriza n’a pas eu le succès attendu.


 A travers la presse

Une vague rose

Les dix points à retenir

 Jacques Auxiette

Voici ce que déclare Jacques Auxiette, au soir du 17 juin 2012 :

La belle victoire de la cohérence et de l’espoir !

Le premier enseignement de cette soirée électorale est national. Le changement va pouvoir s’inscrire en profondeur et de façon durable dans notre pays. Cohérents avec leur vote du 6 mai, les Français ont fait le choix de donner une majorité pour agir à François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Ce résultat est historique ; majoritaire à tous les échelons du pouvoir, la gauche est face à une responsabilité elle aussi historique, et son obligation de résultat n’en est que plus grande.

En Pays de la Loire, la gauche gagne 9 circonscriptions et pour la première fois elle est majoritaire (19 député(e)s sur 30). Cette progression vient de loin. En 2004, la Région et le Département de Loire-Atlantique passaient à gauche pour la première fois. En 2010, la liste que je dirigeais était en tête dans les 5 départements. François Hollande, enfin, a été en tête le 6 mai avec 51,6% des voix. Aujourd’hui, les Pays de la Loire ne sont plus une terre de droite.

En Loire-Atlantique le score est historique. La gauche n’a jamais été aussi forte dans ce département. Après les réélections au 1er tour de Jean-Marc Ayrault, Dominique Raimbourg, et Marie-Odile Bouillé, le département enregistre 3 réélections au second tour (François de Rugy, Marie-Françoise Clergeau, Michel Ménard). C’est la reconnaissance du travail bien fait par les députés de gauche.

Surtout, 3 nouvelles circonscriptions ont été gagnées :

Dans la 6e circonscription, la victoire d’Yves Daniel marque la fin de l’ère Hunault, malgré un redécoupage électoral « sur mesure » mis en place.

Dans la 9e Circonscription, la victoire de Monique Rabin, ma vice-présidente à la Région, témoigne de la reconnaissance de son travail de maire et d’élue régionale. C’est aussi le rejet de Philippe Boënnec, qui a pactisé avec le FN   entre les deux tours. Je souhaite que cela serve de leçon à ceux qui, à l’avenir, voudront flirter avec le FN   dans notre région. Sanction immédiate des électeurs. Pour paraphraser Churchill : « Philippe Boennec a voulu la victoire au prix du déshonneur, il a la défaite et le déshonneur. »

Dans la 10e circonscription, le score de Sophie Errante signe la fin de l’ère Dejoie. Elle symbolise l’émergence d’une nouvelle génération au Parti Socialiste promise à un bel avenir.

Dans le Maine-et-Loire, les scores obtenus démontrent une mise en difficulté de la droite et notamment des candidats soutenus par Christophe Béchu. Contrairement aux élections précédentes, aucun candidat de droite n’a été élu dès le 1er tour.

Dans la 1re circonscription, l’élection de Luc Belot permet de tourner définitivement la page Roselyne Bachelot. Il incarne le renouvellement bien sûr mais surtout un travail de terrain reconnu par tous.

Dans la 2e circonscription, je tiens à féliciter mon ami Marc Goua. Sa belle victoire récompense la qualité de son travail et de son engagement.

Je salue la victoire de Serge Bardy face à Hervé de Charrette.

Sophie Saramito a mené Michel Piron au second tour dans la 4e circonscription, contrairement à 2007. Ce score est encourageant pour les prochaines élections municipales de Saumur. Et je veux saluer son travail d’élue régionale.

Dans la 5e circonscription, Laurence Adrien-Bigeon est parvenue à mettre en difficulté Gilles Bourdouleix sur Cholet. Elle arrive même en tête, ce qui est là encore de bon augure pour les prochaines municipales.

Je veux saluer la très courte défaite de Sylvia Camara Tombini, dans la 7e circonscription qui ressemble presque à une victoire. C’est clairement un camouflet pour le député sortant, ancien secrétaire d’Etat.

En Mayenne, les candidats soutenus par Jean Arthuis ont connu le désaveu puisqu’aucun d’entre eux n’est parvenu au 2nd tour.

Dans la 1re circonscription, la brillante victoire de Guillaume Garot est la reconnaissance logique du travail extrêmement important engagé depuis 2007. Il participe activement au développement de la Gauche en Mayenne.

Marie-Noëlle Tribondeau, dans la 2e circonscription, a mis en exergue les clivages internes à la Droite sur Château-Gontier. Cette belle progression permet un ancrage de la gauche dans le département.

La Sarthe enregistre une très forte progression de la Gauche, qui confirme le score des cantonales où le PS faisait déjà plus de 50% au second tour. Quatre des cinq circonscriptions ont été gagnées.

La 1re circonscription bascule nettement grâce au travail de terrain réalisé par Françoise Dubois, une élue connue et reconnue.

La réélection de Marietta Karamanli est presque sans surprise tant sa personnalité, son engagement et son action sont remarquables.

Dans la 3e circonscription, les électeurs de gauche ont été capables de se rassembler derrière Guy-Michel Chauveau, brisant les rêves de la droite.

L’élection de Stéphane Le Foll, dans la 4e circonscription (celle de François Fillon), est historique. Il va ainsi pouvoir poursuivre son action au ministère de l’Agriculture.

La progression historique de la gauche en Vendée est la manifestation du rejet du système Retailleau. La Vendée a changé de visage avec l’élection de 2 députés de la majorité présidentielle :

La victoire de Sylviane Bulteau, ma vice-présidente à la Région, est historique. C’est la 1re femme députée de gauche de Vendée. Elle incarne le changement de visage de ce département.

Celle d’Hugues Fourage dans la 5e circonscription permet au Sud Vendée de revenir à gauche, comme à la fin des années 80 avec Pierre Métais.

Finalement et enfin, la Vendée devient un département « normal » !

Les résultats de ce second tour des élections législatives montrent que les Français ont fait preuve de cohérence.

En donnant une large majorité aux candidats socialistes et à leurs alliés, ils ont prouvé qu’ils adhèrent aux propositions et à la personne de François Hollande.

Au boulot !

Les premiers pas d’un député


Ecrit le 27 juin 2012

 Remerciements

Ca y est, le nouveau député Yves DANIEL est monté à Paris à l’Assemblée Nationale. Dans un communiqué, il fait le bilan de sa campagne :

Depuis le 1er janvier 2012, nous avons sillonné sans relâche les 72 communes de la 6e circonscription ; nous avons été à votre rencontre et ensemble nous avons appelé à la mobilisation, d’abord en faveur de François Hollande ; depuis le 6 mai, alors qu’il était élu Président de la République, nous avons consacré toute notre énergie afin de lui donner une majorité à l’Assemblée Nationale. Notre objectif national est atteint, presqu’au-delà de nos espérances pour le Parti socialiste. Pour ce qui concerne la 6e vous savez ce qu’il en est advenu…

Je voulais, avec Paule Raitière, vous remercier pour être venus nous apporter votre soutien tout au long de ces mois. La campagne n’a pas été facile ; mais nous avons surmonté les moments de doute pour avancer, pour appeler au rassemblement de toutes nos forces afin de faire gagner la Gauche. Nous avons vu progressivement certains qui étaient hésitants nous rejoindre et s’engager pour la victoire. Nos rangs ont grossi tout au long de ces semaines ; c’est aussi un des acquis de cette campagne que nous voulons valoriser au cours des prochains mois.

Nous voulons aussi remercier toute l’équipe de campagne pour sa disponibilité, son savoir-faire et sa ténacité. Sans eux, nous n’en serions pas là.

Le 17 juin au soir, nous avons pu partager ensemble :

  • - la victoire de la simplicité sur la notoriété ;
  • - la victoire de l’écoute et de la proximité sur la distance ;
  • - la victoire de l’envie, de la détermination, sur l’habitude ;
  • - la victoire de la fidélité aux valeurs sur les changements de cap ;
  • - la victoire d’une campagne faite de rencontres   quotidiennes sur une campagne silencieuse.

C’est aussi, grâce à vous, la victoire du collectif face à l’individualisme.

Paule et moi, nous vous adressons nos remerciements les plus sincères et les plus larges possibles. Nous sommes conscients du travail qui nous attend, des attentes que nous avons certainement suscitées ; mais nous savons également que nous ne sommes pas seuls.

Nous sommes en route, tous ensemble pour un avenir plus juste

Dès mardi 19 juin, je suis monté à Paris pour une installation à l’Assemblée Nationale en compagnie des huit autres députés de gauche de Loire-Atlantique ; je suis sûr que nous formerons une équipe solide et solidaire à votre service.

Merci à toutes et tous et au plaisir de vous revoir bientôt.

(Ndlr : d’autres candidats, Europe-Ecologie-Les-Verts par exemple, ou le Front de Gauche, ont mené une forte campagne sur le terrain, sans avoir pu bénéficier de la vague rose.

Il reste maintenant à organiser sur le terrain, très vite, la façon dont la population, collectivement, va pouvoir faire connaître ses préoccupations au nouveau député et à la nouvelle Conseillère Générale car, attention, le Pouvoir éloigne vite ...)