Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCC - Com Com de Châteaubriant > CCC - 2004-2005 > CCC Octobre-Décembre 2005

Communauté de communes du Castelbriantais, CCC

CCC Octobre-Décembre 2005

Les castelbriantais écrivent

-

Réunion du 13 octobre 2005
Contrat de territoire
Portes ouvertes à la Communauté de Communes
Portes ouvertes : compte-rendu
Portes ouvertes : questions économiques
Unification des deux Communautés de Communes
Ecole de musique

Ecrit le 19 octobre 2005

 Communauté de Communes du 13 octobre 2005

Petit conseil communautaire à la Communauté de Communes du Castelbriantais , peu de sujets à l’ordre du jour. Quelques réactions des élus. Beaucoup de non-réponses.

 Val de Chère

La Communauté de Communes du Castelbriantais a créé en 1993 une zone d’activités en bordure de la N 171, entre Châteaubriant et Soudan, au lieu-dit Val de Chère. L’entreprise Team Plastique s’y est installée et n’a cessé de se développer. Elle souhaite maintenant acquérir 10 000 m2 de terrain viabilisé, pour y édifier un bâtiment de 2200 m2.

Or il existe bien une réserve foncière de 36 428 m2 sur cette zone : elle appartient à la SCI Choisel (Éts Viol).

Le projet de la CCC   : acheter 36 428 m2 à la SCI Choisel, et viabiliser, pour 465 000 € HT  . Puis revendre 10 000 m2 à Team Plastique. C’est ce qui est écrit dans la délibération.

Un peu de mémoire : au Conseil Municipal du 7 juin 1990, il a été décidé de vendre ce terrain à la Société Viol Frères au prix de 5,20 F HT   le m2 (soit environ 0,80 € le m2) avec cette précision : « Ce prix comprend les travaux de viabilité de la parcelle : voirie, électricité, éclairage public, raccordement au réseau d’eau potable, installation autonome d’assainissement ».

5,20 F de 1990 correspond à 1,02 € de 2004, compte tenu de l’inflation. Donc 36 428 m2, de terrain viabilisé, ça fait 37 157 €.

Alors, comment se fait-il que la délibération de la Communauté de Communes, en date du 13 octobre, parle de dépenser 465 000 €. comprenant « l’acquisition des terrains, la viabilisation, les honoraires de maîtrise d’œuvre » ? De 37 157 € à 465 000 €, cela fait une disproportion énorme. Il y a sans doute une bonne raison mais qu’on nous explique !

La Direction de la CCC   s’est bien gardée d’expliquer ! « Le prix d’achat sera fixé par le bureau » dit la délibération.
Ben voyons ! On décide, sans expliquer,
et le Conseil Communautaire avalise.

A noter que, à l’occasion de cette extension de bâtiment, il n’est prévu AUCUNE CREATION D’EMPLOI.

(note du 22 février 2006 : finalement le prix d’acquisition sera moins élevé : 7 € du m2 ->280#val]

 Ecole de Musique

La région de Châteaubriant dispose d’une école de musique, danse et art dramatique, logée dans des bâtiments vétustes, ne présentant plus les garanties de sécurité nécessaires (l’ancien collège Aristide Briand). La Communauté de Communes a prévu de construire une autre école sur le terrain « Maussion » à l’angle de la rue Guy Môquet et de la rue Jean Jaurès. Site bien connu puisque c’était celui des Etablissements Huard à l’origine de cette entreprise à Châteaubriant .

Outre le fait que le terrain, de par sa situation géographique, ne présente pas forcément les garanties nécessaires du point de vue de la sécurité routière, on peut se demander s’il ne serait pas plus judicieux de construire, là, le musée de l’histoire industrielle qui manque à Châteaubriant.

Pourquoi construire sur les anciens Éts Huard-Maussion, alors qu’il serait possible de réaménager le bâtiment actuel de l’Ecole de Musique et de construire du neuf dans la vaste cour centrale souvent inutilisée ? C’est la question que pose Yannick Massard, maire de Fercé. « C’est pas possible, dit le Président Hunault, car il faudrait fermer l’école pour 2 ans ». Commentaire : l’hôpital de Châteaubriant va être profondément restructuré ... mais sans être fermé. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour l’école de musique ?

Yannick Massard poursuit : « Cela auraît coûté combien de rénover le bâtiment actuel ? »- « Plus cher » répond le Président. « Combien ? ». Pas de réponse : l’éventualité n’a pas été envisagée.

Bâtiment actuel : école de musique et commisariat de police

Jean Poulain, maire d’Erbray, monte au créneau : « le coût total est de 3 430 000 € HT  , et, compte-tenu des subventions, il va rester 1 584 427 € à la charge de la CCC  . Je trouve que cela fait cher, après il ne reste que des miettes pour les 18 petites communes de la CCC   ».

Il lui est répondu que le projet comportera une « boite à sons », avec studio d’enregistrement et salle de répétition pour les groupes amateurs. Et que tous les utilisateurs de l’école de musique sont bien contents. On le serait à moins !

Et la mémoire du site ? Il est question de demander à l’architecte d’en tenir compte. Il avait été dit ça aux Vauzelles aussi et tout a été démoli.

Chiffres donnés

Dépenses : 3 430 000 HT  

achat du terrain : 59442
Démolition : 50 000
Honoraires : 605 558
Bâtiment : 2 650 000
Parking : 65 000 

Recettes

Conseil général : 581 500
Conseil Régional : 564 072
Etat : 700 000
auto-financement : 1 584 427 

Note du 15 mars 2006 :

Voici le projet retenu avec le cabinet Pondevie :

EIMDAD
Ecole de musique
Projet Pondevie

voir par ailleurs

Comment on se fait rouler dans la farine

(note du 21 novembre 2007)

Chouette ! Un communiqué du maire de Châteaubriant, en novembre 2007, disant que Fr. Fillon donnera une subvention de 500 000 € pour la construction (en cours) de l’Ecole de musique.

Cocoricouac

Figurez-vous que des petits curieux suspicionneux sont allés chercher les délibérations antérieures de la Com’ Com’. Et alors, le 13 octobre 2005, on découvre que la subvention de l’Etat était évaluée à 700 000 €. La subvention a donc perdu 200 000 € en vieillissant de deux ans. !

En octobre 2005, la Com’Com’   disait que la construction, toutes subventions déduites, coûterait 1 584 427 €. Elle va donc coûter 200 000 € de plus soit ...12,6 % de plus ! Bravo !

Mais ça, le maire de Châteaubriant ne le dit pas !

 Et le CTP ?

En ce qui concerne le personnel, le Conseil Communautaire sera informé après coup puisqu’il a accepté de « donner délégation au bureau » pour créer les postes qu’il veut.

Aussitôt voté, aussitôt exécuté : dans une feuille qu’habituellement nul ne lit, il est décidé de recruter du personnel pour l’école de musique et de « confier à un professeur la coordination de l’ensemble des manifestations de l’école ». Ce qu’on ne dit pas : c’est que la directrice de l’école de Musique, Mme Bessières, a démissionné, de guerre lasse, et qu’un professeur [de saxophone] est ainsi appelé à la remplacer. Mais ça, les élus communautaires ne le savent pas. Le Président ne le leur dit pas et rigole dans sa barbe [virtuelle] en les voyant tous gober ses boniments !

Et le Comité technique paritaire, élu le 6 septembre 2005, quand sera-t-il réuni ? La question a été posée, hors réunion, par La Mée. Réponse du secrétaire général : « Vous savez, on a beaucoup de travail, on attend d’avoir un ordre du jour conséquent à leur proposer ». Ceci est révélateur d’une méthode : ce n’est pas aux salariés de proposer et moins on discute, mieux on se porte.

rectificatif

 Animations jeunesse

Pour les vacances de la Toussaint, il y aura un stage de bowling. Pour Noël aussi sans doute, on le découvrira plus tard. Pour Noël, il y aura une patinoire en plein air, de 400 m2 environ, au tarif de 2 € pour les plus jeunes (location de patins compris). Pour Février 2006, il y aura deux séjours de ski (soit 2 fois 47 jeunes). C’est bien tout ça.

« Peut-on savoir le coût global ? » demande cet emm.. de Yannick Massard. Eh bien non, on ne sait pas. Pas de réponse. Normal, quand on aime, on compte pas !

« Pour les jeunes qui iront au ski, sera-t-il fait en sorte que ce ne soit pas les mêmes qu’en février 2005 » interroge Marcelle Durand mairie d’Issé. Réponse dilatoire : on verra , on verra.

 Formation BAFA

Les jeunes et moins jeunes de Châteaubriant qui veulent suivre une formation BAFA (brevet d’aptitude aux fonctions d’animateurs) étaient jusqu’à maintenant obligés d’aller loin, Nantes, St Nazaire, Angers, etc. Une chance : la Communauté de Communes du Castelbriantais a décidé d’organiser une session sur place, à la fin d’octobre, pour 27 personnes. Le tarif maximum est de 150 € (c’est donné !), et gratuit pour les professionnels qui interviennent dans les accueils périscolaires de la Communauté de Communes.

 Sentiers de randonnée

Douze sentiers de randonnée ont été retenus comme « d’intérêt communautaire ». Il reste à passer aux trois phases suivantes : aménagement, balisage, promotion

 Gardiennage

La société Concept Sécurité Privée est chargée du gardiennage des locaux de la Communauté de Communes et de la Maison de la Formation, depuis le mois de juillet 2005. Pour quel prix ? Ah ! on ne sait pas ! Et personne n’a rien demandé.

Enfin, La Mée ne résiste pas au plaisir de vous annoncer que la Communauté de Communes va signer « une convention de partenariat pour une offre de services de dématérialisation par internet ».. Rien compris !

 Pourquoi se gêner ?

Le dernier conseil communautaire date du 29 juin 2005. Le suivant a eu lieu le 13 octobre 2005. Trois mois et demi d’écart. Mais après tout, pourquoi se gêner puisque les élus communautaires ne protestent pas et ne posent pas de questions (sauf quelques exceptions).

 Pourquoi se gêner ?

« Pourquoi nous faites-vous voter les tarifs pour le bowling, puisque les affiches en annoncent déjà le prix ? » a demandé Marcelle Durand. « Pas de problème » a répondu M. Dussautois, « sur les affiches c’est marqué « Prix indicatif » ».
Eh bien non, c’est faux !
Il y a un menteur quelque part.
Mais pourquoi se gêner ?

 C’est du vice !

A la Communauté de Communes du Castelbriantais, il y a des vice-présidents. Mais la plupart du temps ils ne sont pas tenus au courant par le Président et les « services ». Certains d’entre eux n’ont même pas délégation de signature !
C’est beau la confiance.

------------

Ecrit le 30 novembre 2005 :

 Portes Ouvertes à la Com’Com

La Communauté de Communes du Castelbriantais organise des réunions de présentation de ses activités, dans ses locaux, rue Gabriel Delatour à Châteaubriant . Tous les jours à 17 heures, avec projection d’un petit film de 10 min, présentation par les professionnels compétents, et débat possible.

– Lundi 28 novembre : politique petite enfance (0-6 ans)
– Mardi 29 novembre : pratiques artistiques et culturelles
– Mercredi 30 novembre : enfance-jeunesse (6-18 ans)
– Jeudi 1er décembre : environnement, déchets
– Vendredi 2 décembre développement économique

Entrée libre - Renseignements au 02 28 04 06 33. voir plus loin


Ecrit le 30 novembre 2005 :

 Contrat de territoire
de la CCC  

Ca coince parce que le maire de Châteaubriant essaie de tout rafler à son profit : la plateforme de services, le Centre Municipal des Sports, etc. De fortes résistances se font jour. Voir par ailleurs


Ecrit le 7 décembre 2005

Portes ouvertes à la CCC   :
3 fois plus, 2 fois moins et des coups de bluff

Châteaubriant, 13000 habitants, les « réunions de secteur » attirent chaque année 300 personnes environ.

Communauté de Communes du Castelbriantais : 33 000 habitants. Les réunions portes ouvertes ont attiré 180 personnes au maximum. La « publicité » a été bien faite pourtant, avec articles dans le journal « inter-mag » et dans la presse locale. L’heure (17 h) était-elle mal choisie ? Sans doute que oui puisque le Président, un soir n’est arrivé qu’à 17h30.... Tout le monde a dû l’attendre. C’est un peu cavalier comme attitude.

Les deux réunions les plus suivies ont été celles sur l’environnement et celle sur le développement économique (50 personnes environ pour chacune)

Chaque réunion a duré à peu près une heure, en commençant par un petit film de 10 minutes. Dynamiques les films, ça oui. Les photos tournaient, glissaient, se chevauchaient, pivotaient, basculaient ...

 Dis moi donc !

Place aux questions ensuite. L’association pour la création d’une école publique à Moisdon s’est mobilisée deux soirs . « Combien a coûté le pôle enfance de Moisdon ? C’est très bien de l’avoir mis à côté de l’école privée. Mais ne trouvez-vous pas anormal que la municipalité de Moisdon veuille créer l’école publique hors du pôle scolaire ? ».

« Monsieur le Maire de Moisdon a, pour l’école de musique, dit qu’un bâtiment neuf coûtait moins cher qu’une réhabilitation. D’un autre côté il souhaite, à Moisdon, réhabiliter une vieille école éloignée du pôle scolaire plutôt que d’en construire une neuve. »

Le Président de la Communauté de Communes a répondu que ce n’était pas l’objet des Portes Ouvertes.

A part ça, on a appris que la « Maison de l’Enfant » souhaitait pratiquer de temps en temps l’inter-génération. « Par exemple nous allons au marché le mercredi en utilisant le Castel-bus comme les autres castelbriantais ». A Issé l’accueil des enfants se fait à côté de la Bibliothèque ce qui favorise les contacts

Et que, prochainement, la participation de la CAF (caisse d’allocations familiales) va passer de 52 % à 54 %.

Et que les réunions à thème, destinées aux assistantes maternelles (et aux enfants), pourraient être élargies à des parents qui ne font pas appel aux assistantes maternelles.

Et même que « certains commissions consultatives de la Communauté de Communes peuvent être ouvertes, le cas échéant, à d’autres personnes que les élus ». C’est le Président lui-même qui l’a dit le 28 novembre
Chiche !

Impôts

Le Président de la Communauté de Communes du Castelbriantais ne perd aucune occasion de rappeler que celle-ci ne fait pas appel aux impôts locaux autres que la taxe professionnelle. Et il s’en fait une gloire, un modèle de bonne gestion. Alors que c’est quasiment la règle générale en France (88 % des communes, selon le dernier rapport de la Cour des Comptes portant sur l’intercommunalité), d’autant plus que cela assure l’indépendance de la Communauté de Communes par rapport aux communes.

Les incertitudes concernant l’évolution de la taxe professionnelle vont conduire la Communauté de Communes à une attention accrue dans le pilotage de ses équilibres.

 Jeux de mots

La réunion « enfance-jeunesse » a suscité peu de questions (il n’y avait guère qu’une quinzaine de personnes présentes) mais a manifesté une certaine incompréhension.

Le Président de la Communauté de Communes dit : « Nous avons lancé depuis 2002 des accueils peri-scolaires dans les 19 communes ».
Une participante rétorque : « Je suis surprise ! Il y en avait avant ».
– « Oui mais à part Châteaubriant et Issé, des associations ne géraient que des garderies » répond le Président.

Autre exemple : une participante dit « 180 euros le séjour de ski, c’est trop cher pour certaines familles »
Il lui est répondu : « 180 € c’est pas
cher pour ce que c’est ». voir : ski

La participante n’a pas pu
expliquer que certaines
familles n’ont pas les
moyens. « Deux cents familles
se sont inscrites en quelques
jours, pour 94 places.
Nous procéderons par tirage
au sort, en privilégiant les
jeunes qui n’ont pas bénéficié
de cette activité il y a un an »
dit le Présidentt.

« Peut-être pourrait-on se
cotiser pour aider certaines
familles qui n’ont pas les
moyens » propose quelqu’un. « Oh vous savez, tous ceux
qui ont retiré un bulletin
d’inscription, ont les moyens »
explique le Président !

 Sportez jeunesse

La Communauté de Communes
du Castelbriantais ne se pose
pas de questions sur ses ac-
tions jeunesse. Ski, patinoire, bowling, stage de danse, tremplins musicaux. L’aspect éducatif n’est pas envisagé.

Le maire de La Meilleraye assène : « il faut que les parents s’investissent dans les activités des jeunes. Tant qu’ils ne font rien, nous ne ferons rien ». Pauvres parents à qui on demande tant de choses !

Le maire d’Erbray, quand même, émet un doute : « Les activités proposées aux enfants plaisent. Pour les jeunes c’est autre chose. Il faudrait qu’ils puissent créer quelque chose, mais pour cela il faudrait avoir du monde pour les encadrer. On a à rechercher ».

Un groupe est cité en exemple : le club des jeunes de Soudan qui lance des activités : jeux de société, journal, etc.

 Un local ? Non !

Les responsables de la Communauté de Communes le reconnaissent : « Ce que les jeunes voudraient, c’est un local ». Cela se fait en de nombreux endroits, souvent avec présence d’un animateur qui est là pour écouter les jeunes et les aider à monter leurs projets. Mais la CCC   s’y refuse : « Ce n’est pas notre vocation.

 Mauvaise foi !

En matière d’environnement la Communauté de Communes du Castelbriantais ne manque pas de culot puisqu’elle montre, parmi les paysages sauvegardés, une vue du site de la Hunaudière   (qui est sur la Communauté de Communes de Derval !).

En réponse à une question de la salle, elle annonce aussi fièrement : « le tonnage d’ordures a diminué, il était de 10 449 tonnes en 1998, il est maintenant de 7587 tonnes en 2004 ». Quelle mauvaise foi !

ordures2-3
On a éjecté le secteur de Derval

Les quelque 9000 habitants du secteur de Derval étaient comptabilisés dans la collecte en 1998. Ils en ont été éjectés en fin 2002, il est donc bien normal que le tonnage de déchets ménagers ait baissé. Vraiment, on ne peut pas faire confiance aux chiffres annoncés !!

Quelques points positifs à noter (si on peut faire confiance aux chiffres donnés) :
– . Les refus de tri seraient passés de 30 % à 20 %. Nus trions mieux, tant mieux.
– .la Communauté de Communes du Castelbriantais s’intéresse au compostage individuel. « Quand on a un jardin, c’est faisable, dit un participant. Chez nous, on ne sort le bac à ordures que tous les deux mois »

 Vive Treffieux

Avez-vous un projet de Centre d’enfouissement technique ? a demandé un participant. La question qui fâche puisque, jusqu’à maintenant, la CCC   a refusé d’envisager cette possibilité. Refus

M. Crossouard, maire de St Julien de Vouvantes s’est heureusement livré à un vibrant plaidoyer pour un centre analogue à celui des Brieulles à Treffieux. « Actuellement nous envoyons 7500 tonnes d’ordures à Changé près de Laval. On voit ce que cela coûte en frais de carburant, et en pollution. Nous avons des leçons à prendre auprès de Treffieux ». Voir Treffieux

Au départ, lors de la préparation du Contrat de territoire avec le Conseil Général et le Conseil Régional, un centre d’enfouissement technique (autre que celui de Treffieux) n’était pas envisagé. Sur la pression de ces deux Conseils il est mentionné, comme « Action de Pays » une « étude d’un site d’enfouissement » (voir réunion du syndicat mixte en date du 4 nov 2005). Il y en a qui, parfois, font de longues études ......

 SPANC

Il a été question du SPANC (service public de l’assainissement non collectif) : toutes les installations individuelles devront être contrôlées à partir du 1er janvier 2006. « Pas d’inquiétude, ont dit les élus, sur 700 installations déjà contrôlées, seulement ont eu besoin de se mettre aux normes ». Voir la suite

 Déchets verts

Enfin la CCC   regorge de « déchets verts », « une excellente matière organique pour l’agriculture, suivant les analyses que nous avons fait faire. Si vous connaissez des gens intéressés ....... »


Ecrit le 14 décembre 2005 :

 Portes Ouvertes : quoi de neuf
en matière économique ?

Soirée « développement économique » à la Communauté de Communes du Castelbriantais le vendredi 2 décembre 2005, dans le cadre des « Portes Ouvertes ». Il y avait du monde, surtout des chefs d’entreprise.

Toujours un petit film dynamique pour commencer, présentant quelques grandes lignes locales : plasturgie, agro-alimentaire, traitement et valorisation des déchets. La Communauté de Communes explique qu’elle fait du portage immobilier et financier.

Selon ce petit film,

 la région de Châteaubriant est dynamique, « la plus dynamique de Loire-Atlantique »,

puisque, dit-elle, le taux de chômage est inférieur à ce qu’il est ailleurs. Mais étrangement aucune création d’entreprise n’est signalée (si ce n’est le Comptoir de l’Encre qui, à notre connaissance, n’a pas de salariés), aucun chiffre n’est donné sur des créations d’emplois.

 Rien avant : On récupère après

Selon les propos du Président Alain Hunault, tenus en d’autres circonstances, il ne s’est rien fait à Châteaubriant du temps où Martine Buron était maire. Sauf .....

–  sauf une pépinière d’entreprises, dont la CCC   se glorifie !

–  sauf l’association « Pays de Châteaubriant   Initiative   » que la CCC   a boudée longtemps et qu’elle récupère maintenant (412 emplois en 10 ans)

–  sauf la « Charte de territoire » élaborée en concertation avant 2000, dont la CCC   ne voulait pas entendre parler et qu’elle récupère maintenant (elle est montrée deux fois dans le montage audio-visuel)

–  sauf la Maison de la Formation que la CCC   récupère aussi !

Finalement le système est commode : on dit qu’il n’y avait rien avant, et on récupère après !

 Formation

Un industriel demande s’il y aura, dans la Région de Châteaubriant, un institut universitaire de formation.
Il lui est répondu qu’on a déjà l’institut de soins infirmiers, et l’école Pigier (coiffure-esthétique). « Pour le reste, faut pas rêver »

 Tirs à blanc

Un membre de la Chambre des Métiers demande : « Avez-vous pensé à la continuité des entreprises artisanales ? Ici la moyenne d’âge est assez élevée. Il faut aider à la succession ou à la reprise ».

Et hop ! La CCC   récupère encore une fois le travail de PCI   (Pays de Châteaubriant   Initiative  ) et annonce fièrement qu’elle va construire des « ateliers blancs » (autrefois on disait ateliers-relais) : le premier a été occupé par M. Amoureau à Rougé. Ce système permet aux artisans de bénéficier de subventions.

 Circulation

« En matière de liaisons routières, tout est compliqué. Ca n’a pas bougé depuis longtemps. Le peu qui a été fait sur la Nationale 171 restera l’unique investissement dans les 30 ans à venir » se plaint un industriel qui estime que « pour attirer des entreprises, il manque des dessertes routières correctes. C’est urgent »

Le Président Alain Hunault botte en touche pour éviter de critiquer ce qu’a fait son frère : « Vous êtes ici à des Portes Ouvertes de la Communauté de Communes. Votre remarque est hors sujet ».

Il signale quand même que le principe de la réouverture de la ligne ferrée Nantes-Châteaubriant est acquis. Rappelons qu’il l’avait promise pour 2006, cette ligne !

En fait le débroussaillage de la voie sera fini en avril 2006, et, en un an, les acacias ont recommencé à pousser : ils ont déjà deux mètres de haut ! Ensuite il faudra refaire le ballast, les rails, etc. C’est pas pour demain, ni après-demain, d’autant plus qu’il est prévu une ouverture jusqu’à La Chapelle sur Erdre et, plus tard, jusqu’à Châteaubriant .... Pour 2015 ?

 Châteaubriant : c’est où ?

Un industriel signale que, lors d’un salon de la sous-traitance à Nantes, il a pu contacter des étudiants qui ont demandé : « Châteaubriant c’est où ? en Loire-Atlantique ? »- « Il faudrait mener une campagne de publicité » ajoute cet industriel

Toute une campagne était prévue, en 2000, sur le thème « Au cœur de l’Ouest ». L’actuelle Communauté de Communes a tout stoppé, dès 2001.

 Maison de l’Emploi

« Peut on accélérer la formation professionnelle » demande un industriel. Réponse de la CCC   : « Nous avons créé la Maison de l’Emploi ».

Vous allez voir : la Maison de l’Emploi, ça va être le remède miracle, comme la taxe professionnelle unique. Mais hélas, souvent, les remèdes-miracles tiennent du charlatanisme !)

 Faire venir

« Mais qui donc est chargé de faire venir des entreprises » demande un autre industriel. Etrange question : une personne a été embauchée depuis le 16 août 2004. En 15 mois elle ne s’est pas fait connaître ? Il est vrai qu’on lui fait faire autre chose que du développement économique.

Le Président de la Communauté de Communes insiste alors sur ... la taxe professionnelle unique. Celle-ci est en vigueur depuis trois ans, sans grand succès semble-t-il. Un intervenant pose alors la question qui fâche : « Qu’est-ce qui est le plus facile à vendre : la CCC   ou le Pays de Châteaubriant   ? ». Façon d’insister sur une démarche plus globale, au lieu de rester enfermé sur son « pré carré » .

La Communauté de Communes du Castelbriantais a édité une belle plaquette sur les zones industrielles intercommunales et communales. On peut la trouver dans ses locaux.

 Unification

A cette réunion on a entendu des propos étonnants : « C’est grâce à Francis Martin, maire de Noyal sur Brutz, que nous avons eu l’idée de réunir les deux communes de communes existantes, en une seule ».

Quel culot ! Rappelons qu’au départ une seule communauté de communes était prévue. Cela s’appelait à l’époque le SIDEC. Et puis vite, vite, sur la suggestion du Député Ducoin, une autre communauté de communes s’est créée dans l’Est-Castelbriantais, notamment avec .... Françis Martin qui, en agissant ainsi différemment du reste du canton de Rougé, a bien failli isoler Villepôt.

Pendant des années l’équipe de Martine Buron a tenté de rassembler ces deux Communautés de Communes. En vain.
« Attendez, après les élections », lui disait-on ! Et voilà, après le changement de majorité aux élections, les diviseurs d’hier se sont posés en rassembleurs ! Merveilles du jeu politique. Merveilles de l’amnésie des citoyens. Et tant pis si le « Pays » en a souffert !

-