Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Echos > Echos 2003 > Echos 2003-05

Echos 2003-05

page1795 -
(écrit le 21 mai 2003)

Interdit de pique-niquer

Il y a des tables de pique-nique au Parc François Mitterrand au bord de l’étang de Choisel. Pourquoi faire ? Une association de Soudan y a fait une sortie-pique-nique. Elle s’est attiré des reproches. Serait-ce réservé aux castelbriantais ? Eh bien non, c’est pas ça : « Vous auriez dû faire une demande » a dit le secrétaire de mairie de Châteaubriant au responsable de la sortie, en ajoutant : « Elle aurait été refusée ». La sortie a pourtant eu lieu dans de bonnes conditions, aucun détritus n’est resté sur place. Ah ! Un détail : l’association a utilisé les pissotières. Aurait-elle dû aussi demander l’autorisation ?. En tout cas elle s’est bien juré qu’elle ne reviendrait plus à Châteaubriant. Châteaubriant, ville attractive, comme dit la municipalité.

Pique-nique (suite) : une association castelbriantaise a envisagé de faire un pique nique au même endroit. « Faites une demande » lui a-t-il été dit. Elle a fait la demande et a obtenu une réponse ... négative. Personne ne peut donc faire de pique-nique sur les tables de pique-nique ? Mais s’il avait été demandé une autorisation pour l’hippodrome, elle aurait peut-être été acceptée ??

Interdit : la halle de Béré   a failli être interdite aux familles voulant y faire un bal de noces ou une soirée privée. (Dame, c’est normal ! Il y a des hôtels-restaurants qui ont de grandes salles à Châteaubriant. Il ne faut pas que la clientèle leur échappe). Mais finalement, suite à des protestations, la municipalité a reculé. Sinon il est sûr que les gens seraient allés faire leurs soirées dans les salles communales des environs !

Restos du cœur : selon Le Parisien du 7 mai 2003 et le Monde du 8 mai, les Restos du Cœur seraient visés par la Cour des Comptes qui enquête sur le fonctionnement des antennes départementales de l’association entre 1998 et 2001. Les magistrats financiers auraient relevé, selon les journaux, « des malversations plus ou moins graves ». La Cour des Comptes s’intéresse aussi aux activités de Véronique Colucci, son ex-présidente.

Skate-board et mini-golf : l’équipement (bien agréable ma foi), a coûté 162 195 €. Il faut déduire 24 290 € de subvention. Le coût net pour la ville est donc de 137 905 € soit 905 000,00 F environ.

Jusqu’en juin, le minigolf sera ouvert le mercredi de 14 à 21 h et les samedis-dimanches de 10 h à 21 h. Entrée 1 € pour les jeunes et 2 € pour les adultes. Pour ceux qui n’ont pas les moyens de payer, ils peuvent toujours regarder à travers la clôture.

Agenda : la municipalité de Châteaubriant va distribuer chaque mois, dans toutes les boites à lettres, un « agenda » des diverses manifestations prévues. Si donc vous désirez y figurer, faîtes-vous connaître assez tôt au Service Sports et Fêtes. Par exemple, la visite de la vieille ville, organisée par l’Office de Tourisme   pour le 8 juin, n’y figure pas.


Ecrit le 28 mai 2003 :

Skate : + 47 %

Skate-board : le journaliste de Presse-Océan a eu le courage de le retranscrire : la piste de skate-board installée au Parc François Mitterrand, ne correspond pas à ce que souhaitaient les jeunes de l’association Skate-Culture : « On aurait préféré que tous les équipements de skate soient réunis, on se retrouve aujourd’hui avec deux petits skate-parks dans deux lieux différents, ce qui est un peu ridicule.(...). Nous avons fait plusieurs propositions notamment au Conseil des Jeunes mais ils n’ont pas tenu compte de notre avis » ... avis maintes fois exprimés, nous avons déjà eu l’occasion de le dire.

Entre nous, ce skate était prévu pour 12810 F TTC (subventions déduites). Il a coûté en réalité 18 905 € TTC (+ 47 %).

Ciseaux : pour le mini-golf, au Parc François Mitterrand, un bon de commande a été établi par la mairie pour une trentaine de paires de ciseaux. Mon dieu ! Et pourquoi faire ? Pour couper le ruban d’inauguration pardi ! Ne fallait-il pas une paire pour chacun des jeunes du Conseil Municipal des Jeunes qui n’ont jamais demandé ce mini-golf ?


(écrit le 28 mai 2003)

Apprentissage : A l’issue du Forum Précarité organisé par le collectif « Chrétiens précarité » de Châteaubriant, M. Dominique FLATET, adjoint au maire, est intervenu pour dire que le meilleur remède contre la précarité c’est l’apprentissage. Peut-être, à condition que ce ne soit pas un apprentissage bidon. Il y a quelques années un inspecteur du travail a dit à des syndicalistes castelbriantais qu’il avait dû refuser un apprentissage de ...plumeur de volaille.

Dépression : les coups de fusil à répétition, ça vous en fiche un coup ! Les riverains du « Bois de la Vente » à Vioreau, là où a été installé un ball-trap, n’en peuvent plus, au point d’en perdre le sommeil (ou d’entendre en rêve des coups de fusil), de manifester irritabilité et agacement, au point de faire des dépressions nerveuses. Des certificats médicaux l’attestent.

Chasseurs de Photos : l’ambiance est bonne dans ce coin là. Ceux qui protestent, non contre le ball-trap, mais contre ses nuisances (et qui sont d’ailleurs, pour certains d’entre eux, chasseurs eux-mêmes), ont mis une petite pancarte sur la haie de leur maison. L’association des chasseurs va les prendre en photo. Et dit qu’elle en a reçu l’autorisation par la Gendarmerie. (ce qui n’est pas possible). Intimidation ?

Imprimeur : les victimes de nuisances ont fait circuler un tract d’invitation à une réunion. L’association des chasseurs veut les faire verbaliser pour ne pas avoir indiqué le nom de l’imprimeur. Intimidation.

Clous à quatre têtes : câble tendu en travers d’un chemin, fils sectionnés, clous à quatre têtes.... Des exactions sont commises autour du ball-trap. L’association de défense contre les nuisances du ball-trap condamne fermement ces démarches sauvages et « en aucun cas elle ne pourrait suggérer, couvrir, encourager des actes qui portent atteinte à des tiers ».

Référé : le maire de Joué sur Erdre a été attaqué en justice par l’association de chasseurs qui gère le ball-trap. Attaque en référé, c’est-à-dire en urgence. C’était tellement urgent qu’il n’a été mis au courant que ... lorsque les plaignants ont été déboutés !

21-22 juin : un vrai festival de coups de fusils est prévu à Vioreau pour un concours de ball-trap les 21-22 juin, avec arrivée des compétiteurs dès le mercredi précédent, pour s’entraîner. A l’approche de cet événement, les chasseurs sont nerveux. Va y avoir du sport ! N’allez pas vous promener par là-bas !

Soirée Didji : la soirée Didji pour les jeunes adolescents de Châteaubriant aura lieu mercredi 28 mai 2003, veille de jour férié, avec le même groupe que les autres fois.Entrée à 3 euros. Pas de sandwiches. L’horaire s’étend de 21 h à deux heures du matin. Malgré les campagnes menées par le Ministre de la Santé, M. Mattéi, un espace-fumeurs est maintenu. Sans doute au titre de l’éducation à la santé ??

Bowling : aux dernières nouvelles (21 mai 2003), la question de la sortie de secours du bowling n’est est toujours réglée. Le propriétaire de la cour située derrière le futur bowling refuse un droit de passage, sauf si la ville achète l’ensemble de son bâtiment. Le problème devient crucial. Soit le bowling tombe à l’eau, soit la dépense de construction monte en flèche ! (car il s’agit d’acheter à la fois des logements et un bail commercial) Le maire s’est déplacé pour aller voir sur place. Il a fait venir le propriétaire en mairie. Mais rien, toujours rien. Voilà en tout cas un dossier mené tambour battant ... mais d’une façon ou d’une autre, on risque d’en perdre la boule

L’oubli et l’intérêt : les propriétaires du Lem, qui construisent un complexe cinématographique, n’ont oublié personne dans leurs remerciements sauf ... Jean-Claude Orrière qui, au tout début, a fait réaliser une étude d’opportunité pour 35 000 francs et a démarché la société Emeraude Cinéma (cf La Mée, 14 et du 21 février 2001). L’intérêt, parfois, rend amnésique.

Epave : La Mée a signalé le 16 avril 2003 que la voiture immatriculée 6220 WR 44 était à l’état d’épave, depuis longtemps, sur le parking du Centre de Soins. Eh bien l’épave est partie ... Il suffisait d’ouvrir les yeux.

Allée des bœufs : le Conseil Municipal du 21 mai 2003 à Châteaubriant a décidé de donner un nom à la voie qui conduira au Foirail. On l’appellera officiellement, quelle originalité, « L’allée du Foirail ». Ouf, on a échappé à l’appellation « allée des bœufs » ce qui aurait été vache. Jean-Pierre Le Bourhis a profité de la délibération officielle pour demander pourquoi la Place René Adry et le Parc François Mitterrand sont dénommés autrement dans les documents fournis par la mairie. Pas de réponse.

Liberté : la municipalité précédente n’avait pas osé (dommage !) : la Place de la Motte a été mise en stationnement payant à un tarif très réduit. On trouve enfin des places pour se garer et accéder aux commerces, sans être gêné par les innombrables voitures ventouses. Mais où est-il le temps (c’était février 1991) où les commerçants, poussés en sous-main par quelque homme politique local, avaient fait descendre la télévision pour constater qu’un stationnement payant n’avait ni queue ni tête à Châteaubriant ....

Tabac :

Les 192 Etats membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont adopté mercredi 21 mai 2003 la première convention internationale de lutte contre le tabagisme. Celui-ci provoque 60 000 morts prématurées, chaque année, rien en France. (4,9 millions de morts en 2002 dans le monde). L’OMS estime que si rien n’est fait pour freiner le tabagisme, en particulier chez les jeunes et dans les pays en développement, le nombre de morts par an pourrait doubler d’ici à 2020.

Les pays signataires s’engagent notamment à interdire la vente aux mineurs.

A Châteaubriant, où le Conseil Municipal des Jeunes organise un « espace fumeurs » pour sa soirée Didji du mercredi 28 mai 2003, on a bonne mine !


écrit le 3 juin 2003)

Syndicat : grande première : le journal L’Eclaireur de Châteaubriant, dans son édition du 30 mai 2003, a publié sur une demi-page l’opinion de François Chérèque expliquant pourquoi il a donné son accord au plan Fillon-Raffarin. N’est-ce pas là de « l’information orchestrée » pro-gouver-nementale ?

Agenda : c’est Claude Amice, représentant de la minorité au Conseil Municipal de Châteaubriant, qui se plaint . « On nous annonce un Conseil Municipal pour le 26 ou le 27 juin. Ce serait tellement plus simple de fixer une date. Nous aussi nous avons des agendas chargés ».

Secret : le même ajoute : « Lors des commissions on ne fait que lire les délibérations qui passeront au Conseil Municipal quelques jours plus tard. De ce fait, il y a des réunions qui durent une minute. Autrefois nous expliquions où en étaient les projets, quelles étaient les difficultés rencontrées. Maintenant, rien. Bien sûr la minorité a le droit d’aller dans les services municipaux, à condition de prévenir le Secrétaire Général. Mais pour demander quelque chose, il faut savoir ce qui se prépare. Or on ne nous dit rien »

Affaire d’Etat : « Eh bien, ça devient une affaire d’Etat, votre ball-trap à Vioreau » . C’est la réaction d’un de nos lecteurs qui a vu que cette affaire est passée à la télévision sur TF1 et M6. Les responsables du ball-trap se font nerveux. Ils ont même demandé aux maires d’interdire toute manifestation de l’association des riverains. Les membres de cette association reçoivent des coups de fil anonymes. Pas encore des coups de fusil ...

Le nez dans les godasses : à la manifestation du 24 mai 2003, contre les nuisances du ball-trap, il y avait une centaine de personnes (et beaucoup de gendarmes). Les maires des communes de Joué-sur-Erdre et d’Abbaretz, sont venus, plutôt le nez dans leurs chaussures, dire aux manifestants qu’ils étaient d’accord avec eux (sous entendant qu’ils n’avaient peut-être pas été assez vigilants au départ) et que la Préfecture allait mettre l’association des chasseurs en demeure de se mettre aux normes. Depuis, cette lettre du Préfet, est bien parvenue à ses destinataires.

Bowling : des parpaings sont arrivés sur le site. Mais rien n’a bougé au fond du bâtiment. Voie sans issue (de secours) ? En tout cas vous n’y verrez plus rien : il y a une palissade métallique qui cache tout.

Laisse béton : On aurait pu croire que c’était de l’inconscience. Mais non ! Le bac à ordures à triple entrée placé bien en vue de la jolie petite tour de la rue Basse, a été déplacé provisoirement : c’est parce que le socle en dalles gravillonnées n’était pas stable. Il y a maintenant, à la place, une large plaque de béton qui fait décoration à côté de l’allée en dalles de schiste.

Permis : le permis de construire pour la maison de retraite de la rue Duguesclin a été obtenu. Les appels d’offres sont lancés. Début des travaux : septembre ?

Salut Ernest : l’appel d’offres est lancé pour les travaux de réfection de la Place Ernest Bréant. Le projet n’a même pas été présenté en séance publique du Conseil Municipal. Les citoyens n’ont pas le droit de savoir ? Ou bien est-ce comme pour la minorité : « Vous verrez plus tard ».

Stars 400 : le Lion’s club l’avait dit : il espérait 1200 spectateurs pour ses « stars de demain ». Il en a fait 400. C’est déjà pas mal sachant que le prix d’entrée était plutôt cher pour les bourses modestes. 16 euros (un peu plus de 100 F).

Confiance : la soirée Didji des jeunes a connu une bonne fréquentation (550 entrées à 3 €) mais des jeunes ont été quelque peu déçus « Nous avions demandé une salle plus grande » et surpris : « Des parents et des conseillers adultes sont venus nous surveiller dans la salle. Qu’ils nous fassent un peu confiance ! ».

Restructuration : l’ensemble « lycée Guy Môquet - Lycée Etienne Lenoir » va perdre un Proviseur. C’est ainsi que M. Montlaurent va être muté à la direction d’un grand lycée du Nord de Rennes tandis que M. Cocotier, directeur du Lycée Etienne Lenoir, va prendre la direction des deux établissements.

Amis, Amis : le numéro 11 de La Mée comportait un « point de vue » d’Eliby sur « l’hypothèse d’une stratégie franco-américaine réussie ». la récente atttitude du Président américain semble donner raison à ce scénario. Ce faisant La Mée avait bien auguré de l’avenir. L’Afrique n’a qu’à bien se tenir.

Tarpéienne : Jacques Chirac, qui a de la culture (rappelez-vous son abracadabrantesque !) a dit, à propos de Sarkozy, que « la Roche Tarpéienne est proche du Capitole ». Le Capitole est un site légendaire de la Rome antique, là où Romulus aurait été allaité par la louve. C’est là aussi que se trouvaient les oies qui sauvèrent Rome de l’attaque des Gaulois. C’est donc un lieu de prestige. Et à côté il y a la Roche Tarpéienne d’où l’on précipitait les condamnés à mort.

Scientologie : la secte a déposé ces jours-ci des affiches et prospectus dans certains commerces, sous prétexte de lutte contre la drogue. Attention, danger . Pour plus d’informations contacter l’ADFI (association de défense des familles et de l’individu) - 02 51 88 95 20