Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Echos > Echos 2003 > Echos 2003-10

Echos 2003-10

page 1800 -
Ecrit le 10 décembre 2003 :

Luminaires : une excellente initiative   : le quartier des HLM de la Ville aux Roses est doté de lumières en travers de la rue. Cela donne un air de fête qui n’est pas simplement réservé au Centre Ville. Le Centre lui, s’orne d’arbres blancs illuminés. C’est joli. Est-ce cela qui va suffire à relancer le commerce castelbriantais ?

Tristounette : à côté de cela, la Place de la Motte est tristounette, malgré le grand sapin central. Elle va se vider un peu plus quand « Le Cours des Halles » va fermer avant Noël pour aller s’installer rue d’Ancenis. On peut légitimement se demander si, avant de rénover la place Ernest Bréant, il n’aurait pas fallu s’occuper de la Place de la Motte.

Football : il y a un vrai problème avec le terrain de foot tout neuf, près du Lycée Etienne Lenoir. Comme l’avons déjà signalé, il est inutilisable (même pour des entraînements), gorgé d’eau. « Victime de la canicule de l’été » a dit le premier adjoint Michel Machard au Conseil d’Administration du lycée. Sans doute le drainage sera-t-il à refaire ? Les 49380 € du gazon pré-cultivé lavé auront donc été mis en vain. Voilà ce que c’est que de vouloir aller trop vite.

Football (encore) : un autre terrain pose problème, celui des Briotais où le bâtiment préfabriqué, qui sert de vestiaires, a un petit air d’antiquité .... inadapté. La municipalité a donc décidé, à juste titre, de le démolir et a installé à proximité d’autres préfabriqués plus récents. Or, samedi 29 novembre 2003, y avait un match des équipes A, B et C des Voltigeurs, contre Guémené et St Mars la Jaille. Quarante gamins de moins de 13 ans qui se sont trouvés devant des vestiaires dont ils n’avaient pas les clés, et sans possibilité de prendre de douches (le bâtiment du camping était fermé aussi). Les dirigeants des Voltigeurs étaient très en colère contre la mairie et en particulier contre l’adjoint aux Sports M. Deniaud. « On fait tout pour eux et ils n’ont pas d’égards pour nous » disaient-ils. « Il est vrai que nous ne sommes que des gens de terrain », de la piétaille en quelque sorte.

Cassés : les Castelbriantais suivent la progression des travaux derrière la mairie, sans bien comprendre ce qui est fait. Un plan affiché à proximité aurait peut-être été une bonne idée. Sur les trottoirs destinés aux piétons ont été mis des vrais pavés, costauds. Sur la route où passent voitures et camions, n’ont été mises que de dalles de Chine, un centimètre d’épaisseur. Sur le regard placé au milieu de la rue, les dalles cassent. Tous les passants l’ont bien remarqué. Les dalles sont garanties, dit-on, trois ans. Est-ce que cela tiendra jusque là ou bien faudra-t-il, comme dans la Grand-rue, sans cesse remplacer les dalles cassées ou décollées ?

Achats : l’immeuble Maussion, (6 rue Guy Môquet) dont La Mée a annoncé l’achat dans son numéro du 3 septembre 2003 va passer au Conseil Municipal du 17 décembre 2003. Les choses ont traîné, vu que cela fait bien trois mois que les différents membres de la famille ont signé en direct ou par procuration. On va y faire quoi ? Un parking ?

Il faut s’attendre également à ce que la ville achète l’ancien bâtiment du cinéma le Lem puisque le complexe Atlantic Ciné va ouvrir le 12 décembre. Si c’est pour ramener, près de la mairie centrale, les services du Centre Communal d’Action Sociale, ce sera une bonne idée, d’autant plus que la ville est propriétaire de l’ensemble des bâtiments où se trouvaient les meubles Métayer (qui étaient destinés au club de Billard, qui n’en veut pas).

Rythme : on s’inquiète cependant : au rythme où se font les dépenses, on se demande quand aura lieu l’atterrissage, douloureux, des finances communales.

Tombes : tout le monde le dit : les parterres de fleurs prévus devant la mairie ressemblent à des tombes. Il n’y manque plus que des croix. Pour un hommage au chômeur inconnu ?

Insécurité : le maire de Châteaubriant a été décoré de l’Ordre National du Mérite, au titre du Ministère de l’Intérieur. (rappelons qu’une médaille doit être demandée par l’intéressé ou par quelqu’un d’autre). Association de mots : ministère de l’Intérieur, Sarkozy, sécurité... Quelle sécurité à Châteaubriant ? Des policiers se promènent en centre ville mais la zone industrielle s’inquiète de la recrudescence des vols, au point d’écrire au maire pour lui demander de respecter ses engagements en la matière. Mais le maire ne veut pas voir la réalité en face. Il a répondu « un commerçant m’a récemment informé des problèmes de sécurité et de vols qui auraient été commis » (ndlr : on notera la rédaction dubitative, mise en évidence par le soulignement que La Mée a fait). Il a cependant, sur l’insistance de commerçants, décidé de les réunir tous le 11 décembre 2003 à 19 h en mairie « pour faire le point ». Dix-neuf heures c’est un peu tôt pour des commerçants de la zone industrielle. Et « faire le point » ne signifie pas « résoudre un problème »

Clandestin : La Fédération française du bâtiment (FFB) a exprimé, le 1er décembre 2003, son inquiétude après le démantèlement d’une filière de travail clandestin dans le bâtiment et apporté son soutien à l’entreprise SA Cardinal, dont deux dirigeants ont été mis examen le 21 novembre. L’entreprise SA Cardinal construit la future Maison de Retraite rue Duguesclin à Châteaubriant.

[Note du 27 juin : le procès du travail clandestin s’est ouvert le 18 juin 2007 à Rennes]

Mégaphone : Une militante de la CGT, Marie Ange Debard, 62 ans, a été condamnée le 4 décembre 2003 à 50 heures de travail d’intérêt général, par le tribunal de Montbéliard pour « violences sur personnes dépositaires de la force publique », suite aux plaintes déposées contre elle par dix policiers qui se plaignaient d’agression sonore vu qu’ils sont restés pendant une heure aux abords d’une manifestation. « Je refuse cette peine sur le principe car si on accepte d’être coupable pour ça, tous les manifestants de ce pays sont susceptibles d’être jugés », a estimé cette retraitée pour qui « l’action syndicale est un droit et consiste à crier tout haut nos revendications ».

Manif’ : Vendredi soir 5 décembre 2003, lors d’une opération anti-publicité, une dizaine de militant-e-s ont été arrêté-e-s à Nantes et emmené-e-s au commissariat central (Waldeck Rousseau). Y a plus le droit de manifester ?


Ecrit le 10 décembre 2003 :

Résurgences

« Silence-moteur-action ! » Ces mots ont résonné sur les hauts lieux surplombant l’étang de la Forge à Moisdon. Membre de l’association Mandarine, et étudiant aux Arts filmiques de Nantes, Damien PITON a choisi sa commune d’adoption pour mettre en forme son travail d’auteur et raconter la vie d’un personnage, joué par Alain EMELIN (qui a déjà joué au cinéma dans le film Le Poulpe de Guillaume Nicloux).

« Résurgences », ou l’histoire d’un homme confronté à son passé douloureux, sera diffu sé sur la chaîne locale CLA9, la semaine du 9 au 16 décembre 2003. Il sera prochainement présenté dans plusieurs festivals


Forum look

Avez-vous peur des souris, mademoiselle ? Un ordinateur, une caméra, quelques clics de souris : votre visage s’orne, sur l’écran, de cheveux longs, de cheveux courts, mèches ou raie au milieu. Choisissez !

Votre visage est-il rond ? Ovale, carré ? Triangulaire peut-être ? Vous n’en savez rien. Une esthéticienne est là pour vous guider, pour vous faire essayer cols en pointe, encolure à la chinoise, chapeau, lunettes. Vous avez trouvé, près de vous,

un œil attentif et bienveillant et tout-à-coup vous découvrez votre visage, vous souriez à cette personne que vous n’aviez jamais vue comme cela.

Le forum « look et bien-être » a été organisé les 28-29 novembre 2003 à Châteaubriant par un collectif d’institutions et d’associations. Institutions ? La Caisse d’allocations familiales, le Conseil Général, le CCAS   de Châteaubriant, le centre de soins Philippe Pinel, la Mission Locale, le CFP St Joseph et le foyer des jeunes travailleurs. Des associations : l’ACPM  , Initiatives de Femmes, Relais Accueil Proximité, St Vincent de Paul, SOS Femmes  , Une famille un toit.

Ce forum a réussi ce qu’il voulait faire : redonner confiance en elles à des personnes (hommes et des femmes) qui en ont besoin. Au fil des stands on a vu des sourires, des recherches personnelles sur le choix des couleurs, le type d’habillement, le maquillage, mais aussi l’équilibre alimentaire et la façon de jouer sur les effets d’optique pour mettre en valeur une silhouette, un regard, pour minimiser ce qui pose problème ...... et pour se sentir bien dans sa peau.

Les diverses associations et institutions rêvent de créer un service permanent, de ce type, sur le castelbriantais

voir page suivante : échos de 2004