Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Grappillages 17-12-03

Grappillages 17-12-03

  Grappillages et Mée-disances du 17 décembre 2003

Du Canard Enchaîné du 3 décembre 2003, dans sa rubrique « Radar Dare » : « Dernier gag à l’actif des facétieux radars automatiques : un motard flashé à 131 km/h sur l’autoroute A 6 par un engin qui ne photographie que les plaques avant dont les motos sont dépourvues ». C’est ce qui s’appelle « mettre à côté de la plaque ».

Du même numéro : « Pierre Blayau, ancien pédégé de Moulinex jusqu’à la faillite, a été nommé officier de l’ordre national du mérite, le 14 novembre, sur le contingent du Ministère de l’ conomie. Cette récompense va sûrement faire plaisir aux anciens salariés restés sur le carreau ». Rappelons que c’est sous l’ère Blayau que la situation de Moulinex s’est dégradée. Pierre Blayau a alors été remplacé par Patrick Puy qui, 8 mois plus tard, a déposé le bilan de l’entreprise. Le Tribunal de Nanterre a été saisi, à la mi-décembre, d’une enquête pour suspicion d’abus de biens sociaux et faillite frauduleuse.

Du même numéro : « Roselyne Bachelot a voulu convaincre les journalistes qu’elle ne fait pas que des gaffes. Sur le ton de la confidence, elle a lâché ceci : « Il y a pas mal de moumoutes au gouvernement. Tout ce que je peux vous dire c’est que mes seins c’est du 100 % pur sucre. Ils n’ont pas été refaits et on ne cesse de me complimenter à leur propos ». Madame la Ministre a d’importantes préoccupations.

Des Échos du 1er décembre 2003 : « La France a devant elle quatre années de pain sec ». Comme disait (presque) Marie-Antoinette : s’il n’aiment pas le pain sec, qu’ils mangent de la brioche. Il s’en est suivi une révolution !

Du Journal du Dimanche, du 30 novembre 2003 : « le numéro du Point qui affiche Luc Ferry en couverture a été remplacé à Neuilly par une édition spéciale avec Cécilia Sarkozy en Une ». La presse ça doit être comme la météo : il y a des micro-climats. Et puis Sarkozy (même sans Cécilia) est sans doute plus rassurant dans les beaux quartiers.

Sur TV5 du 30 novembre 2003, Nicole Fontaine a assuré qu’EDF-GDF allaient voir leur statut modifié par le gouvernement mais elle a refusé de préciser le calendrier exact. Le Canard Enchaîné croit savoir que ce sera fait après les élections régionales. En revanche, on vient d’apprendre que la baisse de 3 % des impôts sur le revenu (pour ceux qui en paient) aurait lieu dès février, avant les élections régionales. Après, avant : gouvernement varie. Bien fol est qui s’y fie.

Du Canard Enchaîné du 3 décembre 2003 à propos de la loi Perben : « Les nouvelles facilités accordées à la police pour lutter contre la grande criminalité organisée pourront être utilisées contre les voleurs de poules. La définition de la « grande criminalité organisée » étant particulièrement vague, la police et le parquet, grands gagnants de la réforme, pourront recourir sans contrôle à cette procédure d’exception et si, après coup, il s’avère qu’il ne s’agissait que de petite délinquance ordinaire, il n’y aura aucune conséquence, aucune annulation de l’enquête ». Avec les supposés délinquants, il faut faire comme avec les femmes : « Bats ta femme tous les jours, si tu ne sais pas pourquoi, elle, elle le sait ».

  Enfants bagnards

Toujours du Canard : « cinq ou six enfants (de 12 à 18 ans selon la Croix Rouge   Internationale) sont emprisonnés depuis deux ans sur la bas de Guantanamo [à la suite de la guerre des États-Unis contre l’Afghanistan]. Leur présence prolongée choque jusqu’au commandant du camp, Geoffrey Miller qui a en vain réclamé leur libération au Pentagone (...). Ces adolescents sont plus vulnérables que les autres détenus à ces conditions inhumaines de captivité ». Peut-être que, pour les militaires américains, l’emprisonnement des enfants est un détail mineur.

Du courrier International du 4 décembre 2003 : « Au Japon, l’ère de la retraite dorée touche à sa fin. L’âge où les salariés commenceront à percevoir leur retraite sera relevé progressivement de 60 à 65 ans entre 2001 et 2025. Le projet prévoit une hausse du taux de cotisation, actuellement de 13,6 % du revenu net après impôt, à 20 % d’ici 2022. Parallèlement le taux maximum de la pension devrait passer de 59,4 % à 55 % ». On comprend que les jeunes n’aient plus confiance en l’avenir.

De Marianne du 1er décembre 2003 : « Il y a une dizaine d’années, Alain Juppé a décrété que les médecins coûtaient trop cher à la Sécu et que le mieux était d‘en envoyer un certain nombre en pré-retraite. Environ 6000 toubibs de plus de 56 ans, en pleine possession de leurs moyens physiques et scientifiques, furent donc priés de boucler leurs valises. On leur versa même une petite indemnité, histoire de joindre l’utile à l’agréable. Résultat : la France est aujourd’hui victime d’une pénurie de médecins et on fait appel aux retraités de la profession pour reprendre du service ». On a donc dû payer deux fois, une fois pour les pousser vers la sortie et une fois pour les convaincre de revenir. Comme dirait Raymond Devos : « Ca n’a pas de sens ».

  Réservé à l’élite

De Marianne du 1er décembre 2003 : « Une idée fait son chemin à propos de la prochaine constitution européenne : c’est un sujet trop compliqué pour être soumis au vote populaire, alors mieux vaut éviter le referendum ». Autrefois existait le vote « censitaire » : ne votaient que ceux qui avaient une certaine richesse, dont la hauteur variait selon les gouvernements. Tout serait plus simple à notre époque si on réservait les votes à une certaine « élite ». On ferait comme avec la hausse des prix : on en changerait la définition comme on voudrait. Avec ou sans tabac ?

De Marianne du 1er décembre 2003 et du journal Europolitix : « Une présence musulmane toujours plus forte en Europe mettrait certainement en danger la vie de juifs » . De qui est-ce ? Le Pen ? Non : Ariel Sharon !

Toujours de Marianne : « Un certain Henri Barouch, vice-président de l’Union du patronat juif de France, a expliqué dans « Information Juive » : « L’accord de Genève et autres pétitions en faveur d’un règlement pacifique du conflit israélo-palestinien, constitueraient un coup de poignard dans le dos ». Comme quoi la recherche de la paix peut être un ferment de guerre, de même que l’amour est proche de la haine et que ce qui rapproche divise ! En quelque sorte, il vaut mieux éviter de rapprocher le marteau de l’enclume.

De Marianne du 1er décembre 2003 : « Le scandale des « mutuals- funds » [organisme de placement en valeurs mobilières ] qui gèrent 7000 milliards de dollars d’économies des citoyens américains, montre que la fraude est beaucoup plus répandue dans la finance qu’on le croyait. Des dizaines de millions de retraités américains en sont pour leurs frais ». En cas de baisse boursière, tous les risques des jeux de Bourse sont assumés par l’épargnant. La Securities and Exchange Commission, (SEC), le gendarme américain des marchés, est accusée de clémence vis-à-vis des banques incriminées dans le scandale des « mutuals-funds ». Par exemple un accord a été conclu avec la banque Morgan Stanley, mettant fin aux poursuites, contre une amende de 50 millions de dollars, négligeable en regard des gains encaissés grâce aux malversations.

De Marianne : « France Télécom va-t-elle abandonner les derniers oripeaux de son passé d’opérateur public, en mettant fin à l’uniformité tarifaire du territoire national ? Wanadoo, filiale de l’entreprise, s’apprête à offrir un abonnement ADSL   [ internet rapide] à un prix variable selon la localisation de la ligne : la baisse des nouvelles offres serait de - 40 % pour les villes et de - 25 % pour le milieu rural ». Pour parodier Alphonse Allais, il faut maintenant faire campagne dans les villes.

De Marianne encore : « A droite comme à gauche on se soucie de plus en plus du vote des musulmans, comme naguère du « vote juif ». Cinq millions de personnes constitueraient un énorme vivier électoral, à conquérir d’urgence surtout lorsqu’on sait qu’une élection présidentielle se joue à moins de 500 000 voix ». Le risque est de confondre les arabes ou les personnes d’origine maghrébine, avec des musulmans, une origine géographique ou ethnique avec une religion . « Le mot « Arabe » leur écorche la gueule » dit Malek Boutih (secrétaire national du PS chargé des questions de société), mais le vote « musulman » les fait saliver.

De l’Humanité du 25 novembre 2003, cette déclaration de Fadela Amara, présidente « Ni putes, ni soumises » : « Le voile est un outil d’oppression imposé par des sociétés patriarcales pour asseoir la domination des hommes » (...). Mais certaines filles portent le voile en réaction à la violence qui sévit dans les quartiers, dans les cités ghettos. Face à cela, il ne s’agit pas de mettre en place uniquement des dispositifs de répression mais de faire une vraie politique de prévention auprès de ces gamines qui naissent dans un environnement difficile, qui se sont installées dans un mode de fonctionnement commandé par la loi du plus fort et son corollaire : la loi du silence ». Il faut donc veiller à ce qu’une éventuelle loi contre le voile ne soit pas une loi stigmatisant une catégorie de population.

D’Alternatives Économiques de décembre 2003 : « Paresseux les Français ? En 2002, donc après la mise en place des 35 heures, les salariés français travaillaient plus longtemps en moyenne que les salariés belges, danois, italiens, irlandais, néerlandais, finlandais, suédois, anglais et norvégiens. Et davantage que la moyenne européenne. Comment est-ce possible ? cela résulte du « mix » particulier à chaque pays entre temps de travail des salariés à temps plein, et temps de travail des salariés à temps partiel ». Et on n’a pas parlé du non-temps de travail des chômeurs quii voudraient bien travailler.

D’Alternatives Économiques : « 252 000 personnes et non 130 000, tel serait l’impact, dès le 1er janvier 2004, des restrictions d’accès à l’assurance-chômage et à l’allocation de solidarité spécifique (ASS), selon une note du Ministère du Travail rendue publique par Le Monde et Actualités Sociales Hebdomadaires. Dans les deux prochaines années, ce sont 614 000 personnes qui en feront les frais, le tout venant grossir les demandes d’ASS et de RMI ». François Fillon souhaite obtenir « une implication directe des entreprises locales dans le processus de résolution de leurs difficultés ». Est-ce un langage nouveau ? Les entreprises seront-elles tenues de faire un effort pour adapter leurs offres d’emplois aux chômeurs de leur territoire ?

Enfin d’Alternatives Économiques : « Un projet de décret du gouvernement Raffarin risque de mettre en péril la médecine du Travail en envisageant de suivre les suggestions du patronat qui propose d’augmenter les effectifs de salariés dont chaque médecin du travail a la charge (de 2800 par an à 3600 ou 3800) ». Cela conduirait à une moindre intervention, dans l’entreprise, de médecins soumis au secret médical et souvent jaloux de leur indépendance.

Echos sélectionnés par J. Gilois