Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Europe (UE) > Europe (08)

Europe (08)

Page1834 -

 Contre ... la Poudre aux Yeux

Alima Boumédienne-Thiery, députée (Verts) au Parlement Européen, parle « d’un espoir déçu » à propos de cette Charte citoyenne. : « le droit à la santé, à la Sécurité Sociale, au logement ou à un revenu minimum ont été purement et simplement retirés du projet, la discrimination entre résidents des pays tiers et européens est entérinée et nombre de droits dont la liberté de la presse, ne sont plus « garantis » mais « respectés »

« A l’inverse, le droit de propriété, la libre-entreprise ou le « lock-out » sont protégés de manière extrêmement précise » ce qui laisse à penser que le projet de Charte constitue le prolongement de l’Europe libérale. Ce texte n’est pas « mieux que rien ». Il est en deçà de l’existant

 Décalage

Pour Sylviane Ainardi, députée européenne et dirigeante nationale du PCF, le projet de charte européenne montre « un décalage trop grand avec les attentes sociales. » . La « convention » chargée d’élaborer cette charte a travaillé dans la transparence et rencontré de nombreuses organisations « mais elle s’est heurtée à la volonté des gouvernements de ne pas enrichir l’Europe des Droits »

Pas de droits sociaux collectifs

Roseline Vachetta, députée européenne de la Ligue Communiste Révolutionnaire estime que le projet de Charte, typique d’une Europe des riches, nie les droits sociaux collectifs et les remplace par un droit à l’aide.

« Le droit à la propriété, à la liberté d’entreprendre, sont cités, mais le droit à la retraite, au logement, à un temps de travail et à des congés clairement quantifiés sont absents ».

« Pire, apparaît à plusieurs reprises une notion de droit à l’aide » : aide sociale, aide au logement. Or justement une aide n’est pas un droit. Une aide, c’est toujours soumis à des conditions, mais lesquelles ? A la place du droit porteur d’égalité, de justice, de dignité, on substitue « l’assistance » que l’on veut généraliser à tous les pauvres d’Europe.

Bref on a le droit de vivre, de travailler, de chercher des aides ... et de respecter le droit de propriété.