Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Condition ouvrière et/ou salariale > CFDT

CFDT

Ecrit le 12 avril 2006 :

La CFDT s’estime unie et renforcée

« Nous comptons 800 adhérents et 15 sections syndicales sur le Pays de Châteaubriant   » ont dit Yves Le Gall et Bernard Gaudin, lors du 45e congrès départemental CFDT qui s’est tenu à Châteaubriant les 5-6 avril. Première organisation syndicale (aux élections prud’homales), l’union locale CFDT reconnaît : « Nous ne sommes pas bons en communication médiatique, mais les travailleurs qui s’adressent à nous savent qu’on peut nous faire confiance. C’est pourquoi nous avons le plaisir de créer de nouvelles sections syndicales ».

Après ses prises de position sur la réforme des retraites, la CFDT a perdu des adhérents, « mais nous constatons que certains d’entre eux reviennent et que, dans les entreprises, nous n’avons pas subi une baisse de notre audience ».

Au sujet de la situation économique, la CFDT s’interroge : « Pourquoi les collectivité territoriales se privent-elles des avis que nous pourrions donner de temps en temps ? ». La CFDT s’inquiète de voir les salariés, licenciés des entreprises, être obligés de trouver du travail ailleurs. « Il n’y a guère de place ici pour des salariés qualifiés et les salaires proposés sont trop faibles ».

Enfin la CFDT affirme la nécessité de développer le Pays de Châteaubriant  . « C’est dans cet esprit que nous observons les décisions qui vont être prises autour du futur aéroport de Notre Dame des Landes. D’un point de vue routier, si c’est le « barreau nord » qui est retenu, le Pays de Châteaubriant   a ses chances.
Sinon ... »

CFDT1
Bernard Gaudin
Yvan Ricordeau
Roger Corvé

Syndicalisme
de proximité

Pour son congrès, l’Union Départementale CFDT a voulu mettre l’accent sur le syndicalisme de proximité. « Aussi souvent que possible, nous souhaitons que les manifestations départementales soient relayées à Châteaubriant. C’est une garantie de succès ».

Faisant le bilan des 4 années passées, Yvan RICORDEAU, secrétaire départemental de la CFDT estime qu’elles ont été « intenses » : « Elles ont vu la CFDT s’engager, au sujet des retraites par exemple, mais aussi s’opposer, que ce soit au niveau local (UFM Marie) ou sur des enjeux nationaux (CPE) ». La CFDT s’estime unie et renforcée au niveau départemental.

« Nous sommes toujours dans un contexte difficile. Le chômage ne recule pas et ceux qui ont du travail voient s’aggraver leurs problèmes de logement, transports, conditions de travail ».

Cinq axes de travail

Pour les quatre années à venir, le Congrès départemental a validé cinq axes de travail :

1.- Priorité à l’emploi et à la lutte contre l’exclusion, en particulier pour les jeunes.

2.- santé au travail : lutter contre les troubles psycho-sociaux (stress) et s’occuper plus particulièrement des salariés qui travaillent dans les postes d’appel (banques, assurances, protection sociale, etc)

3.- sécurisation des parcours professionnels, pour tous et pas seulement pour les jeunes. « Il nous faut muscler les garanties sociales » dit Yvan Ricordeau.

4.- conforter la protection sociale solidaire : « Les réformes de la protection sociale sont devant nous : retraites, assurance-maladie, famille, dépendance ».

5.- combattre pour l’égalité, lutter contre les discriminations : femmes, personnes handicapées, gens de couleur : « Un jeune est frappé plus durement par le chômage quand il est de tel ou tel quartier, ou d’une autre couleur de peau » dit Yvan Ricordeau qui explique :
« nous avons signé deux accords d’entreprise, et bientôt huit autres, pour que les candidatures examinées dans les entreprises soient aux couleurs de la France ».

Renforcer les
sections locales

« Nous avons mis le paquet sur le développement de la syndicalisation dans les services, en payant à quelques patrons le temps donné aux délégués syndicaux. Nous cherchons un système un peu analogue pour renforcer les Unions Locales de Châteaubriant et d’Ancenis ».

En conclusion la CFDT a rappelé sa revendication nationale : « le vote d’une loi abrogeant le CPE avant le 15 avril, date des vacances parlementaires »