Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Condition ouvrière et/ou salariale > CGT union locale de Châteaubriant

CGT union locale de Châteaubriant

Congrès de l’union locale CGT de Châteaubriant
Novembal
Larcher-Medef
Force ouvrière : un local tout neuf

Ecrit le 17 novembre 2004 :

Congrès de l’union locale CGT de Châteaubriant

Le 25e Congrès de Union Locale CGT s’est tenu le 5 novembre 2004. Le temps n’est plus aux grandes foules d’autrefois, le temps n’est plus aux discours enflammés. La CGT ressent le besoin d’une réflexion sur ce qu’est l’organisation syndicale et comment elle peut s’adapter aux évolutions du salariat.

Le rapport introductif de ce congrès a abordé notamment la situation économique et sociale de la région

Emploi : rien à l’horizon

Selon la CGT, « la situation de l’emploi ne cesse de se dégrader et la précarité augmente ».

En effet, sur le bassin d’emploi de Châteaubriant le nombre de demandeurs d’emploi catégorie 1 (chiffres bruts) a été :
– 2581 en juin 2004
– 2708 en juillet
– 3064 en août
– 2900 en septembre.

Après les restructurations faites lors de ces derniers mois sur le bassin d’emploi (Focast, Atlas, Unit-Derval ....etc ) une majorité de ces salariés est toujours à la recherche d’un emploi stable et qualifié. Pour la C.G.T. « aucun signe fort pour l’emploi sur notre localité ne permet de dire que cela ira mieux demain . »

Le gouvernement utilise les vieilles méthodes d’allégement de charges sociales et fiscales. « L’expérience montre qu’elles ne sont pas de nature à relancer la consommation, la croissance et l’emploi »

Des droits pour
les salariés

Pour la C.G.T. « il faut
– . créer des droits pour les salariés des entreprises de moins de cinquante salariés ,
– . consolider les droits et moyens d’intervention des salariés dans les entreprises de plus de cinquante salariés pour permettre aux comités d’entreprises d’intervenir sur les choix de gestion conditionnant l’avenir de l’emploi ,

– . sécuriser les parcours professionnels par une réelle obligation de reclassement de salariés en cas de restructuration ou suppression d’emploi ,
– . concevoir des dispositifs et moyens, à échelle des territoires par une mutualisation des responsabilités des employeurs ,
– . responsabiliser socialement les grandes entreprises industrielles et financières sur l’impact de leurs décisions concernant l’emploi des salariés . »

Or la CGT constate, de la part des employeurs, une offensive sur les droits syndicaux. Et de la part des salariés, une sorte d’attentisme « d’un côté on nous dit on vous fait confiance, vous êtes utiles » « et d’un autre côté nous sommes seuls au moment des luttes, les salariés ont peur de s’engager »

Conditions de vie

Conditions matérielles : l’U.L. C.G.T dénonce le prix des carburants qui ne cesse de grimper, accélérant du coup la baisse du pouvoir d’achat des ménages. Elle exige dès maintenant une baisse de l’ensemble des carburants pour les particuliers, la non augmentation du prix du gaz, la prise de mesures permettant l’accès au meilleur prix du fioul domestique, la réactivité immédiate de la TIPP flottante .

Conditions psychologiques : la CGT constate une pression accrue sur les salariés, stress, harcèlement. « Il faut permettre aux salariés de disposer d’un droit d’alerte avant que la dégradation des conditions psychologiques ne mène à des suicides »

En ce qui concerne la réforme de l’assurance maladie « telle qu’elle a été adoptée, elle organise une remise en cause de notre système de sécurité sociale. Faute d’une réforme passant notamment par celle des cotisations patronales, la sécu ne pourra pas financer les besoins croissants d’une société moderne, dans le cadre d’une gestion solidaire. Sa pérennité n’est donc pas assurée et un boulevard est ouvert pour les assureurs. »

Concernant la suppression d’un jour férié pour financer la prise en charge des personnes âgées, « cette mesure, présentée comme un acte de solidarité, est en réalité inefficace et sa mise en œuvre peut s’avérer particulièrement dangereuse. Mais surtout elle tourne le dos aux indispensables mesures de fond pour faire face à la crise de notre système de protection sociale que la canicule a brutalement mises en lumière ».

Services publics

Les grandes entreprises du service public font la une de l’actualité économique et sociale (EDF, France Télécom, la Poste ....etc ) « l’ouverture à la concurrence et les processus de privatisation se poursuivent, sans que les citoyens et les personnels ne soient entendus. L’Etat se prive volontairement de régulation sociale et d’intervention économique. D’autre choix sont possibles il faut répondre aux besoins actuels et futurs de tous les usagers dans les zones rurales et urbaines participant ainsi à l’aménagement du territoire. Par exemple La Poste doit demeurer un service public de proximité et de qualité pour tous les citoyens. »

L’Union locale CGT renouvelle sa demande pour l’ouverture de la ligne SNCF Châteaubriant Nantes pour les usagers et demande aussi le développement du transport ferroviaire du fret (des possibilités pourraient être offertes aux entreprises castelbriantaises par exemple Kuhn-Huard).

Ndlr : il y a quelques années
Huard expédiait 80 % de ses
charrues par voie ferroviaire.
Mais les camions
ont remplacé les trains...

Service juridique : la CGT tient des permanences juridiques tous les mardis soirs et suit 5 à 6 dossiers nouveaux par semaine (02 40 81 04 82). Preuve qu’il y a un malaise social.


Ecrit le 17 novembre 2004

Novembal

Le Congrès CGT a aussi permis de faire le point sur quelques entreprises, par exemple sur Kuhn-Huard (qui compte 300 salariés et, en plus, 80 à 100 personnes en intérim pour 5 à 6 mois). « L’emploi est la variable d’ajustement de la compétitivité de l’entreprise » dit la CGT

En ce qui concerne NOVEMBAL TETRA PAK, le délégué CGT est déconcerté :

« La direction nous a fait passer en force les 5 x 8 depuis 6 mois pour une meilleure organisation du travail, et depuis, on a de moins en moins de travail, pratiquement plus d’intérimaires dans l’entreprise. Les machines pour les bouchons TETRA PAK qui devaient démarrer plein pot en juin sont pratiquement toutes à l’arrêt, donc c’est la moitié de l’usine qui est à l’arrêt. »

Le délégué syndical CGT Jean Pierre Chaplais, s’inquiète fortement de l’avenir de Châteaubriant car de nouvelles machines devaient arriver pour fabriquer des bouchons EVIAN (annonce lors de la dernière réunion du comité central d’établissement de juillet 2004) « Et depuis nous apprenons que les machines iraient aux Chères, près de Lyon, et en Italie, une fois de plus nous sommes mis au placard ! Nous sommes les meilleurs modèles de fonctionnement avec l’usine italienne, donc pourquoi ne pas mettre les moyens à châteaubriant ! »

La cellule est fermée

« Cet été a été embauché un nouveau Directeur des Ressources Humaines : il a fortement réduit l’ouverture de la cellule de reclassement qui devait être ouverte 5 jours par semaine et n’est plus qu’à un jour par semaine. Les salariés licenciés devaient y trouver tous les jours le journal et des moyens pour des communications internet, téléphone, fax, télécopie etc... une fois par semaine c’est pas assez ! »

Pour le délégué syndical CGT c’est un scandale car l’accord du plan de sauvegarde de l’emploi ( P.S.E ) signé par les syndicats n’a pas été respecté !


Dernière minute : il se dit que la plupart des machines Tetra Pack, bloquées depuis des mois, devraient démarrer à la mi-novembre.


Larcher-Medef

La Cgt appelle à la mobilisation
des salariés contre le projet de loi
sur les licenciements économiques
et les restructurations.

Face à la volonté du gouvernement et du Medef d’imposer des mesures fragilisant le droit du travail, la confédération CGT a décidé de porter haut et fort ses propositions pour construire un droit social pour tous les salariés.

Plusieurs initiatives sont prévues :

– Un forum national « Licenciements, la sécurité pour qui ? » se tiendra le mardi 16 novembre prochain au siège de la Cgt.

– Une journée de mobilisation des salariés le 23 novembre prochain.

– Un journal de quatre pages sera diffusé à plus d’un million d’exemplaires dans les entreprises.

A tous les niveaux, les initiatives sont nécessaires pour faire grandir un mouvement d’opinion et un rapport de force réel face aux projets « Larcher-Medef »

La CGT contre l’ouverture de Champion le dimanche