Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Démocratie locale > 08-Quartiers

08-Quartiers

Ecrit le 17 mars 2004 :

Châteaubriant : réunions de « secteurs »

Et voici les trois dernières réunions de « secteurs » de ce mois de mars 2004 à Châteaubriant : elles ont ressemblé aux deux précédentes, brièveté et grands silences, petite participation et petits problèmes. Il n’y a que la première qui ait fait exception.

Les bagnoles, ah les bagnoles, quel problème. Elles n’ont pas où se garer (« 1200 places en centre-ville » répond le premier adjoint), elles roulent toujours trop vite, elles ne laissent pas de la place aux piétons, etc. On a entendu quelqu’un dire : « On devrait verbaliser systématiquement tous les piétons qui passent hors des passages protégés ». Cependant qu’un voisin répliquait : « Je pense comme ça quand je suis au volant, mais quand je suis piéton je traverse tout droit » . Voilà un homme réaliste !.

Et puis vous savez, les voitures ça se gare devant les écoles, le temps de « ramasser » les enfants, quelques minutes, c’est tout, mais ça gêne les riverains. Chacun finalement revendique sa petite propriété privée, y compris sur la chaussée publique.

Joker : rien n’a été fait

Des habitants se plaignent de certains endroits dangereux. Le maire a toujours un joker dans sa manche. Il sort de son chapeau la Rocade Ouest, ou la Rocade Sud, selon les cas, ou un giratoire. Et s’il n’y en a pas encore, c’est que « rien n’a été fait depuis plusieurs années ». En disant « plusieurs années » il est sûr de ne pas se tromper. Et, en face, on ne sait pas qui est attaqué.

Dans le cas présent, pour cette affaire de rocade, le maire attaque ... son frère Michel ! Voici pourquoi :

Rocades

Les deux parties de la rocade Est ont été ouvertes en mars 1990 et septembre 1990 (maire : Martine Buron). C’est lointain, direz-vous. Des projets ont pourtant été élaborés puisqu’une enquête publique a eu lieu en octobre 1996 pour :
– . L’achèvement du contournement de Châteaubriant
– . L’amélioration de la route entre Châteaubriant et Nozay.

A l’époque le coût était chiffré à 164 millions de francs payés en totalité par l’Etat (40 %), la Région (40 %) et le Département (20 %). Rien n’était donc de la responsabilité des élus municipaux. Un certain Michel Hunault, initiateur en 1992 de « l’association pour l’aménagement de la nationale 171 » se faisait fort d’obtenir une 2 x 2 voies de Laval à St Nazaire.

Or le maire, Alain Hunault (frère de Michel) a déclaré le 10 mars 2004, que les travaux seraient réalisés en 2005-2006 et que certains tronçons seraient en deux voies seulement. Les promesses n’ont pas été tenues. De plus, reste à savoir si la « déviation Sud » sera faite en 2005-2006.

Giratoires

« Rien n’a été fait avant » dit encore le maire. Il serait plus honnête de dire « tout n’a pas été fait ». Car des giratoires il y en a eu : Boulevard de la République, Route de St Nazaire, Carrefour de la Grenouillère.

Dans deux quartiers des gens se sont plaints des passages piétons autour de la Place Ernest Bréant : les automobilistes ne les voient pas, ont-ils dit. C’est qu’ils sont matérialisés par des clous de couleur bronze fixés au sol. « C’est très bien pour les non-voyants » dit le maire.. Sauf que les voyants ne les voient pas !

Et puis, comble de l’absurdité : il y a sur le côté Est de la place de la mairie, des petits clous dans le sol (destinés aux non-voyants) .... et en même temps il y a un poteau de métal argent. Un non-voyant sera bien attrapé un jour en s’y cognant.

Méthode Coué

Les habitants réclament des parkings à cor et à cri, par exemple du côté du stade de La Ville en Bois « parce que, si les Voltigeurs continuent comme ça, il y aura de plus en plus de monde aux matches » . dit quelqu’un. Le maire renchérit : « ils vont continuer ». Méthode Coué.

Un nom en pâture

Il paraît qu’il y a une famille qui dérange tout le monde (ou presque) dans les HLM de la Route de Vitré. Est-ce une raison pour donner son nom publiquement comme l’a fait le maire ? C’est une conception bizarre de l’action sociale !

Vice sur le trottoir

« Qu’allez-vous faire pour réparer le trottoir qui s’effondre le long de la Torche ? ». On a déjà entendu la même question le 17 mars 2003. La municipalité n’a donc rien fait en un an ? « on ne peut pas tout faire. Le seul entretien des rues et trottoirs se monte à trois millions de francs par an. Il va falloir faire un programme pluri-annuel d’entretien » dit le maire. Ben oui, c’est ce que faisait la municipalité précédente, qui réalisait des travaux tous les ans (il suffit de consulter les comptes administratifs) et qui elle non plus ne pouvait pas tout faire.

Il y a des choix à faire, c’est certain. La municipalité actuelle a choisi de faire le bowling et la place Ernest Bréant alors, pour la rue nouvellement appelée « Rue du Duc d’Aumale », vous attendrez.

« Ce mauvais était de la voirie, cela fait partie des vices cachés que nous avons découverts. ». Sans blague ? Les élus ne regardaient pas, avant d’être élus, où ils mettaient les pieds ? Le mauvais état d’un trottoir n’a rien de caché !

Dites, quand il y a un vice caché, n’a-t-on pas le droit de rompre un contrat ? Si les élus actuels ne sont pas contents, qu’ils démissionnent !

Numéro miracle

Pour tous vos problèmes, un numéro, répété par le maire :
0 800 44 2000 (gratuit)
Un coup de fil et hop : un technicien à vos pieds et le problème réglé.

Par exemple, un lampadaire a été cassé à la dernière tempête (décembre ou janvier) et n’a pas été réparé.... 0 800 44 2000 a répondu le maire

Esthétique

Un riverain a posé la question du plan d’eau qui sera fait en amont du Pont de Chécheux. « Ce sera esthétique et utile » dit le maire. En tout cas c’est un vieux projet.

Les remparts de la ville : un habitant du centre a proposé de remettre en valeur la rivière de Chère et le rempart du côté du Pont St Jean où il y a des baraquements rouillés et inutilisés. On a ainsi appris que la mairie a acheté l’immeuble Braud, rue Basse, (voir photo) dont le jardin s’étend au nord jusqu’à la Chère, ce qui permettra d’accéder au rempart et à une demi-tour existante, actuellement cachée par des maisons et des cabanes. Très bonne idée.

Les poubelles : des habitants des HLM de la Route de Vitré ont demandé un système de cache des poubelles. « En décembre nous vous avons écrit avec photos à l’appui ». ont-ils dit. Rien n’a été fait. Pas plus que rien n’est fait pour empêcher les dépôts d’ordures autour des bacs de la rue Basse....

Vert de façade : un voisin s’est plaint à juste titre d’une façade verte dans la rue Tournebride. La municipalité précédente avait été saisie du problème. Une association de riverains a été créée. En place depuis trois ans la municipalité actuelle n’a rien fait. Il y a des problèmes, comme ça, parce qu’ils relèvent de l’initiative   privée et pas de l’action d’une municipalité, qui sont plus difficiles à résoudre qu’il n’y paraît. Mais là encore le maire a chanté sa chanson : « Rien n’a été fait avant ». Au bout de trois ans de mandat il faudrait commencer à changer de rengaine.

Animation

Qu’allez-vous faire dans l’immeuble Maussion, rue Guy Môquet ? a demandé quelqu’un. Réponse du maire : « C’est un achat d’opportunité ». Un adjoint au maire dit, de son côté, qu’il s’agit de faire un parking. Ce qui est étonnant c’est qu’un promoteur avait envisagé d’acheter le terrain pour y faire des logements et en a parlé au maire.... qui n’a pas retenu cette proposition.

Cet immeuble a été préempté par la mairie. Il se situe rue Basse. Espérons qu’il ne sera pas démoli et que le grand porche d’entrée donnera accès au jardin qui, à l’arrière, conduit à la Chère et à un reste des remparts de la ville médiévale.

Ancien Office de Tourisme   (rue du château) : cela fait longtemps (juillet 2001) qu’est accordé le permis de démolir de l’ancien Office de Tourisme  , rue du Château, dont la façade se dégrade de plus en plus. Un projet de mur de pierres, avec grille en fer forgé, avait été présenté et accepté (en janvier-février 2002. Mais rien ne se fait. A proximité du château, c’est dommage, c’est de plus en plus moche.

A propos : un permis accordé depuis plus de deux ans n’est plus valable

Marché déplacé

« Et pourquoi pas mettre la rue Aristide Briand totalement piétonne ». Réponse du maire, à juste titre : « la piétonisation est faite pour renforcer le commerce, mais ne suffit pas à créer une attraction commerciale ».

Il est certain que la future médiathèque   attirera sûrement du monde. A propos, en raison des travaux, le petit marché du samedi va émigrer sur la place Ernest Bréant nouvellement rénovée. Ca donnera au moins une utilité à une place bien nue mais on peut prédire que le manque de stationnement va diminuer le nombre de chalands.

Services

Les services sociaux du département vont aller s’installer au dessus du nouveau bâtiment de l’ANPE, quartier des Vauzelles. Ah bon ? Mais alors à quoi sert la Maison du Département   qui se trouve Rue Denieul et Gastineau ?

Il va y avoir prochainement deux expositions dans cette Maison, une sur l’eau douce et la prochaine sur le Tour de France.

Le site de Thermicentre, rue de Launay, va être dépollué, puis vendu à la ville qui le rétrocédera à l’ADAPEI pour y faire un foyer-résidence pour les personnes handicapées. Cela fait des mois que les lecteurs de la Mée sont au courant.

Le site de la CIC (confection industrielle castelbriantaise) ? « Je ne me fais pas de souci » dit le maire. « Il y a beaucoup de demandes de bureaux. Le bâtiment trouvera à se réemployer ». Le bâtiment, peut-être, mais pas forcément les ex-salariées... Mais de celles-là on ne parle pas.

Edwimode

Comme on ne parle pas non plus de la société Edwimode dont les salariées depuis plusieurs mois reçoivent leur salaire en retard par rapport à sa date normale de paiement. Le salaire de février a été versé le 12 mars après réclamation du personnel. Celui-ci, qui n’a reçu son bulletin de salaire que par ... fax ... va avoir une réunion avec la direction mardi 16 mars 2004.

Un problème ? ...
Et si on essayait le 0 800 44 2000 ????

Permis, pas permis

Le permis de construire de la future médiathèque   a été accordé le 4 mars 2004.

Un permis de démolir a été demandé pour l’immeuble « Denis », 5 bd de la République. Selon un participant à la réunion du secteur « Mairie » la démolition créerait une « dent creuse » de plus dans la ville avec vue directe sur les arrières du magasin Champion. Rien d’esthétique pour un centre-ville.

Un lotissement privé est en cours de réalisation du côté de la rue de Tugny avec huit lots, piscine privée, complexe sportif (terrain de foot, tennis)

Immeuble Leroux

Le permis de démolir a été refusé pour l’immeuble « Leroux », 16 rue du Champ de Foire. Cette maison n’a pourtant rien d’intéressant mais l’Architecte des Bâtiments de France a estimé que sa disparition « créerait un vide déstructurant autour de ce monument [l’église de Béré]. Une restauration susceptible de lui restituer ses qualités initiales ou d’améliorer ses caractéristiques architecturales seraient très souhaitables ».

L’Architecte des Bâtiments de France commente : « l’ancienne église abbatiale de Béré se présente dans un contexte paysager de faubourg rural encore globalement bien préservé. L’église aujourd’hui isolée, privée des bâtiments conventuels qui l’accompagnaient à ses abords directs, est cependant environnée de quelques immeubles anciens qui constituent son « écrin ». Sur un plan historique et paysager, le « dégagement systématique » des abords de l’église est donc préjudiciable à la qualité même de ce monument et à son expression architecturale ». C’est pourquoi le maire a refusé d’accorder le permis de démolir demandé par le maire !

Cette décision est étonnante car l’immeuble n’a vraiment aucun intérêt, mais sans doute l’architecte a-t-il voulu signifier au maire qu’il n’est pas question de détruire tant qu’il n’y a pas un projet d’ensemble élaboré et approuvé.

Société des Courses : un permis de construire a été déposé le 25 février 2004 pour un réaménagement des tribunes. Ce serait bien si la dite Société songeait un jour à rembourser à la ville les 182 777,00 F qu’elle lui doit encore


Ecrit le 2 mars 2005 :

Démocratie Participative

Nous sommes heureux d’apprendre que la mairie de Châteaubriant se met à la démocratie participative à l’occasion des réunions de quartier programmées en mars.
Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette expression ? Essayez (pour les internautes) de taper « démocratie participative » dans un moteur de recherche et vous trouverez foultitude de liens plus ou moins intéressants.

Plutôt que de chercher à décrypter avec l’aide d’autres, faisons marcher nos neurones :
– Démocratie : pouvoir du peuple, par le peuple pour le peuple
– Participative : vient de participer , prendre part à ...
Donc allez prendre part à ces réunions en masse et participez à la vie de notre cité aux côtés des représentants élus par vous.

Profitez-en pour demander un budget participatif comme cela se fait dans certains endroits.

Lulu Topie